Mon mariage civil Années Folles : les jours d’avant

Tu te souviens de moi ?

Je t’ai laissée depuis tellement longtemps et j’en suis vraiment désolée. Comment t’expliquer cette absence ? Une vie bien remplie, un changement de poste, un petit wedding blues (ok, un très (très) gros) qui m’a donné envie de m’éloigner un peu de l’univers « mariage », ont fait que j’ai tardé à reprendre la plume et mon récit.

Je reviens donc timidement mais j’espère que tu seras quand même contente de me lire ! Alors, j’en étais où déjà ? Ah oui, au tout début 🙂 Si tu veux bien, je vais passer directement au récit de mes mariages, et je m’autoriserai des digressions régulières pour te raconter des anecdotes. J’ai perdu la plupart des photos de nos préparatifs puisque mon téléphone a « planté » et je n’avais pas fait de sauvegarde. Je te montrerai donc directement les photos de notre talentueuse photographe, ou certaines que j’ai pu récupérer auprès de ma famille.

Crédit photo : Charlène Drouel

Crédit photo : Charlène Drouel

Nos photos de couple après notre mariage civil

Tu ne sais plus qui je suis et tu as la flemme de relire mes chroniques précédentes ? Je te comprends ! Voici un petit résumé pour t’aider à y voir pour clair : je me suis mariée en deux épisodes avec mon amoureux, M. Redingote. Nous avons fêté nos 30 ans et nous nous sommes mariés civilement le même jour, sur le thème des Années Folles, en mars. Nous avons ensuite remis ça en juillet pour notre mariage religieux. Ah oui, c’était en… 2017 (quand je te dis que je suis très en retard pour te raconter tout ça).

Apprendre à déléguer

Reprenons donc notre récit quelques jours avant notre mariage civil. J’ai dû me faire opérer 15 jours avant notre mariage : cette opération m’angoisse, mais ne peut pas être reportée après. Je me fais donc opérer, tout se passe très bien, et j’ai profité de ma convalescence pour finaliser toute la préparation : les DIY sont presque terminés (il ne restera que quelques petites choses à terminer), le photobooth est prêt, nos tenues nous attendent sagement, je recontacte nos prestataires…

J’en profite également pour faire et défaire notre planning : planning de la semaine précédente, planning de l’installation du vendredi (nous avons la salle à 16 heures, il faudra être efficace) et planning du jour J. Pour chaque jour, je décompose les tâches au maximum, en prenant en compte la durée de la tâche + 15 minutes de marge et j’affecte mes gentils volontaires en fonction de leur caractère (ma super copine hyper méticuleuse aura la mise en place des nappes, mon beau-frère un peu dissipé se chargera de l’installation des guirlandes lumineuses).

Crédit photo : Charlène Drouel

Une partie de notre décoration de table : sur les fleurs « papier musique », j’avais imprimé les partitions de « L’hymne à l’amour »

Une petite astuce : ne t’affecte aucune tâche, absolument aucune pour la veille et le jour J. Délègue tout (je t’en parle juste après), tu répondras à toutes les questions de tout le monde et je t’assure que c’est une tâche à part entière. Je n’avais également affecté aucune tâche à ma meilleure amie, ma témoin : comme j’aimais à le dire « elle sait tout, elle est dans ma tête », tout comme moi, sa tâche principale était la coordination de tout ce petit monde.

Pour déléguer au maximum, j’ai eu recours à plusieurs astuces :

  • tout noter très précisément sur le planning : qui, quoi, où, comment, combien de temps. Ça fait un peu psychorigide de l’organisation mais je t’assure que ça nous a vraiment aidé à y voir plus clair. Ça m’a permis aussi de me rendre compte qu’il allait falloir du monde et du temps pour installer les guirlandes électriques, mais que par contre la mise en place des tables serait plus rapide. Nous avons donc commencé par les guirlandes (dis comme ça, ça paraît logique, mais je t’assure que lorsque tu as 10 paires de bras qui attendent tes ordres, ça peut vite partir dans tous les sens)
  • faire des cartons de déco : un carton de déco par table, puis ensuite des cartons par thème (les badges, les cadeaux invités, la barbe à papa…). Ces cartons contenaient bien entendu la déco mais aussi les « outils » (le dévidoir à adhésif pour coller les photos par exemple) et une feuille de consignes avec le récap de la mise en place (j’avais pris des photos en amont) + mes consignes
  • affecter les personnes à des tâches qui vont leur plaire : c’est toujours plus sympa de faire ce que l’on aime. J’ai donc fait les équipes en fonction des affinités et j’ai bien fait. L’installation s’est passée dans la bonne humeur et tout a été terminé bien avant l’heure prévue.
  • imprimer de nombreux exemplaires du planning : pour moi, ma témoin, mais aussi pour disposer partout dans la salle. En un coup d’œil, je savais ce qu’il restait à faire et si nous étions dans les temps.

Je ne sais absolument pas déléguer et je déteste ça, mais je suis assez fière de moi : j’ai réussi ! Je pense que l’appui de ma meilleure amie, son investissement de dingue ainsi que celui de notre famille et nos amis ont beaucoup joué. Je savais que je pouvais compter sur eux, je n’avais aucune crainte et j’ai pu me laisser porter plus facilement que ce que je pensais. Comme je te le disais, ma meilleure amie « était dans ma tête » : elle savait tout. Si tu peux, appuie-toi sur quelqu’un qui sait tout de ton mariage. Elle pouvait répondre à toutes les questions pratiques/techniques/décos à ma place et c’était un vrai confort. Je t’ai dit qu’elle assurait ?

Crédits photo : Photo personnelle

Notre papeterie, envoyée à M-2 : tout a été décliné dans ces couleurs (je t’en reparle très vite !)

J’ai également fait un planning jour J où j’ai demandé à nos amis/famille proches d’assumer de petites tâches : ouvrir au traiteur, vérifier la mise en place, regarder l’heure pour lancer l’apéritif, allumer les bougies… Ils avaient tous une seule tâche (ou deux toutes petites) à exécuter dans la journée, ça leur a permis de profiter mais de nous soulager énormément. Dans ce planning, il y avait également nos horaires de passage chez le coiffeur et d’habillage. Tous les plannings/consignes déco étaient enregistrés sur mon Google Drive : plus facile à modifier et à « transporter » où que j’étais.

La semaine d’avant : les choses se gâtent

Je reprends donc le travail après mon arrêt : j’ai trois jours à travailler avant mon congé spécial mariage. Trois jours où je ne pense qu’à mon mariage et où le stress monte sans que je m’en rende compte (oui, oui, c’est possible).

Le lundi, je déjeune avec une amie dans un restaurant que j’adore et… je ne parviens pas à manger, littéralement. Au retour de la pause déjeuner, ma collègue s’inquiète : je suis très pâle. On met ça sur le compte du déjeuner manqué, elle me force à boire une tisane (qui passe difficilement) et me force à rentrer chez moi plus tôt. Je me repose (heureusement, tout est quasiment finalisé pour le mariage) mais je ne mange toujours pas.

Le mardi, toujours au travail, avec dans le ventre… une tasse de thé. Je suis normalement une bonne mangeuse et c’est la première fois de ma vie que je perds l’appétit. Tout me rend malade. La journée se passe normalement et je me dis qu’au moins, moi qui avait peur de ne plus rentrer dans ma robe, je me suis inquiétée pour rien.

Crédits photo : Photo personnelle

Les essais sur le plan de salle, avec les tables découpées à l’échelle pour mieux se projeter

Le mercredi, dernier jour de travail, je suis à priori très pâle (logique, je ne mange toujours pas). Je mets du blush (j’adore le blush), ça fait illusion.

Le midi, il me prend une lubie : et s’il faisait froid samedi ? Ils annoncent du temps mitigé mais une quinzaine de degrés. Nous sommes en mars, je n’ai pas confiance en la météo alors je réquisitionne ma super copine (la même que le lundi) et on va acheter une écharpe… Qui n’irait absolument pas avec mon manteau et ma robe, mais au moins, j’ai une écharpe : ma lubie est satisfaite. Je rentre tôt chez moi et nous préparons nos valises. Le lendemain, nous partons chez M. Redingote pour tout préparer !

Je suis toujours malade : je n’ai toujours rien avalé, j’ai la nausée dès que j’essaie de manger et je deviens vraiment palote. Mais je suis quand même sur mon petit nuage : dans 3 jours, j’épouse mon mari !

Bonjour, bonjour, je suis Mademoiselle Bulles et je me suis mariée en deux fois (en mars et juillet 2017) avec M. Redingote. Notre mariage civil a eu pour thème "les années folles" et on a embarqué nos invités dans une ambiance rétro et joyeuse. Pour notre mariage religieux, pas de thème mais un esprit "champêtre chic", avec des touches corail, pêche et doré. Tu peux me retrouver sur Instagram sur @mmebulles ; m'écrire à l'adresse mmebulles@gmail.com ; me rejoindre sur www.paillettesetchaussettes.fr ! A bientôt !

Commentaires

  • Avatar
    Madame Chaton
    Répondre
    14 mai 2020

    Welcome back Madame Bulles !! Cette photo de couple après votre mariage civil est vraiment canon ! hâte d’en voir plus ! Je comprends que tu aies été stressée avec ton opération. 15 jours c’est peu pour se remettre !! Du coup tu nous laisses dans l’angoisse, j’espère que ce n’était rien de grave et que tu t’aies bien remise pour ton mariage !! hâte de lire la suite 🙂

  • Avatar
    Madame Crapate
    Répondre
    16 mai 2020

    Quelle organisation ! Moi qui suis plutôt pas du tout organisé ( mais qui aimerait l’être) j’ai trouvé ça bizarrement satisfaisant à lire ! Par contre c’est vraiment dommage que tu te sois sentie si mal à cause du stress ! Tes fleurs à papier à musique sont très belles !

  • Avatar
    Aurélie
    Répondre
    17 mai 2020

    Sacrée organisation ! Hâte de savoir si tout ceci t’a bel et bien permis de te détendre la veille ! Superbe la papeterie, j’adore les couleurs, et ça fait très Gatsby 🙂 C’est quand même chaud une opération 15 jours avant de se marier :/ et bizarre aussi de t’être sentie si mal … j’espère que tout se passera bien pour toi avant de te marier !

  • Avatar
    Madame Presque Relax
    Répondre
    18 mai 2020

    Haaaa le retour de mme bulles. bienvenue dans la team en retard de 2017 🙂 quelle organisation, j’ai hâte de lire la suite.
    elles sont magnifiques tes fleurs en papier musique

Poster une réponse