Mon mariage broc, rétro, rock : les officiants

Après l’épisode de la mairie, nous voilà arrivés au moment que j’attendais avec tant d’impatience : la cérémonie laïque. Mais avant de te raconter son déroulé, je dois faire un bond en arrière, pour te parler de nos officiants.

Choisir les officiants de son mariage

Crédits photo : Olivier Baron photographe

Tu excuseras ma tronche, j’avais déjà commencé à chouiner au premier mot de nos officiants…

Je t’avais promis de t’expliquer comment nous avons demandé à nos témoins de devenir nos officiants. Pour tout te dire, ça n’a pas été une mince affaire.

via GIPHY

Nous avons avec nous nos quatre témoins, que nous connaissons donc évidemment très bien mais, parfois, on se fait une image des personnes qui peut être fausse. Du coup, je t’arrête tout de suite : si tu imaginais tata Huguette être ton officiante parce qu’elle a l’habitude de faire des exposés à son équipe au travail et que donc elle sait parler aux gens et être à l’aise, ou cousin Léonard qui adore trop faire des blagues pendant vos soirées alors il sera trop cool en officiant !

via GIPHY

Ben non.

Moi, vois-tu, quand je me suis imaginée ma cérémonie laïque, j’avais le déroulé en tête, mais j’avais aussi la vision des officiants parfaits, tous les quatre tellement à l’aise, beaux, cools, ça va le faire les doigts dans le nez !

via GIPHY

Ben non.

Ben non parce que vois-tu, peut-être que Tata Huguette, quand elle est au travail et qu’elle doit prendre la parole en public, sait exactement ce qu’elle doit dire et à qui. Elle maîtrise son sujet, elle maîtrise les visages qui la regardent. Et Cousin Léonard, c’est pareil : faire des blagounettes rigolotes face à ses amis de toujours, c’est une chose. S’adresser à un public inconnu, avec toute la pression qu’engendre cette journée, c’est autre chose.

C’est totalement ce qui nous est arrivé après leur avoir soumis notre idée. Parmi nos témoins, il y a le gars vachement cool, à l’aise en toutes circonstances, posé. Il y a aussi la jeune femme organisée, la tête sur les épaules, qui me connait très bien et sait comment je vois les choses. Il y a le mec flegmatique, pince sans rire, qui nous met à l’aise très facilement. Et il y a la nana trop rigolote, imaginative, hyper passionnée et motivée pour tout. Cet ensemble, vu par moi, semble parfait non ? Un groupe solide qui saura nous faire un truc du tonnerre !!

C’est tout à fait vrai, ils sont comme ça, ils sont merveilleux ! Oui, mais ils sont comme ça avec nous.

Mais, est-ce qu’on avait prévu que le gars ne soit pas à l’aise avec l’idée car il ne croit pas en « le mariage » et qu’il ne se sent donc pas légitime ?

Est-ce qu’on avait prévu que la jeune femme, toute organisée soit-elle, n’aurait peut-être pas le temps de gérer tout ça, avec sa vie déjà à mille à l’heure ?

Est-ce qu’on avait prévu que le mec, aussi à l’aise soit-il avec nous, ait une peur panique des discours ?

Est-ce qu’on avait prévu que la nana, aussi chouette soit-elle, ne soit pas aussi présente pour nous que nous l’aurions voulu parce que oui, elle a une vie elle aussi ?  

Ben non.

Tout ça pour dire que les choses qu’on imagine ne se passent pas toujours comme on le voudrait. Et dans ce cas, ce qui est le plus important, c’est la remise en question ET la communication. Quand nous avons réalisé que les quatre fantastiques étaient en fait des humains comme nous avec leurs failles, nous nous sommes demandés si, du coup, ils seraient quand même légitimes pour officier notre cérémonie.

La réponse est oui. Bien sûr que oui.

Alors nous leur en avons parlé, et puis nous avons cherché des solutions.

Nous leur avons expliqué ce qu’on attendait d’eux. Nous leur avons expliqué ce que ça signifiait pour nous que ce soit eux. Nous leur avons donné un fil conducteur pour les aider à voir ce qu’on imaginait et ce qu’on voulait qu’ils modèlent avec nos idées.

Mais nous avons fait autre chose aussi. Quelque chose de fondamental, qui était aussi notre plan B en cas de besoin : nous avons fait appel à Fabiola. Nous avons discuté avec elle, nous lui avons expliqué comme on pouvait ce qui clochait, nous lui avons expliqué que nos témoins semblaient perdus, et que nous aussi, parce qu’on ne savait pas comment leur expliquer sans leur couper leur liberté. Et je pense que ça nous a bien sauvé. Fabiola nous a envoyé des outils et ses conseils, et ça nous a clairement désembué le cerveau et les esprits.

Nous avons partagé ces outils avec nos quatre fantastiques, et nous leur avons dit qu’il ne fallait pas se mettre la pression, qu’après avoir pris connaissance de tout ça, s’ils ne se sentaient toujours pas, Fabiola pourrait les aider, et même carrément devenir notre officiante et que nous, nous ne serions de toute façon, dans tous les cas, pas déçus.

Finalement, ils ont décidé de s’y coller. Et tu sais quoi ? Ça n’aurait pas pu être plus parfait.

Choisir les officiants de son mariage

Crédits photo : Olivier Baron photographe

Nos quatre fantastiques en plein conciliabule

Et toi, comment as-tu demandé à ton officiant d’officier ? Est-ce que ça a été facile ? Raconte-moi.


Pssst ! Tu as besoin d’aide pour créer ta cérémonie laïque ? Pas de panique, Mademoiselle Dentelle est là pour toi ! Découvre le guide « Cérémonies laïques : Guide pratique pour une cérémonie qui vous ressemble » pour glaner toutes nos bonnes idées. Si tu fais appel à un proche pour officier celle-ci, je t’invite à faire un tour du côté de notre coaching de l’officiant afin de lui donner toutes les clés pour préparer et célébrer votre union ! ❤ 



6 commentaires sur “Mon mariage broc, rétro, rock : les officiants”

  • Tu peux pas imaginer comme ça résonne en moi ce que tu racontes…
    On en plain dans la recherche d’intervenants. Nos parents pas à l’aise, nous pas à l’aise avec d’autres… bref grosse galère…
    Plein de bisous 😘 😘😘😘😘

    • Oui c’est compliqué de trouver, et parfois de comprendre ce qu’ils ressentent, de se mettre à leur place. Moi qui suis assez à l’aise en public, au début je n’arrivais pas à comprendre pourquoi par exemple un simple discours (sans être officiant) pouvait être si compliqué, j’étais même limite vexée! Et puis en essayant vraiment de se mettre à la place des personnes, et surtout en se répétant qu’on n’est pas tous fait pareil, ça aide à ouvrir les yeux, c’est aussi une belle leçon d’humilité.

  • Nous avons eu un peu la même problématique. Les trois personnes auxquelles nous avions pensé nous on dit qu’elles ne se sentais pas à l’aise devant des inconnus. Nous avons donc fait appel à Fabiola aussi en tant qu’officiante. Et quel bonheur ! Nous ne regrettons pas une seule seconde et nous avons hâte d’être au jourJ

  • Je comprends ton raisonnement, et vous avez eu mille fois raison de penser en ce sens 🙂 Se mettre à la place de son/ses officiant.s c’est la base à mon sens, et ça permet de mieux appréhender la question (des 2 côtés d’ailleurs !) afin de travailler en cohésion sur la construction de sa cérémonie laïque.

  • Moi justement je me suis immédiatement mise à la place, si on m’avait demandé d’officier. En tant que personne introvertie et timide, l’idée d’officier pour quelqu’un m’angoissait et pour cette raison, j’imaginais très mal devoir faire subir cette angoisse à des proches (témoins, meilleurs amis, parents). C’est pourquoi on était partis pour prendre un officiant professionnel dès le début. Bon échec au niveau des rdv avec les pros. Finalement on a pris un vieil ami d’enfance avec qui je n’avais plus beaucoup de contacts et qui s’est proposé de lui-même. Finalement ça n’aurait pas pu être plus normal que ce soit lui, il était parfait pour le rôle.
    Tout ça pour dire que je comprends 1000 fois les ressentis, le stress de vos témoins, leur dilemme entre vouloir vous faire plaisir pour le plus beau jour de votre vie et l’angoisse de ne pas être à la hauteur de vos attentes.

Leave a Reply to Madame [ɑ̃]ncre Cancel reply