Comment un mariage d’hiver te permet de négocier

Je te laissais la dernière fois avec le choix de notre salle. Nous l’avons adorée dès le départ, mais son prix était trop élevé pour notre budget. Je vais donc t’expliquer comment nous avons pu réaliser le mariage de nos rêves malgré un budget loin d’être illimité. Je vais te parler sans langue de bois, pour que tu te rendes vraiment compte des économies réalisées ou non.

Quand l’investissement de Monsieur Osier prend tout son sens

Tu as déjà dû entendre ici et là que les hommes ne s’investissent pas toujours dans les préparatifs d’un mariage. Je dois être chanceuse, parce que ce n’est pas mon cas : même s’il n’a pas toujours été à fond, Monsieur Osier a toujours participé, choisi, donné son avis. Chaque rendez-vous avec un prestataire a été fait ensemble, chaque petit nœud a été choisi tous les deux.

Dans son métier, il a l’habitude de négocier des contrats, de faire en sorte de tirer la couverture à lui. En plus de ça, il a toujours envie de tenter le coup et ne ressent aucune gêne à faire ça. Ce n’est pas du tout mon cas. Du coup, moi, je lui dis tout ce que je veux, je fais la petite fille capricieuse qui rêve de ci ou de ça, et lui, il essaie que l’on obtienne tout, ou presque !

Sa technique : le culot ! Selon lui, on ne perd rien à essayer.

Concrètement, il fait comment ?

Je vais te donner toutes les ficelles qui nous ont permis de réduire les coûts ou d’avoir quelque chose de supplémentaire avec presque chacun de nos prestataires.

Tout d’abord, tu dois être sûre de ce que tu vas demander, de ce que tu veux et des éléments sur lesquels tu veux bien faire des concessions. Par exemple, pour le traiteur, tu préfères ajouter un plat ou un ingrédient de qualité, baisser le prix, ou encore négocier le droit de bouchon ?

Tu dois penser que tu ne pourras pas tout obtenir, alors il faut que tu priorises. Une fois que c’est fait, tu demandes des devis. Tu présélectionnes ceux qui te semblent intéressants, soit parce que le prix est sympa avec ton porte-monnaie, soit parce que tu veux absolument ce prestataire ! Ensuite, tu prends rendez-vous. Un vrai rendez-vous de visu. Impossible de discuter des conditions par téléphone ou par mail.

Lors de ce rendez-vous, tu viens avec des devis comparatifs. Attention ! Ne les sors pas dès le départ ! Il se peut que tu n’en aies pas besoin, ou pire : que ça te porte préjudice ! Certains prestataires n’aiment pas du tout ça ou savent que la qualité de ce qu’ils proposent est supérieure à celle de leurs concurrents.

Il faut que tu parles au prestataire de lui-même et que tu l’écoutes beaucoup. Il doit se vendre, tu dois voir si tu as le feeling. Si c’est le cas, après ce moment, tu lui dis que son boulot te donne envie, que c’est génial, mais que ton budget ne te permet pas de t’offrir sa prestation. Il va donc entrer en négociation. Tu dois alors être la plus transparente possible. Pas de magouille ni de langue de bois. Tu es honnête : tu as tel budget, tu ne peux pas le dépasser. Et tu t’en tiens à là. Tu lui demandes juste de refaire une autre proposition.

S’il accepte, fin du rendez-vous et beaucoup de patience. Un ou deux jours après, tu lui écris un mail ou un SMS pour le remercier d’envisager une solution pour t’offrir la prestation de tes rêves, et tu attends, attends, attends patiemment…

Si jamais il ne veut pas te faire un autre devis, tu sors les devis comparatifs et tu discutes : ce prestataire est moins cher pour une prestation équivalente, mais tu préfères le travail de celui que tu as en face de toi. Il faut toujours lui dire que tu le veux, sans pour autant qu’il pense que c’est dans la poche. Il faut montrer que tu es déçue, que tu en rêvais, mais que c’est impossible.

En général, le devis que tu vas recevoir ensuite (après relance parfois…) est moins cher, mais jamais au tarif que tu imaginais. C’est là qu’il ne faut pas lâcher, mais entrer en négociation/concessions. Tu fixes un autre rendez-vous. Dès le départ, tu lui signales que tu ne peux toujours pas aller à ce tarif. Il va te répondre la même chose.

C’est à ce moment-là que tu dois te souvenir de ce sur quoi tu ne veux pas faire d’impasse. Tu peux donc lui demander d’enlever quelque chose pour baisser le prix, ou alors de ne pas changer le prix mais d’ajouter une option ou quelque chose dans sa prestation. C’est en sortant de ce rendez-vous que tu sauras si tu vas pouvoir engager ce prestataire ou non.

Mais ça marche à tous les coups ?

Eh bien non ! Désolée de te décevoir, mais ce n’est pas une technique infaillible. Les prestataires très réputés ne baisseront pas leur tarif s’ils savent qu’ils auront quelqu’un d’autre à ta place, par exemple.

Pour nous, ça a été clairement plus simple, car nous avons toujours mentionné le fait que nous nous marions ultra hors saison : ni le printemps et l’été, ni l’automne qui a le vent en poupe, ni les fêtes de fin d’année. Mi-février était une date entièrement vide pour la plupart des prestataires que nous avons contactés. Mais ça a eu aussi des effets négatifs, avec des entreprises ou des prestataires en congé à cette période.

Quelles sont les économies réelles ?

Crédits photo (creative commons) : PublicDomainPictures

Séance photo à la neige négociée !

Je vais être honnête, nous avons fait le plus d’économies sur la partie domaine/traiteur. Je préfère te donner les chiffres pour que tu visualises mieux. Je n’ai pas de problème avec l’idée de donner le coût de notre mariage :

  • location du domaine : 1000€ au lieu de 2500€.
  • location des chalets : 102€ pour six la première nuit, puis 51€ toutes les suivantes au lieu de 150€ par nuit.
  • vin d’honneur : 19€ par personne avec cocktail. Ici, le tarif n’a pas changé, mais nous avons ajouté un atelier d’huîtres chaudes et froides, et les softs inclus.
  • repas : 45€ au lieu de 55€ par personne. Nous avons peu baissé le prix, mais avons ajouté une deuxième entrée et une mise en bouche, et avons enlevé leur dessert pour faire appel à un pâtissier. Le droit de bouchon a aussi été supprimé.
  • photographe : 1590€. Le tarif est resté le même, mais il nous offre la séance day after dans la neige ! (Mission rêve activée par exemple ici !)
  • alliances : 800€ les deux au lieu de 2500€. Sur ce poste-là, c’est un peu particulier. C’est un joaillier ami du papa de Monsieur Osier, donc nous avons directement bénéficié d’un super tarif, et pour le réduire encore plus, nous avons fourni de vieilles pièces en or.
  • costume de Monsieur Osier : 290€ au lieu de 1000€. Nous avons bénéficié d’une vente privée d’un tailleur réputé. Ce n’est pas exactement une négociation, mais nous avons réussi à obtenir un pass alors que nous avions presque signé le costume à 1000€… mais je te raconterai ça plus tard !
  • pièce montée : 5,40€ par part. Le prix n’a pas baissé, mais nous avons ajouté un deuxième macaron et comme nous prenons une partie de nos cadeaux d’invités chez eux, on a eu une petite réduction sur l’ensemble.

Les autres prestataires n’ont pas été négociés, soit parce qu’on estimait être au plus juste du prix, soit parce qu’ils n’ont pas cédé et que nous avons quand même signé avec eux !

Nous partons donc sur un mariage à environ 20 000€ tout compris (sauf les chalets qui sont à la charge de nos invités) au lieu d’environ 30 à 35 000€ sans les négociations.

Et toi, tu as prévu de négocier ? Tu sais comment tu vas t’y prendre ? Ton chéri s’est-il investi dans vos préparatifs ? Raconte-moi !



8 commentaires sur “Comment un mariage d’hiver te permet de négocier”

  • Effectivement, ça valait sacrément le coup de négocier si tu estimes que ça vous a fait gagner 10 à 15000€ ! Énorme ! Je n’ai aucun culot et Roméo n’est pas beaucoup mieux que moi dans ce domaine, mais on a quand même réussi, à notre petit niveau, à négocier certaines choses : les frais de déplacement du DJ, sur les fleurs, sur le repas (mais 2€ en moins par tête, toi tu as négocié 10€ de moins je trouve que c’est énorme !!! En revanche nous, le prix comprenait tout, du cocktail au dessert et avec les boissons comprises, et pas de droit de bouchon dès le départ, ce qui doit expliquer la baisse moins importante ?)… Bref, bravo à ton M. Osier ! ^^

    • Pour le traiteur, je pense que c’est surtout parce qu’on a supprimé le dessert. L’économie générale est énorme Oui ! C’est grâce au culot de M. Osier (moi seule j’aurai été incapable de faire ça !) et à la saison de notre mariage.

  • Ah merci ! Ton billet tombe à pic ! Je viens juste de me lancer dans la recherche de notre traiteur. Je vais m’inspirer de tes conseils, surtout que nous aussi nous marions hors saison (début décembre !), alors n’hésitons pas à négocier !

    • Tu as raison il faut tenter le coup ! Surtout si vous êtes hors saison. Il faut aussi prendre en compte la région dans laquelle tu te maries, cela peut fortement jouer. Bon courage dans tes recherches et négociations !

  • C’est super intéressant comme article, et c’est fou de voir les économies que vous avez pu faire !!

    Pour notre part, on n’a quasi rien négocié. Le lieu était peu cher à la base, la location du mobilier au juste prix. Le traiteur est un peu cher, mais on voulait celui-là. La seule chose qu’on a “négocié” c’est avec le photographe : pour le même prix on a eu une séance d’engagement.

    • Tu sais comme je l’ai écrit en fin d’article si le prix est juste il ne faut pas négocier. Et si tu veux absolument un prestataire qui est très demandé non plus !
      C’est pas mal déjà si vous avez un petit plus pour le photographe.

  • wahou chapeau! nous on est carrément nuls en negociation l’un comme l’autre donc ça partait mal. Et dans notre région les mariages d’hiver ne sont pas si rares donc ils ne cherchent pas à tous prix à épingler un contrat. Et surtout on a fonctionné beaucoup au prestataire coup de coeur. Y a juste la photographe qui a accepté de ne pas nous facturer en plus le fait que notre mariage civil soit la veille.

    • Effectivement cela dépend des régions ! Chez nous nous avons fait figure d’ovnis !
      Nous avons aussi beaucoup fonctionné au coup de coeur mais on a tenté de négocier presque à chaque fois. C’est à cause de M. Osier qui dit toujours : “on ne sait jamais” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *