Mon mariage civil estival en Ile-de-france : une cérémonie toute en simplicité

La dernière fois, je te laissais sur le chemin vers la mairie.

Résidant en centre-ville, nous n’avons que quelques minutes à parcourir en cabriolet pour nous y rendre. Pas très écologique tout ça, me diras-tu… et tu auras raison. Nous aurions très bien pu venir à pied, mais nous avons privilégié jouer les stars le confort d’une arrivée … fleurie !

Je pose le pied à terre et les aperçois de loin – nos parents, mes frères, ma témoin et son ami. Qu’ils sont beaux !! Ils nous font signe et j’entrevois déjà les regards bienveillants qu’ils posent sur nous. En avançant vers eux, je me sens submergée par l’émotion, je ne peux retenir quelques larmes (spoiler : les seules et uniques de la journée ! Comme quoi, même une grande sensible est capable de maîtrise le jour J).

C’est donc une future mariée les yeux embués qui retirent ses lunettes de soleil pour les saluer (ouais… ça aurait été bien pratique de pouvoir les garder sur le nez !).

J’apprendrais plus tard que M. Golf a aussi été submergé par les émotions… au même instant.

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

N’est-elle pas magnifaiiiiik, notre voiture relookée pour l’occasion ?!

Et c’est parti pour la valse des bises ! À cet instant, je ne peux m’empêcher de penser : “ohlala, 25 invités, 25 bises à claquer, ça va encore ! Qu’en sera-t-il en octobre, avec trois fois plus de gens à saluer…” #fille-pas-très-tactile. Si tu as des astuces pour esquiver, n’hésite pas les partager avec nous en commentaires, je suis preneuse !

C’est tout de même avec une joie sincère que j’embrasse mon futur beau-père, en veillant à conserver mon rouge à lèvres.

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

11h35, 28°C. Tout le monde est maintenant réuni à l’ombre et discute gentiment. Je passe d’un petit groupe à l’autre, sans trop savoir où donner de la tête (“25 invités, Mlle Saphir, 25 invités…”). Il ne manque plus que Monsieur l’Adjoint au Maire, et il se fait attendre….

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Papa Saphir prend l’initiative de se rendre dans le hall pour aller aux nouvelles. Il y croise l’adjoint, en légère panique face au personnel de mairie : “Ah… c’est mon premier mariage, j’espère que ça va bien se passer… L’écharpe se porte à gauche ou à droite, déjà…?”. Evidemment, je n’apprendrais cette anecdote rigolote que le lendemain.

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

11h45 : le voici qui apparaît enfin dans la cour. Heureusement qu’en ce vendredi, veille de 14 juillet, aucun mariage n’est pas prévu après nous… M. Golf et moi prenons les devants et tout le monde nous suit vers la salle des mariages.

La maman de M. Golf s’arrête net devant la porte et interroge l’assemblée : “On se place comment ? Les Golf à droite et les Saphir à gauche ?” Vendu.

Pendant que tout le monde prend place, mon frère M. Voile, aidé de l’adjoint, insère la clef USB contenant nos musiques d’entrée et de sortie dans le lecteur. Celui-ci reste bloqué sur notre musique de sortie. Impossible de cliquer sur “suivant” (ce n’est pas faute d’avoir faire un test en conditions réelles quelques jours auparavant) : les aléas du direct… Nous avions prévu de faire notre entrée main dans la main sur l’envolée lyrique de “Bitter Sweet Symphony” – The Verve, tant pis !

(Et tu sais quoi ? Moi qui craignait mes réactions au moindre couac, ça ne m’a absolument pas perturbé.)

Tout à coup, je suis prise d’une envie pressante (la tension donnerait-elle envie de faire pipi ?!) et je me mets à remonter l’allée à contre sens des invités, surpris de voir la mariée s’agiter dans tous les sens, à 2 minutes de la cérémonie. Moment cocasse !

Je finis par me résigner (après tout, la cérémonie sera pliée dans 10 minutes !) et fais demi-tour. M. Golf et moi prenons place.

L’adjoint se lance dans un petit discours, faisant référence aux jeunes talents qui peuplent notre ville. Pointant une photo ancienne sur le mur, il mentionne que les prix Nobel Pierre & Marie Curie se sont aussi mariés dans cette même salle – si ce n’est pas la classe, ça… !  Je m’étonne qu’il ne plaisante pas à propos du choix de la date, vendredi 13. Malgré près de deux heures passées l’avant-veille à lui parler de nous, de notre attachement à la ville, rien de bien personnalisé donc… Encore une fois, ça m’est égal. À vrai dire, il me semble tellement stressé que je ressens davantage d’empathie que de déception.

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Je ne suis qu’amour devant ces sièges très “Deauville – Années 30” !

Il en vient aux articles du Code Civil. Pour quelqu’un qui y accorde une grande importance (et au Droit en général), je plane à 10 000. Youhou… on a perdu la mariée. Quand vient LA question, je tente de reprendre mes esprits. Dans ma tête, ça donne à près ça : “Allez, concentre-toi, Mlle Saphir. Un ‘Oui’ audible et franc…”

Et l’intention ? Elle est où l’intention ? 

Trop accaparée par la forme, j’en oublie – au plus profond de moi – d’y mettre l’intention, tout l’amour que je porte à M. Golf et l’espérance que je mets en le foyer que nous sommes en train de créer. Ce sera mon plus gros regret de cette cérémonie.

