Mon mariage franco-chinois coloré : la veille du grand jour

Entre le mariage civil et le mariage religieux, nous avions un jour de répit pour souffler : le vendredi 14 juillet.

Apprendre à ne pas ronger son frein

Nous nous levons aux aurores pour terminer les valises et être sûrs de ne rien oublier (comme les alliances !). Chéri finit de repasser les deux chemises tout juste récupérées de la veille pendant que je tourne en rond. Nous nous sommes tellement préparés pour ce mariage que je suis stressée… de ne pas être stressée. J’ai la désagréable sensation qu’on oublie quelque chose d’essentiel et pourtant, je checke et re-checke ma liste : nous avons tout pris.

Nous finissons par décoller pour le 77 afin de récupérer les clés de l’immense maison Airbnb que ma maman a louée pour l’occasion et s’éviter ainsi plus d’une heure de route le matin. Dans cette maison, il y aura mes parents, ma grand-mère, ma sœur et sa famille et une de mes tantes et sa famille.

Chéri et moi sommes les premiers arrivés. On répartit les chambres et on commence à faire à manger car nous pouvons aller à la salle à partir de 14h pour installer la déco. Il est déjà 13h passés, personne n’est arrivé et je deviens hystérique. Nous sommes les futurs mariés, nous avions dix mille fois plus de choses à penser et à prendre que les autres, et nous sommes les seuls à l’heure. Plus je vois l’heure tourner, plus je monte en pression car pour être là-bas à 14h, il faut partir à 13h25 de la maison… en ayant mangé !

Ma mère finit par arriver vers 13h10, trouve qu’il n’y a pas assez à manger et se lance dans un plat de pâtes pour huit. L’eau n’arrive pas à bouillir – le contenant est trop grand. Ma sœur finit par arriver également, il est 13h20. Je suis au bord des larmes d’énervement quand je demande à ma sœur et à ma mère si ça leur fait vraiment plaisir de venir faire la déco avec nous. Je leur dis que nous sommes déjà prêts, qu’on ne peut plus attendre et que zut !

Dernier jour avant le mariage

Crédits photo (creative commons) : imedias

Chéri finit par m’isoler dans un coin pour me calmer : est-ce que c’est si grave que ça si nous arrivons à la salle à 14h30, ou même à 15h ?

Un peu plus zen, je reviens dans le salon, où ma mère et ma sœur ont mangé en quatrième vitesse et sont prêtes à partir… sauf que nous avons oublié que nous devions repasser chez les parents de Chéri (à dix minutes de voiture) pour récupérer la décoration. Entre le trajet jusqu’à chez eux et la partie de Tétris dans les deux coffres des voitures, nous perdons quarante minutes supplémentaires…

La décoration de la salle

Nous arrivons dans la salle à 15h15… après un énième aller-retour dans la maison Airbnb car j’ai oublié dans l’entrée LE sac : un sac contenant du scotch, des ciseaux, de la ficelle, de la patafix, un tournevis, etc. En gros, le sac contenant toutes les choses indispensables pour installer la décoration.

Chacun se répartit les différents espaces de la salle et se met à l’oeuvre. La salle à manger est très vite terminée, ainsi que la partie jardin.

Il reste maintenant les espaces plus problématiques :

  • les deux étagères à cadeaux
  • l’urne
  • le photobooth
  • le livre d’or et les deux jeux photobooth

Nous avons déjà réfléchi en amont à la disposition des éléments… mais nous n’avions pas prévu que le traiteur nous annoncerait à quatre jours du mariage qu’une table ferait office de bar à bières et ne pourrait PAS être placée ailleurs que pile à l’endroit dédié au photobooth et aux livre d’or/jeux/accessoires. Après une heure à réfléchir avec le traiteur, le DJ et ma famille, nous trouvons enfin une solution, qui est même mieux que notre idée initiale : le photobooth et le livre d’or seront ultra visibles.

Nous avons tout terminé au bout de trois heures et repartons chez les parents de Chéri pour récupérer le dernier carton : celui de l’église. Je dépose ma maman et ma sœur qui sont fatiguées et je récupère mon beau-frère qui s’est porté volontaire pour nous aider.

La décoration de l’église

La paroisse nous a donné les clés la veille. Quand nous arrivons le vendredi soir vers 19h à l’église et que j’ouvre la porte, je me sens comme une cambrioleuse. Les passants nous regardent bizarrement et se demandent ce que nous sommes en train de fabriquer…

L’église est déserte (forcément) et je ne suis pas à l’aise à cause des bruits extérieurs qui résonnent étrangement à l’intérieur. Je place vite les livrets de cérémonie et j’aide Chéri et le beau-frère à installer les gypsophiles au bout des bancs.

