Mon mariage mélodieux et convivial : une messe et des petites déceptions

La fois dernière, je t’ai décrit notre cérémonie de mariage religieux telle que je l’ai vécue, dans l’euphorie du moment. Pleine d’émotions, de musique, d’amour… Mais dans les jours, semaines, mois qui suivirent j’ai eu comme une amertume qui s’est installée à ce sujet.

C’est d’ailleurs un sentiment qui me fait un peu culpabiliser car nos invités nous félicitent encore aujourd’hui pour cette superbe messe, alors je devrais être heureuse et m’arrêter là. Mais non, il y a quelque chose qui me « turlupine » et je pense que j’ai aujourd’hui besoin de t’en parler. Peut-être plus pour moi que pour toi.

Les déceptions de la préparation de mon mariage à l'Eglise // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Donc lorsque nous nous sommes fiancés, nous n’avons pas réfléchi de midi à quatorze heures, nous étions tout de suite d’accord, avec mon Grognon, pour nous unir devant Dieu. Certes, aujourd’hui nous ne sommes peut-être pas les chrétiens les plus fervents, mais nous avons tous les deux reçu une éducation catholique et nos premiers sacrements. Et je ne sais pas bien expliquer pourquoi (peut-être parce que j’ai été pratiquante durant toute ma jeunesse ?), je pense que ne me serai pas sentie « mariée » en ayant opté pour un autre type de cérémonie.

Nous avions donc choisi de célébrer notre mariage dans la paroisse de mon Grognon car le prêtre qui y officiait était réputé pour être ouvert d’esprit. Et l’ouverture d’esprit c’était justement ce qu’il me fallait pour préparer notre mariage au sein d’une Église dont je m’étais un peu éloignée de la pensée ces dernières années.

Malheureusement, notre curé était également extrêmement occupé par les nombreuses paroisses dont il était responsable et les trois rendez-vous que nous avons eu avec lui furent essentiellement dédiés à régler la logistique de notre événement.

  • Le premier pour valider la date ainsi que l’horaire, le format de la cérémonie (messe ou bénédiction) et nous donner notre fascicule de préparation.
  • Le second pour remettre notre lettre d’intention, nos choix de lecture et pour proposer et valider les différentes interventions musicales que nous souhaitions.
  • Et enfin la dernière pour remettre notre don à la paroisse et pour valider ensemble le programme que je m’apprêtais à éditer.

En fait, je m’attendais plutôt à une préparation telle que Mme Salade de Fruits nous l’avait joliment raconté (ici et ici) avec une vraie réflexion sur l’amour, la vie de couple, la communication et le rôle de l’Église dans tout ça…

J’ai d’ailleurs eu les yeux qui « piquent » en découvrant certaines lectures proposées aux futurs époux, sûrement mon côté féministe qui a du mal avec le concept de la femme, soumise à son mari, qui s’occupe de la maison alors que celui-ci part à l’aventure. Je vois encore mon Grognon d’amour assis à la table de la cuisine, en train de lire le fameux livret avec un air grave, levant les yeux vers moi « Je crois que tu ne vas pas aimer ça ». C’est qu’il me connaît bien ce Grognon…

Certes, les textes bibliques sont des textes antiques qui ne doivent pas être pris au premier degré, mais plutôt étudiés et interprétés. Et justement j’aurai eu besoin d’en discuter avec notre prêtre, j’aurai eu besoin qu’il me rassure quant aux valeurs actuelles de l’Église pour que je puisse y reconnaître notre couple et nos valeurs.

Lorsque j’ai voulu aborder le sujet, au moment de notre second rendez-vous, nous avons malheureusement été coupés par un appel téléphonique à la suite duquel nous avons dû abréger notre entrevue à cause d’un imprévu concernant des funérailles prévues pour le lendemain.

Ces rendez-vous étaient expédiés en vitesse, au point que je n’avais pas le temps de prendre note correctement de tous les détails. J’ai d’ailleurs eu beaucoup de mal à éditer nos livrets de messe, n’étant pas certaine du déroulement de la cérémonie et des moments de nos différentes interventions musicales. D’ailleurs ni le Grognon, ni moi n’avions percuté sur le fait que nous devions connaître par cœur l’échange de nos consentements (c’est bête hein, mais en même temps, quand ton dernier mariage remonte à plus de 10 ans en arrière, si on te le dit pas, tu ne vas pas l’inventer). Du coup, nous nous sommes retrouvés comme deux idiots ne sachant que faire ou que dire le moment venu. Bien sur notre prêtre a rapidement réagi et il nous a soufflé notre texte et nos invités ont bien ri, mettant ce « blanc » sur le compte de l’émotion. OUF ! L’honneur fut sauf !

Après coup, en y réfléchissant, je me dis que j’aurai peut-être dû insister auprès de notre prêtre. J’avais commencé à lui écrire un mail et je me suis résignée avant de lui envoyer. J’avais bien compris qu’il était débordé et je ne voulais pas le déranger. Et puis j’avais la tête dans le guidon, à fond dans les DIY, et puis nous devions caser nos rendez-vous de préparation lors de nos weekends en Alsace toujours chargés, et surtout, je crois que contrairement à moi ça ne semblait pas déranger le Grognon outre mesure.

Les déceptions de la préparation de mon mariage à l'Eglise // Photo : Valentine Poulain

Crédits photo : Valentine Poulain

Mais au final ça ne m’a pas empêché de vivre pleinement notre cérémonie. Les lectures que nous avons choisies nous correspondaient et l’homélie de notre Prêtre était belle et juste. Celui-ci nous en ayant offert une copie, j’ai la chance de pouvoir terminer ce billet en en partageant un extrait :

« Pour vous aider à faire de votre mariage un chef d’œuvre, je vous suggère l’idée d’une magnifique composition musicale : la symphonie conjugale qu’il faudra étudier, travailler au quotidien ; une symphonie à jouer en matinée, en soirée ou en nocturne, été comme hiver. […] À première vue, il semble que cela soit facile car, au fond, la gamme ne comporte que 8 notes. Mais de ces 8 notes, on peut tirer une infinité de mélodies en variant le rythme, la mesure, les timbres ; à jouer en plein jeu ou en douceur, en majeur ou en mineur, avec des accords parfaits ou dissonants. D’ailleurs ces dissonances, où les notes semblent mal s’accorder parce qu’elles se frottent et se heurtent, enrichissent d’autant plus une composition, lui donnant piquant et originalité. Oui, essayez de faire de votre vie une symphonie ! »

Et toi ? Comment as-tu vécu la préparation religieuse de ton mariage ? As-tu trouvé des réponses à toutes tes questions ? Dis-moi tout !

Après 7 années d’aventures fabuleuses j’ai eu le bonheur de dire oui pour la vie à mon Grognon d'amour en Septembre 2016. C'est la musique qui nous a réunis, et c'est donc tout en musique que nous avons célébré notre mariage dans notre beau vignoble Alsacien. Une jolie fête conviviale surfant légèrement sur la vague rétro-champêtre, plein de DIY et tout nos proches pour partager notre bonheur. Ayant trouvé une tonne d’inspiration grâce à toutes mes ''grandes sœurs'' chroniqueuses c’est avec beaucoup de plaisir que je vais pouvoir à mon tour partager mes trucs et astuces mais aussi mes doutes et questions existentielles.

Commentaires

  • Avatar
    Lily
    Répondre
    31 juillet 2017

    Ah, c’est dommage ce que tu racontes… Il est vrai que les prêtres sont débordés, mais souvent ils confient les préparations au mariage à des couples de paroissiens, ce qui permet d’aborder tous les sujets ! Il faut le suggérer à cette paroisse 😉
    L’homélie est très belle en tout cas.
    Avec mon mari on avait fait, en plus de la préparation avec le prêtre, une préparation sur un week-end comme il en existe plein dans diverses structures religieuses (monastères…). C’était génial : sur un weekend, avec pleins d’autres couples, on alterne les moment de discussion collective et les moments de réflexion à deux sur des sujets bien précis, et quelques moments de prière bien entendu… On était revenus de ce week-end gonflés à bloc, amoureux et confiants.
    Je t’en parle car des retraites de ce type sont également proposées pour les couples de jeunes mariés. Tu pourrais vraiment y trouver un apaisement et les réponses à tes questions sur le mariage chrétien aujourd’hui. 🙂

  • Avatar
    Mademoiselle Solène
    Répondre
    31 juillet 2017

    Je suis assez d’accord avec toi, même si notre prêtre nous a tout de même parler des sujets « de couples », nos rendez-vous ont beaucoup servis à la logistique et c’est très dommage.
    Nous avons cependant eu le temps de discuter, comme l’a dit Lily, lors des échanges avec les autres couples, et comme toi j’ai été très surprise de certaines lectures qui effectivement semblaient plus établir une relation de soumission de la femme à l’homme. Alors certes, c’était un autre temps, mais j’avoue ne pas comprendre pourquoi ces textes continuent à être proposés…
    Pour ton homélie, cet extrait est magnifique et très bien tourné, c’est très bien écrit et très poétique… J’aime beaucoup !

    • Avatar
      Julie
      Répondre
      31 juillet 2017

      pourquoi ils continuent à être proposés? Et bien je sais pas… peut être parce que ce sont des textes de la Bible 😉
      Plus sérieusement, ces textes ont besoin d’exégèse: en gros quand il est dit que la femme se soumet à son mari, c’est aussi une allégorie: l’Eglise est l’épouse, le mari, c’est le Christ. Donc en fait autant homme que femme se soumettent au Seigneur, pas dans le sens de devenir un esclave, mais dans le sens d’accepter sa volonté. Ce sont des textes difficiles à comprendre à une époque où l’ego est présenté comme la valeur officielle, mais très beaux, parce qu’en réalité ils nous disent qu’on est appelé à se donner aux autres, et pas à se servir à notre convenance.
      De toute façon on n’est pas obligé de choisir uniquement ce qu’il y a dans le livret, la Bible c’est quand même un bouquin bien épais, il y a le choix.

  • Avatar
    Madeleine
    Répondre
    31 juillet 2017

    Nous avions fait notre we de préparation au mariage catholique avec l association « à deux pour la vie ».
    http://www.adeuxpourlavie.com/
    Le prêtre qui nous a marié nous avait vu 3 fois comme vous mais il nous avait dit que ce n était pas suffisant et qu un we de ce type lui semblait quasi obligatoire pour vivre pleinement le sacrement de mariage. Il avait raison, c était vraiment bien, riche, joyeux. On a parlé de Dieu, il y a eu des moments de recueillement et de prière, qui nous ont aidé à préparer notre cérémonie mais surtout, on a aussi réfléchi sur l engagement qu on prenait à long terme! Mon mari, qui n est pas catholique, a trouvé ça très ouvert.
    De beaux moments de partage avec d autres couples, sans jugements.
    D ailleurs comme la partie la plus importante de ce type de we est du partage d expérience avec des couples plus « expérimentés », je me demande si Mlle Dentelle ne devrait pas organiser des we de préparation au mariage mais laïque bien sûr avec une dizaine voire plus de couples.
    J imagine ça comme ca: deux heures sur la cérémonie ( civile, laïque, religieux), puis le reste sur pourquoi le mariage (vision plus philosophique!), le couple, ses joies, ses difficultés, sa routine, les enfants (ou pas), la place de la sexualité, la place des beaux-parents 😉, les moments de doute, le pardon ou pas, l argent, etc.
    Une intervention par un notaire sur les contrats de mariage et sur la gestion de l argent dans le couple serait pas mal aussi. (J ai eu ça par notre notaire: 2h de réflexion sur comment gérer tout ça, c’ était génial et très aidant pour la suite)
    Sinon, effectivement il existe aussi des choses pour jeunes mariés ( ou moins jeunes!) toujours dans un esprit catholique (et pas fermé: les non-catho sont bienvenus et personne n essaiera de les convertir!!😇)
    Par exemple le parcours alpha couple, ça se trouve facilement sur internet.

  • Avatar
    Madame Viking
    Répondre
    31 juillet 2017

    Je comprends ta frustration à ce sujet, j’avais un peu cette crainte des textes sexistes aussi lorsque nous avons décidé de nous marier à l’église, mais heureusement la société suédoise, y compris l’église, est plus avancée en matière de parité (et puis nous avons été mariés par une femme!).
    En tous cas cet extrait de l’homélie est vraiment magnifique, et ce qui compte le plus c’est que la cérémonie dans l’ensemble ait été un beau moment, et si j’en crois vos expressions sur les photos, ça a été le cas!

    • Avatar
      Julie
      Répondre
      1 août 2017

      En l’occurrence les textes sont exclusivement issus de la Bible, ce sont pas des créations contemporaine fabriquées en fonction des changements de société.
      Le fait que tu étais mariée à l’église par une femme, c’est pas parce que c’est la Suède mais parce que tu t’es mariée à l’église luthérienne, en France aussi il y a des femmes pasteur! Les protestants basent leur foi sur la Bible, même plus que les catholiques 🙂

  • Avatar
    Madame Peach
    Répondre
    31 juillet 2017

    J’ai eu la même réaction à la lecture des textes bibliques que je trouvais vraiment d’un autre temps… Nous en avons écartés peut-être 80% d’office rien qu’à cause de ça. Et si notre journée de prépration avec d’autres couples a été vraiment enrichissante, les rdv avec notre prêtre ont également été très expéditifs et j’ai eu du mal á éditer nous livrets, comme toi… A l’arrivée, j’ai eu une sensation de « trop vite », j’avais l’impression qu’on n’avait pas tout donné dans cette messe, qu’on s’y était pris trop tard et qu’on avait bâclé certaines choses, choisies trop à l’arrache (notamment les chants)… On a quand même eu une messe d’1h30 et je pense sincèrement que c’est trop long même si nos invités ne nous ont fait que des jolis retours… Alors je comprends totalement ton tiraillement entre petite déception intérieure et membre tout euphorie de l’instant que tu as vécu !

    En tout cas, c’était une magnifique homélie, parfaitement écrire pour les deux musiciens que vous êtes <3

    • Avatar
      Madame Peach
      Répondre
      31 juillet 2017

      Il faut vraiment que je me relise moins vite quand je poste un commentaire… Depuis que j’ai changé de téléphone il y a quelques mois, le correcteur fait vraiment des trucs bizarres 😂

  • Avatar
    Julie
    Répondre
    31 juillet 2017

    En fait si je comprends bien vous n’avez pas eu de préparation au mariage, à proprement parler? Juste rencontré le prêtre rapidement pour mettre en place la cérémonie? C’est bizarre!
    C’est vrai que les prêtres sont extrêmement occupés et malheureusement peu disponibles à notre époque, souvent 1 curé est en charge d’une paroisse de cinq, dix communes… Vous n’avez pas eu de préparation avec des laïcs?
    Nous avons participé à deux journées de préparation avec des couples mariés: passionnant, puisque ces couples ont leur vécu, une approche à la fois très pragmatique, très humaine, et une très grande réflexion sur le sens du sacrement du mariage. Nous avons abordé des sujets très terre à terre (l’éducation, la répartition du temps dans la vie de famille, la fertilité et l’infertilité…) qu’une mise en perspective du mariage dans la Parole (le pardon, le don, l’indissolubilité…)
    Nous avons eu la chance aussi, notre curé est un ami, il nous connait bien, et il arrive à passer du temps avec ses paroissiens! Il est venu plusieurs fois chez nous pour discuter.
    Nous avons eu une messe magnifique, clairement pour moi c’état le moment le plus fort de tout le mariage.
    Je pense que beaucoup de choses sont à comprendre et à méditer dans la Bible: la question de l’homme et de la femme entre autres! Alors oui il y a le contexte (la notion d’égalité homme femme est très récente). Oui les femmes et les hommes avaient des rôles différents il y a trois mille ans. Mais! Ce sont des textes qui demandent à être compris. Quand St Paul dit « femmes soyez soumises à vos maris » il commande, dans la même phrase, aux hommes de mourir pour leurs femmes 😉 dans un autre passage il est dit que « la femme ne dispose pas de son corps, mais le mari » > horreur patriarcale!!! Ah mais attends, la phrase n’est pas finie: « de même, l’homme de dispose pas de son corps, c’est la femme qui en dispose » ah oui comme ça, ça veut pas dire la même chose! En fait c’est pour expliquer que dans le mariage on se donne entièrement, corps et âme, littéralement: c’est pas un prêt, ni un don partiel, en petits bouts, en fonction de ce qui nous arrange!
    Même chose pour certains enseignements de l’Eglise qui sont mal connus, mal compris ou caricaturés dans les médias (tout ce qui est relatif à la sexualité et à la contraception par exemple): c’est une glorification de l’amour, du don de soi, de la Vie, et pas une approche moralisatrice.
    Je te conseille, à toi et ton mari tout frais, de considérer votre messe de mariage comme le commencement d’un très beau chemin à deux. Le mariage religieux c’est pas l’aboutissement de la préparation. C’est vraiment un début! Je vous suggère plusieurs trucs, à vous de voir en fonction de ce qui peut répondre à votre soif:
    – faire une retraite en couple (par exemple avec Fondacio ou les Foyers de Charité)
    – faire un parcours de couples, sous forme de rencontres mensuelles (ex: Equipes Notre Dame, Fondacio ou parcours Alpha)
    – lire des ouvrages sur le couple (Amoris Laetitia écrit par le pape François, un livre exceptionnel et lumineux sur le mariage; ou la Théologie du Corps écrit par Jean-Paul II, un texte magnifique sur l’amour et la sexualité)
    – recontacter le prêtre qui vous a mariés, en fonction de ses possibilités et des votres, pour prendre le temps de discuter d’un texte, d’un sujet en particulier… Il: faut pas hésiter à demander 🙂
    Avec mon mari (pas hyper croyant à la base) nous faisons le parcours Fondacio couple depuis plusieurs années, ça nous a beaucoup rapprochés (et décidés à nous marier religieusement!)
    Très beau parcours à vous deux! Et d’ailleurs l’homélie est magnifique et parfaitement adaptée! Tu me donnes l’idée de demander à notre curé de nous donner son texte s’il l’a gardé!

  • Avatar
    Mademoiselle Piglou
    Répondre
    2 août 2017

    Pour ma part j’ai eu une préparation au mariage très longues avec de nombreux rendez-vous mais dans l’ensemble j’ai été déçue. Après c’est différent car seul mon futur mari est catholique et comme ça lui tenait vraiment à coeur j’ai accepté que l’on se marie à l’église. J’ai été vraiment très bien accueillie, sur ce point là pas de problèmes mais toutes les séances ont été en groupe et j’avais parfois l’impression que c’était un peu la surenchère au couple qui sera le plus amoureux de tous. Les thèmes abordés m’ont parfois beaucoup énervés (toute une séance de 2h sur la contraception « naturelle ») mais avec le recul ça m’a quand même permis d’avoir des échanges avec mon futur mari que nous n’aurions pas eu en temps normal. Je redoute un peu la cérémonie je me demande vraiment comment ça va se passer, notre dernier rdv aura lieu 10 jours avant le mariage, j’espère que tout ira bien.

Poster une réponse