Mon mariage broc, rétro, rock : le temps de se dire Oui

Je t’ai laissé précédemment sur ma première vague d’amour, vraiment, cette vague qui t’immerge et te fais boire la tasse sans que tu ne la voies venir, ce petit cœur qui se serre et ces papillons qui voltigent dans ton estomac.

Après notre séance découverte, il était grand temps de nous diriger vers la mairie où nous nous dirons Oui (normalement !).

Notre cérémonie civile // Photo : Olivier Baron

Crédits photo : Olivier Baron photographe

Nous avions laissé nos enfants à mes parents, ils étaient repartis ensemble vers la mairie avant que notre séance photo ne se termine, afin que nous puissions avoir un moment rien que tous les deux. Nous sommes donc arrivés à la mairie à deux. Tous nos proches étaient déjà présents, le maire nous attendait, le soleil était là (oui, même en octobre en Bretagne, c’est possible) et tous les sourires étaient accrochés aux lèvres de chacun. Quel bonheur de voir présents tous nos proches, tous ces gens qui nous sont si chers !

La mairie est un passage obligatoire qui n’est pas vraiment un moment enchanteur en général. Pourtant, j’ai adoré ce moment, j’ai vraiment beaucoup ri, notre maire était exceptionnel, il nous avait fait un discours très touchant, il avait pris le temps de rédiger quelque chose de très personnel alors qu’il ne nous avait rencontré que deux jours plus tôt. C’était un joli moment que tout le monde a apprécié.

Et puis le moment est venu, celui pour nous de se dire Oui.

À ce moment-là, j’ai été très déstabilisée, et aujourd’hui, ça reste mon moins bon souvenir :

C’est d’abord à la mariée de se prononcer. C’est tout naturellement et avec entrain que j’ai prononcé mon oui. Et puis est venu le tour de M. Tao. Rassure-toi, il a dit oui ! Oui, mais voilà. Il n’a pas dit oui tout de suite. Il a attendu quelques secondes avant de se prononcer, quelques secondes qui n’ont l’air de rien, et qui n’ont même pas été remarquées par nos invités je pense, mais pour moi, ces quelques secondes ont paru être une éternité. Je suis si peu confiante en moi, j’ai tellement peur des personnes, des relations, à cause de mon passé, que pendant ces quelques secondes, tout a défilé en moi, toutes mes interrogations, mes peurs, mes doutes : IL VA DIRE NON.

Notre cérémonie civile // Photo : Olivier Baron

Crédits photo : Olivier Baron photographe

Tu le sens le malaise là ?

Il a fini par le décrocher ce oui ! Il m’a ensuite avoué qu’il cherchait juste comment le dire. Oui, mais voilà, le mal était fait, et ce petit instant, loin d’avoir gâché ma journée rassure-toi, a tout de même, le temps de trois secondes, apporté la tempête dans mon cœur. Aujourd’hui encore, lorsque j’y repense, mes peurs reviennent…

Dans la frénésie de cette journée, ce micro moment difficile pour moi est vite passé, le temps s’est mis à défiler à mille à l’heure. J’avais fabriqué des rubans pour que nos invités les secouent à notre sortie, je n’y ai même pas fait attention. J’avais bien l’intention de sortir de la mairie accrochée au bras de mon mari tout neuf, je suis presque sortie en gambadant, seule, suivi de ma fille, puis de mari tout neuf !

Je ne me rappelle pas comment nous nous sommes organisés ensuite, je ne me souviens pas du trajet, je me souviens très peu de l’arrivée sur le domaine, mais je me souviens des sourires présents aux lèvres de chacun. C’est bien ça le plus beau des bonheurs.

Notre cérémonie civile // Photo : Olivier Baron

Crédits photo : Olivier Baron photographe

Sortie de notre cérémonie civile // Photo : Olivier Baron

Crédits photo : Olivier Baron photographe

Et toi, as-tu eu des arrêts cardiaques, passages à vide, moments de doute à un des moments précieux de ta journée ? Comment as-tu géré ?



2 commentaires sur “Mon mariage broc, rétro, rock : le temps de se dire Oui”

  • Quel joli récit tu nous fais là ! Je suis toute chamboulée de t’avoir lue… <3 Et puis ces photos pour illustrer ton article, elles sont vraiment magnifiques 🙂
    J'ai moi aussi ressenti cet instant de flottement auquel tu fais allusion, je l'évoquerai lors du récit de mon mariage civil…

  • Oh ben zut, tu te mets trop de pression, tu imagines des trucs qui n’ont pas lieu d’être je suis sûre.
    Moi je trouve que j’ai un peu raté mon « oui ». Pas d’hésitation mais la voix qui déraille (j’étais enrhumée la semaine d’avant) et pas assez audible pour toute la salle. La maire m’a fait répéter. Ça a fait rire l’audience au moins.

Leave a Reply to Madame Pomme de Pin Cancel reply