Mon mariage contes et légendes : le repas et la soirée

La dernière fois, je t’avais laissée à la fin du vin d’honneur… Il est temps pour nous de passer au repas, que nous avons choisi traditionnel, assis et servi à table.

Les gens mettent un peu de temps à s’asseoir car, comme je te l’avais expliqué, chaque centre de table est différent et ils ont envie de tous les voir… Nous finissons par entendre le mot d’accueil de mon beau-frère, et la musique des Minions se lance. Nous entrons dans la salle en rythme et embrassons nos invités du regard.

Nous rejoignons notre table avec presque tous nos témoins (nous avons laissé ma chère tatie avec son mari à une autre table). Ce choix d’être ensemble à notre table nous a paru avantageux, car ils ne se vexeraient pas de nos nombreuses absences et nous ferions de même avec les leurs : ainsi, aucun invité ne serait laissé seul à notre table pendant les animations.

Nous commençons par un mot d’accueil à tous. Nous y avons mêlé nos souvenirs communs, des blagues du monde de la construction, mais aussi des explications pour que tout le monde arrive à nous suivre. Je ne sais pas ce qu’est devenu le papier de ce petit discours, peut-être le retrouverons-nous un jour (je t’avoue avec un peu d’embarras que tout n’est pas encore trié et rangé, même plus de deux ans après… hum hum).

photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Viennent ensuite les discours. PapaMarine a même récupéré un panneau de chantier, qu’il nous offre en guise de synthèse de son joli discours, qui traduit tout l’amour qu’il porte à son fils et la place qu’il me fait au milieu de ses propres enfants.

Même si ça me déçoit un peu, PapaBleu n’a pas voulu parler. Je pense qu’il n’était pas prêt à ce moment-là de sa vie à s’exprimer devant la famille.

Heureusement, mon super Papy, mon grand-père paternel, prend le relais et son discours me transperce. Lui qui exprime si peu ses sentiments me raconte beaucoup de choses à travers ses mots, et je vois bien qu’il lutte pour ne pas laisser son émotion le dépasser. Il y a le discours qu’il prononce, que peut-être tout le monde n’a pas compris (une histoire de grotte et de chauve-souris qui nécessite de connaître un peu ma famille et ses terres…), mais il y a aussi le discours implicite, que je suis seule à entendre et qui tend un fil entre lui et moi. Une bouffée d’amour supplémentaire dans cette journée déjà bien chargée et qui n’est pas encore finie.

Nous mangeons un peu. À cet instant, la pression retombe et M. Marine et moi avons un petit coup de fatigue. Heureusement, l’animation suivante, faite par mes témoins et qui raconte ma vie avec eux en photos, nous fait bien rire et nous redonne du peps.

Au moment du plat, un petit couac s’invite : le traiteur annonce à nos témoins qu’une partie de la viande n’a pas survécu à la cuisson, et c’est d’autant plus grave que ce sont les deux tables de nos pères qui ne pourront pas avoir de notre bonne viande limousine et devront se contenter d’un steak haché, boucher certes, mais d’un steak haché quand même… L’incident passe inaperçu pour nous (grâce à nos témoins qui gèrent comme des grands). PapaBleu peut manger de la bonne viande limousine tous les jours, mais PapaMarine en sera quitte pour revenir dans mon pays natal !

La soirée continue : les frères et sœurs de M. Marine nous ont concocté une chouette petite vidéo sur le thème de « C’est pas sorcier », émission culte dans la vie de mon surdoué scientifique de mari. Ils y dépeignent ses petits travers. Toute leur belle complicité s’affiche alors, je suis heureuse de voir cette fratrie épanouie, et toute émue qu’ils m’invitent à en faire partie.

Nous arrivons bientôt au dessert. Une amie espagnole (qui a fait le trajet depuis Barcelone juste pour nous ! Comme quoi, certains ont su annuler leur cours d’aquaponey…) s’avance et nous lit un poème de René-François Sully Prudhomme. Elle brave son émotion et sa timidité, et je trouve le poème très joli. Il commence comme ça :

“Si tu m’appartenais (faisons ce rêve étrange),
je voudrais avant toi m’éveiller le matin,
pour m’accouder longtemps près de ton sommeil d’ange,
égal et murmurant comme un ruisseau lointain.”

Nous finissons dans les bras l’une de l’autre.

Mine de rien, la soirée est déjà bien avancée. Le plan de table qui terrifie tout couple préparant son mariage semble avoir fonctionné : partout l’ambiance est bonne et les discussions battent leur plein. Pendant le repas, nous prenons le temps d’aller voir chaque table. Ça nous permet de constater que les marque-place fonctionnent et que les centres de table ont bien lancé les discussions.

En fait, chaque marque-place, amoureusement décoré par ma grand-mère maternelle pendant ses soirées d’hiver, contient une question ou un petit jeu à faire avec sa table puis à placer dans l’urne (ça peut être : « écrivez un conseil pour les mariés », “complétez les bulles de BD”, “faites un cadavre exquis avec votre table”, etc.).

D’ailleurs, tout au long de la soirée, nos invités ont pu profiter du candy bar, déposer des petits mots dans l’urne, faire des photos avec le photobooth improvisé et nous laisser un petit souvenir en posant leur empreinte sur notre arbre à empreintes fait maison (#tropfièredemondessin).

crédits photo : Anita Gallot www.dunclic.com

Crédits photo : Anita Gallot

Vers 23h30, nos témoins, en bons maîtres du temps, nous invitent tous à nous diriger à l’extérieur, vers l’étang, pour une surprise.

De mon côté, je sais déjà ce que c’est. M. Marine y a mis tout son cœur, il a même obtenu une autorisation de tir au mortier pour MamanBleue… Bref, les feux d’artifice, c’est sa passion. Il a tout préparé pendant deux jours avec son frère et son témoin. Une grande partie du feu d’artifice démarre et les invités apprécient vraiment la surprise. En revanche, quelques fusées ne fonctionnent pas. M. Marine ronge son frein.

Nous retournons tous dans la salle et le traiteur apporte le gâteau. Je n’ai pas de bonne photo parce que la lumière ne s’y prêtait pas, mais il est vraiment beau, aux couleurs que nous avons décrites au pâtissier, un monsieur très sympathique d’ailleurs, qui a sa boulangerie-pâtisserie à seulement quelques kilomètres du château. Il est même venu monter le gâteau sur place et faire les finitions. C’est un véritable wedding cake, qui cache en fait un fraisier.

Nous nous prêtons au jeu de la découpe et coupons une première part, qui n’a probablement pas facilité la suite pour le traiteur tant elle était de travers ! Finalement, tout le monde déguste son dessert. Je craignais un peu que ce soit écœurant avec toute cette pâte à sucre et la crème pâtissière. Mais en fait, c’est vraiment délicieux !

photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Une fois le dessert dégusté, M. Marine et moi nous dirigeons avec notre DJ vers l’orangerie, qui sera notre piste de danse. Nous nous préparons, et la valse que nous avons choisie, issue du film Le Guépard, retentit. Nous n’avons pas particulièrement préparé ce moment, mais tout se passe bien et pendant deux minutes, nous ne faisons que nous regarder dans les yeux, conscients des regards posés sur nous, mais dans notre bulle.

photo personnelle

Crédits photo : Photo personnelle

Tout de suite après, les plus motivés nous rejoignent sur la piste. J’ai le plaisir de partager un rock avec mon beau-frère tout neuf, ainsi que des amis de mes beaux-parents.

Vers 2h, une partie de nos invités, les plus âgés, nous embrassent avant d’aller prendre un repos bien mérité. M. Marine en profite pour disparaître une demi-heure dans la nature. En réalité, avec son témoin, il tente de faire démarrer la deuxième partie du feu d’artifice. De mon côté, je continue à discuter encore et encore. Nous ne sommes pas de grands habitués des dancefloors et à ce moment-là, je pense surtout à décompresser et à profiter de mon tout nouveau mari et des amis venus pour l’occasion.

Vers 3h30, nous sortons à nouveau avec ceux qui sont encore présents pour voir enfin le final du feu d’artifice, qui ferait rougir d’envie certaines communes ! Nous applaudissons, et même la propriétaire du château nous en dira des nouvelles le lendemain ! Nous continuons encore un peu de gigoter sur la piste de danse et vers 4h, M. Marine et moi décidons d’aller nous coucher. Il reste encore quelques danseurs, mais ils ne tarderont pas à rejoindre également leur lit.

photo personnelle : Une de ces fenêtre donne sur la chambre des mariés ...

Crédits photo : Photo personnelle

Une de ces fenêtres donne sur la chambre des mariés…

M. et Mme Marine se dirigent donc vers le château, le leur pour une nuit, et prennent un grand escalier avant d’emprunter un petit passage dérobé qui mène droit à la chambre des mariés. Son emplacement a été gardé secret par la propriétaire du château, et il y a même quelques pétales de rose sur le lit, une petite surprise romantique de M. Marine.

Nous sommes épuisés mais heureux. Je retire les milliers d’épingles de mes cheveux et me débarrasse tant bien que mal de ma robe. Personne ne raconte que lorsqu’on est fatiguée, enlever sa précieuse peut virer à l’épreuve insurmontable ! Heureusement, j’arrive à me libérer.

La nuit de noces sera courte mais reposante, nous dormons d’un sommeil profond. Avant de sombrer, je me rends compte que tout s’est passé très vite : on n’en profite jamais assez, mais je ne regrette rien. J’ai la sensation d’avoir vécu à fond chaque minute et d’avoir été vraiment là. Je m’endors sereine.

Et demain, je sais que cette journée se prolongera encore un peu…

Et toi ? Quel a été le programme de ta soirée de mariage ? Tu as osé les feux d’artifice ? Tu t’es déchaînée sur le dancefloor ? Dans quel état d’esprit t’es-tu couchée ? Raconte !


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



2 commentaires sur “Mon mariage contes et légendes : le repas et la soirée”

  • Ho quel joli récit.
    Merci de nous avoir raconté cette super journée.
    J’aime beaucoup l’idée de la chambre des mariés cachée

    • Merci à toi 😉
      Presque trois ans plus tard… je traîne un peu mais j’arrive presque au bout !
      Pour la chambre des mariés, c’est surtout pratique quand on a des blagueurs parmi les invités (et puis aussi pour le côté romantique !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *