Mon mariage religieux tout en convivialité et en sourires : le point décoration et les préparatifs des jours précédents

Un fil conducteur visuel pour nos deux mariages, c’est chouette. Des déclinaisons différentes pour chacun, ça l’est aussi. Surtout que nos salles ne sont pas tout à fait du même style. (Bis repetita.)

Des idées simples et harmonieuses

Pour notre salle au tempérament bien marqué, nous avons opté pour une association entre des tons rose et notre camaïeu initial orange, pêche et corail. Nous y avons ajouté des matières brutes, un peu de jaune et quelques touches multicolores bien peps (pour rappeler les chaises et donner du rythme à l’ensemble).

Au premier étage

Au niveau de l’espace repas, les jolies fenêtres à croisillons seront habillées de petites bouteilles de bière récupérées, décorées de masking-tape et contenant des tulipes roses et oranges, en alternance avec des bougies (réutilisées du civil).

Crédit photo : JT Photography

Des bouteilles, du masking-tape, des tulipes et de simples bougeoirs pour un effet délicat.

Sur les tables, nappées de clair, prendront place des centres de table en bois et en ardoise (récupérées et nettoyées), fabriqués par Papa Plumechon, sur une idée de Monsieur Plumechon. Ils accueilleront des tubes à essais (prêtés, comme pour le civil d’ailleurs) contenant des tulipes, mais également des bougies dans des bougeoirs en pots de yaourt récupérés et décorés de masking-tape. Pour les accompagner, quelques petites bouteilles de bières identiques à celles des appuis de fenêtre, mais dans lesquels prendront cette fois place du gypsophile blanc et des fleurs-dont-j’ai-oublié-le-nom formant de petits boutons rose, mais aussi de simples petits pots boules gris dans lesquels viendront se loger de mini-kalenchoés.

Petite astuce : sur la table des mariés, ovale, on retrouvera deux centres de table et au centre un simple vase boule transparent pour accueillir mon bouquet. Il deviendra ainsi un élément de la décoration, et je n’aurai pas à me demander où le déposer.

Crédit photo : JT Photography

Tous les éléments de nos centres de table.

Crédit photo : Dphotography

La table d’honneur avec ses deux centres de table et le bouquet de la mariée au centre.

Sur la table des enfants, formant un L, nous installerons de longs centres de tables dans l’idée de ceux du civil, reprenant encore et toujours des tubes à essais, garni du combo gypsophile-fleurs en boutons roses et des sucettes au couleurs acidulées essentiellement dans nos coloris. (Ce fût un grand succès, chez les petits comme chez les grands d’ailleurs !)

Crédit photo : Dphotography

Du côté de la table des enfants… une touche d’originalité.

Etant donné que j’ai une idée bien précise de comment je souhaite répartir nos invités à table et de comment je veux les placer autour de celles-ci, un plan de table et des marque-places seront nécessaire. Une grande carte scolaire ancienne, reprenant tout le bassin houiller wallon, nous servira de plan de table. C’est un clin d’œil à l’histoire du site où se situe notre salle : un ancien charbonnage.

Nos tables porteront des noms sympas de terril. Elles seront identifiées par une grande bouteille de bière récupérée et munie d’une étiquette personnalisée. Sur le plan de table, de petits cartons format carte postale, reliés à l’emplacement du terril dont ils portent le nom, reprendront les invités placés à cette table.

Crédit photo : Dphotography

Plan de table… et bar à vin improvisé sur frigo.

Crédit photo : Dphotography

Une manière simple et sympa d’identifier les tables.

En guise de marque-places nous aurons des petits pochons, cousus par Maman Plumechon, dans quatre tissus aux couleurs franches, dont le même modèle de liberty que celui de nos tenues. Nous y attacheront une étiquette avec le nom de l’invité. Dans ces pochons, un petit sachet de graines à semer, un carton avec les conseils de semis et un bonbon ourson ! Pour les enfants, une version papier en pois oranges ou chevrons bleus, avec juste des bonbons ourson.

Crédit photo : Dphotography

Le fabuleux travail de maman Plumechon qui nous a permis de désigner les places de nos invités avec peps.

À l’entrée de la salle, le menu sera inscrit sur un grand tableau noir posé sur un chevalet. Au niveau des frigos où seront à disposition les boissons, sous le plan de table, une affiche encadrée reprendra les informations utiles pour le sommelier de chaque table. En effet, assurant nous-mêmes le service des boissons, nous avons désigné une personne par table qui sera chargée de veiller à l’approvisionnement de ses compagnons de tablées. Chaque sommelier choisi aura les explications de son rôle sur un carton placé sous sa serviette.

Crédit photo : Dphotography

Un heureux sélectionné au rôle de sommelier.

Au rez-de-chaussée

Côté piste de danse, nous installerons un plafond de lanternes, achetées en seconde main. Les lumières seront amenées et installées par notre DJ.

Crédit photo : JT Photography

Une structure aux lanternes en papier en place.

Côté plus calme, nous disposerons des tables et des chaises pour pouvoir se poser. Nous les éclairerons un peu plus en installant un plafond de guirlandes lumineuses.

D’un côté d’une des pillasses en béton, nous installerons notre urne avec un globe terrestre sur lequel sera pointé le trajet de note voyage de noces. Au-dessus, encadré, le même trajet tel que repris sur notre faire-part.

De l’autre côté de cette pillasse, une simple table où nous poserons quelques plantes fleuries et les lanternes qui auront servi à décorer l’église lors de la cérémonie permettra de déposer les éventuels cadeaux que nous recevrions. (Je te précise que nous avons demandé d’éviter les fleurs, étant donné que nous partons en voyage de noces le mercredi matin qui suit le mariage.) En face, entre les fenêtres, nous placerons notre dictionnaire d’or, des post-it et de quoi écrire.

Au centre, au niveau du bar, des tableaux noirs indiquant la carte des boissons seront accrochés sur les pillasses en béton. En hauteur au niveau de la cage d’escalier et d’ascenseur, suspendu, des panneaux directionnels faits-maison indiquant les différents espaces. Et puis, dernière petite touche, nos barmans du soir sont des amis de Miss LittleSister. Pour égayer leur tenue noire, j’ai prévu des badges aux couleurs et motifs de notre papeterie.

Crédit photo : Dphotography

Aperçu de nos flèches indiquant les espaces, ainsi que de ma carte des boissons version tableau noir.

Leur mise en place les jours précédents

Tu as vu le résultat de toutes les idées que nous avons mises en œuvre. (Il y en probablement toute une série dont nous avons discuté et qui ont été abandonnées en cours de route. Mais n’est-ce pas toujours le cas ?) Laisse-moi maintenant te raconter les préparatif qui ont permis d’arriver à ce résultat. (Il me semble t’avoir déjà prévenue que chez les Plumetis-Plumechon, le « fait en dernière minute » est un art de vivre. Nous n’avons pas dérogé à la règle.)

Le weekend précédent du 20 et 21 février et les soirées qui ont suivi

Pendant que je prépare tous les éléments de papeterie pour pouvoir les faire imprimer, y compris les livrets de messe, Monsieur Plumechon s’attaque à la confection des panneaux directionnels : découpes en flèches et ponçage des morceaux de bois récupérés, avant inscription du texte avec la technique d’impression par papier de cuisson imprimé à l’envers sur bois légèrement humidifié. Ensuite, je me penche sur la disposition des invités autour des tables. Monsieur Plumechon pour sa part confectionne et décore notre urne. Il pimpe aussi notre globe terrestre à l’aide de petits autocollants ronds.

Crédits photo : Photo personnelle

Monsieur Plumechon appliqué.

Last but not least : je finalise également le rétroplanning du jour J, avec les heures clés et un timing précis pour les préparatifs du matin. Je peux donc l’envoyer aux différentes personnes à qui nous avons demandé s’ils acceptaient de gérer un point en particulier (contact traiteur, contact DJ, mise en place de l’église, responsable timing des mariés jusqu’à l’arrivée à la salle, etc.). Leur mission était de nous éviter de devoir penser à quoi que ce soit la semaine suivante. Notre idée était de distiller les responsabilités sur le plus grand nombre, histoire que chacun n’ait que peu de choses ou peu de temps à gérer. (Avec le recul, je ne peux que te pousser à faire de même. Nous n’avons eu vent d’aucun des petits couacs du jour J et nous n’avons jamais pris de retard. Nous avons donc pu vivre notre journée l’esprit tranquille.)

Mercredi 24 février

18 heures environ : je suis en congé. Enfin ! Première étape : aller chercher une partie des fleurs et des plantes avec un ami qui a un accès professionnel chez un grossiste situé non loin de chez nous. Gypsophile, mini kalanchoes et la fameuse fleur-dont-j’ai-oublié-le-nom formant de petits boutons roses viennent compléter les tulipes déjà commandées chez la fleuriste. Deux hellébores blanches et deux hortensias vert-rose rejoignent notre chariot. Ils seront parfait pour l’église. De retour à la maison, après le souper, nous attaquons le point crucial des deux prochains jours : l’écriture des to-do lists sur base d’autres listes ! Ensuite, nous filons nous coucher.

Jeudi 25 février

Après le petit-déjeuner, je conduis Monsieur Plumechon au boulot pour son dernier jour. (Nous n’avons qu’une voiture, donc il faut bien s’organiser.) Avant que je ne reparte vers la gare pour récupérer ma sœur, venue me donner un coup de main, Monsieur Plumechon profite du matériel de son boulot pour découper, avec quelques ratés, les diverses étiquettes que le petit imprimeur n’a pas su faire avec sa machine.

Au programme de la matinée : opération marque-places. J’ai reçu plus tôt dans la semaine les petits sachets en plastique pour mettre les graines et les bonbons oursons qui doivent prendre place dans les petits pochons. C’est parti : vivent les petites cuillères à verrines pour séparer et transvaser les grands sachets de graines !

Crédits photo : Photo personnelle

Miss LittleSister et moi lancées dans un travail minutieux.

11 heures : j’ai rendez-vous chez l’esthéticienne. Grande première pour moi en institut : épilation, soin des pieds, manucure, soin du visage… deux heures à me faire chouchouter qui me font le plus grand bien. Pendant ce temps, ma sœur termine le nouvel ensachage des graines, emballe tous les bonbons ourson individuellement et trie les étiquettes utilisables ou non. Beau boulot !

Crédits photo : Photo personnelle

Deux petits bonheurs de la vie emballés.

Ensuite, nous faisons une multitude de petites choses. Je récupère à son tour mon frère à la gare. Les marque-places cadeaux d’invités sont finalisés et rangés par tables avec une feuille reprenant le placement des invités. Les bouteilles avec les noms de tables sont étiquetées. Les bougeoirs et bouteilles pour les centres de tables et les appuis de fenêtre sont « masking tapés ». Les couvertures du dico d’or sont imprimées et collées. La plupart de la décoration est mise en caisse avec tout le matériel nécessaire.

De son côté, après sa journée de boulot et avant de rentrer nous aider, Monsieur Plumechon récupère la camionnette que nous avons louée, ainsi que toute la vaisselle pour dresser les tables chez notre traiteur.

Après une brève répétition avec nos témoins et notre chef musique et chants à l’église, nous les engageons pour charger le vin dans la camionnette. Pour l’anecdote, Monsieur Plumechon a réussi à casser une partie des tasses et sous-tasses dans l’opération. Rien de bien grave, mais un gros dodo bien mérité était de rigueur pour tout le monde.

Vendredi 26 février

J-1 ! Nous disposons de la salle à partir de 11 heures. (Tu m’excuseras du manque de photos pour illustrer cette fin de récit. Je n’ai pas trop eu le temps de m’en occuper. Et nous avons malencontreusement perdus les quelques-unes prises par le frère de Monsieur Plumechon.)

Le matin, Monsieur Plumechon dépose ma sœur à la gare pour une histoire de visas à faire en urgence pour notre voyage de noces (mais pas de notre fait cette fois, j’y reviendrai prochainement) avant d’aller chercher le matériel que nous louions (verres entre autres), le tout après avoir chargé la camionnette avec celui déjà accumulé à la maison. Déménagement Plumetis/Plumechon, bonjour ! Tout est rentré, mais pile poil.

De mon côté, petite virée pour aller récupérer les montages de fleurs pour l’église et les tulipes… ou pas ! Je me retrouve devant une porte close et je suis dans l’impossibilité de joindre la fleuriste. Bon… pas de stress, nous trouverons une solution plus tard. Retour à la maison pour embarquer mon frère et une amie venue nous filer un coup de main. Nous partons pour la salle où mon témoin, et les parents et le frère de Monsieur Plumechon ensuite, nous rejoignent. C’est parti : nous nous marions demain, et il y a même un rayon de soleil !

Dans la salle, c’est assez simple, nous faisons tout : mise en place des tables, chaises, nappage, dressage, montage des centres de tables et de la déco, installation des petits paniers de secours dans les toilettes, décorations des différents espaces (ce y compris la construction de certains éléments comme les structures pour accueillir les lanternes et les guirlandes lumineuses), etc. Ma témoin et son mari, ainsi que mon frère et ma belle-sœur viennent également nous prêter main forte. Et étrangement, nous n’avons rien oublié.

Vers 18 – 19 heures, le premier étage est prêt. Mon frère et le mari Madame Poulette avaient même été jusqu’à ajuster les spots de la salle pour que chaque table soit bien éclairée. C’est mieux que ce que je n’aurais jamais pu imaginer. C’est harmonieux, coloré, simple et convivial.

Crédit photo : JT Photography

L’espace repas est finalisé.

Crédit photo : JT Photography

Zoom sur la table enfants.

Crédit photo : Dphotography

Zoom sur la table d’honneur.

Je pense naïvement que nous terminerons rapidement le bas. Mais beaucoup de petites choses ont pris plus de temps (qu’on a « bêtement » perdu ramenant la camionnette et en allant rechercher les fleurs) que prévu. Surtout que beaucoup d’éléments étaient nés de l’imagination de Monsieur Plumechon et que je n’avais donc pas trop pu diriger son frère et son papa sur leur réalisation en son absence.

La fatigue commence à se faire sentir. J’évite de dire à Monsieur Plumechon qu’il aurait pu mettre plus de guirlandes sur la structure au-dessus du coin posé du rez-de-chaussée. (Pour ta gouverne, il me fera la remarque de lui-même plus tard. Mais sur le moment, nous n’aurions pas eu envie de recommencer.) Surtout que des amis arrivent à ce moment avec les softs et les bières. Nous les déchargeons et les stockons. Malheureusement, je ne remarque que trop tard qu’une partie, disposée logiquement au plus prêt du bar, masque et gâche mon coin urne qui a été légèrement déplacé et n’est donc plus sous l’illustration de notre voyage de noces. Il est trop tard. Les choses resteront telles qu’elles sont.

Vers 21 heures, tout est finalisé. L’ambiance créée correspond parfaitement à ce qu’on avait imaginé. On l’aime et on s’y sent à l’aise. Nous rentrons et récupérons ma maman au passage. Mon seul mini-regret : il est bien trop tard que pour envisager un petit coup de frais dans la maison, où auraient lieu tous les préparatifs du lendemain. Qu’à cela ne tienne, nous soupons rapidement et allons tous nous coucher. Finalement Monsieur Plumechon qui devait dormir chez l’un de ses témoins avec mon frère restent là.

Demain nous nous marions ! (Hiiiiiiiiiiiiiiii !) Ah oui tiens, nos vœux… hum hum… j’y avais déjà réfléchi sans jamais réussir à les écrire comme je le voulais, ce que je réussi à faire en une demi-heure avant de m’endormir tout près de mon futur mari (qui l’était déjà un peu mais soit…).

Et toi ? Comment se sont déroulés tes préparatifs ? Avez-eu de l’aide pour l’installation ? Avez-vous eu quelques contretemps qui ont bousculés votre planning ? As-tu été satisfaite du travail accomplis ? As-tu kiffé voir vos idées prendre forme ?



8 commentaires sur “Mon mariage religieux tout en convivialité et en sourires : le point décoration et les préparatifs des jours précédents”

  • ça rend vraiment bien votre salle avec ces chaises de couleur ! J’adore aussi les petits pochons faits par Mme Plumechon ! Et les lanternes, j’en voulais aussi à la base quand j’ai commencé à regarder la déco ! ça donne vraiment du cachet. Vous avez eu une dernière semaine bien chargée mais ça valait le coup !

    • Oh que oui ! J’adore toujours tellement notre salle et ce qu’on en a fait. J’ai envie de recommencer tient. Et pour l’anecdote, je ne l’ai pas mentionné, mais les lanternes ont été en partie rachetées à Madame Peps. 😉 Deux mariages Dentelle à leur actif.

  • Wahou cette déco ! J’adore le mélange entre le côté brut/indus de la salle et le côté coloré/champêtre amené avec votre déco. Et alors ce fil conducteur coloré, c’est tellement top. Encore une fois, c’est une vraie belle cohérence : bravo bravo bravo. Maintenant, on a hâte de vous voir le jour J !

    • Nous qui voulions du caractère et de l’originalité, je pense qu’on n’aurait pas pu viser plus juste. La suite arrive… 😉 (Et dès que j’ai fini, je me penche sur ton mariage qui me semble génial et si joli également !)

  • Je découvre ta salle en même temps que tous ces éléments de déco et je tombe sous le charme de l’ensemble. Tout est bien pensé et coordonné. Bravo !

    • Merciiii ! Ce sont beaucoup de choses simples. A la portée d’absolument tout le monde (sauf les pochons, il faut une couturière quand même) !

  • J’adore votre rendu final ! Tres beau, très coloré et très élégant ! Quel travail en tout cas ! Et votre dernière semaine m’a paru relativement sereine même si plutôt sportive ! Mais vous avez l’air de personnes sereines ( en tout cas de ce qu’on en voit de tes chroniques). Bravo en tout cas pour cette belle décoration !

    • Merci !! Hihi, on essaye d’être zen. Bon, je n’en ai pas encore parlé (ça vient), mais on a eu un super couac lié au vdn qui nous est tombé dessus le jeudi précédent le mariage. Ça m’a bien plus stressé que les préparatifs au final Après, avec la fatigue qui pointait, la fin de la mise en place a quand même été parfois tendue.

Commente ici !