Mon mariage d’officialisation en Provence : le programme

Si tu as suivi un peu mes différentes péripéties, tu sais que je te raconte à présent notre second mariage, celui qui vient officialiser celui de Séville.

Dans notre cœur et dans notre tête, notre mariage officiel, le vrai de vrai, c’est bien celui du 16 juin. C’est celui-là que nous avons organisé depuis 1 an, là où nous avons invité nos amis et nos familles et là où nous avons mis le plus gros du budget.

Mais le mariage d’Aix est aussi important car, comme je le disais, il permet d’officialiser le tout, et surtout de partager notre double culture avec nos proches.

Est-ce bien notre mariage ?

Ce mariage est dans la ville où nous nous sommes rencontrés. Mais c’est aussi la ville où nos parents respectifs vivent. Au fur et à mesure des préparatifs, il a été décidé plus ou moins implicitement que nous nous occupions à 100% du mariage espagnol, et qu’ils s’occuperaient à 95% du mariage aixois.

En toute honnêteté, ça a été un point de tension au début des préparatifs. Nos parents voulaient nous aider, nous décharger, même nous faire des surprises et ont très vite pris le sujet à bras le corps. De notre côté, nous avons eu l’impression de s’être fait dépossédés, de ne pas avoir notre mot à dire alors que ça restait notre mariage après tout. Finalement, nous avons réussi à le prendre avec philosophie en se disant que chacun aurait « son » mariage à préparer et que nous devions nous laisser porter.

Le programme

Le projet de ce mariage a beaucoup fluctué. Au début, nous ne voulions qu’un mariage en petit comité, pour officialiser notre union. Dans l’idéal, nous voulions nos familles proches et nos témoins.

Mais petit à petit, nous avons dû inviter des gens qui vivaient à Aix et qui n’avaient pas été invités à notre premier mariage : des amis de nos familles ou des amis éloignés. Au final, nous étions 63 personnes (vs 86 à Séville).

Crédits photo : YM Photography

Le déroulé

En termes de programme, c’était une journée un peu intense :

  • 14h20 : Cérémonie civile à la mairie d’Aix
  • 15h00 : Cérémonie catholique à la Cathédrale Saint-Sauveur à Aix
  • 17h30 : Cérémonie zoroastrienne dans le jardin de mes beaux-parents
  • 18h30 : Cocktail puis dîner chez mes beaux-parents

En tant que mariés, nous avions toutes les cérémonies civiles et religieuses à préparer et je les aborderai très vite dans mes prochaines chroniques.

Ce qui a surtout posé problème en termes d’organisation était le cocktail + dîner. Nous avions commencé par imaginer un cocktail dînatoire préparé par un traiteur pour l’occasion. Notre but était encore une fois de ne pas déranger nos familles. Cependant, au fur et à mesure des discussions, nos proches ont préféré s’occuper de tout le repas afin de permettre aux invités de goûter à de la cuisine fait maison. En effet, ma belle-mère est une très bonne cuisinière et mes parents possèdent un restaurant de spécialités perses dans la région.

Ce qui a donc été décidé est que le cocktail serait composé de : 70% de mets français + 30% de spécialités iraniennes.

Le repas en revanche serait à 100% iranien mais nous n’avions pas de toute sur le succès que celui-ci aurait.

Crédits photo (creative commons) : Fotolia

Enfin, nous avions choisi de faire appel à un pâtissier pour le dessert. Le but étant encore une fois de faire l’inverse de Séville, nous avons choisi une pièce montée.

Et notre image dans tout ça ?

Nos tenues

J’ai longtemps hésité à me racheter une robe pour le mariage à Aix. Je t’avoue que c’était une occasion en or pour faire encore des folies. Mais en réalité, j’avais déjà une deuxième robe de mariée dans ma penderie.
Si tu te souviens bien, ma robe était 2 en 1 avec une sur-jupe. J’avais décidé de la porter en mode sirène à Séville mais de l’avoir plus en mode « princesse » à Aix, pour les cérémonies plus solennelles. Ici, la question des baskets s’est également posée mais j’ai trouvé que c’était mieux d’avoir des talons avec cette version de la robe. J’ai donc réutilisé ceux de ma sœur que j’avais déjà utilisée brièvement à Séville.

Crédits photo : Photo personnelle

Côté Cariño, c’était pareil. Il adorait son costume et souhaitait même garder ses baskets !

Ma mise en beauté

Pour la coiffure, j’ai très tôt su que je voulais faire appel à une professionnelle. Je ne sais pas vraiment me coiffer au quotidien (je n’ai pas utilisé de brosse depuis 5 ans…) et j’avais envie d’être un peu apprêtée.

Côté maquillage, j’ai longtemps hésité jusqu’à ce qu’une cousine qui n’était pas là à Séville me propose de me maquiller. Elle a fait une formation de maquillage et avait tout le matériel nécessaire pour me pomponner.

Et toi, as-tu eu un deuxième mariage ? Est-ce que tes proches t’ont aidé pour l’organisation de ton mariage ? As-tu eu la même sensation que nous ?



5 commentaires sur “Mon mariage d’officialisation en Provence : le programme”

  • Quel beau programme Mme Framboise !! Chargé c’est sûr, mais surtout riche en émotions (je me trompe ?) !

    Hâte de découvrir le menu et les spécialités iraniennes, je n’ai jamais goûté mais on m’a beaucoup vanté cette cuisine #mangercestlavie

    Et ta robe, tellement magnifique… J’adore la sur-jupe, effectivement elle ajoute un petit côté solennel.

    Bientôt la suite j’espère ? 😀

  • Votre 2e mariage a l’air plus intense, effectivement ! J’ai hâte de lire ta description des différents moments ; la cérémonie zoroastrienne titille ma curiosité ! 🙂

  • A te lire, on comprend en effet que ce second mariage était plus intense…
    Vivement la suite, qui sera une belle découverte pour moi (les rites zoroastriens, la nourriture iranienne) 🙂

  • Wouah ton premier mariage à Séville, celui qui comptait le plus pour vous, était déjà magnifique, mais j’ai l’impression que pour celui d’Aix vous avez aussi mis la barre haut.
    Je suis arrivée au milieu de ton récit, il faut que j’aille voir ta chronique robe. Ça rend mieux que d’autres robes que j’ai vu avec des sur-jupes et je suis impressionnée de voir qu’on peut avoir deux styles totalement différents avec une seule et même robe.

Commente ici !