Qui dit mariage en deux temps, dit nouvelles possibilités !

Pour éviter une journée marathon (ou du moins encore plus marathon que ce qu’elle ne sera déjà…), nous avons donc décidé d’organiser notre mariage en deux temps. Youhou ! Deux tenues, deux fêtes, deux moments forts (enfin, je le suppose). Oui, mais…

…quand ?

Notre mariage religieux est fixé à fin février. Notre mariage civil doit avoir lieu avant. Hé oui, le mariage religieux ne peut avoir lieu que si les époux sont déjà mariés civilement. (Mais je pense que je ne t’apprends rien.) Nous ne souhaitons pas trop décaler les deux cérémonies, et garder un certain lien dans l’ambiance visuelle. C’est un petit détail, mais ô combien important pour moi, qui nous décide : je souhaite faire graver la date de notre mariage dans mon alliance mais je ne veux pas avoir à choisir et il n’y a pas la place pour deux dates complètes ! Ce sera donc en février. (Après, j’ai longuement hésité à écrire les deux jours suivis du mois et de l’année ou juste le mois et l’année. On ne se refait pas. Et puisque tu veux tout savoir après ce suspens insoutenable, j’ai finalement opté pour « février 2016 ».)

Pourquoi pas la semaine précédente ? Parce que nous connaissant, nous serons à la bourre dans les préparatifs. (Ne rigole pas, je sais que ce sera le cas !) Autant ne pas en rajouter. La semaine qui précède la semaine précédente alors ? Trop proche de la Saint-Valentin à mon goût. Nous n’avons pas l’habitude de la fêter, mais je n’ai pas pour autant envie d’y associer notre mariage. Début février du coup ? Parfait ! Nous sommes devenu un couple début février. Nous deviendrons légalement des époux à la même période, cinq ans plus tard.

L'organisation de notre mariage en deux temps

Crédit photo (creative commons) : Hudsoncrafted

Trouver une date, et imaginer puis planifier cette première étape.

Très vite, nous décidons de faire ça le vendredi en toute fin d’après-midi. Nous savons que notre commune le permet. Pas trop tôt, pour que nos invités puissent nous rejoindre facilement sans devoir poser de congés mais pas trop tard non plus pour qu’on puisse encore arriver à la lumière naturelle.

Avec qui ?

Tu te souviens peut-être de ma nombreuse famille et de nos multiples amis ? Pour cette première étape, nous nous entourerons d’un « petit » comité. Notion parfaitement relative, tu vas le comprendre. La liste comporte :

  • nos familles proches, soit une petite dizaine de personnes ;
  • nos témoins, leurs conjoints et enfants, soit également une dizaine de personnes ;
  • ma famille maternelle, dont on est plutôt proche, soit une trentaine de personnes ;
  • la marraine et le parrain de Monsieur Plumechon, ainsi que leur conjoint respectif ;
  • et quelques amis proches, leurs conjoints et enfants, soit une petite vingtaine de personnes.

Un comité réduit à la Plumetis-Plumechon en somme, d’une bonne cinquantaine d’adultes et d’une petite vingtaine d’enfants.

Où ?

Je t’ai déjà brièvement présenté notre commune. Comme je te l’expliquais, elle se situe à 3 minutes en voiture de chez nous. L’idéal est de trouver une salle non loin pour la suite de la soirée, dans un budget raisonnable si possible. (C’est qu’il ne faudrait pas trop retarder le début de l’apéritif. Tu connais maintenant notre crédo… la bouffe, c’est la vie ! Surtout un vendredi soir.) Nous cherchons donc parmi les salles communales. Nous en connaissons une pour y avoir déjà organisé l’anniversaire de Monsieur Plumechon. Malgré son côté pratique, elle n’a pas vraiment de charme, et il manque cruellement de places de parking à proximité. Nous prenons rendez-vous pour en visiter une seconde. Mais nous ne sommes pas convaincus non plus. Si la disposition des lieux est sympa, ils sont un peu défraîchis et il manque du matériel de base. Finalement, la troisième sera la bonne.

L'organisation de notre mariage en deux temps

Crédit photo : Le Relais de Mellery

Le relais de Mellery, notre petite salle de village bien sympa.

Située à 7 minutes de chez nous et 6 minutes de la maison communale, elle est plutôt jolie et bien entretenue. Je te laisse la découvrir par toi-même ici. La disposition en L avec un côté bar nous parle directement. Nous imaginons vite comment nous agencerons les lieux en fonction de nos idées. Tables, chaises et vaisselle sont comprises. Le parking aux alentours y est aisé. La location commence la veille au soir, ce qui nous arrange bien. Et si nous vidons les lieux le jour-même, il est possible, moyennant un petit supplément, de ne pas avoir à se charger du nettoyage. Le feeling avec le responsable qui nous fait la visite est bon. Que demander de plus ? Adjugé, c’est loué !

