Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : notre cérémonie laïque – Partie 1

La dernière fois, je t’ai raconté un peu la manière dont nous avions organisé notre cérémonie laïque, en trois parties autour du rituel des bougies. Tu t’en souviens peut-être, la première bougie représentait notre famille.

Les interventions de la famille

Avant toute chose, il faut que tu saches que notre cérémonie a duré plus d’une heure, et qu’il serait très difficile de synthétiser les discours de tout le monde. C’est très compliqué pour moi de raconter une cérémonie aussi intime sans rester trop dans le vague, et sans tomber non plus dans la private joke. Du coup, pour te raconter les choses au mieux sans aller trop loin dans l’aspect intime de ces discours, je te dirai pour chacun en quoi il consistait, et une phrase dedans qui m’a particulièrement touchée… En espérant que cette formule te permettra au mieux de te représenter ce moment !

Cérémonie laïque à la lueurs des bougies - Mme Origan

Crédits photo : Photo personnelle

Les premiers à intervenir ont été mes parents : ils ont écrit une sorte de dialogue sur ce qu’ils ont ressenti quand nous leur avons annoncé que nous allions nous marier (ok, j’avoue, quand ils ont dit ça, j’ai pris peur… Mes parents n’ont pas toujours bien compris mes choix, bien qu’ils les aient acceptés…). Certains passages sur l’utilité du mariage nous ont un peu surpris, mais le début et la fin de leur discours nous a beaucoup touchés.

« Le mariage nous permet de dire à notre fille qu’on l’aime, ça elle le sait déjà, qu’on est très fiers d’elle, lui dire qu’on est toujours là pour elle et qu’on a apprécié les années partagées où nous l’avons vu grandir et s’épanouir. Il nous permet aussi de dire à l’Ours qu’il est le bienvenu dans la famille, et qu’on vous souhaite à tous les deux une très heureuse vie ensemble ».

C’est ensuite la maman de l’Ours qui est venue parler de lui, de son enfance et de son adolescence, et du moment où nous nous sommes rencontrés. Ce discours était très chargé en émotion (mon Ours s’est mis à pleurer dès les premiers mots, et j’ai maladroitement posé ma main sur sa jambe, ce qui a fait sourire pas mal de monde !). Elle a notamment évoqué ce qui nous rassemblait, et cela m’a beaucoup émue :

« Vous partagez les mêmes valeurs, les mêmes goûts, et surtout les mêmes qualités : la gentillesse qui est une qualité très rare, la bienveillance, et le respect avant tout ».

Après ce grand moment d’émotion, mes trois frères ont pris le devant de la scène, et le ton a beaucoup changé (ah aha !), ce qui a fait beaucoup de bien ! (« Nous sommes les trois frères, mais pas ceux du film, pas les inconnus ni les rois mages, même si la saison approche »). Ils racontent un peu mon enfance (ce qui fait rire pas mal de monde, pour information le « bider » était un terrible monstre qui surgissait la nuit de derrière mon fauteuil…), les moments avec eux, et ceux où j’étais en Guyane.

« Tu nous fais rire avec tes mots inventés, dont certains font super peur comme le terrible bider ! »

Enfin, mes quatre neveux viennent lire deux textes à l’assemblée, choisis parmi toute une sélection que je leur avais proposée. D’abord, les deux plus grands commencent avec « La chaîne et le peigne »

Il était une fois, quelque part dans le monde, deux époux dont l’amour n’avait cessé de grandir depuis le jour de leur mariage. Ils étaient très pauvres et chacun d’eux savait que l’autre portait en son cœur un désir inassouvi ; lui avait une montre en or pour laquelle il ambitionnait secrètement d’acquérir un jour une chaîne du même métal précieux. Elle avait de grands et beaux cheveux, et rêvait d’un peigne de nacre pour les serrer sur sa nuque.

Au matin de leurs noces d’or, le mari eut la stupeur de voir son épouse s’avancer vers lui les cheveux coupés !

– Qu’as-tu fait mon amie ?

Elle ouvrit alors ses mains dans lesquelles brillait la chaîne en or :

– Je les ai vendus pour acheter la chaîne qui accompagnerait ta montre.

– Ma pauvre amie, s’écria-t-il en ouvrant ses propres mains dans lesquelles resplendissait la nacre, j’ai vendu la montre pour t’acheter le peigne !

Ils tombèrent dans les bras l’un de l’autre, dépouillés de tout, mais riches de leur amour.

Ce conte nous apprend que le bonheur se multiplie quand on le donne, qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir, et que lorsque le bonheur de celui que l’on aime passe avant notre bonheur, quand le bonheur de l’être aimé devient notre propre bonheur, alors il nous est rendu au centuple.

Ensuite, mes deux petites-nièces poursuivent avec la lecture des « Gouttes d’amour », un texte de Mère Thérésa.

Ne vous imaginez pas que l’Amour, pour être vrai, doit être extraordinaire. Ce dont on a besoin, c’est de continuer à aimer. Comment une lampe brille-t-elle, si ce n’est pas par l’apport continuel de petites gouttes d’huile ? Qu’il n’y ait plus de gouttes d’huile, il n’y aura plus de lumière. Et l’époux dira : “Je ne te connais pas”.

Que sont ces gouttes d’huile dans nos lampes ? Elles sont les petites choses de la vie de tous les jours : la joie, la générosité, les petites paroles de bonté, l’humilité et la patience, simplement aussi une pensée pour les autres, notre manière de faire silence, d’écouter, de regarder, de pardonner, de parler et d’agir. Voilà les véritables gouttes d’Amour qui font brûler toute une vie d’une vive flamme.

Cérémonie laïque à la lueurs des bougies - Mme Origan

Crédits photo : Photo personnelle

Ils sont juste ULTRA MIGNONS, et sont très applaudis pendant qu’ils allument la première bougie.

Les interventions des amis

Notre officiant a organisé cette étape dans l’ordre chronologique de nos rencontres. D’abord, c’est Mlle Doc, ma meilleure amie d’enfance qui vient lire un poème qu’elle a écrit sur moi, et sur les moments passés ensemble. J’aurais envie de réécrire tout son poème tant il est subtil, bien écrit et délicat… Mais il est aussi tellement intime que j’ai choisi une phrase très sobre, mais qui au vu des questionnements que j’avais eu au cours des préparatifs, résonne pleinement en moi…

 « Je suis là à t’écrire et je me sens pleine de cette enfance, pleine de ses parfums et quand j’y pense, fière d’être témoin ».

Ensuite, trois de nos amis du lycée sont intervenus. Le premier, c’était D., le témoin de l’Ours. C’est le seul qui est venu sans papier, et je ne sais pas vraiment s’il avait écrit son discours à l’avance, ou s’il l’a improvisé. Dans tous les cas, ce discours me bouleverse à chaque fois que je l’écoute, d’autant plus qu’avant de me mettre avec l’Ours, j’ai été très amoureuse de D. Je n’ai pas toujours été tendre avec lui, et pendant un moment, j’ai pensé que nous n’avions plus de raisons d’être encore amis, que nous nous voyions encore seulement grâce à l’Ours. Mais pour la première fois depuis le lycée, pendant cette cérémonie, D. m’a dit qu’il m’aimait beaucoup, et j’ai le sentiment que depuis, toutes les tensions qui demeuraient entre nous ont disparu. Je suis redevenue amie (vraiment amie, pas juste « copine ») avec D grâce au mariage, et ça, c’est quand même un truc de dingue.

Il a notamment raconté cette anecdote que ni l’Ours ni moi ne connaissions :

« Un jour, l’Ours est venu passer 15 jours chez moi, Mlle Origan était en voyage avec ses parents (c’est pour ça qu’il était chez moi d’ailleurs). Il a reçu un message d’elle et en le lisant, il a dit « waw, j’l’aime c’te meuf ». Et sur le coup, je pense que j’ai dû lui dire « euh ouais, c’est cool ! » Mais n’empêche que cinq ans plus tard, je m’en souviens encore, et je pense que c’est parce qu’à ce moment-là, je t’ai envié de pouvoir lire un message et de dire « la personne qui m’a écrit ça, je l’aime ».

Ensuite, Mlle Babies est intervenue, et a parlé notamment de ce lien si fort que nous avons construit au lycée, de l’importance de notre petite bande qui ce jour là était réunie pour nous… C’était un très beau discours, plein d’amour et de douceur, qui nous a énormément touchés.

« C’est bien difficile de résumer tout ça en quelques mots, ces années au cours desquelles on a appris à vous connaître, à ouvrir nos cœurs les uns envers les autres, et à former une « petite famille ».

Capture d'écran du film réalisé par MP System

Crédits photo : MP system

C’est ensuite notre amie E. qui est venue. Nous avions vécu en colocation avec elle au début de notre vie étudiante, et elle a été un témoin privilégié de nos premiers moments de vie à deux. C’est d’ailleurs la seule à avoir mentionné le fait que nous étions le premier amour l’un de l’autre.

« Vous avez su vous construire l’un avec l’autre, passant avec brio l’épreuve du passage de la vie adolescente à la vie d’adulte, et ce premier amour grand et intense, continue paisiblement sa route : c’est une très belle leçon de vie que vous nous donnez là ».

Ensuite, mes deux demoiselles d’honneur viennent lire un petit discours à deux voix : alors que Mlle Doc m’avait connue sans l’Ours, et que nos amis du lycée nous ont vu grandir ensemble, elles ne nous ont jamais connus l’un sans l’autre, et c’est en ce sens que leur discours s’est orienté.

« Vous êtes ce couple que nous voulons revoir dans dix ans, en vacances en Bretagne avec tous nos enfants ».

Enfin, notre officiant clôture le passage des amis. Et je crois pouvoir dire qu’il nous a offert la plus belle déclaration d’amitié qu’il puisse exister. C’est un discours que je ne peux pas réécouter sans pleurer (et rire aussi, notamment quand il nous a dit ne pas vouloir faire de « cas par cas », mais qu’il a oublié le mot « par »… Voilà, voilà…). Tout ce qu’il a dit était vraiment touchant, mais ce qu’il a dit sur moi, sur notre complicité, notre lien presque fraternel m’a complètement bouleversée… Parce que ce sont des choses qu’on ne se dit jamais en face, et qui pourtant font du bien à entendre, même si au fond on les sait déjà…

« Je te rassure, je continuerai à être aussi insupportable avec toi, et j’espère que tu seras toujours insupportable un petit peu avec moi, parce que c’est ça aussi qui a prouvé que notre amitié était infaillible ».

Il allume la deuxième bougie, et nous demande de nous lever… C’est à notre tour, maintenant, de nous livrer devant toute l’assemblée…

Et toi, beaucoup de tes proches vont intervenir lors de la cérémonie de ton mariage ? Préférerais-tu qu’ils écrivent eux-mêmes leurs discours, ou bien qu’ils lisent des textes déjà existants ? Raconte-moi tout ! 


Pssst ! Tu as besoin d’aide pour créer ta cérémonie laïque ? Pas de panique, Mademoiselle Dentelle est là pour toi ! Découvre le guide “Cérémonies laïques : Guide pratique pour une cérémonie qui vous ressemble” pour glaner toutes nos bonnes idées. Si tu fais appel à un proche pour officier celle-ci, je t’invite à faire un tour du côté de notre coaching de l’officiant afin de lui donner toutes les clés pour préparer et célébrer votre union ! ❤ 


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



8 commentaires sur “Mon mariage d’hiver à la lueur des bougies : notre cérémonie laïque – Partie 1”

  • Wahou… J’ai les larmes aux yeux de lire ça ! Nous prévoyons nous aussi une cérémonie laïque totalement surprise… Et j’espère que nos familles/amis comprendront aussi bien que les votre ce qu’on recherche dans cette cérémonie 😀

    Hâte de lire la suite 🙂

    • Merci 🙂 !
      Je crois que tous ceux qui sont intervenus ont apprécié la liberté qu’on leur a laissé en déclarant ne rien vouloir savoir ! C’est très stressant pour les mariés (surtout que la majorité des discours ont été écrits la veille voire le jour même, et qu’on voyait bien nos proches s’agiter en se disant “bon, il va falloir qu’on s’y mette” !), mais c’est vraiment un avantage que de tout découvrir sans jamais savoir à quoi s’attendre ! Nous avons adoré cette formule, et je ne doute pas que si c’est aussi ce que vous avez choisi, c’est que vous savez que vous pouvez compter sur vos proches pour jouer le jeu sérieusement !
      En tout cas félicitations, et de mon côté, la suite arrive bientôt 🙂 !

  • Merci de partager tout ça avec nous!
    Témoin cet été d’un mariage avec 1 cérémonie laïque (mais n’en ayant jamais vécu encore), cela me permet de me projeter un peu plus…

    • Je suis contente si ma chronique t’aide à te projeter 🙂 ! Cela dit, toutes les cérémonies laïques étant un peu différentes les unes des autres, peut-être que celle à laquelle tu assisteras ne sera pas construite sur le même modèle (dans certaines seuls les mariés parlent, ou bien il n’y a que des lectures de texte, ou pas de rituel…). C’est l’un des avantages des cérémonies laïques : chaque couple peut la construire de A à Z comme il en a envie !

    • Merci beaucoup ! C’est vrai que nous avons été très contents de notre déco ! Avec quelques souches de bois, des guirlandes, des bougies et des sapins… on a fait exactement ce qu’on imaginait !
      Je suis contente que les extraits que j’ai choisi des discours te fassent dire que la cérémonie était belle : c’est qu’ils permettent de bien se représenter le moment 🙂 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *