Mon mariage champêtre saupoudré de touches geek : le rush des dernières semaines

Aloha, oui, je suis de retour !

Alors je voudrais m’excuser de t’avoir fait attendre si longtemps pour le récit de mon joli jour, mais il y a plusieurs raisons à ça.

Tout d’abord, Chéri et moi sommes partis en voyage de noces à Chypre (je te raconterai ça très bientôt !) quelques jours après le mariage, puis dès notre retour, nous avons dû déménager en urgence suite à un problème directement lié à notre mariage (ça aussi, je t’en parlerai très vite). Je n’avais donc pas vraiment le temps d’écrire durant les deux premiers mois qui ont suivi.

Ensuite, j’ai mis plus de quatre mois à recevoir mes premières photos et vidéos du jour J, et je ne sais pas vraiment pourquoi, mais je ne voulais pas écrire tant que je ne les avais pas reçues. Comme si elles pouvaient me faire découvrir un détail inaperçu, un autre point de vue, ou encore me rappeler des choses oubliées…

Enfin, sache qu’il y a un délai entre le moment où je finis d’écrire ma chronique et le moment où tu la lis car oui, je ne suis pas la seule chroniqueuse (ça alors !) et il faut bien planifier tout ça.

Mais bref, aujourd’hui, je reprends le récit où je m’étais arrêtée, soit quelques jours avant le jour J.

Petit aparté sur notre état d’esprit

Bon, je ne vais pas te détailler jour par jour ce qui s’est passé durant les dernières semaines, mais sache que c’était la grosse course. Depuis un bon mois, en fait. Pourtant, nous étions bien organisés et jusqu’à présent, nous suivions bien notre rétroplanning.

Mais depuis le mois de janvier (soit six mois avant notre joli jour), Chéri et moi avions changé de travail, ce qui impliquait des retours à 19h30-20h tous les jours et nous laissait fort peu de temps pour gérer la maison (ben oui, le repas/ménage/autre tâche ménagère ne se fait pas tout seul…) et le mariage par-dessus le marché.

Et les weekends, me diras-tu ? Eh bien, en fait, nous n’en avons quasi pas de disponibles, car comme nous habitons loin de nos familles et amis, c’est toujours nous qui devons faire la route pour participer à telle ou telle activité. Et de façon plus personnelle, Maman a de gros soucis de santé qui font qu’au moins un jour par semaine, on est chez elle.

Bref, tout ça pour dire que c’était le gros rush mais que je ne voulais pas abandonner mes idées prévues de longue date parce que j’avais déjà commencé à bosser dessus et que je ne voulais pas que tout le temps passé dessus ne serve à rien. Bon, j’ai dû m’y résoudre pour certaines choses mais pour d’autres, je ne voulais pas en démordre !

La préparation du mariage nous a révélé beaucoup de choses, entre autres que Chéri et moi ne sommes pas faits pareil.

Pour ma part, j’ai un sens du devoir assez prononcé : quand je suis engagée dans quelque chose, je m’y tiens, même si je dois vraiment prendre sur moi. Je suis capable de dormir peu et de travailler des jours entiers sur la même chose pour que ce soit comme je l’avais imaginé. Le côté pervers, c’est que je m’enfonce dans ce processus d’auto-pression et que je ne suis plus capable de prendre de la distance par rapport à ce qui est réellement important (et je ne parle pas que des tâches à effectuer : j’en oublie même mes proches et… moi-même). J’en deviens donc exécrable.

Chéri, par contre, dispose d’une réserve d’énergie limitée : quand y’a plus, y’a plus, faut attendre le lendemain pour renouveler le stock. Cette attitude lui permet de garder la tête froide et de ne pas risquer le surmenage, contrairement à moi. Et donc, même avec la meilleure volonté du monde, Chéri ne pouvait pas suivre toutes les choses que je nous avais imposées dans le temps imparti.

Ça a créé pas mal de soucis dans notre couple, d’ailleurs, car je m’étais vraiment mise en mode rouleau compresseur : “Moi j’ai décidé que je le ferai, si vous n’êtes pas capables de m’aider, barrez-vous et foutez-moi la paix.” Et ce même avec les personnes de mon entourage qui ne faisaient qu’essayer de m’aider… C’est difficile de poser des mots sur cette période-là, mais sache simplement que la dernière période de préparatifs a engendré beaucoup de stress, de pression et même quelques disputes au sein de notre couple et avec nos proches.

(Après avoir écrit cet article, je suis tombée sur la chronique de Mme Biche, qui décrit fort bien le sentiment de burn out/solitude que j’avais durant les préparatifs, je te conseille donc vivement d’aller le lire. La différence majeure étant que dans son cas, ça ne semble pas avoir joué sur son couple, alors que dans le mien si – même si après coup, je me suis rendu compte que Chéri m’avait également toujours soutenue, mais à sa manière.)

La mise en place de la décoration

Mais bref, nous avons tenu bon et à quelques exceptions près, nous avons pu finir tout ce qui était prévu, mais vraiment dans les dernières limites (genre vers 3-4h du matin la veille de la mise en place…) alors que nous avions pris deux semaines de congé et qu’on pensait être larges…

Nous avons ensuite eu la chance d’avoir des membres de nos familles et quelques amis qui nous ont aidés à tout placer durant la semaine. Il faut savoir que nous avions la salle à notre disposition les lundi, jeudi et vendredi qui précédaient le samedi de notre mariage.

Le lundi était dédié à la décoration en hauteur, donc le fameux rideau lumineux. C’est Chéri et Papa qui s’en sont occupés (Chéri sur l’échelle et Papa qui assurait en bas), ils ont fini à 20h et ils étaient littéralement épuisés.

C’est que toutes les poutres n’étaient pas accessibles avec une échelle de type “nacelle” et que pour atteindre les plus hautes, il a fallu utiliser une échelle simple (à poser en biais, donc), qu’il fallait bouger de nombreuses fois afin que Chéri puisse étendre tout le tissu sur chaque poutre, en faisant attention de ne pas faire de nœuds dans les fils lumineux…

J’avoue que je n’y croyais plus quand à 17h, il n’y avait qu’une seule poutre de faite sur les cinq, mais Chéri m’a dit qu’il y arriverait et il y est arrivé. Il m’a vraiment bluffée ce jour-là !

Mise en place de la déco du mariage

Crédits photo : Photo personnelles

Pour rappel, voici le fameux rideau lumineux qui leur a posé tant de soucis à installer

Le jeudi était consacré à la décoration de la salle et des tables.

Chéri s’est occupé d’installer le coin photobooth avec notre borne photo DIY, le décor avec les grues colorées (DIY aussi) et il a agrafé des voilages autour des colonnes de bois pour faire un rappel avec le voilage du rideau lumineux en hauteur.

Maman s’est occupée de répartir la décoration sur les centres de table (j’avais fait quatre ou cinq styles de décoration différents pour les vases et bougeoirs, du coup, elle avait l’embarras du choix, ha ha). Si tu veux la liste exacte de ce qu’il y avait sur chaque table, je te renvoie à ma chronique précédente.

Et moi, je me suis occupée de mettre les lanternes colorées dans nos tentes à l’extérieur, afin d’apporter une touche de couleur à tout ce blanc.

Mise en place de la déco du mariage // Photo : Ultraspider Wedding

Crédits photo : Ultraspider Wedding

Voilà ce que ça donnait le jour J

Une fois rentrés à la maison, je me suis bien pris la tête afin de concocter la meilleure solution savonneuse pour parvenir à faire mes bulles de savon.

Je t’en parlais précédemment, j’avais prévu une sortie de commune sous les bulles (la seule que l’on fera, donc je voulais marquer le coup) étant donné que notre commune n’acceptait ni le riz, ni les cotillons, ni tout autre chose qui nécessite un nettoyage. J’avais peur qu’avec de simples ustensiles où il faut souffler à la bouche, à trente personnes max, ça ne fasse pas assez de bulles en même temps. J’avais donc opté pour des pistolets à bulles, et j’ai voulu préparer la solution savonneuse. Oui oui, à la dernière minute, comme ça, n’en ayant jamais fait avant.

J’ai essayé cinq recettes et dosages différents, ça ne fonctionnait jamais assez bien : oui, j’avais une ou deux bulles, mais clairement pas la ribambelle de bulles espérée… Bon, ben tant pis, on ne va pas y passer la nuit, je laisse tomber les pistolets à bulles. On sortira sous les applaudissements, et puis c’est tout…

Après m’avoir serrée dans ses bras (j’en avais besoin !), Chéri a profité de la soirée pour écrire ses vœux de mariage avec moi. C’était quelque chose qui me tenait vraiment à cœur, je voulais vraiment lui “déclarer” quelque chose ce jour-là, même si nous ne les lirions pas devant tout le monde mais plutôt entre quatre yeux. Chacun de son côté, nous avons donc écrit (même si nous avions déjà jeté les grandes lignes chacun, il y a toujours quelque chose à ajuster, fignoler…).

Après ça, toujours sous le coup de l’émotion, nous nous sommes pris dans les bras, en se disant que ce serait probablement le seul moment de calme que nous aurions avant le dimanche. Et en effet…

Le vendredi, Belle-Maman est arrivée avec les fleurs. Je te l’avais déjà dit, je n’aime pas les fleurs coupées. Néanmoins, j’étais d’accord pour qu’il y ait un petit bouquet “nature” par table, pour le côté frais, coloré et champêtre.

Je te disais que j’avais décoré des vases de plusieurs formes et tailles, sans savoir lesquels seraient les mieux adaptés au bouquet de chaque table. Eh bien finalement, il s’est avéré que j’avais raison : les deux tailles “standard” de vases que j’avais communiquées à Belle-Maman (et donc au fleuriste) n’allaient pas avec le bouquet ! Du coup, j’ai dû me rabattre sur des vases disparates (deux-trois comme ceci, quatre-cinq comme ça…) pour mes treize tables.

Je me suis aussi aperçue qu’il y avait eu une petite erreur lors du dressage des tables : ils avaient mis les couverts pour dix personnes sur une table de huit, les gens auraient été vraiment trop serrés… Du coup, hop hop hop, le traiteur a vite changé la table et nous avons réajusté tous les centres de table.

Nous avons ensuite placé toute la décoration de la salle (livre d’or, arbre à empreintes, etc.) et ouf, on a terminé le tout pour 15h45 (on devait impérativement quitter les lieux pour 16h).

Mise en place de la déco du mariage // Photo : Ultraspider Wedding

Crédits photo : Ultraspider Wedding

À gauche, une table d’invités et à droite, notre table d’honneur, sur lesquelles tu peux remarquer nos divers éléments de décoration

Mes dernières heures en tant que Mademoiselle

Mais ce n’était pas fini, non non ! Si tu te souviens bien, nous avions un spectacle d’entrée à répéter ! La dernière répétition générale avait eu lieu cinq jours avant et, par mesure de précaution, nous avions décidé de consacrer une à deux heures max la veille pour répéter une dernière fois, même si ce n’était pas en conditions réelles (puisque la salle nous était maintenant inaccessible).

Ça a été plus utile à certains qu’à d’autres (Chéri par exemple connaissait parfaitement sa choré, alors que moi j’avais besoin de réviser certains détails) mais dans l’ensemble, nous avons bien fait ! Ensuite, nous sommes rentrés chez nous pour devoir nous séparer.

En effet, le vendredi soir, il était convenu que Chéri aille manger avec sa famille paternelle, revenue spécialement d’Allemagne pour notre mariage, et qu’ensuite, il irait dormir à l’hôtel avec eux. De mon côté, je devais aller manger avec ma famille maternelle italienne puis dormir chez Maman, où nos proches nous rejoindraient le lendemain matin.

J’ai dit au revoir à Chéri, un peu triste et impatiente en même temps, lui donnant rendez-vous pour notre découverte en toute intimité le lendemain matin. Lorsque j’ai salué les membres de ma famille, ceux-ci ont bien vu à ma tête que j’avais surtout besoin de tranquillité et de sommeil plutôt que d’un repas festif en famille. Ils sont donc allés au resto sans moi et je suis restée seule chez Maman.