(Heureusement que le mariage religieux arrive bientôt pour que je puisse me rattraper !)

Mon frère et témoin, M. Géomètre, responsable-en-chef des alliances, s’approche et détend tout le monde en lançant : “Bon, j’espère que ma poche n’est pas percée…” 

Malgré notre entrainement au passage des anneaux quelques jours plus tôt, c’était couru d’avance : articulation épaisse, doigt gonflé par la chaleur… Je peine à enfiler son alliance à M. Golf. Je mime le forcing et ça fait bien rire l’assemblée !

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Une fois que mon alliance a rejoint mon saphir sans difficulté, Papa Saphir, en grand passionné de voile et du monde maritime, me fait le plaisir de lire ce texte qui me tenait à cœur, “Je connais des bateaux…”, dont il a soigneusement adapté certains passages qu’il trouvait trop pessimistes.

En voici quelques vers :

“Je connais des bateaux qui s’en vont deux par deux,
Affronter le gros temps quand l’orage est sur eux […]
Je connais des bateaux qui reviennent d’amour,
Quand ils ont navigué jusqu’à leur dernier jour,
Sans jamais replier les ailes de géants,
Parce qu’ils ont le cœur à taille d’océan”

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Cette lecture apporte une touche très personnelle à une cérémonie dont je redoutais le formalisme.

Une grande accolade père-fille plus tard, il est déjà temps de signer les registres. J’appose avec énergie “Madame Saphir-Golf” sur le document officiel (écrivant un peu trop gros – je m’en rendrais compte quand je verrais nos témoins défiler et tenter d’y trouver une micro place, oups…)

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Arrive le tour de M. Golf qui, incrédule, se tourne vers moi et me demande s’il doit parapher ou écrire en toutes lettres, comme je l’ai fais. “Mais c’est comme tu veux, mon chéri !”

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Puis vient le tour des témoins, qui posent fièrement stylo en main pour la photo officielle. Mon frère, M. Voile, lance la musique de sortie, Left Hand Free d’Alt-J, rythmée jusque comme il faut, l’un des premiers morceaux que M. Golf m’ait fait découvrir, un joli clin œil au fait que nous soyons tout deux gauchers. L’adjoint nous remet un cadeau de la ville, un set de deux tasses – juste parfait pour les buveurs de thé que nous sommes ! – et le livret de famille “avec tout plein de pages pour vos nombreux enfants-et-blablabli-et-blablabla….”

Nos proches viennent nous embrasser, et nous les poussons doucement vers la sortie pour être les derniers à nous avancer vers la lumière éblouissante. La mairie interdisant tout lancer (et n’étant pas fan des bulles), c’est sans artifice et sous quelques applaudissements que nous clôturons ce moment officiel, en toute simplicité.

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Prise de vue : Aurora Troise - Traitement image : personnel

Plusieurs de nos proches viendront nous voir à l’issue de la cérémonie, pour partager leur ressenti : tout leur a paru tellement “naturel, simple et joyeux… comme [nous] !” Le plus beau compliment que nous pouvions recevoir ce jour-là, je crois.

Nous nous rendons derrière le bâtiment pour faire quelques photos de groupe, puis il est l’heure d’aller TRINQUER !!

Déroulé de ma cérémonie civile

Crédits photo : Photo personnelle

Mise en abyme par un invité de notre photographe Aurora !

Et toi, appréhendes-tu d’avoir à faire des tonnes de bises le jour J ? Suis-je la seule à être passée à côté de mon “Oui” ? As-tu choisi de personnaliser ta cérémonie civile en lisant un texte ? Raconte !



5 commentaires sur “Mon mariage civil estival en Ile-de-france : une cérémonie toute en simplicité”

  • Pauvre adjoint au maire, il devait être plus stressé que vous ! Toi et M. Golf paraissez tout simplement détendus et heureux d’être ensemble. 😉
    Tu soulèves un point intéressant sur l’intention derrière le « Oui ». Je comprends tout à fait que ce soit un regret de ne pas avoir pu l’exprimer pleinement au moment crucial, sous le coup de l’émotion. Mais en même temps, je pense que M. Golf et tes proches on vu à quel point ton « Oui » était vrai, par ton sourire et votre complicité qui transparaît sur les photos.
    Comme toi, à ce moment, je me suis concentrée sur la forme, peut-être aux dépens du fond. Et pourtant quand je regarde nos photos du mariage et des jours qui ont suivi, je vois une personne tellement évidemment amoureuse (#niaiserie) que je me dis que ces quelques secondes devant M. le Maire n’ont pas tant d’importance que cela. Elles en auraient eu si j’avais dit Non, par contre ! 😀

    • C’est très vrai ce que tu dis, ça m’amène à voir les choses différemment, merci 🙂 La complicité (… et notre niaiserie puissance 10) sur les photos ne trahissent pas la sincérité et l’amour <3 Heureusement que nous avons ces jolis souvenirs !

  • Pour commencer, je trouve toujours ton ensemble magnifique ! Les chaussures rouges voilà quoi <3
    Sinon pour revenir au vif du sujet : je trouve vos photos très touchantes comme dit Madame Fantail, elles font vraiment transparaître votre amour et votre complicité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *