Mon mariage mélodieux et convivial : une cérémonie religieuse riche en émotions

Ça y est, tout le monde est dans la boîte et nous sommes parfaitement dans les temps. Nous prenons même le luxe de discuter un peu avec nos invités alors que ceux-ci se dispersent tout doucement pour aller se rafraîchir avant de nous retrouver à l’église.

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions

Crédits photo : Photo personnelle

Une petite retouche « costume » et on est parti !

Il est vrai que nous n’avions donné aucune consigne concernant un éventuel cortège pour nous rendre à l’église car nous n’y tenions pas particulièrement. En fait, j’ai prévu un super cortège pour nous rendre à notre salle… mais chuuut, je m’emballe et ce n’est pas le sujet du jour.

En route pour l’église

C’est toutefois sous les joyeux klaxons de quelques voitures que nous quittons la jolie vallée de mon enfance pour le village où mon Grognon d’Amour a grandi. Notre chauffeur prend son temps, et c’est tant mieux car « décapotable à toute vitesse » et « coiffure de mariée » ne font pas bon ménage. Il fait bon et nous profitons pleinement de ce moment rien qu’à deux… ou presque. Nous saluons avec joie les véhicules que nous croisons et on nous répond de bon cœur avec de grands sourires (nous avons même eu droit à un coup de sirène de gendarmes en moto).

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions

Crédits photo : Photo personnelle

L’arrivée à l’église se fait dans un joyeux bordel (pour changer). Mais pour ce coup c’est complètement indépendant de notre volonté : la cérémonie précédente se finissant avec du retard, les jeunes mariés sont encore sur le perron de l’église avec tous leurs invités et les nôtres, qui du coup attendent, un peu perdus. Mais pas question de s’énerver pour cette broutille, nous en profitons plutôt pour aller joyeusement les féliciter, puis saluer nos invités. Et puis tant pis pour mon entrée surprise dans l’église, je suis heureuse et ce n’est pas ce détail qui me gâchera la journée, je m’étais préparée au fait que ce point logistique échoue.

Notre entrée sur un concerto pour trompette et orgue

Une fois que la foule « inconnue » se soit dissipée, nous demandons à toute notre foule à nous d’aller s’installer dans la fraîcheur de l’église et il ne reste bientôt plus que nous deux et nos parents. C’est alors que les premières notes de trompette retentissent à l’intérieur.

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions

Crédits photo : Photo personnelle

Ça y est, notre grand moment est arrivé, celui qui me fait frissonner quand je regarde des films de filles, celui que je me plais d’imaginer depuis quasiment un an.

Mon Grognon et sa Maman s’avancent, lentement. Puis c’est au tour de Maman Myrtille et Papa Grognon de remonter l’allée, tout sourire. Il ne reste alors que mon Papa et moi sur le perron de l’église. On se regarde, et il n’a pas besoin de dire quoi que ce soit, je vois la fierté dans son regard, et après un très classe « Bon ben quand faut y aller, faut y aller » (mais où est passée la princesse qui sommeille en moi ?) et nous nous engageons dans l’allée centrale de l’église. Tous les regards sont dirigés vers moi, je frissonne. Le concerto pour trompette picolo et orgue, magnifiquement interprété par le frère de mon Grognon, est poignant. Et mon cœur s’emballe de plus belle lorsque j’aperçois regard de mon bien-aimé qui m’attend au pied de l’autel.

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Après un mot d’entrée de notre prêtre, Tatami se rend au lutrin pour déclamer la première lecture. Nous avons choisi la Première lettre de Saint-Paul Apôtre aux Corinthiens (Co 12,31 – 13,18a). En voici un extrait :

« L’amour prend patience l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. »

C’est peut-être un grand classique des mariages mais nous n’imaginions pas d’autre texte car nous aimons particulièrement cette définition de l’amour, belle et juste.

Petit couac à l’horizon !

Puis c’est le moment du psaume. Plutôt que d’un psaume chanté, nous nous étions mis d’accord avec notre officiant pour un morceau de musique sur lequel nous puissions nous recueillir. Nous avions donc demandé à Miss Marimba, marimbiste d’exception, de jouer un morceau… de Marimba bien sûr. Il s’agit là d’un très grand clavier frappé aux touches de bois. Le son qui en sort est doux et envoûtant et se prête particulièrement bien à l’acoustique d’une église.

Mais cette dernière n’est pas là. Titi, son mari et témoin de mon Grognon, nous souffle discrètement qu’elle est partie récupérer les partitions qu’elle a oubliées et qu’elle devrait arriver d’une minute à l’autre. L’angoisse totale ! Notre prêtre rebondit immédiatement, et attrape sa guitare pour proposer aux enfants qui le voulaient de s’avancer pour chanter. Ils en furent ravis et ce fut un très beau moment, du moins pour nos invités parce que nous, nous n’étions vraiment pas sereins. Mais que fait-elle ? Surtout qu’elle soit prudente sur la route !

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions

Crédits photo : Photo personnelle

Tu la vois la tension dans le regard des mariés ?

Finalement Miss Marimba arrive ‘comme une fleur’ et après ces interminables minutes d’angoisse, nous offre un magnifique moment d’émotion. J’en suis complètement retournée et je pense que je ne suis pas la seule car il règne dans l’église un silence incroyable, nos invités sont accrochés à chacune des notes qui s’envolent de son superbe instrument.

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

S’en suit la lecture de l’Évangile de Jésus Christ selon Saint-Luc (6, 32-38) dont voici également un extrait.

« […] aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. […] Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. »

Ce texte nous touchait particulièrement car il aborde les thèmes du pardon, de la générosité de l’ouverture d’esprit et du don de soi. L’homélie que notre prêtre nous déclame ensuite est magnifique et tout du long il compare notre vie à deux à la composition d’une symphonie. Il cite également Alfred D. Souza et ce texte que je trouve tellement vrai qui dit que « Le Bonheur est le voyage, et non la destination. »

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Le moment de dire oui !

Et puis vient le moment tant attendu de l’échange des consentements. M. le Curé appelle donc nos témoins à nous rejoindre. Mon frère arrive rapidement, mais pas de Titi à l’horizon. Mais que fait-il ? Il cherche aussi sa partition ? Ah ben non… Le voilà qui vient, il avait juste oublié qu’il était le témoin : fou rire général.

Nous échangeons nos consentements et nos alliances (Youpi !! J’ai enfin ma nouvelle bague !).

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Le bisou sous le regard protecteur de nos témoins

C’est ensuite notre trio d’amis percussionnistes qui se mettent en place pour nous interpréter le canon de Pachelbel au marimba, vibraphone et percussions durant l’offertoire. Encore une fois, j’ai les poils qui se hérissent et les larmes qui me montent aux yeux sous l’effet de cette mélodie envoûtante (mais pourquoi je n’ai pas pris de mouchoir ?). Et nous enchaînons avec la communion au son d’un nouveau concerto pour trompette et orgue.

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Et notre messe se termine tout doucement. Nous rejoignons l’autel pour signer les registres et nous nous apprêtons à sortir et là, nous remarquons que du monde qui s’agite autours de nous : des pupitres se montent et des instruments sortent de nul part.

Comme tu l’as maintenant compris, nous sommes tous deux issus de familles de musiciens, et en rassemblant les musiciens provenant de nos deux côtés il y a assez de variétés d’instruments pour faire un petit orchestre d’une dizaine de personnes. Et bien sûr ceux-ci ont voulu nous surprendre en nous jouant une pièce que j’affectionne tout particulièrement : Ave Maria No Morro. À ce moment-là, nous sommes hors du temps. C’est totalement magique de voir que nos deux familles se sont réunies pour nous jouer cette pièce.

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

En y réfléchissant bien, c’était impossible qu’ils ne jouent pas pendant notre cérémonie et rien que d’avoir à me replonger dans ce souvenir, je ressens à nouveau cette émotion me transpercer, mes poils se hérissent et ma gorge s’assèche…

Enfin, Miss Marimba et Titi entament la marche nuptiale de Felix Mendelssohn au marimba et vibraphone, ce qui sonne la fin officielle de notre messe. Après avoir profité de quelques instants de ce superbe morceau qu’ils ont arrangé rien que pour nous, nous nous prenons la main pour effectuer nos premiers pas en tant qu’époux et affronter la foule qui nous attend à l’extérieur.

Ma cérémonie religieuse en musique et en émotions // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Au final nous avons eu une superbe messe remplie d’émotions et de beaux moments. Mais je t’avoue que par dessus toutes ces émotions positives, j’ai ressenti une crainte croissante au fil du temps, celle que nos invités s’impatientent et trouvent notre célébration trop longue à cause des nombreuses interventions musicales. Mais tous les retours ont été positifs (les autres se tairont à jamais), nos invités n’auraient donc pas vu le temps passer. OUF !

Et toi ? Feras-tu contribuer tes proches pour animer ta cérémonie religieuse ? Dis-moi tout !

Après 7 années d’aventures fabuleuses j’ai eu le bonheur de dire oui pour la vie à mon Grognon d'amour en Septembre 2016. C'est la musique qui nous a réunis, et c'est donc tout en musique que nous avons célébré notre mariage dans notre beau vignoble Alsacien. Une jolie fête conviviale surfant légèrement sur la vague rétro-champêtre, plein de DIY et tout nos proches pour partager notre bonheur. Ayant trouvé une tonne d’inspiration grâce à toutes mes ''grandes sœurs'' chroniqueuses c’est avec beaucoup de plaisir que je vais pouvoir à mon tour partager mes trucs et astuces mais aussi mes doutes et questions existentielles.

Commentaires

  • Avatar
    Mademoiselle Néfertiti
    Répondre
    19 juillet 2017

    Je ne suis pas trop branchée cérémonie religieuse (nous aurons une cérémonie laïque) mais la tienne avait l’air vraiment chouette avec ces concerts en live qui en plus étaient interprétés par vos proches cela devait être tellement beaux et émouvants!

  • Avatar
    Madame Croisé
    Répondre
    19 juillet 2017

    Lire votre cérémonie me replonge dans la notre, et à bientôt 6 mois de notre mariage (vendredi <3 ) ça me fait toute chose. merci!

  • Avatar
    Little Parisienne
    Répondre
    19 juillet 2017

    J’ai les larmes aux yeux en lisant ton texte, quel magnifique moment!

  • Avatar
    Marie
    Répondre
    19 juillet 2017

    Une de mes craintes est aussi que nos invités trouvent le temps long durant la cérémonie, surtout pour ceux « non portés » sur la religion. Mais quand je lis ton récit (qui m’a mis la larme à l’œil 😉) je me dis que quand c’est préparé avec autant d’amour et de bienveillance, l’assemblée le ressent et ne peut que partager ça avec nous, qu’ils y croient ou non. Merci encore pour ce beau témoignage 😘

  • Avatar
    Mademoiselle Biche
    Répondre
    19 juillet 2017

    Toutes ces intermèdes musicaux devaient être splendides et ont rendu unique votre cérémonie de mariage : mes poils m’ont pas manqué de se dresser au cours de ma lecture de ton billet !!

  • Avatar
    Mademoiselle Piglou
    Répondre
    19 juillet 2017

    Eh beh quelle cérémonie! Ça avait l’air vraiment magnifique avec tous ces intermèdes musicaux. La cérémonie religieuse est ma plus grande crainte, j’ai peur que ce soit trop long et que les gens s’ennuient. Une amie proche va chanter tout au long de la cérémonie, ça me rassure un peu. Ton récit est très émouvant en tout cas

  • Avatar
    Madame Chihuahua
    Répondre
    20 juillet 2017

    Haha j’adore la photo où vous avez tous les deux un regard mi inquiet-mi assassin 😉 En tout cas les photos sont super, et vous avez la chance d’avoir une église sublime !!

  • Avatar
    Madame Loup
    Répondre
    20 juillet 2017

    Moi aussi j’ai les poils qui se sont dressés ! Ca donne vraiment envie d’être une petite souris pour voir ça (et c’est vrai que moi non plus comme Mademoiselle Néfertiti je ne suis pas trop branchée cérémonie religieuse, mais je sens que j’aurais assisté à la vôtre avec plaisir et beaucoup d’émotions ! Ca avait l’air si beau ces intermèdes musicaux ! (et désolée mais je me marre aussi pour la photo regards en détresse…heureusement elle a finit par arriver ! ^^)

  • Avatar
    Madame Peach
    Répondre
    21 juillet 2017

    Comme Mme Loup, j’aurais aimé être une petite souris pour assister à votre cérémonie, ça avait l’air joyeux et tendre à la fois <3 et puis avec tous ces instruments, ça a du donner une dimension vraiment particulière, ça devait être tellement bien !

Poster une réponse