Mon mariage DIY à la cool : le lendemain et les jours suivants

Le lendemain, comme prévu, Little Bouddha se réveille vers 8h30. C’est tôt, nous avons peu d’heures de sommeil au compteur et je profite donc du biberon pour un moment câlin dans le lit avec mon fils.

Mais voilà, dehors, on s’agite déjà, il est donc temps de s’habiller ! J’ai prévu une tenue sympa, une robe à fleurs avec des collants noirs et des bottes à talons (une vraie tenue d’hiver). Nous nous préparons donc rapidement afin d’être opérationnels pour cette journée que je qualifierais de… pluvieuse.

Eh oui, il pleut des cordes. Deux sentiments s’entremêlent : “Youhou, on a échappé au pire hier !” et “Oh noooon, on aurait été tellement bien sous le soleil dans cette cour…” Je reste positive bien qu’un peu minée par le temps et par le fait que la journée promet d’être moins drôle que les précédentes.

Mon mari tout neuf a très mal aux pieds et chaque pas est une torture, c’est là que les charentaises offertes hier pour déconner entrent en scène : c’est un soulagement d’avoir les pieds à l’aise dans des pantoufles (et quelle classe surtout !) ! Finalement, quelle bonne idée, ces cadeaux clichés !

Dans la salle, il y a déjà du monde, le petit-déjeuner est servi : nous avions prévu des brioches avec notre confiture maison abricot-romarin, et apparemment, tout le monde a apprécié la confiture, il n’en reste déjà pratiquement plus ! Mais de toute façon, je n’ai pas faim.

Je vois que les tables ont commencé à être débarrassées, alors je ne perds pas une minute et me mets au travail. Je redeviens le chef d’orchestre du vendredi, celui qui prend les décisions, mais pour désinstaller, cette fois. Je m’aperçois alors du carnage sur certaines tables : la cire des bougies a coulé sur les napperons et surtout sur les draps anciens servant de nappes (que j’ai tous empruntés…). On continue de débarrasser, de ranger dans des caisses ce qui sera ramené, de jeter ce qui doit l’être, et de restituer à leurs propriétaires ce qui ne nous appartient pas.

Le gros du boulot est fait, nous allons donc pouvoir manger un morceau.

Notre retour de noces : hot dog party

Crédits photo : Photo personnelle

Pour le repas, nous avons prévu une hot dog party. Nous cherchions une idée de repas sympa, qui reste “à la cool” (dans la mesure où nous avons mangé une paella hier, nous n’allions pas faire du foie gras poêlé le dimanche !). Les hot dogs, c’est simple en termes d’organisation (d’autant plus que nous n’avions aucune idée du nombre de personnes qui seraient là), c’est le parfait repas “lendemain de gueule de bois” ou “sandwich avant de reprendre la route”, et en général, ça plaît à tout le monde.

Le Brun C. a pu nous avoir une machine à hot dogs, et nous avons prévu, outre les sauces, des cornichons et des oignons frits pour agrémenter un peu. À côté, nous avons prévu des salades, crudités, carottes râpées, et ma belle-mère nous a fait un énorme saladier de taboulé, il y a de quoi faire !

Tout le monde prend une chaise et cherche une place, les copains s’assoient à côté des oncles et tantes, la famille sympathise avec la belle-famille, on discute sans distinction d’âge… Il y a une très bonne ambiance, c’est simple et convivial.

Nous avons aussi prévu deux grandes plaques de tartes, ce qui est une belle erreur car il reste beaucoup de gâteaux de la veille, et elles nous resteront toutes sur les bras, minorées de quatre ou cinq parts…

Au fur et à mesure que la journée avance, les invités nous disent au revoir : il est temps pour ceux qui vivent loin de prendre la route. Je les remercie tous très chaleureusement, je suis touchée qu’ils aient parcouru la France entière – et plus encore – pour venir le temps d’un weekend (certains sont arrivés le samedi matin pour repartir le dimanche après-midi et regagner les Landes, ou encore Nantes).

Avant de partir, nous avons de nombreux compliments sur le mariage, sur cette journée qui nous ressemblait : simple, sans chichi et pleine de joie. Je m’assure aussi que tout le monde reparte avec ses cadeaux : confiture et gobelet. Et puis, il est l’heure. L’heure de terminer le rangement : comme toujours, ce sont les derniers détails qui prennent le plus de temps.

Lorsque je descends en cuisine, c’est l’agitation : il y a eu un problème de débordement des évacuations (une histoire peu ragoutante que je vais t’épargner), mon frère Hicks, mon cousin M. et le Gars du vide ont mis les mains à la pâte et ont réglé ça sans même que je ne sois au courant. Ouf !

Tous les restes sont emballés et distribués à ceux qui veulent. Dans la salle, il ne reste qu’une table sur laquelle sont rassemblés les bouquets et plantes, et là aussi, l’heure de la distribution est venue : ceux qui vivent près d’ici repartent avec un bouquet de fleurs et ceux qui sont plus loin ont droit aux succulentes. Je suis contente qu’un petit morceau de mariage se retrouve chez nos invités, d’autant plus que, franchement, qu’est- ce que j’aurais fait de neuf bouquets et dix-huit succulentes ?!

La salle est maintenant entièrement vide, le camion et les voitures sont pleins à craquer (moi qui pensais naïvement repartir plus légère !), les poubelles sont remplies.

Notre retour de noces : hot dog party

Crédits photo : Photo personnelle

Il ne reste plus à présent que la Blonde et certains membres de ma famille, qui viennent manger chez nous le soir. Il fait froid et il pleut. Mon Barbu et moi nous retrouvons seuls le temps de faire l’état des lieux. J’ai hâte de terminer le tour et de rentrer : cette salle et ce gîte vides, sombres et froids marquent la fin de notre mariage, et ça me rend un peu morose.

Dans la voiture, nous nous remémorons ces bons moments, avec une pointe de tristesse que ce soit déjà terminé, quand une voiture nous double en klaxonnant. Une demoiselle me fait de grands signes (pourtant ce n’est pas une de nos invités… ?!?) et me montre sa main, et particulièrement… son alliance ! Mais bien sûr ! Sur le pare-brise arrière, nous avons toujours notre “Just Married” et cette jeune femme vient de se marier elle aussi ce weekend ! Cet instant de complicité et de bonheur (si tu avais vu son sourire !) me sort de ce petit coup de blues qui commençait à s’installer ! Comme quoi, des fois, dans la vie, il en faut peu !

Nous rentrons donc chez nous. Bon, j’ai une petite attaque cardiaque en arrivant et en découvrant les milliers de caisses, cartons et tupperwares remplis de restes de nourriture, mais je suis contente que ma famille soit là. On allume le poêle car la température est tombée à 14°C dans la maison (pour rappel, non, je ne me suis pas mariée en novembre) et on prépare thé, café et gâteaux – il faut bien les finir !

La nuit tombe déjà, et nous enchaînons par un apéro dînatoire avec au programme, cette fois, les restes de sangria, marquisette, vin, champagne, et nous avions évidemment prévu de quoi manger (pains surprises, saucisson, tartinades et j’en passe…)… tu l’auras compris, on n’est pas morts de faim !

Il se fait tard (pas tant que ça, en réalité, mais tout le monde est fatigué et rêve déjà de son lit), nos invités nous quittent donc après de grandes embrassades, et peut-être une larme ou deux…

Little Bouddha est couché depuis longtemps, nous nous retrouvons seuls mon Barbu et moi, et nous profitons de cet instant pour lire le livre d’or et ouvrir l’urne. Nous rions des bêtises écrites sur le livre d’or : les gens ont joué le jeu et il n’est pas du tout “classique”, il est bourré de dessins, de références, de jeux de mots, et au milieu de tout ça, d’amour et de tendresse. L’urne nous réserve aussi son lot de petits mots affectueux et une coquette somme d’argent.

Nous allons nous coucher heureux et surtout… mariés !

Et après ?

Étant parents, et mère poule pour ma part, nous ne pouvions pas partir en voyage de noces et laisser notre bébé pendant une semaine. Nous avons donc décidé de partir cet été, avec Little Bouddha, faire un road trip en Irlande – à moins qu’une bonne nouvelle ne nous en empêche ! Et, en attendant, nous décidons de passer deux jours (pas plus d’une nuit loin de mon bébé, c’est trop dur pour moi !) en Bourgogne.

Nous partons donc le mercredi pour visiter Dijon. Nous découvrons cette jolie ville, son centre historique et sa nuée de petites boutiques toutes plus attractives les unes que les autres.

Notre mini voyage de noces en Bourgogne

Crédits photo : Photo personnelle

Dijon

En fin d’après-midi, nous prenons la route des vins jusqu’à Chambertin, où se situe notre hôtel. Il s’agit de la Rôtisserie du Chambertin, superbe hôtel avec une cheminée magnifique dans le hall d’entrée. La chambre est très belle, avec une déco sympa, et le repas, pris au Bistrot Lucien de l’hôtel, est délicieux.

Notre mini voyage de noces en Bourgogne

Crédits photo : Photo personnelle

Le lendemain, nous repartons tranquillement à travers les vignobles, nous arrêtant pour quelques photos des domaines que nous connaissons tous (au moins de nom). Les paysages sont superbes et en plus, miracle, il fait beau !

Notre mini voyage de noces en Bourgogne

Crédits photo : Photo personnelle

Vois ce joli ciel bleu !

Après une halte à Beaune, il est déjà temps de rentrer. Clairement, ce n’est pas notre voyage de noces de rêve, la destination ne fait peut-être pas rêver, mais c’est une jolie parenthèse à deux. Nous avons fait au plus simple, surtout que l’organisation s’est clairement faite à la dernière minute. Nous sommes ravis de ce court périple. Il nous a permis de mettre un point final à “l’aventure mariage”, ou presque.

Je reviens prochainement avec la suite, et bientôt la fin, de l’histoire.

Et toi ? Comment s’est passé ton retour de noces ? Avais-tu prévu trop à manger ? As-tu fait aussi un mini voyage de noces ? Viens tout me raconter…

✈ Pour des hôtels très chics et des voyages extraordinaires, je te propose de faire un tour du côté de VeryChic : chaque jour, le site te propose des ventes privées pour des hôtels 5* partout dans le monde !




3 commentaires sur “Mon mariage DIY à la cool : le lendemain et les jours suivants”

  • Oui oui ouiiii, un voyage de noces en Irlande, je valide 🙂 Si tu as besoin de conseils, n’hésite surtout pas, j’y habite depuis 8 ans !

    Je me suis un peu retrouvée dans ton récit du lendemain : beaucoup de cartons, du rangement, à manger (et une chouette ambiance entre tous les derniers invités, famille et belle-famille). Je craignais la crise cardiaque en revenant en Irlande dans notre appart (j’étais partie 2 semaines avant Mr Claddagh, donc je doutais un peu de l’état dans lequel il l’avait laissé, avec tous les derniers DIY etc…), mais non, il m’avait fait la surprise d’avoir rangé l’appart de fond en comble avant son départ !

    Vous avez bien fait de partir un petit peu à deux : même si ce n’est pas loin, pas la destination la plus glamour, l’important c’est de se retrouver un peu à deux après toutes ces émotions !

    Hâte de lire ta “suite et fin” 🙂

  • Olalala toujours dur les lendemains de mariage… c’est ma grosse appréhension le coup de blues avec tout le monde qui s’en va ! Mais vous pouvez être heureux ça avait vraiment l’air d’etre Un super mariage avec tout le monde qui a bien profité !!

  • Tu as l’air d’avoir géré le wedding-blues comme une cheffe ! Et j’ai beaucoup apprécié ce moment de synchronicité avec une autre mariée qui t’a fait partager sa joie, juste comme ça. Tu as dû être bien reboostée. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *