Mon mariage champêtre à paillettes : la cérémonie

Je dois t’avouer quelque chose : j’écris cette chronique avec en fond, la vidéo complète de notre mariage (et je suis ravie de trouver une occasion de la regarder encore une fois, et encore une fois, je suis en larmes). Même si je n’ai pas vécu un blackkout comme pour notre mariage civil, je préfère être certaine de ne rien oublier :).

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous arrivons donc sur le parvis de l’Eglise en DS. Ma Maman sort de la voiture pour accueillir les invités et me laisse dans la voiture. Je ne sais absolument pas quoi faire, sortir (mais toute seule) ? Rester dedans cachée ? Je n’ai pas envie de commencer la tournée des embrassades tout de suite et de prendre du retard.

Crédit photo : Charlène Drouel

Je choisis de rester « cachée » mais je ne peux pas m’empêcher de faire quand même de grands coucous aux invités que je croise… La reine du paradoxe :). Mon Papa arrive et me fait signe de sortir, je lui dis que ça serait quand même plus sympa qu’il m’ouvre la portière (quand je te disais que je me la jouais princesse) !

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous nous mettons en place pour le cortège sur le parvis de l’Eglise pendant que les derniers invités s’installent. Ils peuvent découvrir dans l’Eglise les petites pochettes pour les confettis et celles pour les « larmes de joie ». Sur les bancs, nous avons disposé la veille nos livrets de messe. Je te laisse deviner qui a encore gentiment donné de son temps et de son talent pour reproduire notre Eglise en aquarelle sur la couverture ?

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous avons choisi d’entrer en cortège : M. Redingote avec sa Maman, suivie de ma Maman et de son Papa, notre team est ensuite rentrée. Nous avions prévu à la base la même musique d’entrée pour toute cette liste de personne (le canon en D de Pachelbel, une version uniquement avec des cordes). Elle était assez longue pour permettre à tout le monde d’entrer sans se presser. Il y a eu un petit souci et la musique a été coupée quand M. Redingote a atteint sa place. Le reste de la team est donc entrée sur la Marche des Fiançailles de Wagner, qui normalement devait m’être réservée. J’ai encore eu peur de louper mon entrée, mais tout s’est bien passé. J’ai souris tout le long de la cérémonie, un peu crispée au début, puis plus détendue ensuite.

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Ça ne se voit pas forcément, mais j’ai un énorme bleu sur le bras, qui a grossi toute la journée (le matin, on ne le voyait quasiment pas). Je me suis en effet méchamment cognée la veille en préparant l’Eglise dans un montant de la porte de l’entrée. J’ai gardé ce souvenir pendant deux semaines !

Nous avons choisi une messe avec communion. Notre prêtre est excellent orateur, la cérémonie est passée à une vitesse folle, j’ai trouvé la messe très belle et personne ne s’est ennuyé (ou alors, ils sont tous très polis).

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous nous asseyons, Coloc replace mon voile et nous écoutons mon Papa et Maman Redingote pour le mot d’accueil. Le prêtre prend ensuite la parole et nous livre un superbe accueil, très personnalisé : il parle de mon attachement à mon village, de nos métiers, de nos familles, de nos régions. Il fait également un clin d’œil à ma grand-mère, très active dans la vie de notre paroisse. C’est d’ailleurs elle qui a joué à l’harmonium (quel cadeau !) et c’est grâce à elle que nous avons pu avoir une jolie chorale.

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

La cérémonie se passe de manière très classique : la Marraine de M. Redingote prend la Première Lecture, la Lettre de Saint Paul aux Corinthiens. Nous avons choisi nos lectures et nos chants avec soin : nous partageons tout ce que nous avons chanté, lu ou fait lire ce jour-là.

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous échangeons ensuite nos consentements. Je me retiens de ne pas pleurer pour essayer de parler distinctement, c’est peine perdue. Le frère et témoin de M. Redingote me sauve (tu la connais la mariée qui prépare des mouchoirs pour ses invités et qui n’en prévoit pas pour elle ?). M. Redingote se trompe de ligne et « me prend pour époux ». Oui, oui. Il n’a pas réalisé tout de suite et a continué sa phrase comme si ne rien n’était. Quand il a vu ma tête interloquée, il s’est rendu compte qu’il lisait ma ligne et a recommencé.

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous passons à l’échange des alliances, j’ai un très bon souvenir de ce moment : voir notre neveu, Petit M. remonter l’allée accompagné de ma filleule et de sa petite sœur, est un très beau moment. Je revois également encore sa bouille interloqué quand le prête a béni les alliances, et sa petite visite de l’autel en parlant bébé. Grand classique des mariages d’été, mon doigt a gonflé et mon alliance passe difficilement. J’avais entendu une fois le conseil d’une wedding planner qui disait à ses clients « si tu ne parviens pas à passer l’alliance, ne le montre pas et ne force pas ; celui qui a l’alliance au doigt pourra ainsi continuer à la mettre de manière discrète ». En y repensant, je trouve ça dommage. Finalement, une cérémonie de mariage n’est pas un show millimétré, tant pis si le marié « galère » un peu pour passer l’alliance, ce sont aussi les imprévus qui font le charme d’une cérémonie.

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous lisons notre prière des époux. Là, encore, les larmes sont difficiles à retenir. Le prêtre annonce ensuite un moment de prière en musique. Ce n’était pas prévu mais ma grand-mère n’a pas l’air étonnée. Je m’assoie et je me rends compte que ma tante est au pupitre : elle a chanté l’Ave Maria en solo. Je pleure, je pleure, je pleure. Le frère de M. Redingote se précipite pour me donner un nouveau mouchoir, j’en ai bien besoin. Si, depuis le début de la cérémonie, j’arrivais à pleurer de manière « discrète et élégante », j’ai tout lâché à ce moment-là.

Crédit photo : Charlène Drouel

Nos témoins lisent ensuite la Prière Universelle : nous avons pris garde de leur donner à chacun un paragraphe qui « leur parlait ». Ma meilleure amie le paragraphe sur le mariage, mon petit frère le paragraphe sur les enfants, le frère de M. Redingote le paragraphe sur nos familles et enfin R., le dernier témoin de M. Redingote, le paragraphe sur le monde qui nous entoure.

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous passons ensuite à la communion. Le prêtre aime que ça soit les mariés qui apporte les hosties et le vin en procession. Je fais signe à M. Redingote : il prend le vin, j’ai trop peur de me tâcher !

Crédit photo : Charlène Drouel

Le prêtre appelle ensuite les enfants avec nous dans le chœur pour le « Notre Père », c’est un très joli moment d’être entouré d’autant d’enfants ! Nous finissons aussi par la « Paix du Christ », nous allons embrasser nos parents, nos témoins, mes grands-mères et… je décide d’embrasser tous les enfants présents avec nous dans le chœur ! J’ai bien cru que ce moment n’en finirai pas !

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Je tenais également à déposer un bouquet à Marie, ce que nous faisons pendant le chant « Couronnée d’étoiles », qui m’arrache une larme à chaque fois que je l’entends.

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous terminons par la classique signature des registres pendant que ma grand-mère joue « Jésus que ma joie demeure » de JS Bach (comme j’aime cette musique !). Je pleure à chaudes larmes dans les bras de ma Coloc. Le prêtre nous fait également la célèbre blague du nombre de pages pour les enfants sur notre livret de famille catholique.

Crédit photo : Charlène Drouel

Nous sortons sous les confettis et les applaudissements de nos invités ! La messe a duré près d’une heure et demi et je n’ai absolument rien vu passer. Je peux t’avouer un truc ? J’ai très mal au dos à ce moment-là car je n’ai jamais voulu m’asseoir contre le dossier de ma chaise et j’ai bien fait attention à garder le dos droit… Quelque chose me dit que je ne suis pas prête de m’asseoir !

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel



7 commentaires sur “Mon mariage champêtre à paillettes : la cérémonie”

  • Oh tu étais tellement émue. C’était une magnifique cérémonie. Trop bien que ta grand-mère ait joué tout le long, c’est encore plus marquant.

    • Merci beaucoup ! Oh oui, j’étais émue. Je pense vraiment que la cérémonie a eu une saveur particulière grâce à ma grand-mère, c’est certain !

  • Une cérémonie vraiment personnalisée, comme le souligne Mme Pomme de Pin, c’est vraiment un super cadeau d’avoir eu ta grand-mère au piano ! Tu es superbe dans ta jolie robe, et le voile c’est la cerise sur le gâteau ! Sublime ! Vous êtes trop mignons tous les deux 🙂

  • Encore de sublimes photos et encore plein d’émotions !! Et vraiment super d’avoir pu autant personnaliser votre cérémonie ! c’est top que vous ayez eu en plus ce joli cadeau de ta grand mère !! Décidément un très beau mariage ! <3

  • Vu le nombre de larmes versée ta cérémonie devait être tres émouvante ! J’imagine qu’avoir sa grand-mère à l’harmundium doit avoir une saveur vraiment particulière ! Vous êtes toujours aussi beau 🙂

  • Vous avez l’air d’avoir eu une magnifique célébration. Mon mari et moi nous nous sommes mariés à l’église et étant très croyante j’aurais aimé une communion, mais notre prête nous a dit que ça ne se faisait pas vraiment lors des mariages car les invités viennent pour les mariés et non pas pour la religion et que tout le monde ne communira pas, donc dommage car j’y tenais vraiment … Peut-être pour le renouvellement de vœux si nous le faisons religieusement …

Commente ici !