Mon mariage en Guinée : la dernière chronique, le cocktail

L’adage dit qu’il vaut mieux tard que jamais. Une chose en entraînant une autre, il se sera passé près de 5 ans avant que je ne vienne terminer le récit de ces trois jours de fête qu’ont été notre mariage. Bien évidement, mes mots, quoique toujours authentiques, sont aujourd’hui teintés de recul.

Je t’avais donc laissé vendredi soir toute à ma hâte de pouvoir enfin mettre ma robe. Le matin arrive très vite et c’est le Nounours qui m’accompagne me faire coiffer. C’est ensemble que nous arrivons à l’hôtel qui abritera notre réception. J’ai décidé de me maquiller seule car je n’ai pas réussi à trouver de professionnel qui m’inspire confiance. Petit aparté : si je devais me marier aujourd’hui, j’aurais eu l’embarras du choix !

Il m’aide à mettre ma robe (et les 3586 petits boutons) et accroche tant bien que mal le voile prêté par Mme Dentelle. Je ferme ses boutons de manchettes. Nous sommes prêts. Il est temps de descendre. Nos proches nous attendent. J’entends la chanson que j’ai choisie. C’est à nous ! Le Nounours est très à l’aise. Quant à moi, je n’en mène pas large.

Crédits photo : Photo personnelle

Nous devons aller au bout de la piste pour rejoindre nos places. À mi-chemin, mon voile se détache. Je suis mortifiée. Sans se démonter, le Nounours le ramasse et le fixe à nouveau, donnant ainsi l’occasion à une photo que j’aime beaucoup.

Crédits photo : Photo personnelle

Les choses s’enchaînent très vite. Le lancer du bouquet. Une nièce du Nounours le rattrape. Elle se mariera l’année d’après. J’aime à croire que nous lui avons porté chance ! Puis, vient le moment d’ouvrir le bal. Nous avons choisi la première chanson sur laquelle nous avions dansé lors d’une « boom » au lycée. Je m’amuse. Nos proches aussi. C’est une belle après-midi.

Crédits photo : Photo personnelle

Le temps s’écoule à une vitesse folle mais nous prenons quand même quelques minutes pour des photos posées.

Crédits photo : Photo personnelle

Au crépuscule, il est temps de couper le gâteau. Il est plus fushia que vermillon mais qu’importe ! L’essentiel n’est pas là. Il réside dans ce que signifie ces quelques instants de fête. Je prends le temps de m’asseoir et je regarde mon désormais mari sur la piste. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve mais je sais qu’ensemble nous pourrons relever tous les défis.

Crédits photo : Photo personnelle

Le Nounours et moi sommes amoureux depuis 2004. Nous nous sommes mariés en mai 2015 à 26 ans. Les cérémonies de notre mariage, mêlant nos deux cultures, ont eu lieu sur trois jours dans notre pays d'origine la Guinée.

Commentaires

  • Avatar
    Madame Sakura
    Répondre
    16 mai 2020

    Vous étiez superbes!
    Je suis tellement contente de lire la suite de ton mariage, copine de promo!

  • Avatar
    Madame Chaton
    Répondre
    16 mai 2020

    J’avoue que je ne te connaissais pas avant cette chronique comme je ne suis tombée sur Mlle dentelle il n’y a que 3 ans mais c’est chouette que tu viennes terminer ton récit. Vous étiez très beau tous les deux. Cela me donne envie d’aller découvrir les chroniques des « anciennes » à la fin de MD, afin de prolonger l’aventure <3

  • Avatar
    Madame Crapate
    Répondre
    18 mai 2020

    Vous étiez vraiment très beaux ! Ta robe est très jolie et j’aime beaucoup le texte de ce billet !

  • Avatar
    Madame Parenthèses
    Répondre
    27 mai 2020

    Merci d’avoir fini ton récit Madame Mo !! Je l’attendais, et je suis heureuse de le lire et de pouvoir voir ta jolie robe 🙂

Poster une réponse