Mon mariage broc, rétro rock : le vin d’honneur – Partie 1 – Notre traiteur

Après notre cérémonie, il s’est mis à pleuvoir. Heureusement, ça a commencé vraiment entre la cérémonie et le vin d’honneur.

Pourtant, le matin, en installant le lieu, mon frère avait insisté :

« – Tu es vraiment SURE, Petite Sœur, que tu veux qu’on installe tout dehors ??

– Mais ouiii tu rigoles ou quoi il fait super chaud !!! »

Je devais être dans un micro climat, tu peux voir que sur mes photos des préparatifs, il faisait non seulement super beau, mais aussi super chaud ! Mon frère lui, qui était déjà sur les lieux, pourtant à 15 minutes en voiture de moi, voyait de gros nuages défiler. Tant pis pour les gros nuages. Il faut bien avouer que pendant la cérémonie, ça m’a traversé l’esprit, voyant les énormes nuages noirs s’amonceler « Mais qu’est-ce qu’on va faire s’il se met à pleuvoir pendant la cérémonie, avec les bancs et chaises en bois et les fauteuils en tissus et les invités sans parapluie et, et… haaaa ! »

Mais il n’a pas plu !

Comme je te le disais, il s’est mis à pleuvoir après. Bon très bien, sauvée ! Oui mais non. Le traiteur, lui, s’est installé dehors !

Alors évidemment, en grands professionnels qu’ils sont, ils auraient si besoin remballé très très vite leur matériel et remis tout cela dans notre plan B : l’Orangerie. Mais finalement, trois gouttes sont tombées. Peut-être quatre, et c’était fini ! Ouf !

Choisir son traiteur en Bretagne

Crédits photo : Olivier Baron Photographe

C’est le moment pour moi de te parler de mon traiteur en faisant donc un petit aparté pour te raconter comment nous l’avons trouvé.

Nous mariant loin de chez nous, nous voulions avoir une confiance absolue en ce prestataire en particulier. Lorsque nous avons trouvé notre salle, la propriétaire nous a donné une liste de prestataires avec qui elle avait l’habitude de travailler, qui connaissaient les lieux. Elle nous a dit également que nous pouvions passer par quelqu’un d’autre mais qu’elle souhaitait connaître leur nom avant que l’on valide, cela parce qu’elle a eu de gros déboires avec un prestataire par le passé et qu’elle ne souhaite pas que ça recommence et qu’elle veut les joindre elle-même pour leur expliquer les modalités du lieu.

Nous avons donc commencé à chercher via sa (longue) liste. Après avoir trié ceux qui ne nous correspondaient pas à cause du prix, ou pas assez « cool » (trop chics en fait) pour nous, nous en avons sélectionné deux. Comme tu l’imagines, à chaque fois ça a été compliqué, puisque nous vivions très loin, et que forcément, le weekend où nous pouvons nous y rendre sans trop de soucis, eux ont d’autres choses à faire. D’autant que, pour faire simple, ces deux traiteurs étaient dans le sud de la Bretagne, alors que nous étions complètement au nord !

Pour le premier prestataire, M. Tao a d’abord été assez enchanté. Moi, j’ai directement refusé. Ces prestataires étaient vraiment trop commerciaux pour moi. Ils ont essayé de nous vendre tout un tas de trucs en plus, des collègues prestataires sur d’autres services, et « regardez, je vous montre tous les avis positifs que nous avons sur les sites Internet, et voyez cette personne là on les a dépannés pour ci, et ceux-là ah la la les pauvres ils ont eu bla bla bla nous les avons vraiment sortis de la m… » stop ! Ce n’est vraiment pas le genre de personnes que j’apprécie, ça m’oppresse. Après y avoir réfléchi dans son coin, M. Tao a commencé à lui non plus, ne pas apprécier la démarche, surtout suite à leur phrase « il faut me donner votre réponse la semaine prochaine parce que ça se rempli vite cette date ! » Sauf que nous, nous avons encore un traiteur à voir, au minimum. Alors le rencontrer en une semaine alors qu’on doit rentrer en Île de France pour la semaine, ça va être compliqué. NEXT !

Le second prestataire nous avait carrément oublié. Nous sommes partis en Bretagne le vendredi soir car nous avions rendez-vous avec eux très tôt le samedi matin. 4h30 de route. Puisque nous avions encore 2h30 de route le samedi matin pour aller les voir, nous les avons appelés en partant le matin, pour nous assurer que c’était bon. « Ah mais je n’ai pas noté votre rendez-vous, nous ne pouvons pas vous recevoir ». Retour à la case départ.

Nous avons tout de même décidé de les rencontrer et nous avons donc refais un weekend breton pour eux. Ils étaient très bien, très professionnels, leur carte était très sympa, mais… Et oui, il nous faut un mais sinon c’est trop facile.

Nous nous marions en Bretagne parce que c’est notre région de cœur, nous l’aimons passionnément pour nos histoires familiales mais aussi pour sa beauté, et sa richesse. Nous voulions donc des produits régionaux !

Voici ce que nous voulions pour notre vin d’honneur et dîner :

  • Un vin d’honneur composé de boissons alcoolisées mais aussi de soft avec un bar à sirops (je ne bois pas d’alcool)
  • Un vin d’honneur « à rallonge » avec des ateliers bretons qui remplaceraient l’entrée du dîner
  • Un dîner assis, donc sans entrée, avec des produits régionaux

Nous voulions faire trois ateliers, idéalement un atelier galettes bretonnes, un atelier « mer » et un atelier « terre ». Pour ça, pas de problème, le traiteur pouvait le faire sans soucis. Pour le plat principal, nous voulions du poisson. Nous sommes en Bretagne que diantre ! Et bien leur carte n’en proposait QUE avec entrée, ou à des prix complètement ahurissants. Nous avons essayé de moduler les menus, nous avons négocié pour avoir le plat de l’un avec le dessert de l’autre, nous avons ramé pour avoir notre bar à sirops. C’était toujours « non, ce n’est pas possible, peut-être pouvons-nous plutôt faire telle chose avec telle chose ? » oui mais non. Ce n’est pas ce que nous souhaitions. Sans être enfants gâtés, ils ne nous proposaient pas du tout des choses du terroir, et vu le prix de leur prestation, c’était assez difficile à entendre. Nous étions bien embêtés parce que nous n’avions pas été emballés pas les autres noms et que nous ne voyions pas d’autres traiteurs à contacter.

Et puis nous avons rencontré notre photographe. En discutant avec lui, autour d’un café, il nous pose évidemment la question « vous avez trouvé votre traiteur » ?

Et nous, piteusement, lui expliquons que nous hésitons à dire oui à notre traiteur (qui cependant nous a dit « prenez votre temps, vu la date que vous avez choisi il n’y a pas foule » AH !).

Olivier nous parle alors d’un traiteur avec qui il a l’habitude de travailler, et nous donne ses coordonnées : Les Jardins du Prieuré. Lui aussi est dans le sud-ouest breton, à Quimper exactement, donc loin. Mais bon, nous ne sommes plus à ça près. Ils ont un restaurant et, lorsque nous les contactons, ils nous proposent de venir goûter les plats que nous choisirons directement au restaurant. C’est la première fois qu’un traiteur nous propose ça directement. Ni une ni deux, nous acceptons, et nous y rendrons avec mes parents et ma fille. Les devis qu’ils nous ont envoyé, les propositions, les échanges, tout était tellement agréable que c’en était une évidence. Les prix étaient totalement dans notre budget, moins cher que les deux autres prestataires alors que leur offre était la même voire meilleure et nettement plus modulable, il ne restait plus qu’à goûter.

Nous avons été accueillis par la gérante du restaurant, qui s’est excusée plusieurs milliers de fois car ce n’est pas elle qui serait présente à notre mariage. Mais l’équipe était en déplacement sur un autre mariage et lui avait confié le soin de nous recevoir en lui expliquant tout ce que nous souhaitions.

Ils nous ont donc proposé en entrée les petits fours qui allaient être présentés à nos invités. Une multitude de petits fours de différentes sortes.
Ils ne nous ont pas fait goûter les ateliers, trop difficile à mettre en place dans le restaurant, ce que nous concevons sans problème. Ensuite, ils nous ont apporté les deux plats que nous avions choisi et sur lesquels nous hésitions. Et enfin, les trois desserts qui nous tentaient.

Nous avons pu faire notre choix tranquillement, poser toutes les questions que nous avions, et nous sommes repartis sans rien payer (« vous êtes sûre ?? Oui oui ce sont les ordres ! ah ok »).

Bien évidemment, parce que nous avons été conquis non seulement par la qualité de leur nourriture mais aussi par leur contact humain, nous avons décidé de travailler avec eux, en totale confiance.

Choisir son traiteur en Bretagne

Crédits photo : Olivier Baron Photographe

Choisir son traiteur en Bretagne

Crédits photo : Olivier Baron Photographe

Choisir son traiteur en Bretagne

Crédits photo : Olivier Baron Photographe

Et toi, comment as-tu trouvé ton traiteur ? Est-ce que ça a été facile ? Raconte-moi tes difficultés !

Je me suis mariée en Octobre 2019, en Bretagne, accompagnée de notre joyeuse tribu recomposée. Un mariage tout simple, à notre image, un chouilla bordélique, composé de la cérémonie à la mairie bien sur, mais aussi d'une cérémonie laïque. Tu peux découvrir mes aventures ici, mais tu pourras également découvrir la fin de cette jolie histoire, et bien d'autres encore sur notre famille recomposée et les vagues, vaguelettes ou tempêtes que cela apporte par exemple, sur notre nouveau site "Paillettes & Chaussettes"! À tout bientôt j'espère!

Commentaires

  • Avatar
    Madame Chaton
    Répondre
    12 avril 2020

    Ah trop chouette. Je me retrouve beaucoup dans ton choix de traiteur, nous aussi on voulait un long apéritif avec des ateliers afin de ne pas avoir d’entrée pour le repas ! Et pareil, nous n’avons pas payé la dégustation ! On payait que si on décidait de ne pas les choisir, mais c’était le bon dès la première dégustation ! Il a l’air chouette cet atelier galette !! hâte de voir plus de photos de ton vin d’honneur et la suite de tes aventures !

  • Avatar
    Madame Pomme de Pin
    Répondre
    14 avril 2020

    Oooohhhhh l’atelier galettes bretonnes, quelle bonne idée, ça donne faim dis donc.

  • Avatar
    Mademoiselle Nala
    Répondre
    14 avril 2020

    Juste un mot à dire : MIAM MIAM !!!! 😛
    Oui bon ok, en fait il y en a 2…

    Je me doute qu’à distance, le choix du traiteur doit être d’autant plus compliqué :/ Vous avez trouvé brillamment votre bonheur, et c’est tout ce qui compte !

Poster une réponse