À minuit, la veille de mon mariage (enfin, le jour même du coup, m’enfin, tu m’as comprise), j’étais avec un masque d’argile sur le visage, de l’huile de coco dans les cheveux, en train d’écrire mon discours de remerciements pour nos invités (ça m’est revenu en tête d’un coup, et je remercie chaudement Mme Kiska, avec qui j’étais en contact à ce moment-là, de m’avoir envoyé les siens pour que je puisse m’en inspirer).

Maman est revenue à la maison après le resto, et après avoir fini les toutes dernières tâches à faire, je suis allée me coucher dans ce qui avait été ma chambre d’enfant, pour ma toute dernière nuit de Mademoiselle.

Jusqu’à ce moment-là, j’étais très stressée. Que dis-je, j’étais un véritable rouleau compresseur, à tout vouloir finir dans les temps, tant et si bien que beaucoup se demandaient si j’arriverais à lâcher prise le jour J pour réellement en profiter. Une fois dans mon lit, puisque j’avais fait tout ce qui était sur ma liste et que le reste ne dépendait plus de moi, je me suis enfin endormie sereinement (l’épuisement a beaucoup aidé aussi !).

Derniers jours avant le mariage // Photo : Ultraspider Wedding

Crédits photo : Ultraspider Wedding

La citation sur la mur de chez Maman, totalement adaptée à mon état d’esprit ce jour-là…

Et toi ? As-tu eu du mal à lâcher prise sur certains détails alors que ton mariage approchait ? Dans quel état d’esprit étais-tu ? Comment s’est passée ta dernière nuit de demoiselle ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



5 commentaires sur “Mon mariage champêtre saupoudré de touches geek : le rush des dernières semaines”

  • Ce rideau lumineux est juste sublime!!! Bravo en tout cas car la réalisation n’a pas du être simple. Où as tu trouvé le tissu ? Et qu’as tu pris comme tissu. Ma pauvre tellement de stress dans ces dernières semaines j’espère que tu as pu bien profiter de ta belle journée

    • Merci, oui le rideau était magnifique, tellement même que beaucoup ont cru qu’il appartenait à la salle !
      Il faisait de mémoire environ 30m de long sur 3m de large, et nous l’avons fait nous-même, Chéri et moi, en cousant dans le tissu les fils d’un rideau de LEDs. Il y avait plus de 600 points de couture, on a fait ça dans les derniers temps, dans le rush le plus total. Je crois que ça nous a demandé 2-3 jours pleins, genre 12h/jour.
      Je ne me souviens hélas plus du type de tissu je t’avoue, mais c’était du solide car un simple voilage n’aurait pas supporté le poids des fils et se serait déchiré.

  • Ça me fait toujours quelque chose de lire une future mariée en stress pendant la dernière ligne droite, et encore pire en sachant que son couple en a souffert pendant un moment… 🙁 De ton côté tout est rentré dans l’ordre, c’est le principal !

    Je me souviens de ton rideau lumineux, je plussoie Mme Néfertiti il est sublime ^^ Hâte de découvrir la suite mais je suis sûre que tout ce rush a porté ses fruits et que votre mariage était magnifique 🙂

    Par contre chapeau bas pour ta dernière nuit de Mademoiselle séparée de ton chéri, j’avoue que je ne pourrai jamais !!! A bas les traditions nous concernant, nous dormirons ensemble la veille du jour J 😉

    • Oui honnêtement ça n’a pas été une période facile, et il a fallu un certain temps de repos et de tranquillité par la suite pour dissiper toute cette tension accumulée au sein de notre couple.
      A présent heureusement, notre couple va très bien, nous sommes très heureux d’être mariés et nous nous sentons capables d’affronter tous les obstacles ensemble ;-).
      Merci pour le compliment du rideau, quant au reste de notre mariage tu le découvriras très vite ;-).
      Et pour la dernière nuit séparée, dans notre cas tout du moins, il s’agissait plus de profiter de nos familles respectives, venues de loin, plutôt que de respecter la sacro-sainte tradition de la “dernière nuit séparés” 😉

  • Oops, je suis passée à coté de cette chronique ! Je suis très heureuse d’avoir pu te filer un coup de main dans le rush du dernier jour, je sais à quel point ça peut être difficile… D’ailleurs, ton recit de donne des palpitations, on s’y croirait ! Je suis heureuse que tout ça soit désormais derrière toi, et ai hate de découvrir vos belles images 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *