Mon mariage sera sans gluten, comme moi !

J’ai oublié de te parler de cet invité gênant et supplémentaire, et dont on se serait bien passé : le gluten.

Rien que le nom, ça me fait penser au monstre affreux d’un dessin animé : « Le gluten, tapi dans l’obscurité, guettait sa proie… »

Et pour moi, ça n’est pas si loin de la vérité, en fait.

Comment éviter le gluten pendant un mariage

Crédits photo : JD Hancock

Au cas où tu aurais la chance de ne pas savoir ce qu’est ce monstre gluten, il s’agit de cette protéine qu’on retrouve dans certaines céréales (blé, avoine, seigle…), et qui provoque chez certaines personnes  des allergies ou intolérances, également connue sous le nom de maladie coeliaque.

Un peu barbare, tout ça, donc pour faire simple : ça rend très malade si on en mange.

Et le gluten est un monstre pernicieux… Oui, on s’attend à le débusquer au détour d’une pâte à pizza fondante de fromage, dans un gâteau faussement tentateur, dans une bonne bière fraîche un jour d’été, ou dans une baguette de pain chaud tout juste sortie du four. Le gluten transforme toutes ces tentations alléchantes en autant de supplices de Tantale !

Mais le bougre complique les choses en se tapissant, en se dissimulant dans des produits dont on n’aurait pas soupçonné qu’ils puissent renfermer en eux, le traître. On croit qu’une sauce tomate est sans danger ? Erreur : de l’amidon de blé est présent pour épaissir. On croit pouvoir boire une soupe ou acheter vite fait un plat tout prêt de boeuf-carottes en toute impunité : erreur fatale ! Le gluten est encore là !

Bien évidemment, je te passerai le parcours du combattant d’un malade coeliaque invité par des amis qui ignorent tout du gluten (tiens, je t’ai fait des crêpes !!) ou invité dans un bar à bières.

Cette intolérance au gluten se cache en fait dans les gènes, à la base. En effet, c’est génétique, et dans ma famille proche, il y a plusieurs membres qui y sont intolérants. Dont moi. Tu vois sans doute où je veux en venir… Inutile de te dire que c’est une des premières choses que j’ai dite à mon traiteur.

Il est quand même (heureusement) possible d’éradiquer le monstre gluten de son alimentation en déployant un peu de ruse et en utilisant quelques subterfuges.

Les plats proposés sur le menu du traiteur, par exemple, me convenaient tout à fait (à part certaines façons briochées de faire la viande). Les entrées aussi (genre brochettes de langoustines).

Là où le bât blesse et où le monstre ressurgit, c’est lorsqu’il s’agit du vin d’honneur, des desserts, et du pain. Il faut savoir que cuisiner sans gluten, c’est compliqué. Remplacer la farine de blé par de la farine de maïs, c’est possible, mais c’est quand même différent. Le monstre est tenace et force m’est de lui reconnaître des avantages indéniables en cuisine (ah, la mie légère et aérée du pain grâce à lui…).

Les essais infructueux de différents pains tous plus chers et plus compacts les uns que les autres m’ont poussée à acheter une machine à pain. Mais voilà, je ne voulais pas en faire pour mon mariage, j’aurai franchement autre chose à faire ce jour-là. Heureusement, mes parents connaissent une très bonne boulangerie qui fabrique du pain de maïs, il est excellent, et c’est chez eux que nous nous fournirons. Premier problème du pain résolu.

Par contre, pour les petits fours et autres mignardises du cocktail, impossible d’avoir des préparations sans gluten pour ma famille et moi. On devra se passer de certaines choses, comme les mini-hamburgers, ou le foie gras avec son pain grillé, ou les mini-brushettas. Trop compliqué d’en faire certaines avec et certaines sans gluten, pour un résultat incertain. Le monstre remporte cette manche.

Pour les desserts, il est un peu plus dur d’en trouver sans gluten à la base. Surtout que, si tu te rappelles bien, Monsieur Colorado voulait absolument sa pyramide de mini-éclairs, et que ça, ce sera avec gluten, et donc, pas pour moi.

cupcakes sans gluten mariage

Crédits photo : Mark Drouin

Mais mon traiteur m’a proposé deux autres entremets, dont il pourrait adapter les recettes et remplacer le monstrueux gluten par autre chose d’inoffensif pour moi. Et un petit macaron avec le café pour finir, et le tour est joué. Cette fois, je gagne la bataille.

Pendant la soirée dansante, après le repas, on a eu l’idée d’installer une tireuse à bière (il y aura quelques amateurs), et donc ça ne sera pas pour moi, ni pour les membres de ma famille qui sont concernés. Il faut te préciser que nous sommes de grands amateurs de bonne bière, belge de préférence, et que cette maladie a mis fin à une de mes passions. Je m’apprêtais à ne pas avois ma bière pendant la soirée dansante (j’en trouve dans le commerce en bouteille, quand même, mais pas en tireuse).

Heureusement, un collègue bien intentionné a fait des recherches sur internet pour moi, et a dégotté de la bière sans gluten en fût !! J’aurai donc ma tireuse à bière !! (Eh oui, j’y tiens, à ma bière !)

Je profite de cette chronique pour tordre le cou à deux clichés sur le gluten, en passant :

  1. Non, ce n’est pas une mode. On en parle juste davantage parce qu’on connait plus qu’avant. Des pays comme l’Angleterre, l’Australie, les États-Unis ou l’Italie l’ont compris bien avant nous ! Ça me faisait bondir de m’entendre dire : « ouais mais c’est un phénomène de mode, tout le monde en parle ! Ça te passera aussi ! » Alors oui, je ne demande que ça !
  2. Oui, il y a des gens qui ne mangent pas de gluten par choix, pour une question de régime, et qui trouvent que ça fait perdre du poids. Faux, je réponds. Ça fait manger des choses saines, certes, mais pas que… C’est vrai que je ne peux plus manger ni sandwich ni hamburger. Mais qui a dit que je ne me rattrapais pas sur les frites, les pizzas sans gluten que je fais, ou toutes le matières grasses (ah, mon beurre salé à haute dose !) Alors non, on ne prétend pas toujours qu’on est « allergique au gluten » juste pour faire régime. Parfois c’est vrai, on est vraiment malade coeliaque.

Voilà pour mon petit « coup de gueule » et comment j’ai réussi à partiellement bouter le Gluten hors de mon mariage jusqu’à ce qu’un jour, mon pays soit à la hauteur de celui de mon fiancé en matière de « gluten-free » ! (Vivent les restos américains qui proposent presque tous de la bière et des menus sans gluten !)

Et toi ? Tu es allergique au gluten ou à quelque chose d’autre ? Ton traiteur a été compatissant et créatif ? Raconte !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



22 commentaires sur “Mon mariage sera sans gluten, comme moi !”

  • J’imagine bien la galère !!! Surtout sur un repas de mariage. Je compatis sincèrement, les maladies coeliaques, liées à une intolerance alimentaire ou autre, ce n’est jamais une partie de plaisir pour le malade.

  • Bonjour Mademoiselle Lilas ! Je suis témoin d’une bride gluten-free dans quelques mois, et elle rêverait d’une tireuse à bière : je suis preneuse de la marque de la bière que tu as pu trouver en fût !

  • C’est un sujet dont on ne parle pas souvent, pourtant c’est important de bien s’organiser !
    Deux de mes invités étaient intolérants au lactose, j’avais déjà acheté les dragées, on leur a donc offert des Anis de Flavigny (ils m’ont répondu en 48h pour confirmer que leur atelier travaillait sans lactose !).
    En revanche, bien que le traiteur m’ait assuré qu’il avait l’habitude de gérer ce type de menus, les photos de la soirée révèlent que ces invités n’ont jamais eu la salade de fruits (mouais…) prévue pour leur dessert… J’en veux au traiteur, et j’aurais dû demander à mes beaux-parents, assis à côté de ces invités, de vérifier si tout était servi correctement… J’ai carrément peur qu’on leur ait servi des plats contaminés…
    En tout cas je suis ravie que tu aies trouvé une solution pour profiter de la bière !

  • Comme je me reconnais dans ton article! Moi même malade coeliaque, j’ai pu mettre au point un menu sans gluten avec le traiteur, je lui ai fourni un guide complet de la restauration sans gluten en collectivité, et me voilà rassurée. le pain sera avec gluten pour mes invités, et moi je n’en mangerai pas, je m’en passe de toute façon très souvent à table. Je prendrai juste qqes tranches emballées pour le fromage.
    Pour le dessert, c’était trop compliqué et trop dangereux de demander à un pâtissier de faire une pièce montée sans gluten, avec un résultat incertain. Du coup je me ferai ma propre pièce montée en choux et mon wedding cake! test réalisés l’été dernier, une tuerie! (enfin 2!).
    Pour le vin d’honneur il y aura bien entendu des toasts prohibés pour moi mais aussi bcp de brochettes salées et des verrines, rillettes, etc… donc je ne serai pas en reste!
    et fort heureusement pour moi je n’aime pas la bière. je n’en ai jamais goûté mais l’odeur ne m’attire pas du tout et bien qu’ayant goûté des bières sans gluten, je n’ai pas changé d’avis.

    Je te rejoins également sur tes derniers commentaires, c’est une maladie bien difficile à vivre quand autour de toi ou dans les médias on présente ça comme une mode ou un régime. ça n’a jamais fait maigrir et ne le fera jamais, ça oblige juste par la force des choses à manger plus sainement, mais rien empêche de se goinfrer de chips (toutes ne contiennent pas du gluten heureusement) et ça peut surtout avoir des conséquences très graves si on n’est pas vigilants.

  • Comme je te comprends! Moi même intolérante au lait et au blé (parce qu’il n’y a pas que le gluten qui peut rendre malade dans le blé malheureusement) ça a été mon premier stress quand on a du choisir le repas de mariage.

    Mais j’ai eu la chance d’avoir un traiteur au top du top qui m’a même fait de la crème pâtissière au lait de soja rien que pour moi pour les choux de la pièce montée!! (oui parce qu’en fait vu que c’est une intolérance je peux manger du blé en très petite quantité de façon exceptionnel. Donc pour mon mariage j’en ai profité).

    Pour ma grand mère il a fait une salade de fruit même sans qu’on lui demande (au début ma grand mère avait décidé de faire un écart sur le blé ce soir là aussi mais le jour même sortant d’une semaine de vacances à manger au restaurant elle n’avait pas pu tout contrôler et du coup craignait les effets indésirables) donc une salade de fruit totalement imprévue en urgence et sans broncher! (je vous ai dit que mon traiteur était top 🙂 ).

    Enfin pour ton dernier paragraphe je ne te comprends que trop bien. On a mis 7 ans a diagnostiquer mes intolérances. 7 ans a me faire traiter de menteuse et d’em*****use quand je disais que je n’étais pas bien. Et maintenant que je peux mettre un nom sur ça certain pense encore que c’est de la comédie. « Oui mais moi mon oncle est gastro-entérologue et il a dit que les intolérances ça n’existait pas »… (Et ba ton oncle il peut aller se faire v*** chez les G***s parce que ce n’est pas lui qui doit se priver de religieuse au chocolat (mon péché mignon avant tout ça). )

    • Haha Madame Stress, le coup du « moi je connais untel qui dit que ça existe pas »… c’est du vécu aussi! Et je te rejoins tout à fait sur ce point : on met beaucoup de temps à être diagnostiquée, même mon médecin ne m’en avait jamais parlé!

  • Bonjour Mademoiselle Lilas !

    Merci pour ton article !

    Je ne suis pas allergique au gluten, ni intolérante au lactose, mais j’évite d’en manger :
    J’ai déjà fait les frais d’une inflammation chronique de l’intestin causée par le gluten (malabsorption intestinale et anémie) et je n’ai pas envie de préparer le terrain pour une maladie cœliaque !
    Le lactose quant à lui, n’est de toutes façons pas digéré par l’adulte.

    Du coup, j’ai eu droit aussi à la fameuse remarque de l' »effet de mode » ! Et je suis soulagée de voir qu’il est possible de choisir des alternatives pour quand même se faire plaisir !