Tout à coup, ma mère m’appelle complètement paniquée : je les aurais enfermés dans la maison et n’aurais pas laissé le double des clés. Ma tante est bloquée de l’autre côté de la porte avec sa famille, et après quatre heures de train, elle aimerait s’installer.

“Eeeeuh… je n’ai pas les clés… Je les ai laissées sur la petite table à côté donc si elles n’y sont pas, nous avons un problème…”

Ma mère – toujours en panique – ne trouve pas les clés sur la petite table, me demande de revérifier dix fois nos sacs à Chéri, Beau-Frère et moi. Elle raccroche… Je n’ai plus de nouvelles pendant vingt minutes… Finalement, ma maman finit par répondre à mes appels : elle a enfin trouvé les clés… sur la petite table (grrrr), a fait rentrer ma tante, lui a fait faire le tour du propriétaire et n’a pas jugé utile de me prévenir.

Nous finissons très rapidement la décoration de l’église, plaçons directement la clé USB sur le lecteur (une chose de moins à penser le lendemain !) et faisons un test son. J’ai les larmes aux yeux en entendant notre chanson d’entrée. Avec mes yeux remplis d’amour, je regarde Chéri : “C’est demain !”

La salle est enfin décorée, l’église est décorée, le salon de mes beaux-parents est décoré (grâce à leurs amis) et il est une heure totalement raisonnable : 19h30.

Le soir

Nous retrouvons tout le monde dans la grande maison et le repas est déjà prêt.

Tout le monde passe à table, sauf ma petite nièce qui est complètement KO sur le canapé. J’ai le cœur qui se serre : elle a de la fièvre. Je reste avec elle, je lui fais des papouilles le temps que le Doliprane fasse effet. Elle finit par se lever pour manger et demande à rester à côté de moi.

Le repas se termine et tout le monde est épuisé. Ma sœur, ma mère et moi tirons à pile ou face pour savoir qui va être la première à passer sous les pinceaux de la maquilleuse à 6h du matin : ma maman. Ma sœur et moi lui recommandons de se coucher tôt au vue de la journée qui nous attend tous. Pendant ce temps, nous sommes huit adultes à vouloir se doucher et il n’y a qu’une salle de bain. Je finis par avoir mon tour… et Chéri aussi.

La parenthèse de la mariée tête de mule

Car oui, Chéri va passer sa dernière nuit de célibataire avec moi. Ou plutôt, je vais passer ma dernière nuit de célibataire avec lui.

Ce qu’il faut savoir, c’est que je suis insomniaque depuis toujours : j’ai de très gros problèmes de sommeil, au point qu’à 15 ans, mon docteur me prescrivait déjà des somnifères. Ces problèmes se sont plus ou moins atténués quand j’ai changé de matelas chez mes parents, puis quand Chéri et moi avons emménagé ensemble. Maintenant, après presque trois ans de vie commune, je ne peux plus m’endormir s’il n’est pas à côté.

Du coup, quand la question de “Qui dort où ?” s’est posée, j’ai voulu que Chéri dorme avec moi dans la grande maison. Tout le monde chez moi nous a embêtés avec cette décision, comme quoi ce n’était pas la tradition, que ça allait nous porter malheur. Sauf que c’est MON mariage, MA décision. Du côté de la famille de Chéri, ils n’avaient pas d’avis sur la question… sauf ma belle-mère, qui nous a expliqué qu’il fallait absolument que nous arrivions ENSEMBLE chez eux pour la cérémonie du thé. Très bien, alors c’est décidé, Chéri dormira avec moi !

Plus que quelques heures…

Je suis douchée, démaquillée et prête à aller au lit à 22h, quand je me rappelle que j’ai pris un masque en tissu coréen anti-imperfections. Je veux quand même le faire pour être certaine qu’aucun bouton malvenu ne s’incruste sur mon visage !

Puis Chéri me demande si je vais mettre le vernis que j’ai acheté… J’ai envie de lui dire non : je ne mets jamais de vernis car c’est long à sécher et je finis toujours par me foirer à cause de mon impatience. Sauf que je l’ai acheté spécifiquement pour le mariage et qu’il est assorti à mes chaussures corail. Je passe donc une heure à mettre ce fichu vernis… pour un résultat pas trop mal.

Il est l’heure de me coucher… et je sens déjà que je ne vais pas trouver le sommeil : je suis surexcitée par la journée qui nous attend demain ! Heureusement, j’avais anticipé le problème (étant une habituée du genre). Alors attention, ne reproduis surtout pas ça sans consulter un médecin (moi j’ai vu la mienne une semaine avant) : je me suis “shootée” au sirop pour la toux car je suis hyper sensible à un des ingrédients de ce sirop, qui me fait sombrer en moins de vingt minutes.

Et effectivement, au bout de vingt minutes de jeux sur mon téléphone, je m’endors, impatiente de vivre cette journée tant attendue !

Trouver le sommeil la veille du mariage

Crédits photo (creative commons) : C_Scott

Et toi ? Étais-tu stressée la veille du mariage ? As-tu eu du mal à faire respecter le planning à tes proches ? As-tu dormi avec ton chéri ou seule ? Raconte !



18 commentaires sur “Mon mariage franco-chinois coloré : la veille du grand jour”

  • La tension!! J’espère que ça n’a pas gâché l’ambiance entre ta famille et toi, car décrit comme ça, chez nous les assiettes auraient volé! 😉
    Hâte de voir le rendu de tout ce travail de déco.

    • Ma famille me connait très très très bien 🙂

      Ils savent que je monte rarement en pression mais que quand ça arrive… j’explose littéralement.
      Je me suis excusée arrivée à la salle de mon impatience – surtout quand j’ai réalisé qu’à 4, avec le peu de déco que j’avais, ça serait fait très rapidement 🙂

  • Olala je ne pensais pas que cela avait été aussi stressant la veille ma pauvre! J’avoue que sous la pression je n’ai pas été toujours aimable mais nos proches l’ont compris😋! Nous avons dormi séparement avec chéri mais si c’était ton moyen pour t’apaiser tu as eu raison d’ insister!!

    • Avec le recul, je me rend compte qu’on peut tourner facilement “bridezilla”.

      C’est dingue de se mettre dans des états pareils pour ça…ahahaha !

    • Impossible de m’endormir autrement qu’en me mettant sur écran…même si je sais que c’est mal 🙁

      Je tourne et retourne pendant 3/4 d’heure si je suis au lit avec un livre 😮

    • Et ca ne s’est pas arrangé le lendemain matin…

      Quel teasing ahahahah :p

      Mais sincèrement, rien n’est grave mais on ne s’en rend compte toujours qu’après !

  • Pas mieux ! Nous avons aussi passé notre dernière nuit ensemble … c’est bien que tu te sois vite endormie (merci le sirop!) , mais après le coup des chemises, ça a été une journée plus cool et moins stressante…enfin j’espère !

    • Beaucoup plus cool et relax !
      On s’amusait meme à faire des photos stupides avec le photobooth entre ma mère, ma soeur, le propriétaire et mon chéri !

      Et j’ai surtout eu la chance incroyable d’être de retour à la maison “tôt” et de profiter de tout le monde avant le tourbillon du lendemain 🙂

  • Vous avez été super efficaces !! (Mon fiancé me dit toujours : “Mais on n’aura pas tant de choses à faire que ca la veille, si ? – Euuuh… comment t’expliquer…”. Si on finit à 19h30 je serai ravie ahah ! Hâte de lire la suite !

    • Dans notre métier, on gère tous les deux au quotidien des projets avec de trèèèèès nombreuses taches. J’ai honte de le dire mais on a parfois gérer notre mariage comme un projet ahah !
      Le fait d’alléger la to-do list les semaines précédentes, de relancer tous les prestataires et de faire des cartons de couleurs différentes pour les emplacements (vert = jardin / jaune = tables / bleu = salle de danse / …), ca a grandement facilité la veille du grand jour 🙂

  • Wahh, j’avoue quel stress Mme Teochew !!! Pareil que les filles, je suis maintenant stressée lol. Passes une bonne nuit alors et on attend le réveil pour que tu nous racontes la suite !!!!

    • C’était une miiiiiini nuit de sommeil sans trop spoiler !
      Et pourtant (l’adrénaline ?!), je n’étais pas fatiguée de toute la journée… et comme Madame Loup, j’ai même démarré le rangement de la salle à 6h du matin en toute tranquillité… TOUT.VA.BIEN.

  • Il faut que j’arrête de lui des chroniques sur les veilles de mariage les deux prochaines semaines !! Ca me stresse 😛
    Sinon rassurée de voir que vous avez commencé à 6h le maquillage : nous avons finalisé le programme avec la coiffeuse-maquilleuse aujourd’hui et je trouvais que 6h30 c’était déjà bien tôt ! Si nous n’arrivons pas à nous décider pour la première à se lever, nous prenons votre idée de pile ou face 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *