Mon mariage participatif et trilingue : le début de la cérémonie religieuse

Je t’ai laissé la dernière fois à la fin de notre séance photos. Mais l’heure tourne, il nous faut rentrer à la maison avant d’aller à l’église.

Comment nous rendre à l’église ?

Il était prévu que l’Amoureux parte d’abord avec mon frère dans notre sublime carrosse…

Au passage, qui a la chance qu’on lui prête une DS pour son mariage ? Ou comment le mariage est participatif au-delà de nos attentes ! La voiture appartient au père d’un ami de mon frère, un Monsieur qui ne nous connait pas mais qui nous a mis à disposition sa belle voiture de collection !

une DS pour un mariage

Crédits photo : Mamzelle Joe

Et Monsieur Gezellig qui adore les vieilles voitures, surtout françaises, était très très fier de pouvoir arriver dans une telle automobile !

Pour ma part, j’avais décidé que je voulais me rendre à ma jolie église à pied. Oui, oui… C’était un joli symbole pour moi, c’était me situer dans une habitude puisque c’est l’église où je suis allée pendant toute mon adolescence, et presque toujours à pied. Je voulais refaire ce chemin-là vers ce bâtiment si cher à mon cœur…

église de village

Crédits photo : Mamzelle Joe

Mais ne te fie pas au beau ciel de cette photo… Joëlle l’a prise le matin lors de notre visite chez le coiffeur. À un quart d’heure de la cérémonie, le ciel était vraiment noir et il s’est mis à pleuvoir des cordes. Tant pis, on prendra la voiture de Papa (sur le coup, je dois te dire que je m’en fichais… Finalement, ce n’était qu’un détail !).

Ma Maman est partie tôt avec mon cortège à l’église pour accueillir les gens. Mon Amoureux est parti avec mon frère en DS. Il ne reste plus chez mes parents que mon Papa, ma sœur (Kate avait Pippa mais je n’avais rien à lui envier, ma sœur a rempli le rôle aussi bien, voir mieux, personne n’a fait de commentaire malveillant sur sa tenue à elle, contrairement aux ragots après le mariage princier !) et moi.

Je tenais à arriver au dernier moment, je voulais que tout le monde soit entré dans l’église. Je souhaitais pouvoir me préparer spirituellement et émotionnellement calmement et ne pas sortir de ma bulle avant la cérémonie.

Ce à quoi je n’avais pas pensé, c’est le stress qui monte de l’attente. Je sens une boule se former dans mon estomac. Mon Papa tente de dissimuler  son  stress mais il y arrive mal et ne cesse de regarder l’heure… On finit par partir, 5 minutes de voiture… On est encore en avance, j’attends donc dans la voiture, ma sœur retouche mon rouge à lèvres (la maquilleuse ayant laissé le tube, super sympa !), tente de remettre la mèche qui s’est échappée de ma coiffure à la séance photo mais je suis trop fébrile pour la laisser faire (et voilà comment je pesterai sur cette mèche quelques semaines plus tard à la réception des images ! – mais ça fait aussi le mariage imparfait qu’on désirait…).

Et puis, on finit par y aller…

De la difficulté et du besoin que j’ai de mettre des mots sur cette cérémonie qui m’a chaviré le cœur

Ce que je vais essayer de te raconter maintenant et dans le prochain article, cette cérémonie religieuse, c’est la beauté de ce qui fut sans doute l’un des moments les plus touchants de mon existence.

Pendant cette célébration, j’ai eu l’impression simplement que j’étais tellement à fleur de peau, que chaque mot, chaque geste m’a touchée et je me suis sentie pleine d’amour, d’espoir, de foi… Pendant cette cérémonie, j’ai vécu quelque chose proche de l’indicible tellement s’est venu du profond de mon cœur.

Alors même si je l’ai dit, je pense que la pratique de la foi relève du privé, je crois que mon expérience peut servir à tous ceux qui préparent une cérémonie religieuse, c’est pourquoi, je souhaite la partager avec toi…

J’avais peur que les gens s’ennuient ou se sentent mal mais nous avons eu tellement de compliments sur cette cérémonie “émouvante”, “à votre image”, “profondément vivante”, “respectueuse”… Je voudrais donc te montrer que quand on met du cœur dans la préparation, ça ne peut qu’être beau… Et même si peut-être un invité là dans le coin au moins a du trouver ça long. Je me suis rendue compte que l’important, avant tout, c’est la manière dont je l’ai ressenti car ça a donné un vrai sens à cette journée.

Donc entre la décoration florale et la longueur de ton voile, n’oublie pas de penser à ces textes et ces chants qui t’emporteront sans doute le jour J !

Mais revenons à mon récit…

L’entrée dans l’église

Nous arrivons aux portes de l’église.

Je vois l’Amoureux avec sa Maman, son Papa et ma Maman et mes jolies demoiselles d’honneur (accompagnées de leur Maman jusqu’à l’entrée pour être sûr que tout se passe bien) qui m’attendent. Il y a aussi quelques dames du village, curieuses de me voir à l’extérieur mais, sinon mes consignes ont bien été respectées,  les invités sont à l’intérieur.

Nous nous mettons en rang par deux (oui, ça fait tout de suite moins élégant dit comme ça) pour suivre le prêtre : d’abord l’Amoureux et sa Maman, puis ma Maman et le Papa de Monsieur Gezellig (qui a remonté l’aller en pleurant, l’émotion n’est pas que chez moi !), puis mon Papa et moi et derrière les demoiselles d’honneur (que, sur le coup, j’ai totalement oubliées…).

Je l’apprendrais plus tard, la photographe a demandé à laisser de l’espace entre les couples entrants, donc le cortège commence doucement sur “Down in the river to pray“, cette chanson qui me touche tellement…

Je suis à l’entrée de l’église, l’Amoureux est déjà en marche et je tremble d’émotion.

entrée du marié dans l'église

Crédits photo : Mamzelle Joe

Mon Papa (qui était bien ému aussi, il me semble) se met à fredonner “tadatadam” de la marche nuptiale…

Ici, une parenthèse s’impose : mon Papa fait partie des gens qui pensent qu’un mariage sans marche nuptiale (et sans pièce-montée) n’est pas un mariage complet et il nous a embêtés gentiment avec ça pendant des mois. Il fredonnait donc souvent la marche nuptiale quand on parlait mariage… Et ma Maman n’arrêtait pas de dire “fais attention, il va se mettre à la chanter bien fort en remontant l’allée.”

on attend la mariée

Crédits photo : Mamzelle Joe

Donc quand, tout à mon émotion, j’entends ce “tadatadam”, ça me fait pouffer de rire et ça évacue un peu la pression avant ce grand moment. Et je peux le remercier aujourd’hui de ça, je crois que ça a beaucoup contribué à ce sourire que j’ai en remontant l’allée.

la mariée remonte l'allée au bras de son père

Crédits photo : Mamzelle Joe

C’est notre tour, voilà, on remonte l’allée de cette église que j’aime tant…

Et je ne vois pas les superbes compositions de fleurs faites par ma super équipe déco église de la veille. Je suis heureuse d’avoir les photos aujourd’hui pour admirer leur travail, toutes ces belles fleurs des jardins mises en bouquets tous différents…

composition florale avec fleurs du jardin

Crédits photo : Mamzelle Joe

Ce que je vois seulement et encore de manière floue, ce sont tous ces visages amis souriants et la seule remarque constructive que je me fis fut “wahooo ils sont tous trop bien habillés” et puis le sourire de l’Amoureux en bout d’allée a éclipsé le reste. Je commence doucement déjà à pleurer…

Nous prenons nos places en chantant et en échangeant des regards, je me sens portée par un grand flot d’amour…

Le mot de bienvenue

Rapidement, on doit dire notre mot de bienvenue.

L’Amoureux d’abord en néerlandais puis moi en français. Je dois respirer très fort pour aller jusqu’au bout parce que je suis envahie par l’émotion et les larmes.

mot de bienvenue des mariés

Crédits photo : Mamzelle Joe

Et, au passage, tu aperçois ma petite sœur derrière, parce que je lui avais demandé de m’assister dans mes mouvements avec mon voile de 3 mètres ! Pour le coup, ça faisait vraiment princesse mais, au moins, je n’ai rien renversé ou déchiré ! Donc je te conseille d’y penser pour les déplacements de la cérémonie si tu as un grand voile ou une grande traine car si, pour le reste, j’avais mes petites demoiselles d’honneur, je pense que c’est trop dur à gérer pour des enfants dans l’église. Et tant pis pour ceux qui ont fait la remarque qu’elle était trop grande pour ça (encore une fois, Kate avait Pippa non mais oh  !).

une adulte pour tenir le voile

Crédits photo : Photo personnelle

En plus de ce conseil pratique, j’en profite pour partager avec toi notre texte de bienvenue parce que j’en suis très fière, il représente bien l’esprit que nous voulions pour cette célébration. Je le partage aussi parce que si ça peut t’inspirer, j’en serai honorée.

D’abord, merci d’être là aujourd’hui pour nous accompagner en ce jour d’engagement. Certains sont venus de loin et la présence de tous nous touche.
Nous voudrions que chacun se sente le bienvenu ici, quelque soit la nationalité, la langue, les croyances. Nous sommes dans cette église aujourd’hui parce que nous croyons au mariage comme un sacrement au dessus de nous. Mais nous pensons aussi que notre couple a besoin de se nourrir de l’amour autour de nous et c’est pour cela que la présence près de nous de tous est importante ; vous pouvez donc nous accompagner sur cette route de l’engagement au mariage par vos prières ou simplement par les vœux de votre cœur. Nous espérons que vous aurez autant de plaisir à vivre cette célébration que nous avons eu à la préparer.”

J’en ai encore les larmes aux yeux de relire ce texte ! Mais poursuivons…

La lecture des textes

Venait ensuite le premier chant, “Comme un enfant” que j’aime tant.

Puis, la lecture de Jade, magnifiquement faite par ma meilleure amie et une amie très chère de l’Amoureux.

Ensuite, ce sont nos Mamans qui nous parlent de la force de l’amour

les mariés se tenant la main

Crédits photo : Mamzelle Joe

Puis vient le temps du psaume. Nous l’avions choisi dans sa version chantée en néerlandais (et dans une traduction de tradition protestante, pour le côté œcuménique) et nous avions confié cette partie aux parents de Monsieur Gezellig.

Mélomane et profondément attaché à rendre notre cérémonie (très importante à ses yeux) la plus belle possible, mon beau-papa avait organisé une chorale en veillant à avoir plusieurs tons de voix et même en venant tester l’acoustique de l’église quelques jours avant. Il y avait donc pour entonner ce psaume mes beaux-parents, l’oncle, la tante et la cousine de l’Amoureux et puis mon beau-frère qui avait dit non pour participer au début mais qui le jour J a fait la surprise de se lever pour rejoindre la petite chorale. Et c’était très beau, très profond…

On nous en a beaucoup parlé après, même des non-croyants furent vraiment saisis de sa beauté.

psaume chanté

Crédits photo : Mamzelle Joe

Mais on n’a pas vraiment le temps de se remettre de nos émotions. Car l’évangile nous a aussi beaucoup remué avec l’Amoureux. Il fut d’abord lu par le prêtre en français et entendre cet autre message d’amour, amour infini me touche profondément.

Mais quand c’est au tour de mon beau-papa qui lit le texte en néerlandais et qui nous regarde avec tout l’amour du monde et des larmes dans les yeux pour nous transmettre ce message, je ne peux plus retenir mes larmes qui coulent le long de mes joues…

Heureusement, il y a l’homélie du prêtre avant de devoir à nouveau nous exprimer avec la célébration du mariage en elle-même.

Encore beaucoup d’émotions à venir, un gros couac aussi dont on se fiche éperdument, des larmes et de la joie, je garde tout ça pour la prochaine fois !

Et toi, comment as-tu prévu de te rendre à la cérémonie ? As-tu prévu de faire participer tes proches pendant celle-ci ? Penses-tu qu’elle va être pleine d’émotions ? Raconte !



38 commentaires sur “Mon mariage participatif et trilingue : le début de la cérémonie religieuse”

  • Très beau témoignage! Nous avons fait une cérémonie religieuse à notre image, choisi tous les textes, chants… Et ça a touché beaucoup de nos invités athés car… J ai découvert des photos où ils sont en larmes !!! Comme quoi l important est de faire un mariage qui ressemble aux mariés et l émotion est forcément là

    • merci 🙂
      Et encore un témoignage pour toutes les futures marié(e)s qui ont peur d’ennuyer leurs invités : l’important, c’est que ça vous ressemble !

  • Très belle cérémonie ! J’espère aussi recevoir autant d’amour ce jour-là, mais on ne peut être sûr de rien (la belle-famille est parfois inexpressive). J’ai déjà dans l’idée d’envoyer Chéri à la lecture du mot de bienvenue, pour ne pas avoir à retrouver ma contenance dès le début si j’ai déjà dû verser des larmes ^^ Comme vous, on a choisi ce passage de l’évangile de Jean (le plus beau commandement de Jésus, nous espérons pouvoir y arriver dans notre vie !). La lecture que tu as choisie, nous l’avions pour nos fiançailles, on a donc pioché dans le livre de Tobie qui représente bien pour moi le mariage religieux. Et pour le psaume, nous avons choisi un de mes chants préférés de Taizé, avec un solo qui sera fait par une de mes témoins, la fille qui m’a fait découvrir Taizé et sa colline. Chanté principalement en allemand, pour moi la plus belle façon de le chanter 😉 mais on le fera aussi quelques fois en français, sinon personne ne chantera ^^ Juste pour ce passage, j’ai hâte d’être à mon mariage parce que j’adore chanté les chants de Taizé, j’ai toujours plein d’émotions qui remontent 🙂 et je pourrais rajouter un nouveau souvenir à ce chant pour le futur : mon mariage 😉
    J’ai hâte de lire la suite, tu nous fais passer tellement d’émotions !

    • Je ne peux que valider vos choix alors 😉
      (On avait l’alléluia de Taizé et un chant de Taizé chanté en même temps en néerlandais et en français pour la prière universelle 🙂 )

  • Je crois que je n’ai jamais dû commenter un de tes articles, pourtant ce n’est pas faute de suivre ton mariage avec beaucoup d’intérêt, mais là, il faut que je mette quelque chose : je vais pte avoir la même voiture de mariage, également prêtée !! 🙂 Et c’est là 1ere fois que je vois des mariés avec !
    Sinon, pour rester plus sérieux, le texte d’accueil est très beau. Nous nous marions en août, et nous commençons la préparation avec le prêtre le weekend prochain, j’avoue que cela m’inquiète un peu (qu’est ce qu’on va mettre comme chants, est ce que les gens vont s’ennuyer. ..) donc ça fait plaisir et ça rassure de lire un témoignage de cérémonie religieuse émouvante 🙂

    • C’est un super carrosse 😉 Tu vas voir, on se croirait dans son canapé à l’arrière, c’est trop bien !
      Et je te souhaite bon courage pour la prépa mais dis-toi que si vous trouvez des chants et des lectures qui vous parlent et vous touchent, c’est votre émotion qui se transmettra aux invités en général 🙂

  • Je suis assidûment tes chroniques sans toujours les commentées. Elles sont toujours très intéressantes car tu mets du coeur à rentrer dans les détails (mais avec la retenue qui permet de ne pas se sentir engouffrée dans la vie privée de quelqu’un).
    C’est rare de trouver un aussi joli récit de la cérémonie religieuse, et tout ce que tu as écrit fait échos en moi.
    Mon futur mari n’est pas baptisé, ni croyant. Il est d’une famille plutôt catholique, mais disons que la religion semble “sauter des générations” à partir de la génération de ses parents/oncles et tantes.
    Alors je me demande si je ne m’inspirerais pas un peu de ton mot d’accueil, qui reprend complètement l’idée que j’avais en tête “Quelques soient vos croyances, votre nationalité, n’ayez pas peur de chanter, de prier, ou simplement d’avoir une penser pour l’engagement que nous prenons aujourd’hui”.
    Il me tarde de connaître la suite de ton récit.