Comment ?

Nos envies pour ce jour ?

Une cérémonie aussi personnalisée que possible

Traduction : qui débutera et se clôturera par deux chansons que nous choisirons et au cours de laquelle nous échangerons une première fois nos alliances.

Bien manger et bien boire ! (Pour changer me diras-tu…)

Mais cette fois, point de traiteur : nous optons pour du fait-maison avec aide. Késako ? Nous nous occupons du plat. Et nous demandons de l’aide pour les amuse-bouche ainsi que pour le dessert. Un service à la bonne franquette et le tour est joué.

Pour l’apéritif, nous demandons à la maman d’un ami proche. Elle adore préparer tout un tas de petits zakouskis. Et pour y avoir déjà goûté, nous savons qu’ils sont à notre goût. Elle accepte avec plaisir.

Un vendredi soir de début février : l’idée d’un bon plat chaud réconfortant s’impose. Nous réfléchissons à quelque chose de simple à préparer à l’avance, de facile à réchauffer et à servir. Des boulettes sauce tomate ? Tout le monde aime les boulettes sauce tomate, non ? Ou des boulets à la liégeoise ? Idem, qui n’aime pas ? Et pourquoi pas les deux ? Challenge accepté. Un duo que nous accompagnerons de purée maison. (Je sais que tu as pensé aux frites, et en bonne belge, je ne peux qu’approuver. Mais la gestion de la cuisson d’une telle quantité nous a vite refroidi, d’autant plus qu’elle demande une personne en continu en cuisine, ce que nous voulons éviter.)

Comme dessert en mode participatif, nous tombons vite d’accord sur un buffet de crêpes. Nous demanderons à qui veut de faire et amener des crêpes, et nous nous chargerons de prévoir les diverses garnitures. Simple, bon, et efficace ! (Et top pour le petit-déjeuner du lendemain s’il y a des restes…)

L'organisation de notre mariage en deux temps

Crédits photo : Photo personnelle

En exclusivité, le menu du mariage civil en bonne et due forme.

Nous ne laisserons pas nos invités se déshydrater. Au frigo les attendra une sélection de quatre bières belges, toutes différentes : une blonde, une fruitée, une lambic, et une bière d’abbaye brune. Il y aura évidemment des softs, ainsi que du café et du thé en fin de repas.

Une ambiance conviviale

Avec cette fois-ci une animation. Non pas que nous ayons peur que nos invités s’ennuient, bien au contraire. Juste que nous avons envie de nous faire plaisir en leur préparant une surprise : un blind-test ; qui nous l’espérons leur plaira et fera parler leur culture musicale tout en les amusant. Il ne nous reste plus qu’à cogiter sur les thèmes.

De jolies tenues

Tout est permis. Il ne reste plus qu’à se décider. (Le plus simple pour moi, en somme… hum !)

Un photographe

Aucune raison de ne pas immortaliser ces moments. Cette cérémonie civile et cette soirée sont tout aussi importantes à nos yeux que le mariage religieux qui suivra. Oui, mais… notre budget commence à être serré et il ne faut pas traîner pour trouver la perle rare. Il nous faut trouver un compromis.

Et là, TILT ! Un copain de fac s’est récemment lancé dans la photographie en tant qu’indépendant complémentaire. Je me souviens qu’il en a parlé récemment. Je vais voir sur sa page Facebook et constate qu’il a déjà couvert des mariages. Son style est sympa et nous plaît bien. Pas de longues hésitations : je tente ma chance et le contacte. Il est ravi qu’on ait pensé à lui et accepte. Notre budget est soulagé, et nous aussi. Affaire conclue !

Et toi ? As-tu organisé un mariage en deux temps ? Comment as-tu imaginé les moments qui entoureraient ta cérémonie civile ? Quelles ont été tes envies et tes défis ? As-tu attendu ton mariage religieux ou ta cérémonie laïque pour échanger tes alliances ?



4 commentaires sur “Qui dit mariage en deux temps, dit nouvelles possibilités !”

  • Une seconde date pour un mariage civil simple et convivial, ça va être très chouette! Et je suis pour un mariage en deux temps qui vous évitera de courir ! Mais par contre qu’est ce donc que les boulets à la liégeoise ??

    • Ce sont des boulettes dans une sauce sucrée à base de sirop de Liège, de bière brune et de raisins secs (en tout cas dans ma version).

  • Votre programme a l’air tout en convivialité et je ne peux qu’approuver le choix de faire son repas soi-même ou avec l’aide de ses proches ! J’espere que le résultat a été tel que vous l’imaginiez ! En tout cas j’ai hâte de lire la suite de vos aventures 🙂

    • Quelque stress sur la quantité de purée, mais tout a été parfait pour le reste. 😉 J’y arrive bientôt.

Commente ici !