Mon mariage franco-américain en lilas et blanc : le vin d’honneur et la soirée

Le trajet en voiture jusqu’au lieu de réception, où se tiendront le vin d’honneur et le repas, dure environ 25 minutes. Une petite parenthèse dans cette jolie Bentley en tête à tête avec mon mari où nous trinquons avec le champagne généreusement offert par le gérant de la salle.

Arrivés sur place, les invités rentrent dans la salle du vin d’honneur au compte-gouttes. Nous sommes parmi les premiers. Il s’agit d’une grande véranda qui peut s’ouvrir sur l’extérieur, avec une piscine à l’intérieur. Mes deux grandes craintes étaient de tomber dans la piscine (mais ça n’est pas arrivé, ouf !) ou que des enfants y tombent. Ça n’est pas arrivé non plus grâce aux 3 baby-sitters présentes sur place qui ont pris les enfants en charge et les ont occupés soit dehors, soit dans une autre pièce. Il y avait en fait peu d’enfants dans la véranda.

Le cocktail de notre mariage // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography

Le lieu de notre mariage // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography

Au moment où mon mari a commencé à parler pour porter un toast, une jolie cascade d’eau a commencé à couler sur le mur en pierre juste derrière nous. Seul petit regret : nous avons dû attendre mes beaux-parents qui étaient en retard, puis commencer sans eux. L’hôtel où tout le monde était logé se situait juste à coté de notre lieu de réception et je savais qu’ils avaient, sans doute, dû y faire un saut pour poser leurs bagages.

Le reste du vin d’honneur s’est déroulé dans une douce euphorie où j’essayais de parler à tout le monde et où on a encore pris des photos. Je me souviens avoir regardé l’heure pour être sûre que le temps ne passe pas trop vite…

Il y a eu ensuite le fameux lancer de bouquet vers la fin du vin d’honneur qui aura duré à peu près deux heures, deux heures et demi. Tous les invités l’étaient également au repas et il nous a juste fallu traverser la cour pour arriver dans la salle de réception elle-même.

La soirée

Nous sommes entrés après tout le monde, au son de “Don’t stop me now” de Queen. Il est assez impressionnant de voir la salle avec toutes les lumières, la décoration, les tables enfin décorées et parées de leur vaisselle, et les invités répartis selon notre plan de table. Tout ce qu’on a passé presque un an à préparer, concrétisé sous nos yeux !

Décoration du lieu pour notre mariage // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography

Décoration du lieu pour notre mariage // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography

Décoration du lieu pour notre mariage // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography


La soirée a été entrecoupée de chansons et d’animations, que des surprises pour nous. Il n’y en avait ni trop, ni trop peu. Je passais de table en table pour aller voir tout le monde. J’ai même réussi à profiter du repas !

Mes parents, oncles et tantes nous ont interprété une chanson. Puis ma sœur et mes cousins en avaient spécialement faite une pour nous. Et, enfin, tous les anglophones ont improvisé sur une chanson de John Denver avec leurs téléphones portables en main pour avoir les paroles.

Le palme de la surprise revient à celle que m’a préparée mon mari avec l’aide de mon meilleur ami : il s’agit d’une vidéo où Monsieur Colorado se tient devant ce pub écossais où nous nous sommes rencontrés et il dit un mot en anglais sous-titré en français pour tous nos invités. Puis on le voit devant la tour Eiffel, à l’endroit où il m’a demandé en mariage, et cette fois il parle français avec un sous-titrage en anglais pour me faire la plus belle déclaration d’amour.

Discours, surprises et émotions pendant la soirée // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography

Il y a également eu le jeu du Elle & Lui et un quiz musical. Le frère et la sœur de Monsieur Colorado, ainsi que son père, ont fait des discours, ponctués d’humour, chargés d’amour.

À la fin du repas, mais avant le gâteau, nous avons donné les petits sacs-cadeaux que j’avais préparés à tous les invités. Certains étaient prévus pour les français, d’autres pour les américains. Je crois que nos petits sacs ont rencontré un franc succès et ont suscité pas mal d’étonnement de la part des invités français qui ne s’y attendaient pas !

Le moment de couper le gâteau et de servir le champagne dans une pyramide de verres est ensuite arrivé sur “All you need is love” des Beatles.

La fontaine à champagne // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography

Et puis bien sûr, l’ouverture du bal. On a commencé par un rock avec mon Papa, puis une valse française avec mon mari sur la musique de “La Foule”, d’Édith Piaf.

J’étais un peu stressée de danser devant tout le monde, mais peu importe, le bal était ouvert et la fête battait son plein. Ma photographe et amie Sarah Dawson est restée plus tard que prévu afin d’immortaliser la soirée. Il est tellement précieux pour moi de pouvoir revoir ces photos prises sur le vif de tous nos invités en train de danser !

L'ouverture du bal // Photo : Sarah Dawson Photography

Crédits photo : Sarah Dawson Photography

Il y a eu une petite parenthèse bretonne où j’avais demandé au DJ un petit intermède “fest-noz” avec des musiques choisies au préalable, pour que nous puissions danser des danses traditionnelles bretonnes. J’en avais choisi des faciles, que la plupart des membres de ma famille connaissaient. Et peu importe que les autres ne connaissent pas, il en fallait plus pour arrêter nos invités venus des quatre coins du globe ! C’est ainsi que, pour la première fois de leur vie, des américains, des italiens, des anglais, des roumains et des australiens ont pu danser un hanter-dro !

Pendant ce temps, le photobooth nous a laissé des souvenirs inoubliables (grâce au photobooth Dentelle), des photos que nous ne découvririons que plus tard.

Mais la soirée est passée vite et j’ai vu, à regret, les invités commencer à partir doucement. Nous avons fait en sorte de ne rien avoir à faire au niveau logistique, ni le soir-même ni le lendemain où le retour avait lieu, de façon à nous assurer une totale tranquillité d’esprit. J’avais aussi prévu des navettes pour emmener les invités à leur hôtel.

À notre tour, nous avons ensuite regagné notre chambre d’hotel. Je t’avais dit un peu plus haut que mes beaux-parents étaient arrivés en retard au vin d’honneur. C’est en rentrant dans notre chambre que j’ai compris pourquoi. Sur le lit, étaient disposés des pétales de roses et des petits cadeaux, un cadre, des bougies, une bouteille de champagne. Et, en refermant la porte, nous avons découvert un poster géant de nous deux (une photo prise au mariage de la sœur de Monsieur Colorado) avec nos noms et cette inscription : “Congratulations !”…

Tout au long de cette journée, j’ai eu l’impression d’être sur un nuage, avec ce sentiment que rien ne pourrait gâcher ça. Malgré deux ou trois petits couacs dont je te reparlerai plus tard, je garderai un souvenir précis, immortel, heureux et même euphorique d’une journée qui m’a paru parfaite à tous les niveaux.

Et toi, le vin d’honneur et le repas seront-ils servis sur le même lieu ? T’attends-tu à des surprises et de jolis discours le jour J ? Raconte-moi !



5 commentaires sur “Mon mariage franco-américain en lilas et blanc : le vin d’honneur et la soirée”

    • Je me permets de répondre à Madame Gezillig (un coucou à l’une de mes chroniqueuses préférées !): ce qu’on appelle la “valse française” est la “valse musette”, plus rapide que la valse classique. Est-ce bien ce que vous avez dansé, Madame Lilas ?
      Et : super la surprise de tes beaux-parents !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *