Mon mariage d’hiver en toute simplicité : le grand jour est arrivé et va être mouvementé !

C’est le jour J et prépare-toi un petit thé, j’en ai des choses à te raconter !

Déjà, j’ai mal dormi. Je me suis réveillée en sursaut toutes les heures de peur de rater le réveil. J’ai eu froid, j’ai fait des cauchemars (rien à voir avec le mariage d’ailleurs). Et pourtant, je suis en pleine forme !

Les préparatifs

7 heures : réveil. Douche. Lavage des cheveux. Cheveux que j’ai laissé pousser pendant de longs mois d’ailleurs (qui ne resteront pas longtemps si longs !).

8 heures : arrivée de la coiffeuse. Elle me coupe 20cm de cheveux. Ça, c’est fait ! Je te rassure, c’était convenu, hein. Pas de mauvaise surprise ! Je déjeune pendant qu’elle coiffe et maquille ma mère.

J’en profite pour mettre mes dernières instructions sur papier pour mes frères-témoins : ça m’a vidé l’esprit et aucun stress à partir de cet instant ! Je savais que tout serait entre leurs mains, moi, je n’avais qu’à profiter !

Ma meilleure amie arrive, je lui confie nos alliances. Puis la photographe. À mon tour. Coiffure. Maquillage. On discute, on rigole. L’ambiance est détendue, tout le monde se laisse porter et profite.

Crédit photo : Floriane Caux

Je me vois dans le miroir, je ne réalise pas. Mon papa arrive. Je suis submergée par l’émotion de le voir avec son joli nœud papillon (celui-là même qu’il portait pour son propre mariage !).

Je vais enfiler ma robe avec ma maman et ma photographe. On met les chaussures à paillettes (que je voulais absolument mais que j’ai galéré à trouvé ! J’ai finalement trouvé une paire, parfaite, dans le marché couvert chinois de Birmingham – idée d’une copine – d’ailleurs, C. si tu passes encore par là, merci et bisous !), £8 (environ 10€). Figure-toi qu’elles sont belles, qu’elles tiennent bien et qu’en plus, elles sont confortables ! Et je les porte encore aujourd’hui avec plaisir.

Crédit photo : Floriane Caux

Pour les accessoires, j’ai voulu faire simple : pas de bouquet (je n’aime pas avoir les mains encombrées), de jolies boucles d’oreilles, ma bague de fiançailles et ça devait être tout. Mais toi et moi, savons que mes frères-témoins m’ont offert ce splendide bracelet (et que rien ne se passe comme prévu !)

Crédit photo : Floriane Caux

On appelle mon papa. Il bugue et éclate en sanglots. Mon papa est un sensible mais pas démonstratif. Alors, le voir prit par l’émotion, c’est quelque chose ! Et ce ne sera pas la seule fois de la journée, d’ailleurs.

Crédit photo : Floriane Caux

Déjà l’heure d’aller rejoindre M. Hard pour les photos de couple. Je suis avec ma photographe, l’excitation arrive, hâte de découvrir mon Amour !! Il fait un temps de OUF : un soleil magnifique, pas froid, un petit vent mais rien de réellement dérangeant ! On aurait presque chaud, dis donc. À quelques jours de Noël, c’est pour le moins inattendu.

M. Hard nous attend au bord de la route avec la voiture de sport prêtée par mon cousin. Je garde les yeux fermés et lui nous tourne le dos. La photographe le rejoint pour mettre en scène la découverte. Enfin je le rejoins. Il me voit, je le vois. Nous étions seuls au monde. Un moment parfait.

Crédit photo : Floriane Caux

Puis on enchaîne les photos. Moments de tendresse, on se touche, on s’embrasse. On était clairement hors du temps, juste nous deux. Notre photographe dégaine des fumigènes : l’idée parfaite ! C’est si beau et un poil décalé, on adore. Le lieu est moche (ah oui, j’ai oublié de préciser que jusqu’à la veille, 21 heures, on ne savait toujours pas où on allait aller les faire…), mais on passe un chouette moment, on verra le résultat ! (Canon !)

Crédit photo : Floriane Caux

Puis la photographe part pour la mairie. Nous sommes seuls dans la voiture. 15 minutes, toutes petites minutes, juste à nous. Nous nous garons à 3 minutes de la mairie. Nous voulons arriver à pied, main dans la main. On attend le feu vert de mon frère-témoin pour rejoindre tout le monde.

L’euphorie s’installe. Ça va commencer. Dans 40 minutes, nous serons mariés !

Et on voit les gens qui nous attendent, on dit bonjour à tout le monde. On attend les retardataires (il y en a toujours, parait-il). L’adjointe au maire est géniale, pas de stress, elle nous ouvre même une partie de la mairie fermée au public pour faire des photos.

Crédit photo : Floriane Caux

Puis la cérémonie commence. Ça va vite, on dit oui en se tenant la main, on signe les registres, on reçoit le livret de famille. Une belle cérémonie, personnalisée, avec des touches d’humour et beaucoup d’amour !

Crédit photo : Floriane Caux

Crédit photo : Floriane Caux

On sort, direction l’église pour tout le monde. Je me retarde avec ma maman pour mettre mon voile en toute discrétion.

Crédit photo : Floriane Caux

J’attends cachée que M. Hard fasse son entrée avec sa mère, puis mon père me voit avec mon voile. On remonte l’allée (bien trop courte à mon goût), mon père pleure, je ne réalise pas !

Crédit photo : Floriane Caux

Le prêtre fait une très belle cérémonie, simple, personnalisée. M. Hard dit ses consentements. Impossible pour moi de parler.

Crédit photo : Floriane Caux

Le prêtre me souffle de prendre mon temps, je finis par les dire, je pleure. On échange nos alliances, on signe les registres, mon voile décide de tomber à ce moment-là, je me fais rhabiller sur l’autel, mon frère-témoin Blond-Roux lance par erreur notre musique de sortie (Les Beatles, All you need is love, on entend donc la Marseillaise retentir), tout le monde rit, c’est détendu.

Crédit photo : Floriane Caux

Puis la sortie de l’église, les cierges magiques ne s’allument pas, tant pis, on sort sous un grand soleil ! Les oncles de mon mari (gniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii) m’offrent des bijoux comme c’est la tradition dans la branche libanaise de la famille.

Crédit photo : Floriane Caux

Nous partons au lieu de réception. Encore seuls dans la voiture, mon chéri pleure car nous sommes mariés (il a pleuré tout du long à la mairie, l’église, et encore pendant de longs mois, il a eu les larmes aux yeux quand je lui disais : « je suis ta femme »), mais nous sommes mariés, heureux, on ne réalise pas.

On arrive au lieu de réception.

Photos de groupes, vin d’honneur, repas, soirée

Evidemment, pas de chauffage. Heureusement, on avait prévu le coup, on installe vite un soufflant de chantier pour réchauffer tout le monde. C’est moche et bruyant mais ça tient chaud. On fait les photos de groupes mais on en saute quelques-unes (il faisait froid et j’étais agacée de devoir courir après les gens).

On enchaîne avec le vin d’honneur, la découverte de la marmite pour la plupart de nos convives (et de jolis challenges à ce propos : un pot de marmite, ça met l’ambiance !), un photobooth bricolé maison. On passe de convive en convive, on discute.

Crédit photo : Floriane Caux

Le repas se passe bien. Mais vu que le coin traiteur n’est pas chauffé non plus, certaines assiettes arrivent froides, tant pis. Mon frère-témoin anime la soirée : jeux et discours se succèdent. Une belle soirée remplie d’émotions.

On ouvre le bal sur un slow tout collés, hors du temps et hors du monde. Le gâteau (moche, vraiment moche) arrive, heureusement, il est bon ! Je te dois bien un aperçu (ahaha)

Crédits photo : Photo personnelle

Et on danse jusqu’au bout de la nuit. Non, 4 heures je crois. Mais ce n’est pas terminé car notre nuit de noces a été riche en rebondissements (et qu’est-ce que nous nous sommes marrés !).

Nuit de noces

J’avais donc réservé 8 mois auparavant une chambre avec jacuzzi. On appelle le matin du mariage pour confirmer. Jusque là, tout va bien.

On arrive vers 5 heures et là on apprend qu’ils ont donné notre chambre à quelqu’un d’autre, soit disant qu’ils nous ont appelé, ouais. Nous voilà donc au petit matin, errant dans la rue à la recherche d’un hôtel quand les fêtards sortent des boites de nuits. Je te laisse imaginer les drôles de conversations que ça engendre. Mais franchement, contre toute attente, quel beau souvenir !

Et toi, c’est quoi le souvenir le plus drôle de ton joli jour ? Raconte-moi !



8 commentaires sur “Mon mariage d’hiver en toute simplicité : le grand jour est arrivé et va être mouvementé !”

  • Je suis contente que tu viennes achever ton récit de mariage, Madame Bham !! J’aime beaucoup ta plume 🙂 Cette chronique est pleine d’émotions, on sent que vous avez été bien entourés.

  • Tu étais magnifique et vos photos sont très belles (j’adore celle avec les fumigènes, dommage que ton mari soit un peu sous la fumée, lol). Trop mignon et très touchant son émotion tout du long. Vous avez vraiment l’air d’avoir eu un très beau mariage. Juste incroyable cette histoire de chambre ! j’en reviens pas !! vous avez fini où ?

Leave a Reply to Madame Gariguette Cancel reply