Mon mariage d’hiver presque à la montagne : les coulisses de notre mariage religieux

Comme je te l’avais expliqué dans une précédente chronique, Monsieur Rigolo et moi avons décidé de célébrer notre union à l’église.

La première étape, préliminaire, a été la préparation au mariage religieux par des couples accompagnants. Comme je te le disais, c’est en fait elle qui nous a permis de choisir un mariage religieux en toute sérénité. Il y a toutefois une séance que nous avons loupée, à cause de vacances prévues bien à l’avance. Elle concernait la préparation de la célébration en elle-même, son déroulé, les textes, etc. Ça nous paraissait en plus encore bien abstrait à ce terme de nos préparatifs. Comme nous avons fait cette préparation sur l’hiver et le printemps 2016 (la session « classique » des mariages d’été), nous avons fini en avril (pour un mariage au mois de janvier suivant !).

Nous avons alors voulu choisir notre célébrant. Malheureusement, l’équipe des prêtres devait changer en cours d’été, et on nous a dit qu’il fallait attendre le mois de septembre.

L’été est donc passé sans que je ne me soucie de notre célébration. À l’automne, on nous a appris que l’unique prêtre qui resterait sur la paroisse était celui que nous avions croisé pendant nos préparatifs. Ça tombait bien !

Le temps que nous trouvions un premier rendez-vous avec lui, nous étions déjà fin octobre. Ce jour-là, il nous a appris que nous devions demander une « autorisation de célébration d’union hors paroisse » puisque nous ne résidons pas dans la paroisse où nous allons nous marier. Autant te dire que j’aurais aimé que l’on nous le dise tout de suite au mois de janvier, lorsque nous avions pris contact pour la première fois avec la paroisse ! Heureusement, ce petit coup de stress n’a été que très bref car nous avons pu obtenir très facilement cette autorisation, sur simple coup de fil.

Lors de ce premier rendez-vous, il nous a surtout fait parler de nous. Notre rencontre, notre cheminement, nos questionnements… Pour apprendre à nous connaître. Il nous a alors demandé de travailler nos déclarations d’intention pour la prochaine fois.

Nos quoi ? Si tu te souviens bien, je t’avais parlé des quatre piliers du mariage religieux. La déclaration d’intention que nous devions chacun écrire a pour but de déclarer ce à quoi nous nous engageons par le mariage, dans le respect de ces quatre piliers. Plus concrètement, il s’agit de dire avec nos mots à nous que nous nous unissons librement, pour la vie, que nous nous resterons fidèles et que notre union portera des fruits, enfants ou engagements auprès des autres.

Pour cela, il nous avait d’abord conseillé de nous écrire chacun une lettre qui réponde aux questions : « Pourquoi je t’ai choisi(e) et pourquoi je veux me marier avec toi ? » Puis de puiser dans cette lettre les grandes lignes de notre engagement libre, fidèle, indissoluble et fécond.

Pour moi qui aime pourtant bien écrire, si la rédaction de la lettre a été facile, la rédaction de la déclaration, elle, n’a pas été aisée au premier abord. Je dois même reconnaître que je suis allée chercher des « modèles » sur Internet pour me lancer. Finalement, toutes les belles choses que j’avais à dire à Monsieur Rigolo se sont organisées toutes seules et ma déclaration finale me correspond tout à fait, loin des modèles stéréotypés que j’ai pu trouver.

Crédits photo (creative commons) : cocoparisienne

L’étape d’après a donc consisté en la création de notre cérémonie : choisir les textes, les chants, les musiques d’entrée et sortie, écrire notre prière, etc. Sur ce coup-là, notre prêtre n’a pas été très aidant. Il nous a remis un livret « Notre Mariage à l’église » avec un CD de vingt-huit chants et partitions. Et c’est à peu près tout.

À la messe, ce que j’ai toujours préféré, c’est chanter (très faux, en ce qui me concerne, même si je me suis toujours persuadée que je chantais très bien mes chants de messe !). Je savais très bien quel type de chants je voulais : enjoués, entraînants, faciles à chanter pour tout le monde. Je veux que nos invités puissent garder un bon souvenir de cette célébration, qu’ils s’en souviennent comme d’un moment joyeux, pas comme quelque chose de trop solennel. Spirituel, dans les valeurs de l’église, sans chansons « païennes », mais accessible à tous.

Pour m’aider à faire mes choix, j’ai beaucoup utilisé le site Chantons en Église. Il n’y a que des extraits en écoute libre, mais connaissant déjà les chants, ça m’a permis de rafraîchir ma mémoire et de faire une première sélection. Puis j’ai présenté cette sélection à Monsieur Rigolo, et on a choisi ceux qui nous plaisaient à tous les deux.

Nous avons donc choisi :

Trouver les bons textes a été un peu plus difficile, notamment pour Monsieur Rigolo, qui s’est bien éloigné de la religion ces dernières années et pour qui la décision de nous marier à l’église n’était pas évidente au départ. Certains textes trop traditionnels l’ont un peu braqué d’emblée. Mais en y revenant plusieurs fois, nous avons fini par trouver ceux qui nous convenaient :

  • Première lecture : Première lettre de Saint Paul Apôtre aux Corinthiens
  • Évangile : Évangile de Jésus Christ selon Saint Jean

Puis nous avons écrit notre Prière des Époux et la Prière Universelle, en nous aidant de prières trouvées sur Internet, mais en y mettant nos mots à nous.

Enfin, je souhaitais avoir des musiques pour notre entrée et notre sortie. C’est le seul écart à la règle du « pas de chanson profane » que nous ayons fait. Je voulais des musiques qui parlent à tout le monde, qui soient empruntes de charme tout en étant déjà dynamiques.

Là, trouver les bons morceaux a été vraiment difficile ! Je suis une quiche en musique, je n’ai pas l’oreille musicale pour un sou, je ne sais JAMAIS quel est le titre d’un morceau, ni même qui en est l’auteur. Donc cette recherche a été très fastidieuse !

Heureusement, Mademoiselle Dentelle est venue à ma rescousse, et m’a permis de faire des premières découvertes, notamment le groupe Vitamin String Quartet. Puis ce sont les copines Dentelle qui m’ont aidée avec l’idée des bandes originales de film, le groupe The Piano Guys et Daniel Jang. Des reprises sans paroles, juste ce qu’il me fallait !

Monsieur Rigolo et le cortège ont donc fait leur entrée sur « I’m Yours » reprit par Vitamin String Quartet et moi sur « Just the way you are » par The Piano Guys. Pour la petite anecdote, rien que de réécouter les premiers accords, j’en tremble et mon cœur bat si fort… Pour la sortie, j’ai finalement craqué pour une reprise instrumentale de « Hallelujah » par Attila Fias. Je sais, les paroles sont loin d’être les plus appropriées à un mariage, qui plus est religieux. Mais là, il n’y avait pas les paroles, et la musique en elle-même est quand même vraiment très belle.

Tout cela défini, nous ne savions pas trop au départ comment nous allions coordonner les lectures, faire chanter les gens, animer notre messe, quoi. Nous ne sommes pas musiciens et n’avions personne à qui demander de jouer d’un instrument lors de la messe. Mon père fait bien de la guitare, mais il me paraissait inadapté de lui demander d’en jouer pour mon mariage, alors qu’il avait les larmes aux yeux dès qu’on évoquait certains moments !

Nous avons donc simplement décidé de faire passer des enregistrements. Mais pour que les invités chantent bien avec nous, il fallait quand même qu’ils soient guidés dans les chants. Un jour, j’ai eu l’illumination : « Monsieur Rigolo, ton père, il chante bien en chorale ? Peut-être que ça lui dirait de diriger nos chants de messe ? » Un coup de fil et quelques échanges de mails plus tard, c’était réglé !

Enfin, tu as lu au-dessus que nous n’avions pas choisi un psaume classique, mais le psaume de la Création, qui est en fait une chanson inspirée des psaumes. Notre prêtre n’y était pas opposé du tout, mais préférait qu’il y ait une personne qui chante, et éventuellement l’assemblée qui reprenne le refrain, pas que ce soit l’enregistrement. Après une autre période de réflexion, j’ai pensé à ma tante. Il a fallu lui trouver une version instrumentale pas trop haute en tonalité, mais elle était partante.

En fait, je n’étais pas encore au bout de mes surprises, mais ça, tu le découvriras plus tard !

Et toi ? Tu organises un mariage religieux ? Comment s’est passée ta préparation au mariage ? Tu as eu du mal à construire ta cérémonie ? Viens me dire…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



11 commentaires sur “Mon mariage d’hiver presque à la montagne : les coulisses de notre mariage religieux”

  • Nous avons aussi beaucoup utilisé « chantons en église » pour le choix des chants mais au final, ayant eu des amis qui ont chanté en chorale et comme on était un peu à l’arrache sur la préparation de la cérémonie, ce sont eux finalement qui ont choisi des chants qu’ils maitrisaient déjà et on leur a fait confiance… A l’arrache, je te dis ! 😉

    • mon BP nous a un peu maudit pour le choix du Gloire à toi, pas si facile que ça à chanter à posteriori ^^ Donc vos amis chanteurs ont probablement très bien faits de choisir ce qu’ils maitrisaient!

  • J’aime beaucoup les deux premiers chants que tu as choisis, ils sont aussi dans ma présélection pour les mêmes raisons que toi, accessibles à tous et assez connus quand même.
    Votre messe devait être très joyeuse !

  • Très beau choix de textes et de chants… On a choisi le même chant à Marie pour notre messe de mariage 🙂
    La lettre de St Paul aux Corithiens, c’est bien ce très beau texte sur l’Amour n’est-ce pas? L’amour ne cherche pas son intérêt, l’amour est patient… magnifique (on avait hésité mais notre choix s’est porté sur une autre lecture)

    • oui c’est bien ce texte-ci Julie 🙂
      Ce chant à Marie a beaucoup de signification et d’histoire pour moi, je savais bien avant de me marier, ou même de rencontrer mon mari, quil serait chanté à mon mariage 😉

      • Ah c’est génial ça d’avoir des musiques qui nous tiennent à coeur et qui rappellent des souvenirs 🙂 Pour nous ce chant faisait écho à notre chant d’entrée, à notre faire part et à notre évangile, tous sur le thème du chemin.
        Et cette 1re lecture que vous avez choisie est magnifique, c’est un très beau texte, qu’on soit croyant ou pas. L’amour qui se vit dans le don, dans l’altruisme, et pas simplement dans les sentiments, c’est magnifique!

    • (d’ailleurs , La Première en chemin, chanté par ma nièce de 10ans, et accompagné par nos amis à la guitare, la basse et les percussions… un grand moment!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *