Mon mariage végétal d’automne au Pays Basque : un début de cérémonie religieuse, placé sous le signe de l’émotion

Je t’avais laissée, alors que nous venions de terminer notre séance photo sous 40 km/heure de vent. De retour chez mes parents, c’est sans grande surprise que je constate les dégâts : mes boucles sont toutes raplapla… J’y passe les doigts pour les reformer, en m’auto-convainquant que « ça pourrait être pire » et que « ça valait le coup, malgré tout ».

Un moment de calme salutaire avant le grand saut

15 heures : nous avons tout juste mis le pied dans l’entrée que tout le monde s’active dans la maison. En l’espace d’une minute, il ne reste plus que mon père, son ami d’enfance P. – qui est aussi mon parrain – et sa compagne, A., qui semblent bien décider à rester avec nous. Est-ce Papa qui leur aurait proposer de passer pour éviter d’être lui-même gagné par le stress ? Mystère et boule de gomme.

Nous avons vingt bonnes minutes devant nous, avant de décoller à notre tour pour l’église. J’en profite pour boire un verre d’eau… et – on se dit tout – faire une pause pipi (très important, la pause pipi avant la cérémonie !).

A. est une femme d’une extrême sensibilité. Elle sent l’adrénaline monter en moi, et réussit instantanément à trouver les mots pour m’apaiser : « Tu vas voir, ce n’est que du bonheur, c’est unique. Laisse-toi porter, tu le mérites ».

À cet instant-là, je sens bien que le coup de mou me guette. Alors hop, je finis par m’étendre sur le canapé, fermer les yeux une dizaine de minutes, réaliser quelques exercices de respiration… et ça marche ! Lorsque l’alarme programmée du téléphone retentit, une agréable sensation d’être revigorée m’envahit. Je me sens plus que prête à épouser mon mari devant Dieu et les siens.

L’accueil des invités sur le parvis

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Alors que mes trois demoiselles d’honneur de choc sont en charge de distribuer nos sacs de bienvenue, M. Golf savoure son privilège de récolter en avant-première les compliments sur son choix de costume. Il n’y a pas à dire, il fait l’unanimité !

Il profite de la valse des bises pour gentiment demander à chacun de « ne pas prendre de photo dans l’enceinte de l’église, parce que tout est prévu pour les photos ».

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Mlle Actu remet un livret de cérémonie à chaque couple qui franchit le seuil de l’église.

L’astuce ? Ceux à destination des invités portent un ruban de couleur cuivre, les distinguant de la version intégrale (ruban bleu) réservée aux témoins, au prêtre, à l’organiste ainsi qu’à nous, les mariés.

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Tu reconnaîtras le style de notre papeterie déclinée 🙂 Toujours la même technique : une impression au format « livret » sous Word, une feuille de papier à dessin perforée pour la couverture, quelques soirées devant Mariés au premier regard la TV à découper, perforer, relier… et zou, finis !

L’arrivée de la mariée… en retard ?!

15h25 : l’heure est venue de monter en voiture avec mon papa. Sur le trajet, je peine encore à réaliser qu’une poignée de minutes nous sépare du moment tant attendu…

15h32 : M. Voile n’a pas failli à sa mission de nous garder une place devant l’église. Parfait !

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Tout le monde semble être rentré à l’intérieur, alors je m’accorde le luxe d’une retouche rouge à lèvres dans le rétroviseur de la voiture… sous le regard médusé des gens attablés en terrasse.

En m’approchant de l’entrée, je suis assaillie de toute part par ceux composant le cortège :

  • « Tout le monde t’attend ! »
  •  « Vous êtes superbe » (le prêtre)
  • « Ça fait 5 minutes que tout le monde est rentré… »
  • « La musique a démarré, allez, on se met en place ?! »

À croire qu’ils sont tous plus tendus que moi… ! À croire que la mariée qui fait attendre ses invités (juste un peu…), ça n’existe que dans les films.

Je me souviens avoir échangé quelques mots avec notre officiant, pris une grande inspiration, pendant que Mlle Love-is-in-the-air replaçait mon voile… puis plus rien. Black out total !

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Notre entrée au son de l’orgue… bis repetita !

Ça s’affère devant moi. J’entends les premières notes de l’Automne de Vivaldi. Le cortège se met en place rapidement : M. Golf s’avance au bras de sa maman, suivi de nos témoins par binôme fille-garçon.

C’est à nous.

Nous apprécions la musique classique tous les deux, alors choisir un morceau reconnaissable par nos invités – mais peu joué lors des mariages – était assez évident pour nous. Écoute la beauté de cette marche enjouée… J’en frissonne à chaque fois !

Mon père et moi nous avançons lentement dans l’allée. Je m’accroche à son bras. Il me chuchote (pour le coup, là, j’en ai un souvenir très précis) : « Tu ne regardes pas les gens, hein ? Tu regardes droit devant toi… et je dis ça pour moi aussi ! »

À mi-distance, je suis envahie par l’émotion. Je contiens mes larmes tout en tentant de savourer chaque seconde qui me rapproche de mon futur mari.

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Aussi bizarre que ça puisse paraître, je me félicite intérieurement d’avoir abandonné l’idée de porter… des lentilles de contact. Apercevoir les sourires de nos invités installés de part et d’autre de l’allée ? Pas moyen… ça aurait été les chutes du Niagara garanties sur mes joues !

En arrivant devant l’autel, M. Golf me jette un regard tendre et me demande si tout va. Pas « tu es magnifique ». Non. « Est-ce que tout va bien ? » Cela a encore plus de valeur à mes yeux…

La mélodie résonne magnifiquement sous la coupole de l’église. Je tente de m’imprégner, encore et encore, de l’allegro interprété par mon ancien professeur d’orgue.

L’assemblée rigole. M. Golf aussi. Je ne comprends pas. Serait-ce lié au morceau, qui n’en finit plus ?

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

À gauche, le frère de M. Golf s’impatiente !

J’apprendrais plus tard que, croyant le cortège prêt à démarrer, l’organiste s’est mis à jouer la partition de la musique d’ouverture une première fois… puis une seconde ! Nos invités ont donc pu doublement s’impatienter apprécier Vivaldi. Un petit couac bien appréciable, en ce qui me concerne !

Après le mot d’accueil du marié… séquence émotions !

Notre prêtre prend la parole pour accueillir nos invités. Comme je l’évoquais la dernière fois, nous tenions à ce que chacun, croyant et non croyant, se sente le bienvenu.

Nous entonnons le chant d’ouverture, Bonheur Aujourd’hui, un hymne à la joie que nous avons fais découvrir à notre officiant.

Il confie ensuite le pupitre à M. Golf. Nous souhaitions en effet adresser à notre tour quelques mots à nos invités, d’une part pour les remercier d’être présents, d’autre part pour leur demander de ne pas prendre de photos.

Nous tenions véritablement à éviter les flashs intempestifs et les smartphones à la sortie de la cérémonie, qui sont très inesthétiques sur les photos… Sans parler de l’intérêt de vivre le moment présent, avec nous, pour de vrai. Si tu es à la recherche d’une tournure de phrase, voilà celle que nous avons utilisé :

Vous avez dû remarquer la présence de Sara et Eva, nos super photographe et vidéaste. Nous vous demandons de ne pas gêner leur travail, en particulier pendant la cérémonie et à la sortie de l’Eglise, toutes les photos vous seront envoyées.

Malgré notre appréhension que ça jette un froid en début de célébration, il faut le dire : ça a été redoutable d’efficacité !

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Mlle Love-in-the-air s’approche du micro pour partager le très joli texte de Charles Peguy, une légère entorse à la trame généralement suivie lors de ce sacrement. Il exprime à la perfection l’importance de vivre le mariage chaque jour. Extrait :

Cela m’étonne toujours, dit Dieu
D’entendre les gens dire : « Nous nous sommes mariés le… »
Comme si on se mariait un jour !
Laissez-moi rire.
Comme si on se mariait une fois pour toutes.
Ils croient que c’est arrivé et qu’ils peuvent vivre,
Vivre de leurs rentes d’amour de gens mariés.
Comme si on se mariait un jour,
Comme s’il suffisait de se donner une fois,
Une fois pour toutes ;
Comme si Moi-même, j’avais fait le monde en un jour ;
Comme s’il ne fallait pas, à tout prix,
Par un bon sens enfin, se marier tous les jours que je fais.

Les Hommes ne doutent de rien !

Puis le prêtre reprend brièvement la parole : « Je crois que vous aviez quelque chose à partager avec vos parents, Mlle Saphir et M. Golf… »

Lors de la construction de notre cérémonie, nous avions fait part de notre envie d’exprimer notre reconnaissance à nos parents respectifs, en leur offrant une rose blanche en guise de symbole. Notre prêtre avait accueilli l’idée avec beaucoup d’intérêt.

Mlle Actu nous remet donc les quatre roses, puis M. Golf saisi le micro pour expliquer leur signification à nos invités. Il n’a pas le temps d’aligner deux syllabes qu’il craque sous l’émotion…

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

Bien consciente que personne n’a dû saisir la symbolique, je m’en empare à mon tour. Alors que nous avions prévu de dire tellement plus, une seule phrase réussie à sortir de ma bouche :

Nous tenions à vous remercier pour tout ce que vous nous avez offert jusqu’à présent.

Tout le reste… s’exprime pas le geste.

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

L'entrée et le début de notre cérémonie religieuse // Photo : Sara Cuadrado

Crédits photo : Sara Cuadrado

L’émotion était palpable dans l’assemblée. Je crois que ce geste a touché non seulement nos parents, mais aussi nos invités, qui nous en parle encore aujourd’hui.

Ce moment émouvant de la célébration marque un tournant… vers le rire et l’improvisation, mais ça, ce sera pour la prochaine fois !

Et toi, as-tu prévu la présence d’un organiste ? Appréhende-tu l’intensité des émotions lors de ton entrée ? As-tu prévu d’intégrer un symbole qui te tient à cœur lors de la cérémonie ? Raconte !



14 commentaires sur “Mon mariage végétal d’automne au Pays Basque : un début de cérémonie religieuse, placé sous le signe de l’émotion”

  • Merci de nous avoir fait partager ce beau moment, j’ai été très émue de te lire.
    Je sens au travers de tes lignes qu’il y a beaucoup d’amour et de bienveillance entre vous deux, mais aussi avec vos proches.
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur!

    J’appréhende beaucoup l’intensité de mes propres émotions. J’ai eu les larmes aux yeux en lisant ton texte, et je suis très émotive!
    J’espère arriver à me contenir pendant notre cérémonie 🙂

    • Un grand merci pour ton petit mot, Laurène 🙂

      Comme je te comprends… L’une de mes plus grandes craintes était de me laisser déborder par mes émotions ce jour-là (club des hypersensibles, bonjour !).

      Pour m’aider à appréhender tout ça, j’ai suivi quelques séances de sophrologie. Même je n’ai pas beaucoup mis en pratique les exercices le jour J, cela m’a fait énormément de bien (et pas uniquement pour le mariage) Se projeter positivement, saisir pour de bon que les émotions sont là pour nous guider, nous faire vivre de belles choses… c’est un joli cadeau à soi-même ! Si tu en as la possibilité (ou toute autre pratique qui te convient), je recommande chaudement.

  • C est magnifique. Merci de ce partage.
    On croit souvent qu on ne peut pas personnaliser un mariage à l église, mais ce n est pas vrai. Du moment que le rite est présent et respecté (et il est si beau, qd on l écoute bien et il ne faut pas hésiter à regardé les différentes versions du rite, parfois une version nous parle plus qu’une autre) , il y a pleins de chose que l on peut faire pour s approprier ce moment :
    -choisir les chants,
    -choisir les textes (par exemple les prendre dans une traduction originale (sauf l évangile, mais la première lecture et le psaume peuvent être choisis dans d autres traduction, regardez les psaumes de Paul Claudel !). Souvent les prêtres peuvent aussi accepter à la place de la première lecture un texte non issu de la bible (par exemple un texte de mère theresa ou j ai déjà entendu « le petit prince ».))
    – écrire la prière des époux sous une forme originale (nous l avons fait chanter !),
    -écrire la prière universelle de manière vraiment personnelle ou la confier à nos témoins.
    -une intervention profane (non religieuse) peut etre réalisée avant ou après la cérémonie. Par exemple un discours des témoins.
    -une surprise pour les mariés: J ai déjà vu aussi une surprise pour les mariés: une invitée avait contacté le prêtre pour insérer un chant lyrique à Marie dans la cérémonie. C était magnifique et les mariés étaient en larmes d émotions.
    -l arrivée des alliances peut être reflechie: par exemple le prêtre peut bénir les alliances dans les mains des témoins, ou les alliances peuvent faire le tour de l assemblée pour que les gens portent l engagement et chargent d amour et de prière l anneau. J ai déjà vu un prêtre qui avait fait descendre les alliances « du ciel » par un système de poulies !!
    -ajouter un rite qui a du sens (par exemple celui du sable coloré ou des bougies)
    -et enfin pour la sortie, mon regret car je n ai pas osé le faire: une sortie en dansant !!! J aurai vraiment aimé le faire. Je sais que le prêtre aurait été d accord, car nous le faisons dans ma paroisse pour les grandes fêtes. J ai eu peur que les gens ne suivent pas, mais je pense que j ai eu tord.

    Enfin ne pas hésiter à mettre des petits textes explicatifs dans le livret de messe: qu est ce qu un sacrement ? Pourquoi dire le credo ? pourquoi avoir choisi ce chant là et pas un autre ? Pourquoi avoir pris cet évangile ? Par écrit, vous pouvez donc aussi personnaliser votre cérémonie et vous êtes totalement libres)

    Bises à tous les futurs mariés 😙

    • Merci pour ce partage, Madeleine ! Tu ne seras pas surprise de lire que j’approuve tes idées 🙂

      J’ajouterais que les futurs mariés doivent vraiment se faire confiance lors de la rencontre avec l’officiant religieux… et être patients (oui, même si c’est dur de ne pas savoir tout de suite à quoi va ressembler leur cérémonie, et s’ils auront la possibilité de la personnaliser !). Avec le recul, je crois qu’un prêtre se montrera toujours plus ouvert à la personnalisation de la cérémonie si les mariés ont pris le temps de l’échange. Apprendre à se connaitre vraiment, c’est le point de départ à une cérémonie en parfait accord avec les souhaits des mariés.

      • Tu as tout a fait raison. plus un prêtre prendra plaisir à l’échange avec un couple authentique, plus il verra aussi l’engagement des mariés, qui montreront aussi qu’ils ne sont pas là que pour « le joli décor », plus il aura envie de s’investir. Notre prêtre nous a dit ça: « je ne refuse jamais de célébrer un mariage, mais je m’investis à hauteur de l’investissement des mariés. Donc ça peut être beaucoup ou le minimum, c’est vous qui choisissez. » Bah, ça a été super 🙂
        J’aime vraiment beaucoup ce que vous avez fait avec vos parents. C’est si beau!!!

        • J’adore les mots de votre prêtre ! Il est pragmatique et cohérent avec ce que les mariés peuvent espérer de leur cérémonie de mariage : un moment authentique, construit à 3 🙂

  • Que d’émotion en lisant cette chronique… J’ai l’impression de vivre ce début de cérémonie avec vous. J’aime beaucoup l’idée de rendre hommage aux parents. Je trouve cela très touchant… J’ai hâte de lire la suite! <3

    • Merci Mlle Coccinelle 😀 Je peux le dire aujourd’hui : la remise des roses a été LE moment le plus fort que nous avons vécu le jour de notre mariage.

  • J’avais hâte de découvrir le déroulement de votre cérémonie religieuse, et je ne suis pas déçue par cette première partie 🙂 Vivement la suite !

    Je valide votre choix de Vivaldi pour l’entrée dans l’église, elle me rappelle beaucoup de souvenirs d’enfance…

    Quant au symbole de la rose offerte à vos parents, j’en ai eu la chair de poule à la lecture de ta chronique. C’est vraiment une idée très touchante <3

    • Je pense que l’idée de la remise de la rose est transposable à n’importe quelle type de cérémonie (civile, laïque ou religieuse) et ça, c’est quand même super chouette !!

      J’en profite pour te remercier pour ton commentaire plein de bienveillance sous ma chronique précédente. Choisir de se marier dans un édifice religieux « pour contribuer à la conservation de notre patrimoine » fait du sens, aujourd’hui tout particulièrement… <3 (le hasard du calendrier de la publication des chroniques… 😉 )

  • Ultra fan de tes chroniques, je prends grand plaisir à te lire!
    Hâte de découvrir la suite et la bise à Thomas (j’imagine que c’est lui qui a joué hé hé)

    • Ohhh, merci pour tes encouragements Marie, c’est adorable ! Inversement, lire vos commentaires au fil des semaines me donne envie de continuer à vous raconter <3

      Et non… pas de Thomas, ici. C'est l'organiste de l'église de Saint Jean de Luz qui a joué par nous : Jesus (oui, oui, c'est son prénom, ce n'est pas une blague…!) Tu te marie aussi au Pays Basque ? 😀

Partager un commentaire...