    As-tu déjà essayé la farine de riz au lieu de la farine de maïs ? Elle est très neutre, idéale pour la pâtisserie ! (Testée et approuvée)

    • J’achète de la farine spéciale pâtisserie ou pain sans gluten, je pense que ça doit être de la farine de riz parce que ce n’est définitivement pas de la farine de maïs! Merci en tout cas! 🙂

  • Je compatis également. Ici, ce n’est pas le gluten qui pose problème, mais les plv : protéines de lait de vache (≠ lactose). Ma fille y est allergique et, moi-même, je me rends compte que je vis mieux sans (disons que je peux en manger mais que j’en ressent les conséquences le lendemain. Quotidiennement, je fais sans).
    Comme pour toi qui trouve du gluten dans tout et n’importe quoi, je trouve des plv dans des trucs improbables. Côté traiteur, ça passe car c’est nous qui nous occupons du menu enfant. D’ailleurs, un des desserts qu’il propose est un gâteau au chocolat sans gluten (et excellent !!)

  • Merci pour cet article ! Mon homme est intolérant au gluten… Et au lactose ! Souvent quand les gens l’apprennent, on a l’impression de parler d’un handicap moteur. Mais non ! Même avec une ouble intolérance on mange très bien. On fait juste un peu plus de homemade et en dessert on se rue sur les macarons.

    • Exactement! J’ai la chance de ne pas être intolérante au lactose, mais le reste de ma famille allergique au gluten l’est aussi au lactose. Ca complique les choses, mais ce n’est pas impossible!

  • Je suis très touchée par ton article, car je dois également suivre un régime alimentaire particulier. Il ne s’agit pas du gluten mais des protéines de lait (de vache, de brebis, de chèvre, etc …) et des oeufs. Ces (grosses) intolérances ont été découvertes après une prise de sang dans un laboratoire spécialisé. Cela fait maintenant deux ans et demi que j’ai du renoncer à l’amour gastronomique de ma vie : les fromages !! Je cuisine désormais sans lait et sans oeuf grâce aux recettes vegan. L’un des points clefs de mon mariage sera d’avoir un menu complet sans ces produits. Avec du savoir faire et de l’organisation c’est tout à fait possible ! Ce jour particulier ne doit pas être gâché par ce stress (être malade). J’ai déjà commencé à chercher un pâtissier pour réaliser mon wedding cake sans lait, sans oeuf (un défi !).
    Bon courage pour la suite des préparations !

  • Je comprends bien ton combat, étant infirmière dans un service où les maladies cœliaques sont fréquentes … C’est toujours un grand moment quand il faut expliquer aux patients ce qu’ils vont devoir faire comme changement d’alimentation !
    Mais je trouve que tu t’en es bien tirée, et franchement je suis admirative, car je me doute que ça ne doit pas être facile tous les jours de faire entendre que ça peut vraiment être dangereux pour ta famille & toi d’en manger …

  • Pour ma part, on va s’occuper de préparer le vin d’honneur pour 500 personnes car mon fils est allergique aux PLV et intolérant au lactose. Car ça va être dur de surveiller ce qu’il peut grignoter ou pas, sachant que l’entourage ne prend pas tout cela au sérieux et continue à proposer à mon bout de chou du fromage ou des yoghourts à tout va. Pour le repas, le traiteur est informé donc repas enfant sans PLV et plusieurs desserts prévus (meringues, brochettes de fruit,…). Tout ça n’est pas contagieux et n’empêche pas de vivre heureux!!!

    • Ah, ça, les gens qui ne connaissent pas ou ne comprennent pas, souvent ne prennent pas au sérieux. Parfois j’ai l’impression de devoir me justifier (enfin je vais quand même pas leur ramener mes derniers examens sanguins! 😉 Mais tu as raison, ça n’empêche pas de vivre heureux!! 🙂

  • Je ne connais qu’une seule personne dans mon entourage qui soit intolérante au gluten et, moi qui adore manger et grignoter tout ce qui passe, je compatis vraiment au régime strict auquel elle doit se tenir. Par contre, j’entends aussi beaucoup de gens autour de moi qui ne sont pas allergiques mais qui ont « observé » qu’en fait ils ne digéraient pas bien ce qui contenait du gluten et que donc à partir de maintenant, ils allaient s’en passer… Je sais que la maladie existe réellement mais ces gens-là sont précisément la raison pour laquelle on assimile ça à une mode ! Il y a tellement d’auto-diagnostics sans fondement par des gens qui n’ont pas la moindre connaissance médicale qu’on peut réellement parler de mode au point où on en est. C’est une maladie qui concerne à peine 1% de la population, pourtant on n’a jamais autant entendu des « malades » venir pleurnicher… Moi, ça, ça me fait enrager parce que ça déforce les vrais malades !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *