Mon mariage hivernal : les préparatifs

Aujourd’hui, on attaque les choses sérieuses ! Après t’avoir tenue en haleine depuis des semaines avec le récit de ma dernière semaine de non-mariée,  je te propose de commencer le récit de notre jour J-hivernal.

Tu te souviens ? Je t’avais quittée la veille, très fatiguée après une longue journée de préparatifs. Nous étions rentrés très tard à la maison.

Tu dois t’en douter, la nuit a été très courte. Rentrés à 1h du matin, il nous a fallu gonfler le matelas pneumatique pour mon amie d’enfance, faire le lit pour ma mère et ma sœur, prendre une douche pour se détendre et vite tenter de s’endormir. Autant te dire qu’à 7h, quand le réveil a sonné, nous n’étions pas très frais, le groom et moi.

1

Le cheveu plat, l’oeil inexpressif, le teint blafard malgré la séance chez l’esthéticienne de la veille, mais le sourire aux lèvres ! La future mariée est prête à se préparer pour le grand jour, et la chroniqueuse ne recule devant aucune révélation sur le grand jour. Tu noteras le bazar très brid-ien (tu verras!), la boîte de choses « à ne surtout pas oublier : les thermos pour le vin d’honneur et les plans pour aller jusqu’au château, et du château à l’hôtel ! ».

Contrairement à la veille, où j’avais des listes de 3 kilomètres de long dans la tête, ce matin,je suis sereine. Je pense avoir pensé à tout, je sais que tout est propre et prêt au château. Et je sais que, de toute façon, il est trop tard pour penser à de nouvelles choses. En fait, ma seule préoccupation est que ma sœur-témoin n’oublie pas les alliances.

La zen-attitude, ce n’est pas le cas de ma mère. À 8h20, elle commence déjà à me dire d’accélérer en prévision de mon rendez-vous de 9h qui est à… 5 minutes de chez moi (à pieds ! En voiture, c’est à 2 minutes). Il tombe des cordes, et je plaisante : évidemment, il ne pouvait pas neiger, ça aurait été trop beau. Et tous les samedis de décembre ont été ensoleillés mais le jour de notre mariage doit être pluvieux, c’était couru d’avance.

À 8h50 (« faut pas déconner Maman, c’est juste à côté ! »), c’est parti !

Nous prenons la voiture de ma mère : notre voiture doit être lavée et décorée par mon futur beau-père dans la matinée. Le coiffeur est à 5 minutes à pieds, mais il n’est plus question d’y aller en marchant, vu les seaux d’eau qui semblent tomber des nuages.

Problème : j’avais oublié que le samedi, chez nous, c’est jour de marché ! Résultat, aucune place de libre et le stressomètre de ma mère à 200% ! Elle dépose ma sœur et moi devant la vitrine du coiffeur, avec la promesse de nous rejoindre dès qu’elle a trouvé une place. Il est 9h05, je suis déjà en retard, ça commence bien…

9h15, la photographe arrive. Elle a été bloquée sur la route par les inondations qui commencent. Oups ! Peut-être que je devrais stresser pour mes invités qui sont tous sur la route, finalement.

2

Tout a été préparé, réfléchi, essayé, et même minuté. La confection de mon chignon « haut », rappel de mes coiffures d’adolescente qui plaisaient tant à Sir Givré, prend un peu plus d’une heure. Moi, je n’ai qu’à essayer de me réveiller.

3

4

La coiffure finie, nous sortons sous la pluie ! Heureusement que j’ai pensé à prendre mon super parapluie orange, qui a la particularité d’être très grand. Ma sœur et moi partons vers la boutique de l’esthéticienne, bras dessus, bras dessous, avec le parapluie en-dessus de nos têtes. Pendant ce temps, ma mère passe au magasin d’à côté pour acheter des parapluies en plus (tu verras, ils reviendront plus tard, ces parapluies).

Lors du maquillage, j’essaie de me détendre, mais ce n’est pas facile. Mon téléphone sonne toutes les deux minutes, ce qui fait gentiment râler l’esthéticienne. Et j’ai mal aux yeux: difficile de supporter la pose de mascara !

27

De retour à la maison, mes copines sont arrivées ! Youpi !

Il y a des fleurs sur les tables. Le père de Sir Givré me montre une composition en disant que c’est un de ses collègues qui nous les a fait envoyer. Je suis touchée par l’attention et me promets mentalement de ne pas oublier d’envoyer un mot de remerciement à ce monsieur. J’aperçois deux bouquets, je dis qu’ils sont beaux…

Puis je propose quelque chose à boire ou à manger à mes amies, qui ont fait plus de 3 heures de route pour venir au mariage. Je me fais gentiment envoyer sur les roses : mon rôle aujourd’hui est de ne rien faire et me laisser guider, je laisse l’intendance aux autres ! Compris chef !

Je rassemble Amie de fac, Sœur-témoin et Maman, et direction mon Q.G. : le bureau, pour la pose du vernis par mon amie M. Un vrai moment privilégié, ce tête-à-tête avec une amie si importante à mes yeux.

30

En redescendant pour aller chercher un verre d’eau, quelque chose fait « tilt » dans ma tête : ah mais en fait, ces fleurs, c’est mon bouquet !!! Tout le monde éclate de rire. Jje repars dans mon bureau, étape suivante : les bijoux.

37

Je suis presque prête, il ne me reste qu’à enfiler mes sous-vêtements et ma robe, je suis dans les temps. J’entends les invités arriver et les exclamations de tous au rez-de-chaussée, et je fais le compte : ouf ! ?otre témoin est là. Ouf ! La sœur de Sir Givré, témoin n°2, est là. Tous nos témoins sont là. Ouf ! J’entends la voix du pasteur. Ouf ! Le père de Sir Givré est revenu avec notre voiture. Ah ! J’entends la voix de ma grand-mère, ça veut dire que mon parrain (qui doit me mener à l’autel) est là aussi. Oufffffffff…

La partie enfantine au fond de moi croise les bras et tape du pied par terre : ils sont tous en train de se découvrir, de faire connaissance. Mon fiancé est en bas, habillé, et je ne peux profiter de rien.

L’autre partie de moi, la partie adulte et consciente , commence à avoir le cœur qui bat la chamade. Je commence à comprendre que, ça y est, le jour attendu pendant ces 15 longs mois est enfin arrivé. J’ai hâte de découvrir mon chéri, de savoir de quelle couleur est son costume, quels sont les choix qu’il a faits (je te rappelle que nous avions décidé de ne rien savoir de la tenue de l’autre, jusqu’à la mairie).

Attention ! La suite de cet article comporte la révélation de la robe !!!

13h15, je suis en sous vêtements, chaussures enfilées dans le bureau, prête à être habillée. Ma mère m’aide à enfiler la robe, par les pieds, avant de mettre le jupon.

Le stress de ma mère est incroyable ! Alors que je me sens très zen, bien qu’émue, ma mère est une véritable boule de nerfs qui n’arrive pas à se contenir. Je la surprends en train de batailler avec les armatures de mon jupon, incapable de trouver « comment ça se met ce machin ».

Un soupir plus tard, j’ai enfilé l’armature moi même et nous sommes prêtes. Mais c’est sans compter sur le stress de ma chère maman, qui maintenant s’attaque à mon tour de poitrine, et est persuadée que la fermeture ne fermera pas sans casser. « Nan mais je te jure Miss Givrée, j’ose pas tirer, ça ne va pas fermer ! T’es sûre que t’as perdu du poids ? Non parce que là, ça ferme pas, je te jure ! »

« Destresse, maman, j’ai perdu un peu de poids, et la robe est ajustée à ma taille, elle ne peut QUE fermer! » Sur ces mots rassurants, la fermeture se débloque comme par miracle, et ma robe est fermée. Je suis prête à aller me marier.

41

La robe enfilée, il reste le jupon à mettre (tu n’auras pas de photos de cet épisode épique, chère bride-to-be, il comporte des images qui pourraient choquer le jeune public). Puis il ne reste plus qu’à mettre mon collier d’amour, celui que j’avais en tête depuis le début des préparatifs, personnalisé par So Hélo.

47

Ça y est. Je suis coiffée, maquillée, vernisée, habillée, bijoutée, émue, et il est presque l’heure d’aller me marier.

Avant tout, ma mère fait entrer ma grand-mère et ma marraine qui me découvrent en avant première. « Waouh » sera la réaction de ma marraine. Ma grand-mère se contentera d’un « ah ouais », mais ses yeux rouges en disent long, et mon regard anxieux cherche dans ses yeux l’assurance de son amour.

13h50, je descends les escaliers, sous le regard de mon parrain qui a la même réaction que sa sœur « waaaaouh t’es belle ! ». Il est beau aussi, cet homme, dans son costume noir, prêt à emmener sa filleule.

13h52, avec une grande classe, et sous les parapluies (à pois, que ma mère a achetés le matin même !), je m’apprête à entrer dans ma voiture, direction la mairie… Qui est en fait à 1 minute 30 de chez moi.

DSCN0714

Dans quelques minutes, je découvrirai enfin celui que j’aime, il sera enfin mon mari. Ça fait 6 ans qu’on attend ça. J’ai tellement hâte… Dans quelques minutes, je serai Madame Givrée. L’émotion commence à monter.

La prochaine fois, je te raconterai notre cérémonie civile personnalisée. A bientôt !

Toutes photos : Pauline Petit Photographie (sauf la première).

Et toi ? Qui t’accompagnera pendant ta dernière matinée de demoiselle ? As-tu prévu un plan B en cas de pluie ? Tu as déjà un parapluie au cas où ? Raconte-moi !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



9 commentaires sur “Mon mariage hivernal : les préparatifs”

  • Très jolie robe et très jolie coiffure!

    Nous aussi nous rêvions de neige, et nous aussi on a eu de la pluie à la place… Mais c’est pas grave, c’était superbe quand même ;-). Je ne me rappelle pas de la pluie mais de tous ces moments magiques!

    Pour nous le matin c’était le bazar (comme tu as pu le lire), quand je suis rentrée à la maison rien ne se passait comme convenu, les gens prévus n’étaient pas là, d’autres étianet là, bref, du n’importe quoi! et ton bazar brid-ien est encore correct, moi je n’ai pas fait de photo de mon salon!!!!

    Hâte de voir votre découverte en mariés, moi j’ai adooooooooooré ce moment (il fait bien partie de mes moments préférés!)

  • Oulala, nous sommes à J-4 et à te lire j’ai aussi l’émotion qui monte… Nous aurons le même temps que toi mais je pense avoir le même sourire que toi, je me fou du crachin !!
    Ce jour là nous serons bien avec tous nos proches qu’il pleuve ou qu’il ente, ce qui en Bretagne est contournable pour les 2;)
    Nous avons acheté il y a 1 an de beaux parapluies transparents avec écrit « I love rain ».
    Ta maman a bien fait d’acheter ces parapluies : ils sont ultra chics !!
    Vivement la suite de ton récit.

  • Que tu es belle ! La robe et le boléro sont magnifiques. Et je vois de jolies chaussures aussi sur la dernière photo. La grande classe pour monter dans la voiture m’a bien fait rire !!!
    Je n’avais pas prévu de parapluie et j’ai bien fait ! Il a plut toute la semaine avant mon mariage, et à midi le samedi il pleuvait encore ! Mais dès 13h30 un grand soleil est arrivé, qui nous a accompagné tout le week-end.
    Maintenant reviens vite nous raconter la suite !

  • C’est tellemtn émouvant tous ces prépartifs.
    L’épisode de ta maman stressée m’a fait trop rire.. toutes les mêmes 🙂

  • J’adore : la mariée sur son petit nuage qui déstresse sa maman! 😉 En tout cas tu as l’air très sereine sur les photos, prête à profiter de chaque minute! Et ce teasing de ouf à la fin, tu m’a « mis les poils » comme on dit par chez moi!!! Hâte de lire la suite!!!

  • c’est tellement bien raconté <3
    la robe est vraiment magnifique ça me met les larmes aux yeux de lire tes sentiments ce jour si précieux

    (et pour l'intendance en effet c'était pas a toi de gérer ^^, )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *