Mon mariage contes et légendes : la cérémonie religieuse

La dernière fois, je t’ai laissée devant l’église.

Passée l’émotion de la découverte, nous sommes prêts à entrer et à vivre la belle cérémonie que nous avons imaginée.

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Toujours sur les marches devant la porte, je m’agrippe au bras de mon papa. Autour de nous, les conversations reprennent progressivement (à moins que M. Marine et moi ne revenions simplement à la réalité…) et nous nous installons doucement en cortège.

Soudain, le silence se fait dans l’église et les premières notes de notre musique résonnent : le thème de Roméo et Juliette de Nino Rota, joué par un quatuor à corde.

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Le cortège avance petit à petit

M. Marine et sa maman ouvrent la marche, viennent ensuite ma maman et PapaMarine puis mon filleul en enfant de cœur, les diacres, le prêtre, une partie des enfants. Et c’est mon tour (enfin !). J’oublie complètement de m’arrêter dans l’encadrement de la porte comme nous l’avions convenu avec la photographe.

Derrière, deux des petites filles tiennent mon voile. Devant, c’est moins ordonné : mon papa marche sur ma robe, nous en rions, je lui glisse que je marche aussi sur mon jupon et ma jupe, nous rions de plus belle, je suis obligée de mettre un coup de pied dans le cerceau du jupon à chaque pas pour pouvoir avancer… Mais je m’en fiche, le sourire béat qui s’étale sur mon visage ne veut pas partir.

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Je fixe M. Marine en point de mire qui m’attend devant l’autel. L’allée est interminable et même si j’ai l’impression d’avoir des œillères, je capte de temps en temps un flash, un i-pad qui se lève, des regards émus, des amis que je remercie intérieurement pour leur présence. Enfin, nous touchons au but, mon papa serre la main de mon fiancé et lui donne la mienne. C’est symbolique, il me confie à lui. Je n’ai pas du tout l’impression d’être un objet, c’est plutôt une marnière de lui dire « je te confie ma petite fille, s’il lui arrive quoi que ce soit, je devrai te faire manger des piments entiers puis te verser du jus de citron dans les yeux ». M. Marine, trop concentré pour être impressionné par cet avertissement tacite m’aide à grimper les marche, organiser ma robe et poser mon bouquet sur le petit tabouret à ma droite.

Petit aparté d’ailleurs, en général, pour une cérémonie à l’église, la mariée est à gauche de son époux, sauf s’il a une arme. Oui, tu as bien lu, l’uniforme d’apparat de M. Marine comprend une épée, outre que c’est terriblement sexy, et que ça participe grandement au fantasme du prince charmant (mais ce n’est pas le sujet ici), dans ce cas, la mariée est placée à droite, pour éviter qu’elle ne soit taillée en carpaccio avant la fin de la cérémonie. C’est plus symbolique qu’autre chose parce qu’en réalité, en début de cérémonie, il dépose son épée devant le prie-Dieu et sa casquette et ses gants sur son petit tabouret perso (égalité, il n’y a pas que les dames qui y ont droit !).

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

La cérémonie commence

Nous nous prenons la main, un peu intimidés. Le prêtre commence par un mot d’accueil, avec l’émotion, nous lui avons volontiers laissé cette charge. Il en profite pour accueillir tout le monde, croyant ou non et nous présenter à l’assemblée. Il précise aussi que nous souhaiterions que les photos ne perturbent pas trop la cérémonie (consigne plutôt respectée d’ailleurs !). À un moment, il glisse qu’il a compris que nous avons choisi les textes et les chants de manière très réfléchie et j’en suis particulièrement touchée. Tout a effectivement une grande signification et chaque parole des chants ou des textes résonne pour nous.

Nos nombreux invités, dont certains n’ont pas l’habitude d’aller à la messe, sont particulièrement motivés pour les chants et recueillis dans les temps de silence.

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Vient enfin le moment des vœux. M. Marine me glisse alors qu’il n’a pas la prière des époux sur son carnet. En effet, sur les 150 livrets, seuls 7 étaient complets (pour le prêtre, pour nous et quelques-uns de secours pour nos témoins, au cas où). Le pic d’adrénaline (mais était-il réellement possible de faire encore plus que depuis une heure ?) retombe rapidement lorsque je constate que j’ai le bon livret : ouf ! Nous n’aurons qu’à partager.

Mais avant de prononcer le petit texte que nous avons rédigé, nous nous promettons fidélité et soutien : nous avons choisi la version dialoguée, sans intervention du prêtre. Même pas peur de l’émotion qui aurait pu nous nouer la gorge ! Le diacre nous tient le micro et même si nous parlons assez fort pour l’assemblée, les mots que nous échangeons ne s’adressent qu’à nous.

Nous nous passons finalement les alliances (nous ne l’avions pas fait pour notre mariage civil, réservant ce moment pour ce jour). À ce moment donné, une grande partie des photographes amateurs sort des rangs pour immortaliser ce geste. Nous les voyons à peine. Puis tout le monde revient à sa place.

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

M. Marine soulève mon voile et nous nous embrassons.

Nous voilà mari et femme !

Je n’arrive pas à décrire la vague de chaleur qui déferle en moi, c’est à la fois un profond apaisement et une énergie folle. Les applaudissements fusent !

Puis nous nous tournons vers l’assemblée pour la prière des époux. Nous avons passé un temps fou à la rédiger. Elle fait écho à notre prière de fiançailles et à la vie que nous voulons construire. En bons ingénieurs du BTP, nous nous sommes largement servis de la métaphore de la maison… Pas toujours glamour mais efficace !

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Suit ensuite la communion

Nous nous recueillons un instant, profitant du chant que notre gentille chanteuse interprète si bien.

Puis tout s’enchaîne très vite. Notre messe a duré environ 1h45 mais nous n’aurons pas l’occasion de faire notre consécration à la Vierge qui nous tenait pourtant tellement à cœur car le prêtre qui s’occupe de l’église nous presse et un des diacres prend l’initiative de tout simplement abréger la messe. Nous avons eu le temps de faire le reste, heureusement.

En revanche, j’en veux toujours au prêtre de l’église et, dans une moindre mesure au diacre qui n’a pas eu le courage de lui tenir tête, de nous avoir privé de ce moment si important pour quelques minutes seulement…

**mode catho on** Le 31 mai 2014 était le jour de la visitation pour les catholiques, c’est-à-dire le jour où Marie est venue rendre visite à sa cousine enceinte de Jean-Baptiste. Et le mois de mai est aussi le mois de Marie. Nous avions choisi cette date après nous être fiancés un 8 septembre, date initiale de la fête des lumières en remerciement à Marie à Lyon, toute une symbolique qui nous tenait et nous tient encore grandement à cœur. **mode catho off**

Le plus important c’est que nous sommes mariés. Le mariage suivant est déjà en place et nous sentons qu’il ne nous faut pas traîner. Nous signons les registres avec nos témoins et tout le monde sort de l’église. Nous restons seuls quelques secondes, les premières en tant que mariés !

Même si nous avons été un pressés sur la fin, nous profitons pleinement de notre sortie, sur la place de l’église, que je connais depuis que je suis petite. Il y a les deux lions en pierre qui veillent et encore tout un tas de curieux qui nous acclament avec nos familles. D’ailleurs lorsque nous sortons, les petits flacons à bulles ont été distribués, il ne reste plus de pompons en tulle pour décorer les voitures et tout le monde chante le chant de sortie qui a lui aussi été coupé au montage. Les cloches sonnent notre joie et le déferlement de bonheur au milieu de cette marée humaine est absolument grisant. Nous restons ainsi à observer tout l’amour de nos proches pendant quelques longues et délicieuses minutes. Puis tout doucement, je reconnais des visages, nous plongeons alors dans la foule pour voir de plus près ceux qui ont fait le déplacement.

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Le temps est particulièrement compté pour ceux qui ne sont venus que pour la messe. Je suis chamboulée de voir que certains, qui n’avaient qu’un faire-part ont quand même fait le déplacement (surtout qu’à contrario, certains n’ont pas daigné faire une heure de route pour ce jour si important pour ne pas louper leur cours d’aquaponey…).

Après des embrassades, des câlins et des compliments trop pressés à mon goût, nous filons à la voiture. C’est fou comme cette journée passe vite ! Il est déjà 15h20, nous avons 45 minutes de route jusqu’au château (château que tu connais déjà puisque Mlle Étoffes s’y est mariée aussi – nous avions fait le pari en 2014 d’être le premier mariage, alors qu’il était en travaux et loin d’être prêt. Je peux te dire que nous ne regrettons absolument pas !) et nous avons planifié les photos de couple avant l’arrivée des invités à 17h30.

Nous partons donc en direction de la suite des festivité, mariés et heureux !

Déroulement de notre messe de mariage // Photo : Anita Gallot

Crédits photo : Anita Gallot

Et toi, as-tu prévu de faire une messe complète pour ta cérémonie à l’église ? As-tu prévu un temps de consécration à la Vierge ? Dis-moi tout !

Enregistrer


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



8 commentaires sur “Mon mariage contes et légendes : la cérémonie religieuse”

  • Hiii la suite la suite !!!!!!
    Belle cérémonie et merci pour la minute catho culture, je ne suis pas pratiquante mais j’adore la culture religieuse qui permet de décoder tellement de choses dans notre culture d’aujourd’hui

    • Hii merci ! La suite arrive doucement mais sûrement ! (c’est fou ce que le temps passe vite …). Tu me rassure pour la minute catho, j’ai beaucoup hésité, alors si elle a pu intéresser quelqu’un c’est qu’elle n’est pas totalement inutile !

  • Mais, mais, vous pressez et vous enlevez un bout de la cérémonie, c’est pas cool 🙁
    Mais ça avait l’air d’être une belle messe et vous êtes vraiment très beaux <3

    • Merci pour ta compassion Mme Gesillig 🙂 C’est vrai que même plus de deux ans après j’ai toujours un peu de mal, même si nous avons eu toute la cérémonie et qu’il ne manquait que la consécration à la vierge (que nous avons pu faire le lendemain, d’où l’avantage d’avoir son prêtre rien que pour soi 😉 ) Merci pour tes compliments !

  • Félicitations.
    C’est dommage oui qu’on vous ait pressé… (vu la durée des cérémonies d’ordination…, il aurait pu comprendre! Surtout que ce n’est pas tous les jours:( ). C’est un régal de te lire comme toujours! Chouette que vous ayez pu le faire le lendemain (ma mère aussi n’avait pas digéré et l’a fait des années auprès!)

    • Merci pour ton message Marie T ! Il me donne encore plus de motivation pour continuer à raconter cette journée ! Je comprends ta maman, c’est aussi très beau qu’elle ait pu le faire des années plus tard 🙂 D’ailleurs la coïncidence est drôle, si nous en avons la possibilité, M. Marine et moi aimerions beaucoup renouveler ce moment dans quelques années … affaire à suivre, et au plaisir de te retrouver pour les articles suivants 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *