Mon mariage religieux tout en convivialité et en sourires : de notre réveil à nos photos de couple, un début de matinée bien rempli

Vendredi 27 février : notre joli jour ! La salle est prête à nous accueillir depuis hier soir. Notre cérémonie religieuse débute à 10 heures 45, mais nous avons voulu la séance pour nos photos de couple avant celle-ci, à 10 heures. Comme prévu, elle se déroulera dans la fameuse abbaye en ruine tout proche de chez nous (dont je t’ai déjà parlé plus d’une fois !). Oui, celle-là même où Monsieur Plumechon a fait sa demande et où mes témoins m’ont emmenée au début de mon enterrement de vie de jeune fille.

6 heures 30, il est l’heure ! Je ne sais te dire si j’ai bien dormi ou non. Vu que nous n’avons pas eu le temps de ranger et rafraîchir la maison la veille, alors que Miss LittleSister prend sa douche et que j’ai lancé le café, j’opère, avec l’aide de Monsieur Plumechon et de mon frère, un rangement de fortune : nous prenons de grand cartons et nous y entassons tout ce qui encombre. Direction cave ou grenier pour un double gain : esthétique et de place. Nous serons nombreux à nous rejoindre et nous préparer à la maison, dont nos photographes. Puis nous organisons le salon, qui va se transformer en poste maquillage, et la salle-à-manger, qui va se transformer en poste coiffage. Le résultat n’est pas du tout comme j’avais pu l’imaginer, mais c’est fonctionnel et il est l’heure de ne plus se tracasser (ou le moins possible) !

Agitation et bonne humeur, les derniers préparatifs et la transformation des mariés

7 heures : arrivée d’Aude, notre géniale coiffeuse du jour. J’avais préparé tout le planning des préparatifs et ma sœur avait accepté de gérer l’ensemble. Je file sous la douche pendant qu’elle lance le bal des têtes à coiffer.

7 heures 30 : arrivée de M., notre maquilleuse du jour, mais également de ma témoin avec le petit-déjeuner et de J. notre premier photographe. C’est parti pour mon maquillage. En parallèle, ma témoin passe dans les mains d’Aude. Je commence à me détendre. Je ne suis pas spécialement fatiguée. Et j’adore cette légère agitation.

Crédit photo : Dphotography

Maquillage en cours. Admire la classe de la future mariée pendant ses préparatifs. Et ma précieuse que J. et Miss LittleSister ont eu la bonne idée de descendre pour l’immortaliser sur nos jolies portes.

M. Plumechon est parti s’occuper : lavage de la voiture, installation des fleurs et des livrets à l’église, pose des stickers sur la voiture. Il ne voulait surtout pas rester dans le tourbillon des préparatifs des filles. Et apparemment, il ne chômera pas…

Crédit photo : JT Photography

Un sticker sur le pare-brise arrière et un plus grand sur le capot. (Pour l’anecdote, lorsque nous avons revendu notre voiture en 2018, le petit de l’arrière était toujours en place.)

Accessoirement, il écrit aussi ses vœux ! (Je n’étais pas la plus à la bourre… héhé !)

Crédit photo : JT Photography

La preuve en image : concentré sur ses vœux.

Son timing est de revenir à la maison vers 9 heures, pour se doucher et se préparer. J., notre deuxième photographe le rejoint alors qu’il est occupé à l’église avec l’aide de Monsieur Légumes et de mon frère, histoire d’avoir également des photos de sa matinée.

Crédit photo : JT Photography

Notre décoration de l’église en place : sobre et simple, essentiellement en blanc et vert.

Petit flashback : après notre mariage civil, et vu que nous avions beaucoup aimé le travail de notre photographe, nous avons décidé de le prendre également au mariage religieux. Vu le nombre d’invités, nous nous sommes dits que deux professionnels ne seraient pas de trop si nous voulions avoir un maximum de monde sur nos photos. Après en avoir parlé à notre premier photographe, qui ne voit aucun problème à travailler en duo, c’est adjugé.

8 heures : je sens Aude stressée. Mon maquillage n’est pas totalement fini mais je passe à la coiffure pour respecter le planning. Nous ne sommes pas en retard mais elle veut que tout soit parfait pour moi.

Crédit photo : Dphotography

Coiffure en cours. J’ai l’air sérieuse et absorbée…
ne me demande pour ou par quoi !

J’ai prévu de la marge dans mon habillage pour palier à tout couac éventuel lors de ma mise en beauté donc pas de pression, nous sommes dans les temps. Ma témoin me « force » à manger un bout. J’avais faim mais pas trop l’occasion de me faire mon petit sandwich.

Crédit photo : Dphotography

En réalité, l’ambiance est beaucoup plus détendue. Bonne humeur, j’ai dit. Merci Madame Poulette et Miss LittleSister.

Ma belle-sœur arrive alors que c’est au tour de ma maman de commencer son maquillage. Toutes les femmes de la suite, hors compagnes des témoins de Monsieur Plumechon qui gèrent chacune de leur côté, commencent à être coiffées, maquillées et habillées : elles sont belles ! Il ne manque que maman Plumechon et une cousine particulière à mon cœur (qui accompagnera mon frère), que nous avions expressément mises le plus tard possible sur le planning, qu’elles aient le temps d’arriver sans devoir se lever super tôt.

9 heures : comme prévu, Monsieur Plumechon revient pour se doucher puis s’apprêter. Quelques minute plus tard, mon maquillage est terminé.

Crédit photo : Dphotography

Le résultat de ma mise en beauté.

Je monte avec ma sœur et ma témoin pour enfiler ma précieuse. La chambre d’amis n’ayant pu être dégagée, Monsieur Plumechon squatte notre chambre qui est censée être ma pièce. Dans une joyeuse cohue, nous faisons en sorte de nous croiser sans nous voir.

Crédit photo : JT Photography

Le marié s’habille, de plus en plus concentré apparemment.

C’est dans la bonne humeur et les rires que je m’habille.

Crédit photo : Dphotography

Ca s’applique, ça rigole et nous sommes belles.
(Hop, auto-lancé de fleurs ! Il n’y a rien de tel.)

Au moment de passer mes accessoires, impossible de remettre la main sur ma manchette ! Petit coup de stress car ni ma sœur, ni ma témoin, ni Monsieur Plumechon (par transmission) ne comprennent mes explications d’où elle pourrait être. Je décide que ce n’est absolument pas grave et que je ferai sans. Mais apparemment, je ne transmets pas correctement le message car Miss LittleSister et Madame Poulette pensent que ça me stresse. Alors que moi, je me réjouis déjà de découvrir mon futur mari dans sa tenue.

Parenthèse tout en émotions, la découverte et la remise du bouquet

9 heures 40 : nous sommes a priori prêts. L’heure de la découverte a sonné. Nous avions choisi de faire ça dans l’escalier en bois situé dans notre couloir d’entrée. Monsieur Plumechon descend. Les photographes se placent. Petit couac quand une amie, à qui Monsieur Plumechon avait confié mon bouquet (surprise pour rappel) le temps qu’il épingle sa boutonnière, me l’amène. Je ne me laisse pas le temps de le voir vraiment et je le remballe aussitôt. (La pauvre, elle croyait bien faire en évitant à Monsieur Plumechon d’encore devoir s’en occuper.) Ce n’est pas grave. Ce sont des souvenirs qui s’écrivent. (La preuve : je te le raconte et on en rit toujours depuis ce moment.)

Les photographes nous appellent. Je descends.

Crédit photo : JT Photography

Je fais mon apparition.

Monsieur Plumechon m’attend, bouquet à la main.

Crédit photo : Dphotography

Il est là.

Une fois le tournant de notre escalier passé, nous nous voyons enfin ! Il est beau dans son costume gris, avec ses bretelles et son nœud pap’ en liberty. J’adore ! Sa boutonnière est magnifique et mon bouquet est juste parfait. Je suis aux anges.

Crédit photo : Dphotography

Le premier coup d’œil et le bisou.

9 heures 50 : T., notre chauffeur du jour, un ami avec qui j’ai habité en colocation à la sortie des études, celui-là même qui nous a déjà aidé lors des derniers préparatifs du mariage civil, arrive et prend son rôle à cœur. Il nous signale qu’il est temps. Quelques photos encore, un bonjour à mon papa qui est entre temps arrivé et je confie nos alliances à ma témoin. Je récupère mon étole qui est magnifique (ma maman a assuré) et nous voilà en route pour nos photos de couple. Nos deux photographes nous suivent. Sauf que Monsieur Plumechon a pensé à prendre mon sac (celui que j’avais préparé pour ne pas se retrouver sans clés et sans permis le lendemain…) mais que, moi, j’ai oublié de prévenir quelqu’un que j’avais mis les cartes d’identité à part ; cartes d’identités qui nous permettent normalement de rentrer sans payer sur le site de l’abbaye.

Efficacité et décontraction, nos photos de couple

10 heures : nous voilà arrivés ! Il fait un temps génial : froid mais ensoleillé. (Je rêvais de neige, mais il faut admettre que c’était fort peu probable en Belgique. Donc le temps était parfait.) Nos photographes trouvent la lumière superbe. Les gens qui attendent l’ouverture nous laissent gentiment passer en premier. Nous payons l’entrée des deux J. et de notre super ami-chauffeur qui viendra nous récupérer ensuite. La dame de l’accueil, tout étonnée de nous voir débarquer, nous croit sur paroles quand on lui dit qu’on habite la commune. Nous avions repéré deux spots, dont le chœur de l’abbaye, là où Monsieur Plumechon m’avait fait sa demande. Nous avons 35 minutes, top chrono ! Pas le choix vu l’heure d’ouverture de l’abbaye et l’heure de notre messe.

Crédit photo : JT Photography

Regarder dans la même direction… vers là où tout a commencé.

Finalement, nous resterons dans la même zone, mais avec différents vues.

Crédit photo : Dphotography

Nous nous promenons, dans un périmètre restreint.

Nous arrivons assez vite à nous prendre au jeu. Rien d’original, du semi-posé, mais qui je pense nous ressemble.

Crédit photo : JT Photography

Complices et amoureux. (Avec mon étole qui se met de plus en plus n’importe comment… et que je n’ai même pas pensé à ôter durant la séance.)

Les photographes ont l’air de s’amuser et il semble que nous aussi finalement.

Crédit photo : Dphotography

Chassez le naturel… il revient au galop.

J’avoue qu’à ce moment, je suis confortée dans le choix de notre premier photographe. Il est super dynamique et il arrive à bien nous mettre à l’aise.

Crédit photo : Dphotography

Décontractés… grâce à notre fantastique duo de photographes.

Et puis, le courant semble bien passer entre lui et notre second photographe. C’est chouette. Je suis vraiment heureuse qu’on ait le temps de faire cette séance. T., revenu entre temps, et les deux J. nous font bien rire. Ça donne des dialogues du genre :

– « Il est 10h25, encore 10 minutes. »

– « Ok, alors on va par ici, vous marchez en vous tenant la main. Nickel, super ! Oh oui, c’est une bonne idée ça (genre je décide de tirer sur les bretelles de Monsieur Plumechon). Quelle heure ? »

– « Il est 10h29, encore 6 minutes. »

– « Alors on a encore le temps de s’appuyer contre la pilasse là… »

Bref, nous avons optimisé la séance photo la plus rapide de l’histoire de ce blog.

Crédit photo : Dphotography

Amoureux… et prêts à nous dire oui.

Vers 10h40, nous sommes dans la voiture, en route pour l’église.

Et toi ? Comment se sont déroulés tes préparatifs ? Aviez-vous chacun votre espace toi et ton futur mari, ou avez-vous dû jongler pour ne pas vous croiser ? Comment te sentais-tu ? Qu’as-tu ressenti au moment de le découvrir dans ses plus beaux atours ? As-tu apprécié votre séance de couple ? Quand l’avais-tu planifiée ?

Salut les Dentelle-addicts, Mademoiselle Plumetis et Monsieur Plumechon, c'est... nous ! Monsieur Plumechon m'a fait sa demande un beau dimanche de septembre 2014 et, pas à pas, nous avons créé nos deux journées de mariage. Cellui-ci a donc eu lieu en deux temps en février 2016 : - une cérémonie civile début du mois, en "petit" comité, suivie d'une soirée en mode fait maison et participatif ; - une cérémonie religieuse fin du mois, suivie d'une journée plutôt traditionnelle mais à notre image donc conviviale et colorée, le tout pour un nombre conséquent d'invités. Joli challenge que je me réjouis d'avoir partagé avec vous au travers de mes chroniques ! Si tu as la moindre question, n'hésite pas à me contacter en m'envoyant un mail à j.plumetis@gmail.com.

Commentaires

  • Avatar
    Aurélie
    Répondre
    17 mai 2020

    Superbe ce coeur d’Abbaye ! Les photos de couple fun, c’est vraiment sympa ^^ ça casse un peu le côté posé que l’on voit souvent !

  • Avatar
    Madame Bulles
    Répondre
    17 mai 2020

    Oh la la vos photos, elles sont belles ! Tu n’as pas eu froid ? Je sais bien qu’on dit qu’une mariée n’a jamais froid :).

  • Avatar
    Madame Pomme de Pin
    Répondre
    18 mai 2020

    Je trouve ça super que monsieur ait osé les bretelles, j’adore le style. Et ton étole était super belle aussi.
    Et alors la séance photo dans l’abbaye, j’adore. Avec vos habits de lumière, la caissière aurait pu faire rentrer les photographes gratuitement. Genre un cadeau pour les mariés, ça ne doit pas arriver tous les jours non plus.

  • Avatar
    Madame Crapate
    Répondre
    18 mai 2020

    Tu n’es pas la seule à avoir des photos de préparatifs avec la table à côté ! Moi c’était dans ma cuisine pas du tout faite pour des photos glam ! J’adore ta robe et ta mise en beauté en générale ! Ton étole est très belle aussi, j’aime beaucoup le motif qu’elle prend ! Et vous êtes très beaux tous les deux, j’adore vos photos moins sérieuses !

Poster une réponse