Mon mariage automnal franco-belge : les préparatifs

Comme je te disais la dernière fois, mon réveil a sonné à 7h le samedi matin après une assez bonne nuit. Au levé, j’ai une boule dans la gorge, j’ai mal au ventre.

Il pleut ! Je me douche, je m’hydrate bien le corps et j’essaie tant bien que mal de manger un peu. À 7h45, ma belle-soeur et son copain, nos vidéastes, arrivent pour m’emmener chez le coiffeur avec ma maman. C’est le début des festivités !

À 8h, nous arrivons au salon. Ma coiffeuse me prend en charge directement. Une autre coiffeuse s’occupe de ma maman aussi pour gagner du temps. Nos vidéastes se préparent, installent leur matériel, et très vite j’oublie l’objectif et me concentre sur ma tignasse.

À 8h30, je suis prête, ma maman aussi. Ma belle-sœur se fait coiffer à son tour, et à 9h nous quittons le salon de coiffure. Il pleut toujours !

À 9h30, nous sommes à nouveau chez mes parents. Je retrouve mon autre belle-sœur (rappelle-toi, celle qui a passé la nuit avec moi) qui s’est fait coiffée à domicile par ma cousine. J’ai faim ! Je réussi à manger un peu.

En parallèle, mon futur mari est parti chercher ma maquilleuse, la maîtresse de cérémonie et la photographe à Lille. Et mon papa se charge de décorer la voiture balai et d’accrocher les tulles aux poignées de portes des voitures du cortège.

À 10h, je m’inquiète de ne pas encore les voir arriver. Je ne te raconte pas mon état, je tourne en rond, j’ai mal au ventre parce que nous ne pouvons pas avancer dans mes préparatifs. Heureusement, à 10h15, ils arrivent enfin. Et à partir de là, tout s’accélère. Ma maquilleuse m’installe sur le champ et attaque le ravalement de façade. En 45 minutes, l’affaire est bouclée.

maquillage Mme Louli

Ensuite, je me vois en train de couper les pizzas pour pouvoir nourrir toutes les bouches qui arrivent au fur et à mesure dans mon QG. Tout défile et on m’annonce que mon futur mari est sur le point d’arriver pour l’instant “découverte”. Le pauvre, je le fais attendre dehors, dans le garage, parce que je ne suis toujours pas habillée.

Je file donc m’isoler pour enfiler la précieuse. À cet instant, je ressens une sensation de légèreté dans ma tête. Ça y est ! Je suis sereine, le stress passe et je gère mes émotions.

robe de mariée Mme Louli

Il est midi lorsqu’on sonne à la porte. Je vais ouvrir, telle une princesse attendant son prince charmant. Non seulement mon futur mari est le plus beau des princes charmants, mais en plus, il a cessé de pleuvoir !

Tu peux apercevoir mon joli bouquet, réalisé par de talentueux doigts de fée (ainsi que les boutonnières).

découverte mariés

Nous partons en amoureux avec la photographe, notre chauffeur et la magnifique Jaguar. Direction le parc et le château du village, pour quelques clichés.

À 13h, nous rentrons chez mes parents. Mon père monte dans la voiture avec moi et nous nous dirigeons vers la mairie, où beaucoup de monde nous attendait. C’est à cet instant que je commence à beaucoup moins gérer mes émotions. Mais je te raconterai ça plus tard…

voiture des mariés

Et je te laisse avec un peu de suspense sur le rendu de ma robe de face ! (Comment ça, je suis cruelle ?)

Et toi ? Tu es plutôt du genre à pleurer comme une madeleine ou bien au contraire à être dure comme du béton ? Crains-tu ne plus réussir à gérer tes émotions le jour J ? Raconte-moi !



8 commentaires sur “Mon mariage automnal franco-belge : les préparatifs”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *