Les différences culturelles : deuxième édition

Bon, récapitulons la situation : je me suis mariée avec un irlandais pur souche, en France, alors que nous vivons en Irlande. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai pu découvrir quelques différences culturelles que je ne soupçonnais pas au cours de nos préparatifs… Si j’en connaissais certaines bien avant (je t’en avais parlé ici), de part les mariages auxquels nous avions assisté, d’autres me sont apparues sans crier gare…

Le fameux plan de table

J’y reviendrai lors d’une prochaine chronique, mais le plan de table fut l’une des plus grosses différences culturelles que nous avons rencontrée sur la fin de nos préparatifs. En Irlande, la table d’honneur (top table) est composée des parents, des demoiselles d’honneur et des garçons d’honneur (en général au nombre de 3, 4 ou 5, de chaque côté).

Lors d’un mariage irlandais où nous étions invités, Mr Claddagh était garçon d’honneur, et donc assis à la table d’honneur, alors que j’étais assise à une table ronde, à l’autre bout de la salle, avec des invités que je ne connaissais absolument pas. Tu vas me dire, j’ai fait connaissance, et passé une très bonne soirée. Mais tout de même, je trouvais très étrange le fait de séparer un couple, et je ne me voyais pas du tout infliger ça à mes demoiselles d’honneur (d’autant plus que leurs partenaires ne connaîtraient pas vraiment les invités).

Tu t’en doutes, si l’on ajoute les partenaires de chaque demoiselle d’honneur / garçon d’honneur, plus les parents, ça fait une très très grande table. Et si on ne garde que les témoins, cela ne va pas non plus, parce qu’en Irlande, il n’y a pas vraiment de témoins (juste une « maid of honour » et un « best man« ).

En plus de cela, en Irlande, tous les invités assis à la « top table » sont face aux autres tables. Ils ne sont donc assis que d’un côté de la table, et n’ont personne avec qui parler en face ! Je trouvais ça un peu désagréable, personnellement… Tu n’as donc que deux personnes avec lesquelles tu peux discuter pendant tout le repas : à ta gauche, et à ta droite ! Pour Mr Claddagh, pas question qu’ils aient le dos tourné à la salle.

Compromis : tous les garçons d’honneur et demoiselles d’honneur étaient présent à la table d’honneur, AVEC leurs partenaires (je n’aurais pas changé d’avis là dessus !), mais pas les parents : j’étais certaine qu’ils s’amuseraient bien plus avec des proches qu’ils n’ont pas l’occasion de voir souvent, qu’à une table remplie d’amis ! Nous étions donc 18 à table, et ça a très bien fonctionné ! Nous étions 10 d’un côté de la table (mariés y compris), 2 sur chaque côté, et 4 en face, donc personne en face des mariés, que tout le monde pouvait admirer ahah ! Ouf !

Différences culturelles entre un mariage irlandais et français

Crédits photo : Yoshi Power Shot

Spoiler alert : voici un petit bout de notre table d’honneur !

Boire ou conduire, faut choisir !

Ce n’est pas un cliché : les irlandais aiment faire la fête, et l’alcool coule généralement à flot ! S’il y a quelque chose sur laquelle ils ne plaisantent pas, c’est l’alcool au volant. Tu ne verras jamais un Irlandais reprendre sa voiture, ne serait-ce qu’après une pinte au pub, ou deux verres de vin lors d’un dîner chez des amis. Pour cette raison, les taxis sont extrêmement nombreux en Irlande, que ce soit dans les grandes villes, ou dans les villages ! Tout le monde sort en taxi, et rentre en taxi.

Pour notre mariage, notre salle se trouvant un peu au milieu de nul part, cela compliquait la chose. Il y avait quelques chambres sur place, mais pas assez, un petit hôtel à 5 minutes, et la plupart des invités venaient pour leurs vacances en même temps, donc avaient un gîte aux alentours, mais pas tout près non plus. Il y avait aussi beaucoup d’amis qui venaient en avion, et n’avaient pas de voiture sur place. Etant donné que les taxis ne courent pas les rues en France, et surtout en pleine campagne, cela nous a posé quelques soucis.

Différences culturelles entre un mariage irlandais et français

Crédits photo (creative commons) : Michael Gaida

En Irlande, il est fréquent pour ce genre d’occasions qu’un car soit loué, vienne chercher les invités, les emmène sur le lieu de la réception, et les ramène (avec plusieurs horaires de départ pendant la soirée). Et le mieux, c’est que ça ne revient pas très cher. J’ai donc envoyé des demandes de devis aux compagnies de car de la région, et les devis nous ont quelque peu refroidis… Impossible d’avoir un car pour toute la journée, qui emmèneraient les invités à l’église, puis à l’abbaye, puis chez eux, pour un prix raisonnable… D’autant plus que tous les invités n’étaient pas au même endroit !

Imagine donc un Mr Claddagh qui veut à tout prix trouver une solution, en particulier pour sa famille, une Madame Claddagh qui en a ras la casquette d’envoyer des demandes de devis, et qui répond qu’ils n’ont qu’à faire comme les français : tu es invité à un mariage, tu y vas en voiture, tu désignes un Sam / tu arrêtes de boire quelques heures avant de repartir, ou tu te débrouilles à camper sur place (c’était d’ailleurs une possibilité), mais tu n’embêtes pas le monde entier !! (Tu sens l’overdose arriver là ?)

Compromis (oui, nous y sommes arrivés !) : nous avons loué un car pour la (grande) famille de Mr Claddagh puisqu’ils logeaient tous au même endroit, seulement pour le retour de l’abbaye, avec un départ à 1 heure du matin, et un départ à 3 heures. Nous avons su par la suite que le gentil chauffeur a également déposé d’autres invités qui logeaient dans les environs et qu’il a même fait plusieurs détours : sympa ! Ils n’avaient plus qu’à revenir chercher leurs voitures le lendemain matin.

Pour les autres invités, l’abbaye nous a conseillé un taxi / chauffeur avec lequel elle travaille souvent : nous avons payé un forfait pour un certain nombre d’heures, pendant lequel il faisait autant d’aller-retours que nécessaire dans un rayon de 15km. Il a donc déposé plusieurs invités, français ou irlandais d’ailleurs ! Nous avons annoncé sa présence au début de la soirée, malheureusement il semblerait que beaucoup n’ait pas entendu, ou compris que c’était gratuit, et n’en ait pas profité. Dommage !

L’histoire du canard

« Mais qu’est-ce qui lui prend, à nous parler de canard ?? »

Vois-tu, notre (délicieux) repas de mariage comprend comme plat principal du canard. Et notre traiteur, en tant que bon chef, nous l’a servi lors de nos dégustations rosé, bref, parfaitement cuit ! Quel est le problème, me diras-tu ? Le problème, c’est qu’une grande majorité d’Irlandais ne mange pas de viande saignante. Pas même un tout petit peu rosé. Non, là dessus, ils sont un chouia parano (je les aime quand même), et ils archi-cuisent tout. Sauf Mr Claddagh, parce qu’il est parfait.

Le traiteur nous avait donc dit qu’il y aurait possibilité de le cuire davantage pour les invités qui le souhaitaient, tant qu’il le savait à l’avance, et que les invités en question seraient facilement « repérables » pour que les serveurs sachent à qui servir telle ou telle assiette. C’est là que ça se compliquait. On se voyait mal coller un autocollant sur le front des irlandais. Ou leur demander par email avant le mariage quelle cuisson ils souhaiteraient. La plus grande différence culturelle est qu’en Irlande, il y a systématiquement un choix entre deux plats : viande ou poisson. Un serveur passe à chaque table prendre le souhait de chaque invité, et la cuisson également (ne te méprends pas : tu peux demander du bœuf saignant, il sera toujours cuit. J’ai essayé ahah). Du coup, Mr Claddagh ne comprenait pas que ça ne soit pas possible. Et le traiteur ne semblait pas très emballé par l’idée d’envoyer un serveur faire le tour des 90 invités.

Compromis : devant notre léger désaccord*, notre super wedding-planner a proposé une solution (je l’ai profondément adorée ce jour-là) : nous imprimions des feuilles avec le numéro de table, et elle s’occuperait de passer de table en table rapidement au début du repas pour noter le nombre de « rosé » et de « bien cuits » pour chaque table, et ramèneraient les feuilles en cuisine. OUF.

*Comprends par cet euphémisme une vraie prise de tête à quelques semaines du mariage (la première je crois bien !), entre Mr Claddagh qui ne comprenait pas en quoi c’était compliqué de passer prendre des commandes, et moi qui n’en pouvais plus et ne comprenais pas pourquoi ils ne pouvaient pas manger du canard rosé, comme tout le monde !! Surtout que c’était mon plat préféré, et que je voulais qu’il soit délicieux pour tous nos invités (et pas archi-cuit).

Et… on boit quoi ?

Lors d’un mariage irlandais, mis à part le vin servi pendant le repas, les invités paient leurs consommations au bar. Je m’explique : les mariages ayant lieu, la plupart du temps, dans des hôtels, il y a donc un bar. Durant le vin d’honneur, on nous sert (parfois) une coupe de pétillant : pour le reste, chacun commande ce qu’il souhaite au bar (de la bière, un cocktail, un verre de vin…). Lors qu’il est temps de passer en salle, les personnes qui savent qu’elles ne boiront pas de vin repassent au bar, pour payer la boisson qu’elles souhaitent et entrent en salle avec.

Après le dîner, le vin disparaît (les bouteilles ne sont de toutes façons pas laissées sur les tables pendant le dîner : ce sont les serveurs qui passent resservir les invités (note pour toi-même : ne dis jamais non – parce qu’il t’en reste un peu dans ton verre -, le serveur pourrait bien ne JAMAIS repasser. Et oui. Ça sent le vécu), et chacun s’approche du bar pour payer sa consommation, et ça continue jusqu’à la fin de la soirée (oui, un mariage en tant qu’invité en Irlande, c’est un budget !).

Différences culturelles entre un mariage irlandais et français

Crédits photo (creative commons) : Pexels

Problème : je ne voulais absolument pas faire payer mes invités pour leurs consommations, et Mr Claddagh lui, ne voulait pas qu’il n’y ait que du vin à disposition (beaucoup ne boivent pas de vin du tout, et en général après le dîner, les Irlandais passent à la bière, aux alcools forts (vodka/coca, whiskey/ginger ale, whiskey tout court…) ou liqueurs (Baileys…). Seulement si tu as bien suivi, un open bar, du vin d’honneur à la fin de la soirée, avec des irlandais, c’est l’explosion de notre budget assuré !

Compromis : nous avons servi du crémant au vin d’honneur. Il y avait aussi des bières, et des cocktails faits maison dans des fontaines. Il n’y avait que du vin pendant le repas. L’open bar a été installé après le dîner, avec un serveur chargé de servir les consommations pour éviter d’éventuels débordements.

Si tu as réussi à atteindre la fin de cette looongue chronique, raconte-moi ! As-tu aussi fait face à des différences culturelles lors de tes préparatifs ? As-tu trouvé des compromis ? Que penses-tu des habitudes irlandaises ?



12 commentaires sur “Les différences culturelles : deuxième édition”

  • Oh mon dieu! Ce que je retiens: 1- Les Irlandais sont trop compliqués 😀 2- les compromis c’est la vie! Et toi, tu en es la reine! ha ha ha

    • Aaah merci Melle [Ɑ̃]ncre !! Sur le coup ca n’a vraiment pas été simple, et cette chronique a longtemps été laissée en brouillon parce que ca me prenait la tête rien que d’y repenser ahah ! Mais le jour J, c’était parfait pour tout le monde, et c’est le principal ! Les compromis, c’est la vie !!

  • Coucou,
    Idée de génie merci !! Je ne savais pas comment gérer les retours en voiture après la soirée, mais « louer » un taxi, c’est une super idée ?
    Tu peux me dire comment vous avez négocié ça ?
    UN grand merci et vivement le prochain article !

    • Alors pour nous c’est l’abbaye qui nous a donné le numéro de quelqu’un avec qui ils travaillent souvent et qui propose ce forfait, donc nous n’avons pas cherché bien loin. Il avait un forfait pour un rayon de 15km, et un forfait plus cher pour un rayon de 30km, si je me souviens bien. Tu peux peut-être demander à ta salle ? Sinon en contactant des taxis du coin, tu peux peut-être négocier avec eux ? Bon courage en tout cas, et contente d’avoir pu aider 🙂

  • Je rejoins Mlle ãncre, qu’est-ce qu’ils sont compliqués les irlandais (passer sa commande comme au resto, payer ses conso…). Moi qui pensais que le mariage traditionnel français était prise de tête avec beaucoup de conventions…en fait pas tant que ça.
    Intéressante cette chronique sur les différences culturelles.

    • Ahah effectivement les mariages irlandais sont compliqués (et reviennent cher, pour les invités ET les mariés lol). Ils trouvent certainement que les nôtres sont compliqués aussi…. Tu me fais penser qu’il faudrait que je fasse une chronique sur les autres « must do » d’un mariage irlandais ahah (que nous n’avons pas fait, parce que faut pas abuser :D) !

  • Je trouve ta chronique très intéressante, merci 🙂

    Finalement, organiser un mariage c’est le prélude au reste de la vie de couple marié : des compromis, beaucoup de compromis et encore des compromis 😉 Et vous vous en êtes super bien tirés !

    Hâte de lire la suite 😀

    • Tu as tout à fait raison Melle Lemon : j’ai pensé plusieurs fois pendant les préparatifs que c’était un excellent moyen de tester ton couple !! Si tu ne survis pas aux préparatifs, tu ne survis pas au mariage lol! (Là je teste l’épreuve « acheter une maison et emménager », et c’est pas mal non plus !)

  • C’est marrant de voir les différences qu’il peut y avoir dans deux pays pourtant de culture relativement proches… Hate de lire la suite!!!!!:)

    • Exactement, je n’aurais jamais pensé qu’il y aurait autant de différences ! Et j’aurais pensé qu’un mariage irlandais se rapprochait d’un mariage américain ou anglais (ce qui est le cas pour certaines choses, mais d’autres sont uniquement et purement irlandaises lol!)

  • Encore une chronique très intéressante et grâce à laquelle je continue de découvrir/apprendre. Merci Mme Claddagh ☺
    Mais c’est tout de même hallucinant autant de différences culturelles entre la France et l’Irlande, alors que nos deux pays sont pourtant si proches en termes de distance !
    Bon du coup je suis ravie que l’ami de Mister Simba qui vit désormais au pays des moutons, soit déjà marié 😅 Clairement être invité à un mariage irlandais coûte un bras – voire peut-être même les 2 en fait !!

  • Merci de m’avoir fait tant rire ! Mariée depuis 1 an à un Irlandais, ensemble depuis 7 ans, j’ai encore un souvenir ému de mon premier steak  »semelle de cuir » chez mes beaux parents !
    Et le dîner à 18h on en parle ? Lors de notre mariage à Dublin j’ai du négocier avec le traiteur pour qu’il soit servi à 19h30…peine perdue entrées servies à 18h30…Ils m’ont aussi regardés comme une dingue quand j’ai tenté d’expliquer le concept de l’open-bar pendant un temps limité !
    J’adore te lire ! Hâte de découvrir la suite 🙂

Commente ici !