Mon mariage civil Années Folles : la veille

J’aurai aussi pu appeler cet article « où comment j’ai failli ne pas assister à mon propre mariage »…

Je t’ai donc laissée le mercredi soir. Mon fiancé (et mes amis, à distance), commencent à s’inquiéter pour moi. Oui, je suis de nature stressée, mais je l’extériorise assez facilement normalement. Là, je suis comme paralysée par le stress : je ne mange plus ou très peu et ma santé commence forcément à en pâtir.

Le jeudi : des fleurs et encore des fleurs !

C’est donc en petite forme que je pars récupérer ma témoin et meilleure amie à la gare. Je t’ai déjà dit que c’était la meilleure ? Elle a eu la gentillesse de poser deux jours pour m’aider. Et savoir qu’on va la chercher, ça commence déjà à aller mieux, je reprends des couleurs. Je lui saute au cou à sa sortie du train et on commence le briefing :). Ou plutôt, mon mari commence le briefing : « elle ne va pas bien, contrairement à ce qu’elle te dit tous les jours par texto ». Ah. Bon, bah, d’accord.

Et là, j’avoue que je ne sais plus ce qu’il s’est passé ni comment ça s’est passé, mais le fait de la savoir à mes côtés, ça m’a enlevé un vrai poids ! Bon, mon stress est toujours présent mais je réussis à manger un peu le midi, youpi !

Crédit photo : Charlène Drouel

Le rendu de nos achats fleuris à la Mairie

Avant de prendre la route, nous passons chez un grossiste en fleurs : à nous la gypsophile, les eucalyptus, les lisianthus et plein d’autres très jolies fleurs dont j’ai oublié le nom. Nous préparerons deux bouquets pour décorer la Mairie (la seule décoration prévue) et des mini bouquets pour les tables, qui seront mélangés aux fleurs en papier que j’ai préalablement préparées.

Nous passons notre après-midi à préparer les mini-bouquets de gypsophile et d’eucalyptus et les deux bouquets de la Mairie. Nous les faisons très serrés, et comme ce n’est pas notre métier, ça nous prend un temps fou. Mais ce temps fou me fait beaucoup de bien. Je suis ravie d’avoir prévu tout l’après-midi pour cette activité manuelle. Mes mains sont occupées par les bouquets, mes pensées par les conversations enjouées, bref, tout va bien.

Tout ? Non, je me prends régulièrement des petits coups de stress qui se manifestent par de mini crises de panique. C’est un peu déroutant mais ma meilleure amie (me) gère, comme toujours. Nous en profitons aussi pour parler du samedi, recaler le planning (elle s’est mariée l’année juste avant, on se sert donc de son expérience).

Crédit photo : Charlène Drouel

Notre fond de photobooth avec toutes les rosaces dépliées : il y a eu du travail en amont pour les préparer et pour les déplier !

Le soir, nous finalisons la décoration : nous déplions et montons les rosaces qui serviront de fond au photobooth, ainsi que les guirlandes de tassels. Nous nous couchons avec le sentiment du devoir accompli, et pour moi un mal de ventre qui va me tenir éveillée toute la nuit et un mal de tête qui empire…

Vendredi : journée compliquée…

Je me réveille (enfin, je ne me souviens plus avoir dormi) avec une barre dans la tête et des douleurs dans le ventre qui me font me tordre de douleurs très régulièrement. Je suis donc renvoyée au lit par Coloc, ma témoin : elle gère le début de la matinée.

Nous n’avons la salle qu’à 16 heures, les tâches du matin sont donc peu nombreuses : accueillir nos amis venus nous aider, préparer les brochettes de bonbons et d’oursons, monter les serviteurs pour le goûter d’honneur, préparer les pyramides de guimauve… De mon côté, c’est toujours la « cata » et d’après mes amis : je suis tantôt blanche, tantôt verte, tantôt jaune, voire « couleur papier peint » d’après R. un des témoins de M. Redingote.

Je fais un nouvel essai de « réveil » et c’est parti : nous sommes hyper nombreux et nous nous mettons à table. C’est une vraie joie de les voir tous arriver au fur et à mesure pour venir nous aider. J’ai vraiment un très bon souvenir de la grande tablée du midi ! Comme je ne vais toujours pas mieux, on appelle le médecin de famille de ma belle-famille : compréhensif, il me donne rendez-vous à la fin de sa journée de travail.

À nous la déco !

14 heures, nous partons pour déposer les deux bouquets à la Mairie : nous « tombons » sur l’Adjointe au Maire qui nous mariera le lendemain. Je suis très contente de pouvoir faire sa connaissance et nous en profitons pour lui donner quelques informations sur nous et notre mariage : nous venons nous marier dans la ville d’origine de M. Redingote, il y tenait beaucoup.

Nous lui expliquons également que nous fêterons nos 30 ans à l’issue du mariage et que le thème est « Années Folles » : là, j’ai bien vu que je l’avais perdue et qu’elle a peur que notre mariage devienne un carnaval (tout le problème des mariages à thèmes où on demande aux invités de venir habillés dans le thème). Nous déposons les bouquets et elle nous propose de faire l’état des lieux de la salle tout de suite : et hop, 1h30 de gagnée sur le programme !

De mon côté, j’ai toujours d’énormes crampes d’estomac qui me font me tordre en deux, mais j’arrive étonnamment à en faire abstraction. Le fait de savoir que je vais voir le médecin le soir me réconforte un peu et je t’avoue que j’espère un remède miracle.

Nous nous attelons donc à la déco de la salle principale (nous avons divisé la salle en deux espaces, avec le goûter d’honneur d’un côté et le dîner de l’autre). Nous commençons par décorer les murs : les guirlandes, le tulle, les tassels, les couvertures de survie (oui, oui, tu verras, le rendu est très chouette) et les rideaux de fils dorés. Avec la déco des murs, la salle est déjà très habillée, le saumon du mur est un peu dissimulé et je suis très contente.

Crédits photo : Photo personnelle

Les garçons en train de monter le tulle devant la guirlande électrique, pendant que Super Copine D. finalise les tables

Nous passons ensuite à la mise en place des tables, puis au dressage. Je suis ravie : tout prendre forme, exactement comme je l’avais imaginé (non, c’est même mieux !). J’ai bien fait de ne m’assigner aucune tâche : je vais de groupe en groupe, je donne des compléments d’informations, j’ajuste quelques détails… et j’ai toujours autant mal au ventre ! Tout va plus vite que ce que j’avais imaginé (il faut dire que les bras sont nombreux et hyper motivés, je mesure ma chance).

Nous mettons ensuite en place le photobooth : entre le collage des rosaces (hyper difficile à cause du mur) et les différents réglages, nous perdons beaucoup de temps. Heureusement, nous sommes divisés en plusieurs « équipes », il n’y a finalement qu’une seule équipe qui perd du temps, ouf !

Crédits photo : Photo personnelle

Tu peux voir dans le fond le rendu de la couverture de survie : avec les lumières tamisées, le rendu sera encore meilleur !

Nous nous attaquons ensuite à la salle du goûter d’honneur : nous répétons la même mécanique : d’abord la décoration des murs, puis ensuite le dressage des tables, la décoration. Le temps file, les blagues fusent, je suis sur un petit nuage ou presque. Je suis heureuse mais je ne réalise absolument pas que nous nous marions le lendemain. La décoration n’est pas encore terminée mais nous devons filer chez le médecin. Je « confie » la salle à ma Coloc, puisqu’elle est dans ma tête, je lui fais pleinement confiance, ça sera comme dans mes rêves. Je t’avoue que c’est quand même difficile de les laisser en pleine phase de finalisation, pour moi qui aime tout contrôler, là, je n’ai plus le contrôle sur rien !

Crédits photo : Photo personnelle

Le coin des « cadeaux aux invités » : la couverture de survie permettait de délimiter l’espace sur ce mur gigantesque

Une nuit difficile

Après un peu d’attente, nous voyons le médecin et le diagnostic tombe : du stress qui engendre des baisses de tension et mes fameuses douleurs au ventre. Il ne peut malheureusement plus faire grand chose pour mon stress d’ici le lendemain mais il me donne quand même de quoi me calmer et réduire mes douleurs.

Lorsque nous rentrons, nos petites abeilles sont sagement attablées devant des pizzas. Je tente de négocier pour aller voir la salle, mais il est déjà 22 heures, je n’aurai le droit de voir uniquement les photos. Nous terminons le repas (rapide chez moi), puis je me rends compte que je n’ai pas fait ma manucure… Heureusement, ma Coloc (encore elle) me sauve et m’aide. On se prépare tous pour aller se coucher et là… je me rends compte que je ne me suis pas lavée les cheveux (la coiffeuse ne veut pas qu’ils soient lavés du matin). Je me relève et c’est comme ça que, à minuit, ma Coloc m’a séché les cheveux dans le salon : moi, je ne comprenais plus grand chose, sauf que j’avais une jolie manucure !



6 commentaires sur “Mon mariage civil Années Folles : la veille”

  • Olalala ma pauvre avec ces crampes à l’estomac, ça a vraiment dû te gâcher une partie de ces préparatifs ! J’avais peur que ce soit plus grave mais ouf si ce n’est « que » le stress ça a du te rassurer quand même ! J’adore le fond de votre photobooth ! C’est canon !

    • Oui, finalement, uniquement du stress. C’est la seule et unique fois que ça m’est arrivé, mais heureusement que j’ai pris les devants pour le mariage religieux. Merci pour le fond du photobooth, ça nous a pris du temps mais quand je vois comme il a été rentabilisé par les nombreuses photos, je ne le regrette pas !

  • Ahah tout pareil que Mme Chaton ! Le fond du photobooth est vraiment canon !! Très réussi 🙂 Excellent les couvertures de survie, c’est une super idée ! Mais dis-moi, tu as une coloc en or ? C’est vraiment top qu’elle se soit dévouée à ce point, c’est super de pouvoir compter sur des gens comme ça ! Tu as de la chance d’être si bien entourée 😉

    • Oh que oui, en or et même au delà ! Heureusement qu’elle était là, elle a tout géré et m’a vraiment permis de profiter et surtout de me sentir en confiance.

  • Ho quel stress, heureusement que tu as des amis en or et très impliqués. Tes décorations de salle sont magnifiques

  • A la lecture de ce billet je me suis un peu inquiétée de ton état, ne pas manger + les maux de têtes ca devait être terrible à seulement quelques jours du mariage. Heureusement que ton amie était là et que le médecin a pu te prescrire quelques calmant. La décoration de votre salle est très sympa en tout cas, du coup j’ai hâte de voir le résultat avec les lumières tamisées !

Commente ici !