Mon mariage au cœur de la forêt enchantée de Zelda : le héros se prépare

Désolé de te décevoir, mais pour cet article, ce n’est pas Mme Solène qui prend la plume, mais son jeune mari, pour un petit aparté sur ce qu’il s’est passé de l’autre côté.

Mais avant de me jeter dans le grand bain de « LA » journée, je souhaiterais revenir avec toi sur le choix de mon costume et, qui sait, peut-être en aiguiller certains. Revenons donc d’abord sur les prémisses d’un choix qui fut bien moins cornélien que celui de Mme Solène.

Dans les premiers temps des préparatifs, peu de temps après la demande, Mme Solène s’est rendue au Salon du Mariage de Paris pour y glaner des astuces, des tarifs, et se faire une idée de ce qui se faisait tant pour sa tenue que pour la mienne.

De cette excursion est ressortie une première idée de costume qui me plaisait bien : un costume gris anthracite à revers noirs, et un haut-de-forme.

Ensemble de marié Hervé Mariage

Crédits photo : Hervé Mariage - à gauche modèle Lirone, à droite modèle Giovani

Les mois ont passé et nous avons laissé l’idée de côté pour un temps… pour la ressortir environ un an avant le mariage. Malheureusement, entre-temps, la boutique de Paris de la marque avait fermé, et nous partions donc avec une simple idée de couleurs.

Suite à cet échec, j’ai profité d’une visite alsacienne chez mes parents pour me rendre, sur les conseils de ma mère, dans une enseigne spécialisée, tenue par deux jeunes entrepreneurs.

Ne portant que très rarement des costumes, je n’avais absolument aucune idée de ce que je cherchais, si ce n’est cette couleur anthracite et le revers plus foncé. L’idée principale était d’en trouver un qui s’accorderait à la robe déjà choisie et en cours d’élaboration de ma future épouse. Seulement voilà : par tradition, je ne voulais pas avoir d’aperçu de sa robe avant le jour du mariage, et puisqu’elle était faite sur mesure, seule Mme Solène savait à quoi elle ressemblerait à terme.

Tu l’auras deviné, c’est donc accompagné de ma mère et de ma future femme que je me suis mis en quête de la tenue parfaite. Nous nous sommes donc présentés au showroom tous les trois. L’un des responsables nous a accueillis et a très vite demandé ce que nous cherchions.

Après avoir établi les premiers critères, Mme Solène a partagé les ébauches de la robe (avec le responsable seulement). Ce dernier nous a orientés sur une toute autre couleur, qui ne nous emballait guère, mais soit. Je me suis pris au jeu et j’ai donc essayé deux costumes : un gris anthracite à revers noir, et un bleu pétrole à revers noir.

Le résultat a été sans appel et avoir vu Mme Solène pleurer en me voyant apparaître dans mon beau costume bleu m’a permis de réaliser que l’on s’engageait réellement vers le mariage, et que même s’il ne se déroulerait que plus d’un an plus tard, il commençait tout doucement à approcher !

Pour les accessoires, nous avons laissé tomber le haut-de-forme, lui préférant des petites références à notre thème, comme la boutonnière faite par Mme Solène, ainsi que les boutons de manchette triforce.

 

Boutons de manchette Triforce // Photo : La vie en HD

Crédits photo : La vie en HD

À présent que tu connais la genèse de mon costume, revenons-en à notre jour de bonheur.

Il est tôt lorsque Mme Solène se lève. Je sais que pour moi, la journée ne commence qu’un peu plus tard, et je décide alors de me rendormir. Lorsque mon réveil sonne, une pointe de stress m’envahit : avons-nous oublié quelque chose ? Il ne me semble pas, mais l’incertitude est involontaire et restera ancrée pendant une bonne partie de la journée.

Je prends donc le temps de préparer mes affaires à amener au château : costume, chaussures, lavallière, boutonnière… Ayant quarante-cinq minutes de route, mieux vaut éviter d’oublier quelque chose ! Je récupère au passage les fleurs qui serviront à décorer l’église et prends la route en direction du château.

Sur le chemin, je constate avec enthousiasme que le temps mitigé annoncé a l’air de se dégager, ce qui contribue à atténuer mon angoisse météorologique : avouons qu’un mariage pluvieux, même s’il est heureux comme le dit l’adage, ce n’est pas l’idéal. Il est 11h, et mis à part l’un des vases renversé dans la voiture, j’arrive sans encombre au château, pour le moment bien silencieux.

En montant mes affaires dans la chambre nuptiale, celle louée par M. Pitchou que j’occuperai le temps des préparatifs, j’entends que ça s’agite un peu à l’autre bout du couloir, la future mariée étant en pleine préparation depuis déjà une bonne heure.

De mon côté en revanche, c’est un peu l’attente : le temps de rencontrer le photographe, de discuter avec lui, ainsi qu’avec M. Oz qui est arrivé plus tôt, et de faire le tour de la propriété, il n’est que midi, et tout est déjà prêt car nous avons pris le temps la veille de tout installer, afin de nous éviter du stress le jour J. Je me retrouve donc sans rien avoir à faire, et le temps s’égraine lentement à mon sens.

Une demi-heure plus tard, je suis sollicité par la décoratrice, qui fait les dernières retouches et me montre le résultat. L’ultime variable inconnue des préparatifs se révèle une très belle surprise, bien au-dessus de ce que je pouvais imaginer. J’en prends pleinement conscience : c’est certain, notre mariage va être magnifique !

Après le tour de la salle et un sandwich, il n’est que 13h30, et il me faut m’habiller puis patienter jusqu’à 16h avant de partir pour l’église. Mais rien de mieux que quelques aléas pour faire passer le temps !

J’ai déjà la surprise d’avoir oublié ma ceinture, malgré le mal que j’avais eu à la trouver. Seulement, à deux heures de la cérémonie, pas question de faire l’aller-retour juste pour ça. M. Oz me propose donc de prendre la sienne, ayant pensé, sans trop savoir pourquoi, à en prendre deux.

Les hommes du cortège se rassemblent au compte-goutte dans la suite nuptiale, et l’habillage se met en place : chacun revêt ses habits de lumière, enfilant chemise et lavallière de rigueur, élaborée aux couleurs de « Zelda Four Swords ».

Préparatifs du futur marié // Photos : La vie en HD

Crédits photo : La vie en HD

Séance habillage avec les hommes du cortège, et bien sûr ma maman

Nous sommes alors confrontés à la première complication d’habillage : la mise en place des mouchoirs assortis aux lavallières. Après moult regards en chien de faïence entre nous, c’est finalement Papa Vador qui viendra nous « sauver ». S’en suit le massacre des fleurs des boutonnières, qui n’ont pas supporté le voyage et que Mlle Émeraude recolle en urgence… Bref, autant de petits détails qui ont su combler les deux heures restantes !

Cortège aux couleurs de Zelda // Photos : La vie en HD

Crédits photo : La vie en HD

Un cortège au top aux couleurs de « Zelda Four Swords »

Il est désormais temps de quitter le château pour l’église, un peu avant la mariée qui termine d’enfiler sa robe de l’autre côté.

Déposé par mes parents devant l’église, je patiente en saluant nos convives, sous un soleil qui pointe enfin le bout de son nez et illumine la place. J’ échange quelques mots avec plusieurs invités, mais avant d’avoir pu dire bonjour à tout le monde, j’entends déjà un claquement de sabots au loin…

Je remonte rapidement le chemin devant l’église, car nul doute que Mme Solène est sur le point d’arriver.

Arrivée de la mariée // Photos : La vie en HD

Crédits photo : Photo personnelle et La vie en HD

À gauche : L’église Saint-Gervais-Saint-Protais, sous le joli rayon de soleil ayant chassé la pluie/À droite : l’arrivée du magnifique landau des Calèches de Versailles

C’est avec excitation que je l’aperçois alors dans la calèche, cachée sous son ombrelle, déjà émue de voir tout ce beau monde l’attendre.

Je l’accueille finalement à l’entrée de l’église, heureux de la retrouver après tout ce temps passé près d’elle sans pouvoir la voir. Nous échangeons un premier baiser, avant d’inviter nos convives à entrer et à s’installer pour la cérémonie.

Mais c’est finalement une fois devant l’autel de l’église, quand elle est réapparue au bout de l’allée, que l’émotion est venue me submerger, au gré des notes de « The Fairy Fountain » qui ajoutaient une touche fantastique à ce moment féerique.

C’est à ce moment-là que je me suis dit : « Ça y est ! Je vais épouser la femme de mes rêves. »

Et toi ? Comment se sont passés tes préparatifs ? As-tu été suivi par ton photographe ? Dis-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



9 commentaires sur “Mon mariage au cœur de la forêt enchantée de Zelda : le héros se prépare”

  • Un récit tellement touchant merci d’avoir pris la plume pour venir nous raconter cette matinée. Mais quel suspense on ne voit pas encore la jolie mariée!

  • J’aime tellement quand les maris prennent la plume, voilà encore un article très réussi ! Merci de partager avec nous ta vision des préparatifs ! Ton costume est très élégant 😉

    Et je suis d’accord avec toi, Madame Nerfertiti : On veut voir Madame Solène !!!

    • Merci beaucoup, j’avoue que ce fut assez difficile de réussir à m’exprimer, j’avais peur qu’en tant que scientifique je n’arrive pas à m’exprimer de manière prenante, je suis bien content que ça plaise !

  • Merci pour cet article, Monsieur Flow ! Ton costume est très beau ! Et l’équipe d’honneur est parfaitement assortie ^^
    Une calèèèèèche !!!!! Mon rêve… Vivement que la belle mariée en descende 🙂

    • Merci beaucoup! Même si tout le monde parle de la robe de mariée, il ne faut pas oublier le costume du marié 🙂 Merci à mon épouse d’avoir eu la bonne idée des couleurs, c’est la petite touche qui a rendu le cortège vraiment féérique!

  • Mais qu’il est chiiiic ! <3 bravo pour cette chouette chronique Mr Flow, ça fait du bien de lire un peu ces messieurs de temps en temps ! Je trouve ce costume bleu vraiment top, très bon choix !! Merci encore d'avoir partagé ton point de vue avec nous 🙂

    • De rien ce fut un plaisir, merci à toi d’avoir pris le temps de lire cet article 🙂 J’avoue avoir eu de la chance de tomber sur un vendeur très professionnel, qui a tout de suite su m’aiguiller sur un costume adéquat, pas de tunique verte désolé, mais il semblerait que le résultat en valait la peine!

      • Mouais en meme temps on a pas vu la tunique verte, alors on ne saura jamais… Je suis déçue que tu n’aies meme pas fait un essayage en tunique verte, quand meme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *