Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : trouver ma robe de mariée – Partie 3

ALERTE ! MONSIEUR RIGOLO, INTERDICTION DE LIRE CETTE CHRONIQUE !

Rencontre avec une créatrice sur mesure

En rentrant de Lyon après mes premiers essayages de princesse, je prends donc rendez-vous avec une couturière pour une robe sur mesure près de Grenoble. J’avais trouvé de bons échos sur Internet et son site donnait confiance.

Elle me reçoit une petite semaine plus tard, dans son atelier, avec ses modèles en cours de conception, ses chutes de dentelles et de tissus. Elle me demande ce que souhaite, l’esprit du mariage, l’ambiance. Je lui montre les photos de mes essayages en boutique. Par contre, elle ne me laisse pas le temps de lui montrer mon tableau d’inspiration Pinterest, qui est pourtant beaucoup plus représentatif de mes envies que ce que j’ai pu essayer en boutique. Elle m’imagine directement dans une taille en A, me disant que c’est ce qui mettrait le mieux en valeur ma petite taille. Objectivement, je suis d’accord avec elle, c’était frappant en boutique, je paraissais d’emblée plus grande, plus élancée. Mais subjectivement, souviens-toi, je ne me retrouvais pas tout à fait dans les robes en A. Impossible de te dire pourquoi, mais ce n’était pas MOI. J’essaye de lui exprimer ça, difficilement.

Elle m’explique qu’elle ne peut pas faire de croquis comme ça, à chaud, qu’il lui faut le temps de la réflexion pour faire une création qui va bien. Jusque-là je trouve ça assez logique. Nous convenons donc que je lui envoie mes photos et qu’elle me ferait un croquis dans les 2 semaines (nous sommes en juin, gros rush pour les mariages d’été pour elle). Elle me dit aussi que nous avons le temps, que je pourrais modifier le croquis, qu’il faudra bien prendre soin de le faire aboutir avant de passer à la création.

Tu l’auras peut-être compris, je ne suis pas sortie de ce rendez-vous en étant hyper sereine. Le contact n’est pas passé plus que ça, je ne me suis pas sentie vraiment écoutée et je n’avais pas de croquis en main.

Le retour en boutique

Un peu dépitée donc, j’ai repris un autre rendez-vous en boutique, à Annecy cette fois, en emmenant une autre copine avec moi. J’ai essayé surtout des robes Rembo Styling et Lambert Créations ce jour-là, les seules de la boutique qui ne soient pas l’opposé exact de ce que je cherchais.

Au final, c’est celle que j’aimais le moins sur le portant qui m’allait le mieux (oui oui, on ne te le dira jamais assez : essaye de tout pendant tes essayages, tu seras peut-être surprise !). Bon, la vendeuse s’était obstinée à me mettre un jupon armaturé dessous, qui n’allait pas du tout avec le rendu fluide de ces modèles, mais passons ! La vendeuse me dit aussi au passage qu’il lui reste peu de modèles en boutique puisque nous sommes en fin de saison. Qu’en revenant en septembre, il y aurait les nouvelles collections et que nous serions malgré tout encore dans les temps pour notre mariage fin janvier. Bon. Nous sommes fin juin, je ne suis effectivement pas vraiment pressée, le mariage est dans 7 mois. Mais quand même, je meurs d’envie de la trouver ma robe !

Rencontre avec une créatrice pour faire faire ma robe

Crédits photo : Photo personnelle

Rencontre avec une créatrice pour faire faire ma robe

Crédits photo : Photo personnelle

Rencontre avec une créatrice pour faire faire ma robe

Crédits photo : Photo personnelle

Une belle rencontre

Un soir, nous dinons avec les associés de M. Rigolo. Son associée à l’âge de mes parents et sa fille s’est mariée l’été passé. Elle me parle d’une créatrice à Lyon, Lauren Créations, chez qui elles étaient allées. Ce n’est finalement pas elle qui avait créé la robe de sa fille, car celle-ci habite en Californie. Mais elle avait gardé les idées proposées par Lauren pour la faire créer aux États-Unis, elles avaient eu un super contact et elle me dit que cette créatrice a vraiment le coup d’œil. J’avais déjà eu vent de cette créatrice par une amie d’amis et j’avais eu un super retour. Je tente donc le tout pour le tout et je décide de prendre rendez-vous.

Lauren me reçoit dans son atelier dans le centre de Lyon. C’est cosy, il y a des modèles exposés, des petites cabines d’essayage. Lauren est toute douce, très à l’écoute. Elle me demande aussi de lui parler de mon mariage, de l’ambiance, de mes souhaits. Elle regarde attentivement mes inspirations Pinterest, semble comprendre tout de suite ce qui me plait ou pas. Elle n’hésite pas à me faire formuler ce que j’ai aimé sur tel ou tel modèle pour ne pas partir dans la mauvaise direction.

À ma grande surprise, elle me propose alors de faire des essayages. Des essayages ? Ah bon ? Mais si c’est du sur mesure je vais essayer quoi ? En fait, elle a dans son atelier des pièces « simples » : une jupe de crêpe de soie, une jupe en tulle de soie (tellement plus agréable qu’un tulle synthétique !), de la taille haute, de la taille basse, un haut bustier, un haut danseuse, etc. Ces pièces lui permettent de faire des essayages pour créer la silhouette de ses robes sans passer par le croquis. Elle trouve ça beaucoup plus parlant. Elle me fait donc enfiler une jupe de crêpe de soie, qu’on fixe « à la taille » avec des épingles plutôt qu’en taille basse, ce qui me va mieux. Puis elle me fait passer les différents types de hauts. Nous nous mettons d’accord sur le haut danseuse (comme un tutu : un décolleté en V et de petites bretelles, ajusté au buste). Cette association met en valeur ma taille fine, me grandit comme la taille est plutôt haute, sans être une taille A que je n’aime pas. On décide qu’on fermera jupe et haut par de petits boutons et qu’on mettra des plis plats à l’arrière de la jupe. Puis elle attrape une dentelle géométrique (enfin pour être exacte, c’est un tulle rebrodé, bon, je ne sais pas toi, mais moi je ne fais pas la différence !) qui est parfaitement dans le style que je cherche. Et avec quelques épingles elle la dispose de plusieurs façons différentes, avec des manches, sans manches, de biais dans le dos… C’est super ! J’ai l’impression de voir la robe se créer sous mes yeux et je visualise complètement le rendu final !

J’ai le cœur qui palpite, on vient d’assembler tous les détails qui me plaisaient en photo ou lors des essayages, en les adaptant à ma morphologie. Je craque complètement ! Lauren prend alors quelques minutes de côté pour me faire un devis chiffré. Mon enthousiasme en a pris pour son grade. C’est beaucoup plus cher que la limite que je m’étais fixée (mais pas plus cher que certains modèles de créateurs ou en boutique comme Cymbeline ou Pronovias). Oui, mais j’étais tellement bien dedans !

Le croquis

Je repars donc hésitante : suivre mon coup de cœur ? Ou mon portefeuille ? Je décide d’attendre le croquis de la première créatrice et le devis qui va avec, pour me décider.

Il me faudra attendre encore une grosse semaine de plus avant d’avoir ce croquis. C’est un peu la douche froide. Est-ce parce que mon cœur est amoureux d’une autre robe ? Mais je ne retrouve rien de ce que j’aime dans le croquis : la taille est en A, le top est lâche, le dos pas travaillé. Elle me parle dans son mail d’une dentelle « qui devrait me plaire » mais ne me la montre même pas en photos. Le prix est beaucoup plus proche de mon budget par contre. Je l’appelle au téléphone, j’essaye de voir ce que nous pourrions faire comme modifications pour que ça me convienne mieux. Elle a vraiment l’air accrochée à la taille en A et elle ne me fait pas bonne impression quand j’envisage de mettre des manches. J’ai encore moins le contact avec elle que lors de notre rencontre 3 semaines avant. Rien à faire, je n’arrive pas à me projeter dans la robe de son croquis, elle n’a pas du tout cerné ce que je souhaitais.

Rencontre avec une créatrice pour faire faire ma robe

Crédits photo : Croquis personnel

Mes témoins et demoiselles d’honneur me disent de partir pour mon coup de cœur, que quand j’en parle j’ai l’air de savoir parfaitement ce que je veux. Mais je continue à tiquer sur le prix, suis-je vraiment prête à mettre autant de sous dans une robe d’un jour ?

Au final, ma maman me donne le feu vert financier sans rechigner, alors je laisse parler mon cœur plus que ma raison. C’est donc le cœur palpitant que je rappelle Lauren pour lui confirmer mon souhait de lui faire réaliser ma précieuse ! Gnniiiii !!!!

À l’heure à laquelle j’écris ces lignes, j’ai fait le premier essayage de la toile de ma robe : le modèle que nous avons conçu mais dans un tissu bas-de-gamme. L’objectif étant de faire les retouches sur moi, pour que cette robe face office de patron à ma vraie robe, dans les beaux tissus dont je suis tombée amoureuse. Je suis ravie de ce premier rendu ! Je te promets de faire une nouvelle chronique après le mariage pour te parler de cette création !

Et toi ? As-tu eu un coup de foudre de robe ? Un coup de foudre de créatrice ? As-tu choisi une tenue différente de la sacro-sainte robe de mariée ? Raconte-moi tout !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



14 commentaires sur “Mon mariage d’hiver presque-à-la-montagne : trouver ma robe de mariée – Partie 3”

  • Je me marie l’été prochain et tu as essayé la robe que j’ai choisi! Je suis du genre hésitante donc je me demande sans cesse si j’ai fait le bon choix, mais en voyant la robe sur toi, qui a la même morphologie que moi, je suis rassurée donc un grand merci!
    Tu as bien fait de choisir ta créatrice, ses créations sont superbes!!! Hâte d’en savoir un peu plus 🙂

    • Oh ben tant mieux si j’ai pû t’aider sans le savoir à te sentir plus sereine dans ton choix! Je crois que c’est notre lot à toutes quand on choisit notre robe, de se demander après coup “ahhhhh est-ce que j’ai fait le bon choix” 😉

  • Je suis lyonnaise et j’allais au lycée et à la fac à deux pas de Lauren. Combien de fois me suis-je arrêtée devant sa vitrine, bavant devant ses créations. J’aurais tellement aimé y faire faire ma robe. Sauf que j’habite dans le nord de l’Allemagne et niveau logistique, ça aurait été plus que compliqué.
    J’ai hâte de découvrir ta robe! Tes amies ont raison, il faut suivre son coup de coeur.

    • Trop de distance pour faire sa robe ça paraît compliqué effectivement. C’est aussi pour ça que j’ai choisi de ne pas aller faire d’essayages à Paris!

      Il va vous falloir patienter un peu pour la robe, je ne la dévoilerai qu’après le mariage 😉

  • Tu as bien fait de faire confiance à ton cœur, j’ai trop hâte de voir maintenant, j’adore la dentelle géométrique !!! Je trouve ça bien de pouvoir faire des essayages même chez les créatrices, la mienne avait carrément une vraie collection à essayer, du coup c’est vraiment plus facile de se projeter, parce que sans ça je ne sais pas non plus si j’aurais sauté le pas du sur-mesure…

    • J’avoue que pouvoir faire des essayages chez Lauren ça a tout changé! Je pouvais bien m’imaginer le rendu final et elle reprenait à coup d’épingles bien mieux qu’en boutique donc en plus c’était presque à ma taille ^^

  • Je me marie en juillet prochain dans la région lyonnaise et je suis également allée voir Lauren. J’ai vraiment essayé le premier essayage en boutique, elle a vraiment l’œil pour dire ce qui va ou pas et le fait qu’elle assemble tout sur toi ter permet de te rendre “un peu” compte du rendu final.
    Mon coup cœur a néanmoins été pour une autre créatrice lyonnaise, Caroline Takvorian, dont les créations n’étaient pas du tout dans mon budget initial 🙂

    • J’aimais beaucoup les créations de Caroline Takvorian aussi sur son site, mais je n’ai pas fait sa rencontre! Mais là ou ton coeur te dit d’aller, vas y!

  • Tu racontes très bien cette histoire… Joli cheminement jusqu’à TA robe!
    Cela fait drôle de voir les photos d’essayage… du magasin d’où vient ma robe 😀 Il semble que nous ayons partagé la même cabine et… la même vendeuse d’après un miroir en photo 😀

  • Ha, je reconnais la créatrice ! Si le contact est très bien passé, les prix m’ont refroidie, et le croquis envoyé encore plus. J’ai à peu de choses près le même modèle que vous, et pourtant on n’a pas du tout les mêmes envies à la base !

    • Je n’ai volontairement pas donné son nom, car je ne peux pas dire comment elle travaille. Je n’ai pas eu le contact suffisant pour lui faire confiance, mais je ne peux pas juger de la qualité de ses réalisations puisque je ne l’ai pas vue à l’oeuvre. Les modèles exposés dans son atelier et ceux de ses shooting étaient très beaux.

      Vous avez finalement trouvé votre bonheur ailleurs?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *