Mon mariage médiéval : un après-midi animé

Une fois la cérémonie laïque terminée, quelques proches s’affairent. Ils enlèvent les paravents de devant les tables du buffet, installent une partie des chaises de la cérémonie le long de la salle, amènent au centre de la pièce les tables déjà nappées, et ajoutent autour l’autre partie des chaises.

Pendant ce temps, des gens viennent nous voir et discuter un peu, mais pas de queue pour les félicitations comme à la mairie cette fois : les uns sont trop occupés à réarranger la salle, tandis que d’autres papotent entre eux ou vont prendre un peu l’air.

Les aliments restés aux frais sont apportés, le buffet est prêt. On lance la musique annonçant l’ouverture du buffet. (♫ Mountain of Power Procession – bande originale de Conan le Barbare –, de Basil Poledouris) Des personnes défilent encore vers nous, on discute de ci-de là.

Mon grand-père vient nous féliciter. Il nous dit que notre cérémonie était vraiment géniale. Ça fait vraiment plaisir, je ne l’aurais jamais imaginé aussi enthousiaste !

On se figurait que les gens piocheraient dans le buffet, façon vin d’honneur, et que seulement certaines personnes voudraient s’asseoir à table. Sauf que… Tout le monde veut s’installer ! Ça n’a pas l’air de poser problème, les gens se serrent, quelques-uns se rapatrient sur des chaises à côté.

Tout le monde est attablé, nous sommes les derniers debout, et certaines personnes en sont déjà à leur deuxième ravitaillement. On passe à notre tour au buffet.

Un buffet que j’espérais cuisiner moi-même en grande partie. Sauf que… Submergée par les choses à faire et prise de panique, mes parents ont finalement souhaité faire appel à un traiteur de leur côté. Et ça m’a ôté une belle épine du pied ! Un repas simple, froid, à base de salades et des tartes et quiches variées. Bio et végétarien en prime (ce dernier élément est fort pratique pour moi : pas besoin de me questionner si je peux manger telle chose ou non). Donc ça collait bien à l’esprit malgré ce revirement.

On se fait des provisions, on nous fait une place autour d’une table (hé, c’est ça l’avantage d’être mariés : on a le droit et le devoir de s’incruster à un endroit “correct”). Tout le monde est aux petits soins pour moi, et j’ai à peine de temps de dire que “ah mince, j’ai oublié de prendre un verre d’eau” qu’on s’en va me le chercher. (Ça, c’est l’avantage d’être LA mariée… et d’être pile poil calée avec la robe et le jupon, rendant difficile toute sortie de table provisoire.)

Au bout d’un moment, après avoir vérifié l’heure et le temps (nuageux !), on décide de faire les photos de groupe. (Musique d’annonce : ♫ Crystal Shards, de Bal-Sagoth)

Eh bien ce n’est pas une légende : C’EST LE BAZAR !!! Même avec moins de 50 invités. Rassembler tout le monde (dont les papis allés faire la sieste/prendre l’air dehors). Puis, pour la phase “sans tout le monde”, attirer l’attention des personnes en train de discuter qui doivent venir, et des personnes qui posaient la fois d’avant mais qui doivent laisser leur place…

photo de groupe mariage médiéval

Crédits photo : Barbara Samson - Instant B

Je ne peux pas te montrer trop de photos de groupe pour éviter d’avoir à flouter plein de monde… Mais celle-ci est l’une de mes préférées du mariage !

J’en profite aussi pour te donner un petit conseil : si tu as deux photographes, précise à tout le monde dès le départ qu’il faut systématiquement regarder CE photographe. (Non, pas de changement en cours de route “maintenant on regarde PhotographeDeux”, sauf si tu aimes vraiment les situations compliquées.) Nous n’avons pas pensé à le faire, tant et si bien que, la plupart du temps, les gens regardent dans deux directions…

On fait quelques photos avec les témoins et l’officiante… Le petit frère-témoin de M. Lutin s’est offert une épée peu avant et l’a ramenée, ça fait de chouettes photos !

mariage médiéval photo de groupe témoins

Crédits photo : David Meyer Photographies

mariage médiéval mariée et amies

Crédits photo : David Meyer Photographies

mariage médiéval les mariés et le petit frère

Crédits photo : David Meyer Photographies

Puis chacun retourne à l’intérieur, reste dehors, les uns discutent, les autres s’amusent… Les gens passent tout au long de la journée près de nos arbres à empreintes et à vœux. Petits à petit, ils se remplissent…

arbre à empreintes

Crédits photo : David Meyer Photographies

arbre à voeux

Crédits photo : Barbara Samson - Instant B

De notre côté, on ne tarde pas à s’éclipser avec les amis qui ont préparé la chasse au trésor, afin d’en apprendre plus sur notre « rôle ».

Puis on invite tout le monde à venir dans la salle. On attire l’attention grâce à une musique (♫ Black Dragons Soar Above The Mountain Of Shadows, de Bal-Sagoth), puis l’ami commence à expliquer le principe de cette chasse au trésor, et…

Le grand-père de M. Lutin en profite que tout le monde est attentif pour prendre la parole. Il raconte quelques anecdotes de l’enfance du petit Lutin, bavard invétéré à l’époque. Supposées drôles, mais il y en a une qui nous fait franchement grincer des dents.

Bref, l’ami peut enfin reprendre son explication. Il y a 4 groupes, et des petits jeux d’adresse ou de mémoire à faire avec chacun. Nous appelons les gens qui doivent nous rejoindre. Les enfants ne sont pas oubliés : ils sont des messagers spéciaux qui interviendront à plusieurs étapes.

Les groupes doivent tourner, ça s’embrouille un peu entre ceux qui ont terminé en avance et ceux qui tardent encore… Mais tout le monde rigole bien, l’ambiance est joyeuse !

En cours de route, un soucis familial oblige la photographe à rentrer. Ça tombe bien qu’ils soient deux, j’en garde un ! Ma mère s’occupe gentiment de faire le taxi jusqu’à la gare la plus proche… (Qui n’est pas si proche que ça !)

Le traiteur arrive. Rapidement, on fait le point avec lui.

Il est tard, et le bar à bonbons n’est toujours pas ouvert ! Tant pis pour les complications d’ordre de passage initialement prévues. On décide, d’un commun accord avec le Lutin et nos amis organisateurs du jeu, de déclarer qui sont les gagnants sans plus de tralala.

Je cherche mon père du regard, pour lui demander s’il peut enlever les paravents qui entourent la table où sont disposées les bonbonnières. Ne le trouvant pas, je demande à quelqu’un s’il l’a vu. “Il est rentré à la maison, il était malade.”

Je bugge. Je ne peux plus parler. M. Lutin passe près de moi, je me rapproche de lui, abasourdie. “Papa est parti !” Il me prend dans ses bras. Il était au courant. Mon père n’avait pas voulu nous interrompre ou nous perturber, et s’était éclipsé sans nous prévenir.

Les larmes me montent aux yeux. Mon mari et moi sortons par la porte de derrière, il fait nuit. Je sanglote dans ses bras… Mon papa qui s’est tellement décarcassé est parti, il n’a pas profité du mariage, ce n’est pas juste. Et pourquoi il ne m’a rien dit ? Et, et ,et…

Je finis par sécher mes larmes, nous rentrons dans la salle.

Le bar à bonbons a été ouvert entre-temps, comme on l’avait décidé. Le photographe le mitraille de tous les côtés. Il paraît que les enfants étaient tout émerveillés à la découverte, j’aurais voulu voir ça !

bar à bonbons

Crédits photo : David Meyer Photographies

bar à bonbons

Crédits photo : David Meyer Photographies

bar à bonbons

Crédits photo : David Meyer Photographies

On s’occupe de libérer l’accès à l’espace du dîner. Avec notre bazar de rideaux, c’est loin d’être évident !

On sort aussi les affaires de la « boîte à grimaces », que l’on place à l’endroit où nous étions assis durant la cérémonie, devant le rideau de lambeaux de tissus. Tous les accessoires ont été faits par les petites mains d’une amie, invitée, mais que la santé a malheureusement empêché de venir. Elle est ainsi un peu avec nous ! Mes amies-fées initient le mouvement, lançant le coup d’envoi des photos-folles !

Comme tu le vois, les désormais classiques boas en plumes, moustaches et bouches ne sont pas de la partie : ils cèdent la place aux barbes, aux fleurs et aux oreilles pointues !

photobooth médiéval fantastique

Crédits photo : David Meyer Photographies

photobooth médiéval fantastique

Crédits photo : David Meyer Photographies

photobooth médiéval fantastique -  les mariés

Crédits photo : David Meyer Photographies

photobooth médiéval fantastique

Crédits photo : David Meyer Photographies

photobooth médiéval fantastique

Crédits photo : David Meyer Photographies

photobooth médiéval fantastique

Crédits photo : David Meyer Photographies

photobooth médiéval fantastique

Crédits photo : David Meyer Photographies

Les métalleux enrubannés et avec une couronne de fleurs… Huhu ! (Ben oui, les métalleux sont parfois des bisounours, faut pas croire. Dans le cas du Lutin, je dirais même plus précisément que c’est toujours un bisounours.)

Puis les gens de l’après-midi commencent à partir.

Et là, qui voilà ? Papa ?! Hé oui, après s’être reposé à la maison, il est revenu. Tout de même, ce n’est pas tous les jours le mariage de sa fille. Il est encore malade et ne veut rien manger, mais il est là. Je le serre très fort dans mes bras et lui dit comme j’étais triste de le croire vraiment parti.

Ouf !

Et toi ? Tu imaginais cuisiner certaines choses au départ, et tu as dû trouver une solution moins stressante et chronophage ? Tu as des astuces pour éviter que les photos de groupe ne prennent des allures de grand bazar ? Tu auras un photobooth avec des accessoires inhabituels ? Raconte !



20 commentaires sur “Mon mariage médiéval : un après-midi animé”

  • Pffffiiiiou je suis jalousssseuh 😛 Je suis complétement fan de ce mariage! Alors pour le coup de l’épée, j’ai pensé apporter le katana de mon mari… (je voulais proposer des répliques d’affiches de films connus pour le Photobooth, comme par exemple Kill Bil l- d’où l’utilité du sabre) mais j’ai eu peur d’un accident avec les enfants et/ou les adultes alcoolisés…
    Les photos sont vraiment supers! Et les tenues!!!! <3! Et le bar a bonbons! Et le fond du Photobooth! Et… bon j'arrete là, ou je vais réécrire l'article entier!! 😀

    • Je suis d’accord avec toi !!! Je n’ai pas osé passer le cap du mariage médiéval, je suis jalouse !!!!!
      Bravo! en tout cas tout avait l’air parfait !

    • 🙂
      Pour l’épée, j’avais peur également pour les enfants… Du coup j’avais posé la condition qu’il l’amène, OK, mais avant et après le moment où il s’en servait (pour les photos ou pour discuter avec des connaisseurs), elle devait aller dans la voiture, hors de question qu’elle soit posée quelque part, à portée de main, dans la salle ou dehors. C’est vrai que ça aurait été cool pour le photobooth mais comme toi, j’aurais eu trop peur (bien qu’elle ne soit pas affutée, y’a de quoi se faire mal !).
      Merci pour tous ces compliments ! ♥

  • Votre mariage médiéval avait l’air génial ! C’est le thème que nous avons retenu également (un peu aussi grâce à tes articles), mais dans un peu plus d’un an, les préparatifs ne font que commencer.
    Félicitations à vous.

    • Oh Ino, savoir que partager mon mariage a pu, même un tout petit peu, encourager des couples hésitants à sauter le pas d’une thématique assez osée, voilà qui me rend toute joyeuse ! 😀
      Après tout, on a rarement l’occasion de faire des fêtes importantes, où des “tenues spéciales” sont de rigueur. Autant faire d’une pierre deux coups et vivre ses rêves par la même occasion ! ^^
      Bons préparatifs à toi. 😉

    • Le terme de “comptoir des sucreries” a été trouvé après un brainstorming… Initialement, c’était écrit “candy bar”, c’est en le voyant imprimé que j’ai bondit que ça n’allait pas du tout-du-tout-du-tout ! 😆 “Bar à bonbons” me chiffonnait aussi, le terme de bar et celui de bonbons étant assez terre-à-terre… Bref, je suis ravie qu’avec les idées d’un peu tout le monde, on en soit arrivés à cette dénomination qui fait vagabonder l’esprit. 🙂 Voilà pour la petite histoire. ^^
      Merci damoiselle Zelda. 😉

      • Oui, le terme de “comptoir des sucreries” colle bien au thème 😉 bon j’ai volontairement occulté le côté moins marrant, ça avait l’air d’être une vraie montagne russe émotionnelle 🙁

    • La structure : deux grosses branches plantées dans un gros pot de sable. Pas forcément la solution la plus stable… Nous n’avons pas de drame, mais j’avoue avoir été moyennement rassurée.
      Le rideau en lui-même, j’avais comme base une branche, et j’ai tout simplement noué (avec des double nœuds) dessus de bandes de tissu que j’avais découpé/déchiré (selon la nature du tissu) et des rubans. J’ai laissé environ 50cm de branche nue de chaque côté, compte tenue de la fixation qui était prévue.

  • Toujours aussi fan de tes articles, tu nous a conforté dans notre envie de faire un beau mariage médiéval… Bon on en est encore à chercher une salle, mais je pioche déjà des idées depuis un moment ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *