Mon mariage, 3 jours en Lorraine aux airs marins : la cérémonie religieuse

Alors que je suis encore dans le parc du château, les invités commencent à s’installer dans l’église. Monsieur Triton est parti avant moi, pour saluer le prêtre.

Lorsque j’arrive sur le parvis, seules les personnes qui participent à la procession d’entrée m’attendent dehors. Soudain, je me sens envahie de plein de sentiments : de l’impatience, car notre mariage va être célébré de nouveau, de la nervosité, car je vais faire mon entrée devant toute l’assemblée, de la joie, car je vais dire OUI! à l’homme qui partage ma vie depuis déjà sept ans.

église

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Les préparatifs de cette cérémonie n’ont pas été tels que nous l’imaginions. Nous n’avons pas fait notre préparation au mariage avec le Père T. Il nous connait peu, et nous ne l’avons rencontré que deux fois : une fois pour une journée de préparation au mariage, avec d’autres futurs mariés, et une autre fois pour lui dire ce que nous avions choisi pour notre célébration.

Pour préparer la cérémonie, nous avions le guide donné par la paroisse et les livrets de messes d’autres mariages comme exemples. Nous avons construit notre cérémonie tous les deux, à la maison. En raison de nos différences de culte, nous avons choisi une cérémonie sans eucharistie. Si je devais expliquer la différence de façon très simplifiée : une cérémonie avec eucharistie comporte une messe, alors que la cérémonie sans eucharistie n’en comporte pas.

Je vais essayer de te raconter, le plus fidèlement possible, chaque instant de ma cérémonie religieuse. Si tu es en train de préparer ta propre cérémonie et que tu es aussi perdue que moi au début, j’espère que cela te guidera.

Le cortège d’honneur : entrée dans l’église

Musique pour la procession d’entrée

Dès le départ, je savais une chose : je ne voulais pas de marche nuptiale ! Mais je ne savais pas ce que je voulais… Monsieur Triton est fan de Lindsey Stirling. Nous avons regardé de ce côté et avons un temps retenue cette version de All of me.

Puis nous sommes arrivés à la conclusion qu’il nous fallait un cover musical, d’une musique connue, romantique, qu’on aimait. Nous avons découvert des pépites comme la reprise de Perfect (Ed Sheran) par Daniel Jang. Et de fil en aiguille vidéo youtube en vidéo youtube, nous avons découvert celle qui deviendra notre musique d’entrée.

Un morceau romantique, chanté à l’origine par un rockeur, et repris de façon magnifique au violon. Nous ne pouvions rêver mieux pour un morceau qui nous ressemble. Et, à un moment de la chanson, si tu tends l’oreille, tu entends comme un chant de baleine.

Qui compose le cortège ?

Si nous ne voulions pas de musique d’entrée traditionnelle, notre position était différente en ce qui concerne le cortège d’honneur. Nous voulions que celui-ci soit le plus simple et classique possible. Mais nous n’avions aucune idée de ce qui se faisait/ne se faisait pas traditionnellement. Nous avions une vague idée (demoiselles d’honneur, garçons d’honneur, parents), mais dans quelle ordre ? Après avoir lu plusieurs articles sur la composition du cortège d’honneur, voici l’ordre d’entrée habituel :

  1. le marié entre en premier, au bras de sa maman
  2. le père du marié entre au bras de la mère de la mariée
  3. les enfants d’honneur précèdent la mariée
  4. la mariée entre au bras de son papa.

Bon, chez nous, il a fallu procéder à quelques aménagements.

entrée marié église

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Après l’entrée de Monsieur Triton au bras de sa maman, c’était au tour de ma mère. Le papa de Monsieur Triton nous aillant quitté, c’est le petit frère de Monsieur Triton qui a pris place au côté de ma maman dans le cortège. Il a accepté volontiers ce rôle, qui lui revenait.

cortège

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Nos demoiselles et garçon d’honneur ne sont plus des enfants depuis bien longtemps… mais ils ont pris place dans ce cortège d’honneur. Monsieur Grand est donc entré au bras de deux jolies demoiselles : Mlle Palmée et Mlle Lindy. Ils étaient suivis de nos témoins, Monsieur Diable Rouge et Madame Scrap.

Et là, c’est mon tour, je m’apprête à rentrer au bras de mon papa. Le Père T. nous donne un conseil : « ne marchez pas trop vite ».

J’écoute la musique. La veille, en répétant mon entrée , j’avais repéré à quel moment de la musique nous devions commencer à avancer…. mais nous avons pris du retard. J’espère ne pas finir mon entrée dans le silence. Je te rassure tout de suite, j’ai fini en musique !

arrivée mariée

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Nous avançons, au rythme de la musique…. je crois. Je ne sais plus. J’essaie de profiter de l’instant présent. J’ai envie de pleurer. Je ressens une certaine gêne aussi… car ce n’est pas habituel d’avoir une centaine de regards pointés sur soi.

Et là je le vois…. LUI ! J’avance plus vite encore. Mon papa me dit « un bisou avant de s’asseoir », j’ai cru qu’il me parlait de Monsieur Triton alors je lui dit « non pas avant »… zut, je me rattrape : « ah, à toi, oui ».
Et je passe du bras de mon père au bras de celui qui va devenir dans quelques minutes mon mari (encore… gniiiii!). Je prends place, la cérémonie, NOTRE cérémonie, commence.

cérémonie religieuse

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Le chant d’entrée, « Qu’exulte tout l’univers » débute. La messe est animée par Mlle S., la cousine de Monsieur Triton. Elle mène les chants et guide l’assemblée avec une telle aisance. Je suis émue de la voir ainsi.
Mlle C., une amie, l’accompagne au piano. Ça fait plusieurs semaines qu’elle répète les morceaux.

Les deux femmes ne se sont jamais rencontrées avant le mariage, tout a été coordonné à distance. Et tout a été parfait du début à la fin de la célébration.

Le père T. a ensuite pris la parole pour la prière d’ouverture.

Une bougie pour eux

Entre notre entrée dans l’église et la liturgie de la parole, nous avons demandé au Père T. la possibilité d’allumer une bougie à trois mèches. Nous lui avions expliqué la signification de cette bougie, et lui avions demandé d’avoir une parole à ce propos.

allumer bougie

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Je te passe l’histoire où je brûle mes gants,
ceux empruntés à Maman Sirène….

Cette bougie représente les personnes qui nous sont chères au cœur mais parties trop tôt. Une mèche pour le papa de Monsieur Triton, une mèche pour mon papy. Quant à la troisième, elle est en souvenir de plusieurs proches…

Mais lorsque nous allumons cette bougie, le père T. n’en dit rien. Il évoquera plus tard ladite bougie comme le symbole de la flamme qui doit rester allumer dans notre couple. Le message n’a pas été celui escompté, mais nous, nous savons. Et cette bougie brûle encore régulièrement à la maison. Nous y pensons…

Liturgie de la parole

La liturgie de la parole se compose de lectures de textes bibliques et de chants, le tout choisi par les époux. La première lecture est lue par un proche.

Première lecture

Dans le cas présent, nous avons demandé à notre professeur de danse, celle que nous appelons souvent notre « maman de Nancy » de lire la « Lettre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens » (12,31-13 8a).

Le prêtre lui donne un conseil avant sa lecture, en la tutoyant le plus naturellement qu’il soit : « Tu vois le TGV Nancy-Paris ? Tu fais pas pareil, tu prends ton temps pour lire ». Voilà de quoi faire rire tout le monde, une première fois.

Psaume et Évangile

Nous avons eu un magnifique psaume « Bénis le seigneur, ô mon âme », chanté à 3 voix : Mlle S. (qui anime la messe comme je te l’ai dit plus haut), M. T. (parrain de Monsieur Triton et papa de Mlle S.) et la maman de Monsieur Triton. Toujours accompagnés de Mlle C. au piano.

Après le Psaume, nous chantons l’Alléluia, puis le prêtre procède à la lecture de l’évangile. Nous avons choisi l’« Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu » (5, 13-16).

Le père T. dit ensuite son homélie pour le moins originale. Je ne vais pas tout reprendre, mais voici les moments les plus marquants :

  • En parlant des petites attentions à faire et à recevoir au quotidien dans un couple, le père T. donne l’exemple de « presser les oranges ». Il me dit donc « Mademoiselle Sirène, il faut que tu presses les oranges de Monsieur Triton ». Plusieurs de nos convives adeptes de doubles sens en tout genre ont retenu leurs rires…. mais nous, on en a entendu parlé bien longtemps après.
  • La métaphore de l’ordinateur : le père T. demande à l’assemblée « que faut-il pour qu’un ordinateur fonctionne ? ». Nos invités ont bien donné des idées (la carte mère, la souris, la disque dur…), mais personne ne semblait trouver la réponse attendue. Le prêtre s’est alors avancé vers Maman Triton en l’appelant « mamie » (oups) ! Notre photographe, qui connait un peu le père T., lui a soufflé la réponse : l’écran… mais on ne se souvient plus pourquoi. Où voulait-il en venir ?

L’homélie a été longue, et je pense que nos invités les plus à cheval sur les traditions n’ont pas tout apprécié. Mais sur les photos, tout le monde rit la majeure partie du temps. Et nous aussi.

cérémonie religieuse

Crédit photo : Jean-Marc Duges

L’intermède musical joué par Mlle C. le temps de la quête a permis à tout le monde d’étouffer quelques rires restant avant la célébration du mariage à proprement parlé. Pour cet intermède, nous avons choisi la valse KK IVb N° 11 de Chopin.

La célébration du mariage

Le prêtre appelle nos témoins et nous invite à nous lever, face à nos invités.

Le dialogue initial

Nous avons choisi le texte parmi plusieurs qui nous étaient proposés. Toutefois, je ne me sens pas entièrement à l’aise car le texte demande d’éduquer nos enfants dans la foi de l’Église. Or, je m’engage à ce qu’ils aient des connaissances religieuses pour choisir librement, et je m’engage à ce que Monsieur Triton leur parle de sa religion, mais je ne peux pas réellement assurer cette partie ! (Il parait que je suis trop expressive, et que cela s’est vu à ma tête). Il faut s’arranger comme on peut quand les croyances ne sont pas entièrement partagées dans un couple.

En revanche, je suis en accord total avec le début du texte qui parle de notre « engagement l’un envers l’autre… amour mutuel et respect pour toute leur vie ».

C’est le moment de dire OUI ! Et j’ai une boule dans la gorge. Je sens que je vais pleurer, mais je retiens encore mes larmes quelques temps.

Échange des consentements et remise des alliances

mariage église

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Monsieur Triton commence « je te reçois comme épouse, et je te promets de te rester fidèle… pour t’aimer tous les jours de ma vie ». Il avait appris son texte par cœur et n’a pas besoin de lire.

Quant arrive mon tour, c’est une autre histoire. J’avais répété mes consentements la veille avant de m’endormir. Mais avec cette boule dans la gorge et l’émotion, je dois lire. Je suis concentrée, j’ai peur que ma langue fourche.

L’acclamation retenti, menée par Mlle S. « Jubilez, criez de joie ».
Et Monsieur Diable Rouge apporte nos alliances.

porte alliance marin

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Peu de personnes ont vu notre porte-alliance, mais lui aussi était dans le thème.

Monsieur Triton me passe l’alliance au doigt. Puis c’est mon tour. J’ai un peu de mal à la passer. Je dois forcer un peu. Cet instant est passé très vite. Trop vite.

Après cet échange des alliances a lieu la bénédiction nuptiale.
Le prêtre termine en posant une question à nos témoins : « Quelle a été votre réaction quand Mademoiselle Sirène et Monsieur Triton vous ont demandé d’être témoins ? » Ils sont un peu déstabilisé par cette question et ne savent quoi répondre. Madame Scrap a dit quelque chose en lien avec de la surprise, de l’émotion et de la fierté (mais je ne sais plus exactement). Et Monsieur Diable Rouge a répondu de façon très inspirée : « tout pareil que Madame Scrap ».

La prière des époux

Le père T. nous tend le micro. C’est à nous.
Nous avons rédigé notre prière des époux deux mois avant, lors d’un séjour à Étretat, avec une belle vue sur la mer et la falaises, loin du rythme effréné de notre quotidien. Cela nous a permis d’y mettre réellement nos pensées les plus profondes, de peser la portée de chacun de nos mots.

Nous lisons à tour de rôle, et arrive la dernière phrase que nous lisons d’une voix unique « donne-nous d’être unis et fidèles tout au long de notre vie ». Mais la boule dans ma gorge semble être revenue de plus belle. Les sons sortent difficilement sous le coup de l’émotion.

Je compte sur la suite de la célébration pour me remettre de mes émotions. Mais c’est peine perdue.

Nos frères et sœurs respectifs s’avancent pour la Prière Universelle. Ils ont accepté, tous les cinq. Je suis touchée, d’autant que dans la famille Sirène, ils ne sont pas adeptes de l’église. Leurs prières ont été rédigées de façon à transmettre un message qui leur parle aussi. L’émotion est encore plus forte.

Ça y est, je pleure. Je ne retiens plus aucune larme. J’essaie de chanter le refrain entre chaque prière, mais les sons ne sortent pas.

émotion mariage

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Lors du Notre Père, je n’arrive même plus à parler. Je serre plus fort la main de mon mari et de ma témoin.

Fin de la célébration et sortie des mariés

Signature des registres et bénédiction finale

La signature des registres se fait en musique. Cette fois, nous n’avons pas demandé à Mlle C. de jouer, mais avons choisi de mettre une musique actuelle (sur CD donc).

Quelques mois avant, Madame Scrap m’avait fait écouter la chanson de P. Fiori, « Les gens qu’on aime », qu’elle m’avait présentée comme une dédicace (oui, trop d’amour entre ma témoin et moi). Avec Monsieur Triton, nous aimions l’idée de mettre cette chanson lors de la signature des registres (et pourtant, nous n’écoutons P. Fiori ni l’un ni l’autre !). Nous avons fait un montage son pour couper l’introduction et démarrer sur le refrain.

Lorsque nous nous approchons pour signer les registres, je regarde Madame Scrap avec insistance. Elle a mis beaucoup de temps à prêter attention à la musique. Mais elle a été touchée de ce choix.

Le père T. fait encore quelques touches d’humour (sa marque de fabrique), puis lance la bénédiction finale. Il invite ensuite tout le monde à sortir pour nous acclamer.

La musique de sortie commence…. Mais nous ne sortons pas tout de suite. plusieurs personnes viennent nous embrasser, nous féliciter, remercier le père T.. Je ne sais pas combien de temps nous restons dans l’église avant que tout le monde soit enfin sorti.

Nous sortons en dansant, en rythme (à partir de 0’33 ») :

sortie église

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Malheureusement, la musique n’est pas assez forte et sur le parvis de la mairie, on ne l’entend pas trop. Ça nous coupe dans notre élan, et nos invités ne dansent pas autant que nous l’avions espéré.

Avant notre sortie, les demoiselles d’honneur ont distribué les cornets de lavande à nos invités (qui n’ont pas osé se servir). Nous sortons sous une pluie de grain de lavande.

sortie église lavande

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Nous restons plus longtemps que je ne l’avais imaginé sur le parvis de l’église. Tout le monde vient nous féliciter, demande à voir nos alliances de près. Les embrassades n’arrêtent pas. Nous sommes mariés, ça y est (gniiiiii et re gniiiii!) !!!

alliances

Crédit photo : Jean-Marc Duges

Gravure : Mlle Sirène M. Triton 20.07. 19

Et toi, comment s’est passée ta cérémonie religieuse ou comment prévois-tu celle-ci ? Quelles musiques d’entrée et de sortie as-tu choisies ou penses-tu choisir ?



8 commentaires sur “Mon mariage, 3 jours en Lorraine aux airs marins : la cérémonie religieuse”

  • Madame Sirène tu m’as eu…. Il est 8h35 et je pleure sur mon canapé… Comme toi je me suis retenue mais comme toi elles ont fini par couler ces larmes. Magnifique cérémonie pleine d’amour et d’ humour…

    • Et bien Madame Chat Potté, je ne pensais pas faire passer autant d’émotions en l’écrivant..
      . Je suis contente d’avoir pu retranscrire au mieux cette célébration…..mais mon intention n’était pas de te faire pleurer.
      Merci à toi pour ton message touchant.😘

  • Moi qui ne suis pas très cérémonie religieuse j’ai trouvé la tienne très touchante et j’avoue que j’ai ri aussi sur le « presser les oranges » ! ahahah ! j’aurai pas pu m’empêcher d’exploser de rire je crois ! Vous êtes trop mignons tous les deux en tout cas et encore une fois très touchant. J’aime aussi beaucoup la photo de vous deux en train de danser dans l’église ! 🙂

    • Merci Madame Chaton pour ce joli commentaire. Nous souhaitions justement une cérémonie qui nous ressemble, et qui puisse toucher les personnes qui ne mettent jamais un pied dans une église.
      Et c’était ans compter sur l’humour (malgré lui parfois) du Père T.

  • Très jolie la dernière photo ! Et on ressent bien ton émotion sur celles juste avant ! En tout cas ça avait l’air d’une cérémonie originale avec tout cet humour de la part de votre prêtre ! Moi j’avais fait rire mon mari et notre prêtre quand j’ai essayé d’enfoncer l’alliance le plus possible sur son doigt mais c’est pas pareil 🙂 Votre porte-alliance était très sympa : c’est du sable dedans ?

    • Oh, j’avais pas vu ton message Madame Crapate… je viens seulement de le lire !!
      Ça me dit quelque chose cette histoire d’alliance, tu en as parlé dans une chronique non ?
      J’avais peur aussi qu’elle soit difficile à mettre, mais finalement, nous avons à peine eu à forcer. Ouf !
      Et oui, c’est du sable dans le porte-alliance, et les anneaux étaient retenus par des rubans en satin bleu marine. Question organisation c’était un peu difficile, car il a fallu mettre le sable dans l’huître à la dernière minute. Monsieur Diable-Rouge (le témoin) a vraiment assuré !

  • Très jolie cette cérémonie. On a aussi eu le même chant de votre entrée mais en chant de sortie, et on a aussi allumé une bougie, uniquement pour les grands parents, les autres le diacre en a parlé plus tard.
    Ca avait l’air d’être une joyeuse cérémonie en tout cas.

    • Quelle coïncidence ces similitudes !!!!
      Cette musique est tellement belle, reprise ainsi au violon. je ne peux que féliciter votre choix 😅
      Pour la sortie, nous voulions que ça donne le ton de la reste de la journée : festif et dansant ! Mais c’est lié à nos tempéraments.
      La cérémonie était à notre image : un peu classique mais pas trop !

Commente ici !