    • oh merci <3
      Je ne me sentais pas très à l'aise de demander à mes amis et les membres de ma famille athées de suivre une cérémonie qui allait contre ce qu'ils pensent. Mais d'un autre côté, je trouvais ça merveilleux d'avoir pour témoins de notre engagement nos familles, nos amis et Dieu, d'être entourée de tout cet amour pour échanger nos promesses… D'où le temps que j'ai passé à écrire ce mot de bienvenue pour vraiment, vraiment que chacun sente que même si c'était dans le cadre d'un office religieux, ils avaient tous bien leur place ici, il était important qu'ils soient là 🙂

  • C’est très touchant comme tu racontes ça !
    Nous aussi nous avions voulu rendre la cérémonie joyeuse et vivante même pour les non croyants. Mon mari n’envisageait pas un mariage sans aller à l’église, et même si je ne suis pas croyante, j’ai été baptisée et je respecte sa foi. Mais j’ai dans ma famile proche des gens que la religion ne touche pas du tout, qui disent ne rien y comprendre (mon père et mon frère entre autres…). Nous avions donc choisi de faire venir une chorale et du coup les chants étaient très émouvants (autrement il n’y aurait pas eu grand monde pour chanter). Notre première lecture était aussi la force de l’amour, quel beau texte, très bien lu en plus par la belle-soeur de mon mari. C’est le prêtre qui a dit un mot d’accueil, en revanche à la fin de la cérémonie il nous a tendu le micro pour que nous disions quelques mots, ce qui n’était pas du tout prévu lol !! Heureusement mon mari a très bien géré et je n’ai rien eu à dire, je déteste parler en public et encore plus en improvisant !!
    Quand à la fin de la cérémonie mon père a dit au prêtre qu’il avait beaucoup aimé la cérémonie et que ce qu’il avait dit était très juste (durant son homélie il a parlé du mariage dans la durée, de l’amour au quotidien etc), j’étais très heureuse, parce que c’était loin d’être gagné d’avance ! Nous avons la chance d’avoir dans nos familles des couples mariés depuis très longtemps et qui sont toujours heureux ensemble, j’ai trouvé ça très chouette de pouvoir partager cette cérémonie avec eux et que certains nous aient dit que ça leur rappelait leur propre mariage 🙂

    • Je trouve l’idée d’une chorale super, ça met vraiment de la vie dans une cérémonie !

      Après pour celles qui ont un petit budget ou ne veulent pas faire appel à des gens qu’elles ne connaissent pas, je pense que ça peut faire partie des choses qu’on peut organiser à l’avance avec des proches motivés, leur envoyer les chants avant, et faire une ou deux répétitions mais dans ce cas, il faut quand même avoir un chef de chœur, ce qui n’est pas toujours facile à trouver bien-sûr…

      En tout cas, c’est super que vous ayez pu mettre de la vie dans votre cérémonie et que vous ayez eu un prêtre qui donne un message ouvert et plein de sens à son homélie 🙂

  • Croyants ou athés, l’important est d’avoir une cérémonie à son image (je dis ça alors que nous nous sommes “contentés” de la mairie, qui pour nous fut un moment fort en émotion, sans même faire de cérémonie laïque). Même non croyante, je peux être touchée par des textes religieux, mais je dois dire que la plupart du temps, je suis horripilée par les propos entendus dans un lieu religieux (ne serait-ce que “bienvenue aux croyants”, mots entendus lors de cérémonies, où j’avais envie de hurler “et les non-croyants, vous ne leur souhaitez pas la bienvenue ?!”). Ça m’a fait sourire de lire à propos du psaume chanté par la petite chorale “même des non-croyants furent vraiment saisis par sa beauté” : j’aime beaucoup le chant grégorien alors que je suis athée ; cela n’a rien à voir avec la religion, mais avec la beauté artistique. C’est d’abord la beauté musicale qui touche tout le monde ; ensuite certains y mettent une connotation religieuse, d’autres une portée spirituelle sans religion. Quoi qu’il en soit, je suis contente de lire que cette cérémonie fut belle pour vous !

    • Je ne voulais pas dire que les non-croyants ne peuvent pas être sensibles aux chants religieux hein mais pour le coup, le psaume était chanté certes mais c’est lecture biblique avant d’être un chant religieux, c’est présenté comme une réponse au message des écritures, d’où ma remarque.
      Et puis, il me semblait je crois que mes proches athées ne seraient pas le genre de personnes qui aimeraient ce type de chants…
      Après, oui, c’est sûr que vu la qualité de l’interprétation , ça n’avait rien d’étonnant…
      Mais ça m’a surprise aussi parce que je n’avais aucune idée de comment ça sonnerait, j’avais validé le choix du psaume au niveau des paroles mais je n’avais jamais entendu cette interprétation – et en fait, à aucun moment, je me suis posée la question !
      Bref, laisser la place aux gens pour participer en leur donnant notre confiance a résulté en de multiples joies ! 🙂

  • J’ai eu la chance – l’honneur ! – d’assister à la cérémonie, je savais donc à quoi m’attendre en te lisant, eh bien j’ai quand même versé une larme!!

    • oh <3
      Merci encore d'avoir fait la route pour venir. Je regrette de ne pas avoir pu vous (à toi et à Mme Violette) parler plus le jour J (j'étais pas vraiment capable de parler à la sortie de la cérémonie) mais ça me fait plaisir de savoir que vous étiez là 🙂

  • J’ai été très émue en te lisant, j’avais aussi mis “down the river to pray” en fond sonore 🙂
    Mon 1er mariage avait juste été civil… Celui-ci (donc le 2nd) le sera également devant Dieu car j’y tiens profondément, croyante depuis toujours (j’ai même été enfant de choeur 🙂 ). Hâte de continuer aussi notre préparation, l’église est superbe et symbolique face à la Méditerranée un sanctuaire à la Vierge <3

  • Chère Madame Gezillig, quel plaisir de lire tes chroniques, et particulièrement celle-ci. Je ne suis pas vraiment du genre à laisser des commentaires sur la toile mais là je ne peux pas résister ! Je suis avec impatience le récit de ton mariage et à chaque fois tes articles me touchent un peu plus ! J’adore ton enthousiasme, et le fait que chaque détail de votre jolie jour semble venir tout droit de votre coeur ! Alors merci de partager tout ça avec nous.
    Je me marie en août prochain et nous avons décidé de nous marier à l’église parce que c’est important à nos yeux. Seulement, peu de personnes de notre entourage sont croyantes et j’ai très peur que ce moment très symbolique pour nous ne soit qu’une corvée pour nos invités… Alors ça me fait extrêmement plaisir de lire que vous avez réussi à faire de cette cérémonie un vrai moment de partage avec tous vos invités ! Ça me redonne un peu d’espoir et me conforte dans l’idée que le choix des textes et des chants doit avoir du sens pour les mariés afin que l’émotion puisse se transmettre.
    Continue de nous raconter avec douceur, passion et sincérité cette belle aventure ! Et encore une fois merci à toi ! 😉

    • Merci d’avoir commenté, c’est toujours sympa d’avoir un retour des lectrices surtout quand c’est pour dire des choses aussi adorables 😉
      Et je te souhaite le meilleur pour ta préparation… 🙂

  • C’est tellement émouvant de te lire !
    J’ai adoré ton texte de bienvenu, il m’a mis les larmes aux yeux !!!
    Me tarde de lire la suite.

  • Très touchante chronique, comme d’habitude ! Mon fils prépare une cérémonie oecuménique protestant/catholique, quel psaume avez vous choisi ?

    • Alors, c’est le psaume 139 (et comme y a différentes numérotations suivant les éditions, c’est celui qui commence par “Seigneur tu m’as scruté et tu connais…”) mais il est assez long donc on avait sélectionné trois paragraphes (surtout qu’ils ne nous parlent pas tous… Choisir le psaume fut vraiment difficile, pour aucun nous nous sommes dits directement “c’est celui qui nous correspond”)

      Belle route à votre fils et belle-fille sur la préparation de cette jolie célébration 🙂

  • Quel témoignage émouvant… C’est un réel plaisir de suivre tes chroniques, toutes en émotion et en pudeur. Ton texte de bienvenue est vraiment top, j’en avais les larmes aux yeux…

  • J’ai beaucoup aimé ton témoignage car il rejoint l’esprit que nous avons accordé à notre célébration mon mari et moi. Nous tenions aussi à prendre la parole pour accueillir les invités et notamment mettre à l’aise les non croyants : notre mot d’accueil était très proche du vôtre! J’ai été un peu déçue par des célébrations où on entendait les mariés s’exprimer seulement pour l’échange des consentements, d’ailleurs je trouve bien plus romantique de connaître les consentements par coeur pour pouvoir se regarder dans les yeux au moment de l’échange, plutôt que lire un papier! C’était important pour nous que les invités même inhabitués à l’église sentent une émotion lors de la messe, et pour cela le choix des chants et l’accompagnement musical est important! J’ai demandé à des amis musiciens de jouer et maman a fait venir sa chorale. Nous avions aussi choisi un gospell et quelques chants de taizé (le psaume “Bénissez le seigneur” et le chant de louange “Laudate dominum”). Cela m’a fait très plaisir d’entendre de la part de mes copines athées qu’elles avaient trouvé la messe très belle.
    Enfin, un dernier avis pour celles qui préparent leur célébration : nous étions placés non pas face au choeur mais sur le côté du choeur, de telle sorte que d’un côté nous voyions les invités et de l’autre l’autel. Nous avons beaucoup apprécié pouvoir voir nos invités et eux nous voir. Nous aurions été frustrés d’être dos aux invités.
    Hâte de lire la suite Mme Gezillig!

    • Pareil pour nous, j’ai été invité il y a quelques années à un mariage dans l’église de notre futur mariage, et depuis je suis contente de savoir que je verrai nos invités 🙂

    • J’avais songé à ça aussi, nous mettre un peu sur le côté mais mon prêtre était pas super chaud… Il disait que souvent, les mariés étaient moins “dedans” ainsi.
      Maintenant que le mariage est passé, je suis heureuse de ce choix de faire “dos” à l’assemblée car j’aurais peut-être été plus dans le contrôle de mes émotions si j’avais vu le public.
      Après le texte de bienvenue, nous étions face à l’assemblée et pour les vœux et consentements, nous nous sommes faits face donc les gens pouvaient nous voir 🙂

  • Je suis très contente que tu es eu la cérémonie que tu voulais ! Elle a eu l’air d’être magnifique et très émouvante ! Et surtout tu a l’air d’avoir su lâcher prise ….

    Je reste un peu mitigée sur notre propre cérémonie. On a mis beaucoup de nous pour personnaliser nos textes et notre cérémonie religieuse, la rendre accessible au plus grand nombre. On a eu de bons retours sur notre cérémonie, que les gens ont trouvé touchante, émouvante … mais moi j’ai eu du mal à passer sur la multitude de petits couacs de la cérémonie (les couacs de l’entrée liée à mes beaux parents qui n’en font qu’à leur tête, nos alliances qui ne sont pas restées dans leur porte alliance qui venait de mon arrière grand-mère, une homélie du prêtre peu compréhensible même pour nous qui étions à côté et les chants, chantés trop hauts et en décalage avec la sono par les 2 personnes qui s’étaient proposées pour faire “chorale” …et nos propres couacs au moment des consentements pourtant appris par coeur mais que nous avons quand même du lire) . J’ai eu du mal à lâcher prise lors de la cérémonie et me laisser porter …
    Avec le recul, si je ne changerais rien au contenu de notre cérémonie, je brieferais encore davantage les gens sur le déroulement, notamment mes beaux parents (le pb étant que le jour j cela faisait un an que mon beau père refusait de me parler donc ce n’était pas simple pour coordonner des choses) et les choristes et je ferais une vraie répétition de la messe, consentements compris !

    • Nous avons eu aussi des petits couacs pour la cérémonie (voir le prochain article) et d’autres couacs pour la soirée…
      Au niveau des consentements, on a pu les faire par cœur mais pour les vœux, l’amoureux a demandé le papier (qui était dans le sac de ma sœur et témoin). Et moi, je n’ai pas dit exactement ce que je voulais… (je me suis un peu emmêlée)
      Le chant final n’était non plus comme on le voulait…
      Tout ça pour dire que je ne suis pas sûre que ce soit les couacs ou leur absence qui font qu’on se laisse porter ou non par les émotions.
      Et une répétition, c’est une bonne idée mais franchement, je pense que c’est l’émotion du jour J surtout qui fait oublier…

      Ce qui me parait important, c’est de savoir lâcher prise pour vivre pleinement ce moment mais j’ai du mal à expliquer pourquoi j’ai réussi à le faire… Bien-sûr, le fait de bien avoir briefé les gens aident… et puis sans aucun doute le fait de m’être répétée encore et encore que ce n’est pas ces petits couacs qui m’empêcheront d’avoir une belle journée…
      Ce qui est rigolo c’est que les semaines d’après, des couacs sont venus me “hanter” pour me donner des petits regrets et me poser des questions mais jamais ceux de la cérémonie parce que c’était tellement fort à vivre que ça a du tout balayer…
      Bref, je crois que j’ai eu beaucoup de chance 🙂

      • Merci pour ta réponse !
        Ton avant dernière phrase me fait me rendre compte que j’ai accepté les autres petits couacs de la journée (notamment parce qu’on avait délégué tout le service du vin d’honneur et les animations de la soirée) sans trop de difficultés mais que j’ai eu (et ai encore un peu de mal 6 mois après) à accepter ceux de la cérémonie religieuse … Peut-être ai-je trop attendu de cette cérémonie … (je n’attendais à rien pour la cérémonie civile et je me suis plus laissée complétement porter…) . Mais c’est vrai que ce côté “pourquoi je ne suis pas davantage laissée porter” m’interroge toujours un peu … 😉

  • J’ai mis du temps avant de me décider à te laisser un message sur cet article, et pourtant je suis assidument tes chroniques que j’adore et dans lesquelles je me retrouve très souvent.
    Mais là, malgré votre texte d’introduction qui est magnifique et qui recrée exactement ce que nous voulions écrire dans le notre, le côté très touchant de ton entrée dans l’église au bras de ton papa, et le fait que vous ayez réussi à mêler deux cultures aussi “facilement”, ton article me laisse un grand vide ..
    Car il confirme les plus grandes peurs inavouées que j’aie depuis le début de la préparation au mariage : je suis très entourée, j’ai une grande famille qui m’aime & un chéri adorable … Mais ma petite sœur ne sera pas avec moi ce jour-là. Et c’est quand je vois tes photos & le si beau rôle que ta sœur a tenu pour ton mariage que les larmes me viennent et que je me demande comment je vais faire …
    Mais comme je ne veux pas plomber ton magnifique article, et que ce n’est pas forcément le lieu pour parler de ça… je terminerai sur une note positive : je suis fan de votre mariage ^^ Dans chaque article je trouve une ressemblance avec ce jour que nous préparons depuis plus d’un an et que nous attendons impatiemment !
    J’ai hâte de lire la suite !!

    • oh miss chataigne… Je comprends ta peine.
      Je ne sais pas la raison qui fait que ta sœur ne sera pas là mais il existe peut-être un moyen de l’inclure un peu dans cette journée ?

      • Effectivement, j’avais pensé acheter un médaillon pour mettre une photo d’elle accrochée à mon bouquet, comme ça je l’ai avec moi toute la journée. Et j’ai adoré l’idée de Mme sourire d’allumer une lanterne lors de la cérémonie, je pense que nous ferons ça également.

  • OK, j’ai presque tout lu jusqu’à cet article. Chéri et moi allons nous marier l’été 2016 et il ne veut pas de cérémonie religieuse. Moi oui. Pour tout ce que tu écris si bien, pour toutes ces belles émotions. Merci. Même si ça m’a fait pleurer tellement c’est émouvant.

    • et que penses-tu d’organiser une cérémonie d’engagement en incluant un texte religieux, un temps de prière ? Pour qu’une cérémonie religieuse aient de belles émotions, il est important de s’y reconnaitre donc je comprends que ton fiancé ne veuille pas aller à l’église. Mais les cérémonies d’engagement peuvent être aussi très belles et toucher.
      Je te souhaite un très beau mariage en tout cas 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *