Mariage religieux or not, that is the question…

Je suis de retour pour te parler d’un sujet qui peut s’avérer plus ou moins facile à aborder dans un couple, je veux te parler de la foi.

Même si l’on s’aime très fort entre fiancés, l’éducation, l’origine peuvent parfois faire que dans notre vie, il y a quelqu’un d’autre que l’on « aime » et en qui on croit, et ce quelqu’un n’a pas forcément le même nom pour nous tous.

Religieux ou laïque ?

Avec Monsieur Sou, on avait plus ou moins décidé que notre mariage civil serait suivi d’une cérémonie laïque.

Je crois en Dieu et suis d’origine catholique. Mon éducation dans un petit village d’Alsace où l’on faisait la prière le matin avant de commencer la classe et mon passé de servant de messe (eh oui !) font de moi quelqu’un au passif assez marqué par la religion. Le dimanche, on faisait la prière avant de manger, et ma maman me demande encore aujourd’hui si j’ai fait ma prière avant de m’endormir.

Ce qui n’est pas du tout le cas de mon fiancé, qui, même s’il est baptisé catholique, ne « croit » pas en « ce » Dieu-là. Je ne me voyais pas lui imposer de faire semblant pour ce jour qui serait en principe le plus beau jour de sa vie.

Soudain, tout s’effondre

Et puis, la vie fait que parfois, tout ne se passe pas comme prévu. Je ne t’en ai pas encore parlé (j’y reviendrai dans une autre chronique), mais j’ai perdu mon papa l’année dernière. Il était protestant, et en plus d’une cérémonie laïque avant la crémation à Paris, nous avons fait une cérémonie d’hommage religieuse en Alsace. Protestante, donc.

Notre préparation au mariage protestante

Crédits photo : Photo personnelle

Avec Papa <3

Tu l’auras compris, la tristesse, le désespoir et le chagrin se sont invités dans les préparatifs de mon mariage. Mais aussi la volonté de trouver, comprendre, et de me raccrocher à quelque chose qui me permette de rendre hommage à mon papa.

En discutant avec mon frère, j’ai aussi compris que pour ma famille, le mariage religieux était important, surtout pour ma maman. Ma témouine d’amour, Mlle Poulpy, est protestante, et m’a beaucoup soutenue pendant la maladie de mon papa. C’est naturellement que je lui ai ouvert mon cœur à ce sujet.

Monsieur Sou a commencé à réfléchir, et après être allé tout seul à des messes catholiques pour se faire une idée (ou plutôt se conforter dans son idée), il était certain que si mariage religieux il y avait, il ne serait pas catholique.

En quête d’autre chose… mais quoi ?

Nous nous sommes donc rendus (ensemble cette fois-ci) au temple protestant de notre ville. Ambiance conviviale et détendue lors de ce culte, suivi d’un apéritif où les gens sont naturellement venus faire notre connaissance. On repart assez contents, mais nous décidons de nous laisser le temps de la réflexion.

Nous nous rendons au culte une deuxième fois, et décidons d’aller parler au pasteur de notre démarche, en tant que catholiques. Il nous explique les rendez-vous qui nous permettront de préparer le cheminement du mariage avec d’autres couples.

Notre préparation au mariage protestante

Crédits photo (creative commons) : Arnaud 25

Église réformée de Besançon

Plusieurs thèmes seront abordés au fil des cinq temps d’échange prévus avec notre pasteur, comme le pardon, la fraternité, l’amour amoureux, l’amour universel, l’espérance, la fidélité… Nous les préparons avec sérieux, à l’aide de la Bible offerte par la communauté de l’église protestante unie de Besançon (moment très émouvant quand une illustre inconnue te souhaite un mariage réussi et une vie heureuse).

J’ai bien conscience que les textes bibliques sont parfois difficiles à comprendre, mais dans la version de la Bible expliquée que nous avons, nous comprenons assez bien les métaphores, et les questions du pasteur nous permettent avant tout d’ouvrir la discussion entre nous sur des sujets que l’on n’aurait (je t’assure) JAMAIS abordés ensemble.

En fait, au-delà de savoir ce que c’est qu’être un « bon » chrétien, j’y ai vu un enseignement sur ce que c’est qu’être une bonne personne dans la vie. J’ai compris aussi que certaines notions, comme le pardon, la compassion, l’entraide sont des valeurs de paix et d’amour. On est bien d’accord que je ne me réfère qu’aux textes originaux, et non pas à l’interprétation de la religion qui a été faite depuis des siècles et encore aujourd’hui.

Notre préparation au mariage protestante

Crédits photo : Photo personnelle

Bible offerte par notre paroisse

Notre pasteur a été très à l’écoute, et Monsieur Sou a trouvé très intéressant de prendre le temps de parler de sujets fondamentaux, pour savoir si on se comprenait jusque sur des sujets aussi philosophiques. Nous sommes même allés plusieurs fois au culte du dimanche, par plaisir.

Après les cinq rendez-vous de préparation, deux rendez-vous individuels nous ont permis de peaufiner l’articulation de la bénédiction nuptiale. Choix des textes, des lecteurs, des musiques, sujets qui nous tiennent à cœur, notre pasteur nous a mis à l’aise et ne nous a rien imposé.

Mariage religieux OK, mais où ?

Mais quand on se marie civilement à quarante-cinq minutes du temple protestant le plus proche et qu’on ne veut pas faire faire encore de la route à nos invités (qui font déjà deux heures de route voire plus pour venir), il faut trouver un endroit !

Notre église ne pratiquant pas le mariage en plein air, nous souhaitions « emprunter » une église catholique tout près de notre lieu de réception. Je te la fais courte, mais même en faisant un mariage œcuménique (protestant et catholique, donc, comme mes parents à l’époque), pas moyen de convaincre le prêtre local de nous prêter l’église.

Notre pasteur a fait appel au responsable catholique des relations œcuméniques, qui a validé cet emprunt. Mais ce n’était pas au goût du prêtre, qui a saisi l’évêque (oui oui, tu lis bien) en arguant que tout mariage célébré dans une église catholique devait être officié principalement par un prêtre, et non pas par un pasteur. C’est comme ça qu’à M – 4, on n’avait toujours pas envoyé nos faire-part (qui étaient prêts) car on ne savait pas où serait célébré le mariage.

Face à cette non-ouverture d’esprit, le pasteur a accepté de nous marier dans la chapelle désacralisée qui se trouve dans l’enceinte de notre lieu de réception. À M – 3, on a enfin pu imprimer les faire-part… Mais ça, c’est une autre histoire, que je te raconterai dans une prochaine chronique !

Mon ressenti

via GIPHY

En résumé, nous avons pris beaucoup de plaisir à faire cette préparation au mariage religieux protestant (appelé bénédiction nuptiale) : les thèmes abordés et les discussions qu’elle a fait émerger nous ont permis de prendre le temps d’échanger sur notre conception de la vie.

En revanche, pendant les réunions avec les autres couples, nous nous sommes sentis en décalage total, et outre le fait que certains donnaient l’impression d’être obligés d’être là, leur vision réductrice et non nuancée sur certains sujets nous a attristés.

Malgré ces indécisions, ces chamboulements, je sais maintenant que cette cérémonie nous correspondra, et j’espère qu’elle parlera aussi aux invités non croyants !

Et toi, quelle cérémonie as-tu choisie pour ton mariage ? Avez-vous changé d’avis en cours de route ? Ou au contraire, c’est une évidence pour votre couple ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



4 commentaires sur “Mariage religieux or not, that is the question…”

  • Je trouve géniale l’idée que vous ayez pu célébrer un mariage oeucuménique et de voir l’ouverture du pasteur sur votre situation! Nous nous sommes mariés religieusement nous aussi (catholiques pratiquants tous les deux) mais je te dirais que je n’aime pas non plus la vision réductrice qu’ont plusieurs pratiquants (tant du côté catholique que protestant) des textes bibliques et de la religion à proprement parler. Peut-être est-ce dû au fait que je possède aussi un cursus universitaire en études bibliques et que j’ai pu appréhender la religion sous un autre angle…bref, ce n’est pas le sujet de ce blogue 😉

    Si tu lis mon récit de mariage, tu verras que j’ai dû demander l’annulation de mon premier mariage religieux pour pouvoir me remarier à nouveau à l’église catholique (18 mois de démarches!), et je suis bien contente d’avoir pu le faire, c’était très important pour nous, d’autant plus que je suis depuis peu devenue oblate bénédictine. En gros, nous avons eu une messe de mariage à note image, pleine de chants latins, on a communié et même si une bonne partie de nos invités étaient non croyants (une de mes amies musulmanes a même assisté à notre messe! 🙂 ), le prêtre (il a mon âge, début quarantaine) a pu rejoindre tout le monde et faire en sorte que nos invités ne se sentent pas largués! Nous leur avions préparé aussi un livret de messe!

  • Merci pour cette chronique Mademoiselle Popinée. Je trouve votre cheminement très intéressant, et assez à contre-courant finalement : choisir le religieux après s’être décidé pour une cérémonie laïque, ce n’est pas quelque chose que l’on voit tous les jours. 😉 Mais c’est le chemin qui a le plus de sens pour vous.
    Je suis assez attristée de lire une fois encore que malgré votre désir évident de vous unir devant Dieu, c’est un de ses ministres lui-même qui a essayé de vous mettre des bâtons dans les roues… comme dirait Marjane Satrapi, “dans toutes les religions, on trouve les mêmes extrémistes”. Heureusement, tout est bien qui finit bien !

  • C’est une très belle chronique que tu nous offres là MElle Fantail !
    Je suis moi-même baptisée protestante, et j’avoue que si nous nous étions mariés religieusement, nous aurions choisi le temple, beaucoup plus ouvert d’esprit à nos yeux….
    En tous cas, je suis sûre que votre bénédiction sera magnifique !

  • Merci de partager vos réflexions à ce sujet, Mlle (pour quelques jours encore 😉 ) Popinée.
    Comme vous, nous avons longtemps hésité entre cérémonie religieuse et laique, avant d’opter finalement pour une cérémonie à l’eglise catholique. Notre préparation au marige religieux était intéressante, même si je m’attendais à rencontrer davantage d’ouverture d’esprit de la part des couples fiancés présents, et même des couples mariés accompagnateurs. Au lieu de nous conforter, la préparation nous fait fortement douté de notre choix.
    Je suis ravie de lire que vous avez réussi à passer outre certaines rigidités de l’Eglise, pour une cérémonie en accord avec vos valeurs 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *