Mon mariage mélodieux et convivial : se trouver sous le feu des projecteurs

Après t’avoir montré nos photos de couple (ici et ici), j’ai eu envie de faire une petite pause dans le récit de cette folle journée pour te parler de mon ressenti face à l’objectif et face à ce qui est aujourd’hui, pour beaucoup d’entre nous, une évidence : avoir un photographe professionnel à son mariage.

Comme je te le disais dans mes précédentes chroniques, avant la célébration de notre mariage, je n’avais jamais eu d’expérience photographique. Enfin si, mais j’ai plutôt tendance me trouver derrière l’objectif. Peut-être une manière d’y échapper ? Quoi qu’il en soit, une chose est sûre, c’est que je ne me trouve pas photogénique pour un sou et que je déteste me voir sur les photos parce que je ne vois que mes défauts. Et à la seconde où mon sixième sens m’indique qu’un objectif se braque sur moi, je me mets en mode automatique  « Tiens-toi droite !», « Ne souris pas bêtement ! », « Mais c’est quoi cette coiffure ?! », « Rentre ton ventre ! »…

Prendre un photographe pro pour son mariage, oui ou non ?

Crédits photo (creative commons) : Pixabay

De manière générale je crois que je ne m’en sors pas trop mal pour éviter les photos intempestives, mais je savais très bien que pour cette journée si spéciale, il serait impossible d’y couper. Alors quitte à être la star du jour, pourquoi ne pas recruter un (ou une) professionnel(le) pour immortaliser notre journée ?

Engager un pro ? Une évidence contestable

Autant le choix de la personne qui immortalisa notre union fut rapide, autant le choix d’engager ou non notre photographe ne fut pas aussi trivial.

Pour ma part, j’avais déjà mis un très gros orteil dans la weddingsphere, et en future Bride faible et influençable que j’étais, il n’en fallu pas beaucoup pour me convaincre. Le Grognon, quant à lui, n’en voyait absolument pas l’utilité.

Son argument numéro un : le prix.

C’est vrai que les tarifs rebutent rapidement. Lorsque nous avons commencé à regarder, il y a un an et demi, c’est-à-dire à l’automne 2015 (que le temps passe vite !), la fourchette des prix s’étendait de 1000€, pour une « petite » prestation de quelques heures ne couvrant pas toute la journée, à 3000€ (ou plus) pour un reportage complet avec parfois en plus, une séance d’engagement et/ou une séance day-after.

Attention, loin de moi l’idée de discuter des tarifs des photographes. Chacun de nous a un rapport aux photos différents justifiant le budget que tu souhaites y attribuer. Il faut savoir qu’au début de nos préparatifs nous prévoyions un budget de 10000€. Dans ce contexte, consacrer le tiers de notre budget au photographe était carrément impensable. Surtout qu’en tant qu’épicuriens nous étions d’accord dès le départ pour mettre l’accent sur le traiteur.

Son argument numéro deux : la sincérité des moments.

Et justement, un peu dans la logique de Mme Waka-Waka, le Grognon trouvait que l’important était d’immortaliser des moments de manière à nous rappeler plus tard des sensations, des odeurs, des sentiments, des sourires… et non d’avoir des photos vides d’émotions mais techniquement parfaites. Donc pourquoi donner plus d’un mois de salaire à quelqu’un alors que des photos amateurs feraient tout aussi bien le travail, dans la mesure où l’on n’apporte pas tant d’importance à la technique.

Et encore une fois je rejoignais son avis, les photos servent à capturer des tranches de vie dans toute leur sincérité. Il était hors de question d’avoir à faire semblant d’éclater de rire pour qu’une photo paraisse spontanée. Mais j’avais tout de même envie d’engager un(e) photographe.

Mon argument numéro un : je ne voulais pas avoir à donner l’entière responsabilité des photos à l’un ou l’autre de nos proches même si certains d’entre eux se débrouillent très bien. N’oublions pas que toute notre fête repose sur la convivialité, il serait injuste que nos photographes amateurs ne puissent pas en profiter sous le coup du stress de ne rien vouloir rater.

Mon argument numéro deux, plus futile j’en conviens : je n’aurai certainement plus jamais l’occasion de louer les services d’un professionnel de la photo dans ma vie et surtout je ne serai certainement plus jamais aussi à mon avantage que le jour de mon mariage (vaut également pour le Grognon d’ailleurs) alors pourquoi ne pas en profiter pour tenter l’expérience, même si de premier abord cela me fait un peu peur ?

Et à force de discussions, j’ai réussi à convaincre mon Grognon de passer le pas d’un studio pour une seule et unique rencontre. (YES !!!)

Néanmoins, pour couper la poire en deux (il parait qu’un mariage est fait de compromis…), nous n’aurons qu’une « petite » prestation.

Le choix de notre photographe

Mon Grognon d’amour m’ayant laissé carte blanche, c’est bibi qui se colle à la recherche de notre photographe.

Pour des raisons économiques et surtout écologiques, j’ai d’office restreint mes recherches aux professionnels de la région et, en Alsace, il y en a déjà beaucoup. Ensuite j’ai simplement regardé les styles de leurs photos.

Je cherchais des clichés lumineux et pleins de pep’s, de l’originalité dans les poses et le tout accompagné de sentiments sincères. J’ai donc pris contact par mail (distance oblige) avec les différents candidats pour connaître leurs tarifs, savoir s’ils étaient encore disponibles à notre date et pour avoir un premier feeling. Je sais qu’il est difficile de juger quelqu’un par le simple biais d’un e-mail, mais habitant à 500km je n’avais pas le temps d’en rencontrer douze, surtout que mon Grognon n’était pas encore 100% convaincu et qu’il avait très certainement accepté de rencontrer un(e) photographe pour que je me taise enfin par amour pour moi. Bref, je savais que je ne le trainerais pas à plus d’un rendez-vous : je n’avais pour ainsi dire, pas le droit à l’erreur.

Après avoir éliminé ceux dont les tarifs étaient trop élevés, ceux qui ne se donnent même pas la peine d’écrire deux phrases dans leur réponse et ceux qui n’étaient plus disponibles, il me restait deux finalistes.

Et là, j’ai un peu honte de le dire, mais j’ai investigué via Facebook et je me suis rendue compte que j’avais plusieurs contacts en commun avec l’une des deux. Tu sais maintenant que j’ai besoin de connaître les gens pour leur faire confiance, et de savoir qu’elle avait déjà photographié des amies me rassurait beaucoup. Et j’ai donc choisi de traîner mon Grognon chez Valentine Poulain. Tu peux d’ailleurs voir sur son blog que les photos de sa dernière saison de mariages correspondent tout à fait à ce que je recherchais.

Lors d’un weekend en Alsace, nous avons rencontré un petit bout de femme au sourire inlassable et avec une pêche d’enfer qui a su tout de suite nous mettre à l’aise. Son plus ? Un petit forfait de cinq heures de présence accessible aux bourses plus modestes, et parfait pour notre compromis « ok pour un pro, mais pas trop quand même ».

Ça peut paraître un peu court de prime abord, mais ce timing s’accordait en fait très bien avec notre planning : ces cinq heures couvraient notre découverte, une séance photo de couple, nos deux cérémonies et le début de notre vin d’honneur. Et grâce à un coup du destin notre retard sur le planning, j’ai même eu quelques clichés de mes préparatifs. Il ne manquait finalement que la couverture de notre soirée, et ce sont nos amis qui s’en sont chargés avec plaisir.

Et voilà une affaire rondement menée !

« Fais l’amour à la caméra »

Côté pratique, j’ai plutôt bien vécu cette expérience sous le feu des projecteurs.

Même si au moment où Valentine est arrivée je n’en menais pas large. Quoi ??! Déjà !! Mais mon Amoureux va arriver et je ne suis pas prêêêêête !! (Mon Amoureux et Valentine étaient sensés arriver au même moment.)

Alors j’étais un peu partagée entre le stress de ce petit retard et la joie de pouvoir avoir de jolis clichés de mes préparatifs. Encore faut-il ne pas être trop gourde pour réussir à mettre ses boucles d’oreille de manière gracieuse et distinguée. Parce qu’en fait je tremblais comme une feuille et je n’arrivais pas à m’arrêter de rire bêtement.

Allez, on se calme et on descend pour finir de se préparer, tête haute, dos bien droit. Sois digne ! *Mode reine d’Angleterre ON* (ATTENTION ne pas se prendre les pieds dans sa robe, je répète, regarde où tu mets les pieds !)

Prendre un photographe pro pour son mariage, oui ou non ?

Crédits photo : Photo personnelle

Je n’ai pas trouvé qu’il était simple de se retrouver d’une seconde à l’autre sous les feux des projecteurs. En y réfléchissant bien, ce n’est pas tant la présence de Valentine qui m’a gênée, mais plutôt toutes les paires d’yeux qui se trouvaient braquées sur moi de derrière son épaule. Il ne s’agissait bien sûr que de curieux aux regards bienveillants, mais je ne saurai trop te conseiller de commencer à travailler avec ton photographe en toute intimité.

Je pense que mon Grognon n’était pas plus à l’aise que moi et comme nous ne sommes pas du genre à nous bécoter en public de manière générale, devoir se faire des câlins face à un objectif n’était pas très agréable, même s’il en résulte ma photo préférée de nos séances de couple.

Et quel ne fut pas notre soulagement lorsque Valentine nous proposa de nous retirer en forêt pour prendre quelques photos bien au calme. Je pense qu’elle avait bien saisi notre manque d’assurance et de pouvoir passer cette petite demi-heure juste entre nous, m’a permis de relâcher la pression et d’assimiler la présence de Valentine pour le reste de la journée, car il est vrai qu’une fois arrivée à la mairie, je ne l’ai plus vue. Non pas qu’elle soit partie (tu en auras la preuve en image dès ma prochaine chronique), mais elle était tellement discrète que, dans la folie de cette journée, je n’ai plus fait attention à sa présence. Autant dire que c’est tout ce que j’attendais de notre prestation.

Cerise sur le gâteau : nous avons reçu nos photos quelques jours à peine après notre mariage !

Alors autant te dire que ni le Grognon ni moi n’avons regretté d’avoir fait appel à une photographe professionnelle pour nous aider à nous souvenir de notre mariage. Valentine est l’une de nos prestataires coup de cœur. D’ailleurs, nous avons pris goût aux jolies photos et nous projetons de retenter l’expérience dans le futur… Mais ça c’est encore une autre histoire !

Et toi ? As-tu aussi hésité à recruter un photographe professionnel pour ton mariage ? As-tu aussi dû convaincre ton fiancé ? Et finalement, comment as-tu vécu cette journée sous les feux des projecteurs ?


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



4 commentaires sur “Mon mariage mélodieux et convivial : se trouver sous le feu des projecteurs”

  • C’est vrai que ce n’est pas toujours évident de se retrouver sous les feux des projecteurs le jour J. Je suis comme toi : grosse tendance à la crispation quand je sens un objectif braqué sur moi, et grande capacité à ne voir que les défauts et à ne pas m’aimer en photos ! D’ailleurs, devoir illustrer nos chroniques de photos est une sacrée thérapie pour moi ! 😉

    En tout cas, je me répète mais vous êtes rayonnants sur vos photos et votre photographe a su parfaitement retranscrire la joie et l’amour que vous dégagez <3

  • Engager un pro a toujours été une évidence pour nous. Et vu le rendu des photos de nos invités (floues, pas cadrées, sans intérêt… et ce même pour ceux réputés « bons photographes »), nous n’avons jamais regretté ce choix !

    J’aime beaucoup les photos de ta photographe qui sont très lumineuses et colorées. Par contre, j’avoue qu’il y a trop de photos « posées » ou « préparées » pour moi. Pas dans les vôtres qui font naturelles, mais sur son blog on voit des exemples qui me paraissent presque artificiels (trop « blog de mariage » en fait). C’est très beau mais ce n’est pas du tout ce qu’on recherchait pour notre part ! Mais les goûts et les couleurs ça ne se commande pas.

    J’ai aussi pris contact par mail. Et c’est vrai qu’on sent si le feeling passe ou pas. Le premier à m’avoir répondu avait un ton très posé, prenant le temps d’expliquer les choses. C’est lui que nous avons choisi et ça a été notre plus gros coup de coeur. Dans son forfait était inclus une séance d’engagement qui a permis de créer une vraie relation avec lui, de se détendre. On adore sa manière de travailler, avec cette impression qu’il n’est pas là alors qu’il est très présent. Je conseille à toutes les futures mariées qui le peuvent de faire cette séance, c’est un moment magique. On n’a pas du tout l’impression de poser, les photos sont prises sur le vif. Nos invités l’ont adoré et attendent ses photos avec impatience du coup !

    Quant à nous, ça a été une telle rencontre qu’on a décidé de le faire travailler de nouveau rapidement pour une séance photo « famille » avec mon mari tout neuf et sa fille !

    • Merci beaucoup pour ton message.
      C’est vrai que les photos d’invités ne sont pas toujours bien cadrées, trop sombres ou sur-exposées, peut-être aussi parfois floues, mais d’un autre côté elles permettent aussi de capter certains moments inédits et tu verras dans la suite de mes chroniques qu’il peut y avoir du lourd et que c’est parfois tellement drôle qu’on n’en oublie la technique. Je pense qu’on a d’ailleurs tendance à plus se lâcher devant l’objectif d’un « ami » que devant celui d’un pro, parce que justement il n’y a pas de risque de « gâcher » un cliché.
      Pour ce qui est du blog de Valentine, je suis d’accord avec toi, il y a essentiellement des photos posées puisqu’il s’agit très souvent des photos de la séance de couples, et que par définition elles sont posées.
      Et tu as tout à fait raison, si c’était à refaire et à condition d’avoir le budget pour, je choisirais de faire une séance d’engagement pour créer ce lien dont tu parles. En tout cas je le conseille aussi aux futurs époux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *