Mon mariage religieux tout en convivialité et en sourires : notre réception en trois temps, jusqu’au bout de la nuit

Notre cérémonie s’est parfaitement déroulée. Nous avons écourté au maximum les bonjours sur le parvis de l’église. Il est temps de partir pour la salle. Le vent n’est pas agréable. Je commence à avoir froid (et je ne suis pas la seule) et il y a quand même 45 minutes de route.

Il fait bien meilleur dans la voiture ! T., notre ami-chauffeur du jour, nous a prévu des bonbons et une bouteille d’eau. C’est adorable. Il s’est dit que nous aurions sans doute un petit creux. Ce trajet en voiture, à deux (enfin trois), est un très chouette moment pour réaliser et se poser un peu.

Le vin d’honneur : embrassades, félicitations et tour de salle

13 heures 15 environ : nous arrivons à destination. T. termine sa mission en allant déposer notre voiture sur le parking de l’hôtel que nous avons réservé pour la nuit. Sa dulcinée l’y attend avec leur voiture, qu’ils soient libres de leurs mouvement ensuite. De notre côté, nous prendrons un taxi une fois la fête finie. Étant donné que nous connaissions les petites routes pour rejoindre l’autoroute, nous sommes à la salle avant tous ceux présents à la messe.

Certains invités sont déjà là. Principalement des collègues, qui n’ont pas assisté à la cérémonie. Nous en profitons donc pour dire bonjour… et lancer le service.

Crédit photo : Dphotography

Zakouskis et crémant, rien de tel pour bien démarrer les festivités.

Nous avions laissé carte blanche au traiteur pour les zakouskis. J’avais juste demandé à en avoir un au foie gras confit et nous avions décidé du nombre de pièces par personnes. Nous ne sommes pas déçus. Ils sont excellents. Côté vin pétillant, nous avons opté pour un crémant plutôt qu’un champagne. Nous avons choisi un brut blanc de noir lors d’un weekend en Alsace avec deux amis, où nous avions prévu plusieurs dégustations sur recommandations, histoire de faire notre choix. Forcément, il nous plaît.

Nos deux photographes profitent de ce petit moment d’accalmie pour monter prendre des photos de l’espace repas à l’étage. J., le premier en date, emprunte mon bouquet et nos alliances afin de les fixer sur la pellicule. C’est une très bonne idée, que je n’aurais jamais eu par moi-même.

Petit à petit la salle se remplit. Avec le soleil et les grandes vitres, l’ambiance est très chaleureuse. Comme je le pressentais, nous assistons à des retrouvailles entre les différents côtés de nos familles ou entre amis, ainsi qu’à des rencontres totalement fortuites. La bonne humeur et la décontraction sont au rendez-vous.

Crédit photo : JT Photography

Du plus jeune au plus âgé, ça discute et ça rigole.

Nous avions décidé de rester ensemble le plus possible et de privilégier les invités qui n’étaient présents qu’à cette partie. Nous nous y tenons, l’un devançant parfois l’autre de quelques minutes. Nous papillonnons d’un groupe à l’autre, pour dire bonjour et échanger quelques mots. Nous sommes félicités. Bien sûr, le temps passe vite et nous n’avons pas l’occasion de discuter plus en profondeur. C’est un peu frustrant, je pense que tu le sais aussi bien que moi si tu es déjà passé par là, surtout que nous n’avions aucun invité imposé. Mais c’est le jeu !

Crédit photo : JT Photography

Des mariés qui papotent, encore et toujours…
mais qui n’oublient pas de se désaltérer ou de grignoter au passage.

Lentement, les invités du vin d’honneur commencent à nous quitter pendant que ceux qui restent pour le repas commencent à monter. Notre premier photographe nous propose alors quelques photos de groupe.

Photos de groupes

Nous n’avions rien préparé, rien imaginé. Nous optons pour la simplicité et réduisons au minimum le nombre de participants : nos témoins et nos familles proches ! (Avec le recul, nous aurions dû inviter toute notre table d’honneur. Parce que les conjointes des témoins ont participé, mais même si je les aime beaucoup, j’ai des photos avec elles et ma témoin, mais pas avec mes ami-e-s les plus proches.)

Crédit photo : Dphotography

Des portraits de groupes les plus classiques…

Nous profitons de l’extérieur, mais le vent finit par se lever et nous sommes contents de rentrer.

Crédit photo : Dphotography

… aux clichés imprévus et moins conventionnels.

Repas : convivialité, surprise et tour de tables

16 heures : tout le monde est monté et s’est installé à sa place. En grande adepte et habituée des talons (ou pas…), je déclare forfait et enfile vite mes derbies plates. Pour l’anecdote, accompagnée de mon frère, je commence par m’occuper de l’éclairage très particulier de la salle où nous sommes. En effet, les anciens silos à charbon peuvent s’illuminer et je n’avais pas pensé à expliquer à quelqu’un comment le faire. En même temps, j’étais la première (et sans doute la seule d’ailleurs…) à vouloir les allumer car je trouvais le rendu trop joli.

Crédit photo : JT Photography

Tout le monde prend place. Les sommeliers et sommelières sont à l’œuvre.
Le repas peut commencer.

Nous lançons le repas. Nous avions choisi un potage de poireaux à la crème d’orange (miam, j’en bave à y repenser…), suivi par un buffet de grillades (morceaux de saumon, jambonneaux, filets de poulet et gigots d’agneau) avec ses accompagnements (sauces, féculents, légumes cuits, crudités) et en final un trio de pâtisseries. Tout se passe merveilleusement bien. Nous nous régalons.

Crédit photo (potage et buffet) : Dphotography
Crédit photo (dessert) : JT Photography

Notre repas de mariage : en toute simplicité, unanimement et hautement apprécié.

L’ambiance est au rendez-vous. Les conversations semblent enjouées. Nous profitons de nos amis et du repas.

Crédit photo (dessert) : JT Photography

Eeeet… santéééééééééé !

Animations

Avant le dessert, les témoins de Monsieur Plumechon nous réservent une surprise : de petits jeux. Pour le premier, ils nous demandent de nous asseoir dos à dos. Nous recevons des petites pancartes (des raquettes de ping-pong pimpées pour être exacte) avec à chaque fois une photo de nous et de l’autre.

Crédit photo : Dphotography

En place, pancartes distribuées…

Ils ont préparé une série de questions. Super sympa, même si je regrette qu’ils ne prennent pas le temps de nous dire ce que répond l’autre. Nous entendons les gens rire et nous passons à la question suivante sans en savoir plus. Un détail ceci dit !

Crédit photo (Madame Plumetis) : Dphotography
Crédit photo (Monsieur Plumechon) : JT Photography

… et mariés en action, pour le plus grand plaisir de nos invités.

Le second jeu fait participer l’assemblée. Chaque table a reçu une liste avec des affirmations numérotées. Pour chacune, les personnes concernées doivent se lever et nous devons deviner de quelle affirmation il s’agit. Pour exemple : « J’ai vécu avec l’un des mariés à un moment donné. », « Je suis déjà parti en voyage avec les mariés, pour un weekend ou plus. » ou le plus classique « Je suis gaucher-gauchère. ».

Crédit photo : JT Photography

En concertation…
(Pssst, tu vois, j’ai finalement retrouvé ma manchette.)

Nous trouvons plus ou moins rapidement, à une exception… lorsque se lèvent ceux avec qui nous avions été en classe/cours… (En te l’écrivant à l’instant, je me demande quand même comment nous avons pu hésiter sur ce sujet. Quoi que, entre ceux avec qui nous avons été à la Fac, et ceux avec qui nous avons réellement eu cours, ce n’était pas si simple…).

Crédit photo : Dphotography

… « mais que peuvent-ils bien avoir en commun ? »

Mes témoins n’avaient rien préparé de particulier, mais nous avions demandé à n’avoir qu’une seule animation pendant le repas car nous voulions aussi pouvoir passer à chaque table à ce moment-là, sachant que nous n’aurions probablement pas eu l’occasion de voir tout le monde lors du vin d’honneur. Finalement, nous terminons ce tour des tables que les premiers invités du soir sont déjà arrivés.

Soirée : ambiance, bières et tours de piste

Vers 19 heures 30, les amis de ma sœur qui assureront le service du bar le soir arrivent. Ils seront formidables : super service, bonne humeur, grands sourires, le tout dans une ambiance décontractée comme nous le voulions. Le DJ arrive également.

20 heures 30 : c’est au tour de nos premiers invités à cette partie de faire leur entrée. Ils sont accueillis avec un verre de crémant (ou autres choses s’ils le désirent).

Vers 21 heures, après une photo avec ma grand-mère, nous descendons. Un Powerpoint avec des photos de nous à tout âge (que j’aimerais bien récupérer d’ailleurs, maintenant que j’y pense) tourne dans un coin de la salle. Merci mes témoins et Miss LittleSister (si j’ai bien suivi) ! Nous commençons une nouvelle tournée de bonjours. Petit à petit les gens descendent à leur tour du premier étage.

Succès du studio photos

J. installe son studio photo au premier étage, normalement pour une bonne heure. Nous n’avons rien prévu de particulier. Quand il y en a, nous y allons très rarement donc nous n’avions pas envie d’investir trop de temps là-dedans. Finalement, ça a eu un succès d’enfer et il l’a fait tourner bien plus longtemps. J’ai juste, sans le faire exprès, gâché une photo des cousins et cousines Plumetis côté paternel, qui n’avaient plus été réunis au complet depuis la profession de foi de ma sœur (et ça faisait un paquet d’années…). Sur le coup, je n’ai pas tilté et personne ne me l’a expliqué en tant que tel. Maintenant, je me dis que c’est dommage et que si ça avait été plus clair, j’aurais pris 5 minutes de plus… ça m’aurait fait plaisir aussi finalement.

Crédit photo : Dphotography

Aperçu du studio photo… (même nos photographes craquent !)

21 heures 30 : la tartiflette entre en scène ! Elle a un énorme succès… et le traiteur a craqué sur les quantités ! (Si on avait su qu’il voyait une portion aussi grande, on en aurait commandé moins…) Nous la laisserons donc en libre-service jusqu’à la fin de la soirée et nous ne proposerons donc pas la soupe à l’oignon. (Avec le recul, nous aurions peut-être dû, pour en faire partir quelques litres… mais bon, trop tard.)

Ouverture du bal… et de la soirée

22 heures 30 : il est plus que l’heure d’ouvrir le bal. (Normalement, nous l’avions prévu à 22 heures. Ce sera donc notre seul retard sur la planning de la journée, mais décidé en âme et conscience. Je suis plutôt fière pour le coup.). Notre chanson, « Grow Old With Me » de Tom Odell, démarre. Nous nous lançons.

Crédit photo : Dphotography

Quand il faut y aller… il faut y aller !
(Sous notre plafond de lampions en papier.)

Je tique quand le DJ parle pendant notre chanson. Mais comme je me concentre parce que je marche sur ma robe, je ne sais même pas ce qu’il a dit. M. Plumechon lui n’entend même pas. Bien que nous étant entraînés quelques fois avec ma jupe du civil, qui n’avait donc pas de mini-traîne, nous n’avons pas beaucoup préparé ce moment. J’ai l’impression que nous n’avons pas été très doués. J’étais un peu stressée, je pense, donc je ne sais pas si j’en ai vraiment profité.

Crédit photo : JT Photography

Concentrés, et dans notre bulle. (Avec notre plafond de guirlandes lumineuses en arrière-plan.)

Mais c’est sans importance, ça reste un bon souvenir. Surtout que le DJ avait prévu des canons à confettis et c’était magique.

Crédit photo : Dphotography

Vu d’ici, ça semble plutôt pas mal en soi. Et vivent les confettis !

Si j’ai remis mes talons pour l’ouverture du bal, j’ai vite été les retirer juste après le second slow. La soirée n’a connu aucun mou jusque 4 heures du matin, heure où nous avions décidé de clôturer. Nous avions envoyé au DJ une liste avec les choix musicaux des invités (demandé sur le faire-part). Il en a tenu compte tout en faisant avec l’ambiance sur la piste. Je n’ai juste pas assez insisté que je voulais un quart d’heure « rock/twist » et j’espère que mes oncles qui aiment ça n’ont pas été trop déçus.

Crédit photo : JT Photography

Pour autant que ce soit possible, une idée de l’ambiance sur la piste.

J’avoue humblement que j’avais prévu de passer la majeure partie de ma soirée sur la piste, ce que je fais assez volontiers aux mariages où je vais. Finalement, j’ai passé plus de temps en haut à discuter, dire « au revoir », faire des photos et autres qu’à danser. Je le regrette un peu, mais sans plus car finalement, j’ai vécu le moment présent comme il se présentait sans me poser de questions. Ce n’est que plus tard que je m’en suis rendue compte. Comme quoi…

Crédit photo : Dphotography

Hé oui, pas de honte. Un grand classique de nos soirées : la farandole sur « Sitting Bull » de notre Grand Jojo national.

Comme souvent en fin de soirée, je suis préoccupée de savoir si les gens vont partir, ne vont pas commencer à être lourds, à vouloir boire un dernier verre, puis encore un… et ainsi de suite. Nous fermons la salle nous-mêmes et la journée a été longue (et les semaines précédentes non de tout repos). La fatigue commence à prendre prise sur moi. Malgré tout, je trouve que j’ai réussi à ne pas trop me tracasser (grâce à mon adorable mari entre autres, gniiiiiiiiiiiii !). Mais non, tout a été comme sur des roulettes. Vers 4 heures, tout le monde est parti, et à 5 heures, nous quittons également les lieux après que le DJ ait remballé son matériel.

Le taxi qui vient nous rechercher se demande ce qu’il y a eu car il a déjà fait plusieurs trajets depuis la salle. Genre mec, je me balade tous les samedi en longue robe ivoire bustier… (Et sinon, Monsieur Plumechon a perdu sa boutonnière dans le taxi. Enfin du moins, c’est la conclusion à laquelle nous sommes arrivés. Une grande tristesse, alors qu’il y avait fait bien attention toute la journée.)

6 heures : après être arrivés à l’hôtel, avoir enlevé des dizaines de pinettes et peut-être même pris une douche (je ne me souviens plus trop), nous nous écroulons de fatigue, mariés et heureux !

Et toi ? Comment se sont déroulées les festivités de ton mariage ? En as-tu profité ? Avez-vous réussi à tenir votre planning ? Quels ont été les moments marquants ? L’ambiance a-t-elle été à la hauteur de tes espérances ?

Salut les Dentelle-addicts, Mademoiselle Plumetis et Monsieur Plumechon, c'est... nous ! Monsieur Plumechon m'a fait sa demande un beau dimanche de septembre 2014 et, pas à pas, nous avons créé nos deux journées de mariage. Cellui-ci a donc eu lieu en deux temps en février 2016 : - une cérémonie civile début du mois, en "petit" comité, suivie d'une soirée en mode fait maison et participatif ; - une cérémonie religieuse fin du mois, suivie d'une journée plutôt traditionnelle mais à notre image donc conviviale et colorée, le tout pour un nombre conséquent d'invités. Joli challenge que je me réjouis d'avoir partagé avec vous au travers de mes chroniques ! Si tu as la moindre question, n'hésite pas à me contacter en m'envoyant un mail à j.plumetis@gmail.com.

Commentaires

  • Avatar
    Madame Bulles
    Répondre
    21 mai 2020

    Quelle ambiance géniale il devait avoir à votre mariage ! On voit bien que tout le monde s’amuse !
    Grâce à toi, j’ai appris un nouveau mot : zakouskis c’est votre mot belge pour dire « petits fours » ?
    J’aime beaucoup le plafond avec les lanternes et les guirlandes lumineuses, c’est très beau !

  • Avatar
    Madame Chaton
    Répondre
    22 mai 2020

    ça avait l’air d’être la folie sur le dancefloor ! j’adore vos photos de première danse et de soirée ! et vous me faites rire à chaque fois, vous êtes les pro des grimaces !

  • Avatar
    Madame Crapate
    Répondre
    23 mai 2020

    Ton mariage a eu l’air d’être une vraie réussite entre la description que tu nous fais de votre repas ( tres allechante d’ailleurs !), les animations sympathiques et votre soirée de folie ! Et surtout le fait qu’on ne ressent pas de frustration de ta part, ce qui est génial ! Dommage par contre pour la boutonnière de ton mari.

  • Avatar
    Répondre
    3 juin 2020

    Moi je suis mariée depuis 2012 et frustrée depuis 8 ans !!! En effet pour mon mariage j’avais tout misé sur la déco et la nourriture et pas du tout sur l’ambiance je pensais que passer une playlist ne pas avoir de DJ ni d’animation pourrait suffire à faire prendre la sauce et en fat pas du tout ! Nous comptons renouveler nos vœux dans 2 ans avec mon mari et même si je vais mener un soin particulier à notre déco je suis à fond cette fois ci dans la recherche d’animation sympa pour rythmer la soirée, en espérant ne pas avoir de regret cette fois ci ! Du coup j’ai peur d’en faire trop ha ! ha ! ha ! Je vois que le jeux des ressemblance se fait beaucoup dans les mariages je n’y voyais pas trop d’intérêt au départ mais je commence à changer d’avis. Ce jeux permet ‘il vraiment de créer un lien parmi les invités car nous en auront beaucoup qui ne se connaissent pas et nous ne voulons pas qu’ils se sentent à l’écart !

Poster une réponse à cancel reply