Mon mariage hivernal : la cérémonie religieuse

Je ne vais pas te mentir, j’ai mis longtemps à reprendre le clavier (à défaut de la plume) pour te raconter la cérémonie religieuse, tant la tâche me semble difficile. Par quoi commencer? Comment exprimer ce qui s’est passé à ce moment-là ? Quels mots poser sur ce que j’ai ressenti ? Comment t’expliquer ?

Pour des raisons aussi complexes que personnelles, nous avons choisi de faire notre cérémonie religieuse dans une salle du château que nous avions loué, au lieu de la faire dans une église. Le fait est que nous tenions particulièrement à ce qu’un certain pasteur que nous connaissons depuis très longtemps officie à cette cérémonie, et cette solution nous a semblé la meilleure pour ne froisser aucune sensibilité.

Je suis en bas des escaliers avec mon parrain, qui admire nonchalamment l’architecture du bâtiment. Notre musique d’entrée lancée depuis 30 secondes (je compte dans ma tête), j’imagine Sir Givré au bras de sa maman, en haut des escaliers. Encore un peu plus de 30 secondes (je continue à compter, on m’a dit de ne pas entrer trop vite !).

01

 Notre salle est encore plus belle maintenant que nos invités sont là. Nous y sommes, enfin!

07

Le pasteur dit quelques mots de bienvenue à tout le monde, remercie les invités pour leur présence, et lance quelques mots sur le fait qu’ils ont déjà eu l’occasion de faire connaissance chez nous, puis à la mairie. Ma curiosité est piquée. Pendant que ma famille et celle de Sir Givré se découvraient, moi j’étais enfermée dans ma tour d’ivoire, j’ai nommé mon bureau.

Très vite, nous passons au premier chant que Sir Givré et moi avons choisi avec soin… deux jours avant. Le choix des musiques a été un réel casse-tête, nous étions déchiré entre l’envie de faire une cérémonie classique, qui ait du sens, où les invités se retrouveraient, et l’envie de réaliser une cérémonie résolument moderne.

En outre, Sir Givré et moi n’étions pas d’accord sur le sens et la place qu’il convenait de donner à la musique, ce qui a considérablement compliqué les choses.

Par chance, le couple pastoral nous avait, pendant la préparation au mariage, parlé d’un de leurs amis (chrétien !) qui était aussi chanteur. Ils nous avaient même prêté deux CD (des chants de Noël), et offert son tout dernier CD (J’aime donc je suis, Pierre Lachat). Et j’avais passé les semaines précédent le mariage à passer ces trois CD en boucle, tant les paroles me touchaient.

10

Une parole qui engage finie (je connais les paroles par cœur !), ma sœur est invitée à faire la première lecture. Puis les parents de Sir Givré se lèvent pour dire quelques mots. Je suis tellement émue que j’ai du mal à me concentrer.  Je fais tout ce que je peux pour garder les mots que j’entends au fond de moi, au fond de ma mémoire, au fond de mon cœur.

Si je pouvais recommencer à élever mon enfant

Si je pouvais recommencer à élever mon enfant, je me salirais davantage les doigts et je montrerais moins souvent du doigt.
Je privilégierais moins la correction et plus la communication.
Je quitterais ma montre des yeux et je me servirais davantage de mes yeux pour voir.
Je me contenterais d’en savoir moins et je saurais chérir davantage.
Je ferais plus d’excursions et je ferais voler plus de cerfs-volants.
J’arrêterais de me prendre au sérieux et je jouerais plus sérieusement.
Je courrais à travers plus de champs et j’observerais plus d’étoiles.
Je donnerais plus d’étreintes et j’aurais moins de disputes.
Je serais inébranlable moins souvent et je soutiendrais davantage.
Je bâtirais d’abord l’estime de soi, et la maison plus tard.
Je témoignerais moins de l’amour du pouvoir, et davantage du pouvoir de l’amour. 

Diane Loomans

18

J’entends des mots que j’essaie de saisir au passage, tellement d’amour dans ces mots, et tant de sagesse. C’est difficile à saisir, la sagesse dans les airs : “bonheur”, “longue et belle vie ensemble”, “amour”, “présents l’un et l’autre”, “aimez-vous dans le respect de l’autre et de vous-même”, “Seigneur Jésus”, “amour éternel”…. “I am overwhelmed!”

Le second chant et lancé, Un Astre Sort de Jacob, toujours par Pierre Lachat. Puis la soeur de Sir Givré effectue la seconde lecture. Je sens dans l’intonation de sa voix qu’elle s’est beaucoup préparée à cette lecture. Ses mots sonnent vrais, sincères, et bien que nous les ayons choisis et que je les connaisse déjà, j’écoute attentivement et j’essaie de retenir l’essence du texte.

Puis vient le message du pasteur. Je lutte contre les larmes en repensant à ces mois de préparation au mariage, à nos conversations avec lui et sa femme, à toutes nos confidences… À ce monde dont j’ai entrouvert la porte.

Je dois t’avouer que je me souviens mal du message du pasteur. Je me souviens de l’essentiel, mais ce qui reste surtout de cette petite demi-heure, c’est la sensation d’avoir une boule dans la gorge, la lutte contre les larmes et un sentiment si profond de gratitude pour tout ce bonheur que j’ai dû réellement lutter pour ne pas le laisser m’envahir. Il fallait que je garde un minimum de contrôle.

Le message touche à sa fin, Sir Givré et moi nous levons pour échanger nos promesses et nos alliances.

À ce moment, je comprends pourquoi TOUS les mariés que j’ai vu jusqu’à présent ont lu leurs vœux et ne les ont pas récités. Je m’étais toujours dit que j’apprendrais mon texte par cœur, et que je ne lirais pas ma promesse le jour J. Ma foi, je suis contente d’avoir ce précieux papier sous les yeux au moment de prononcer mes vœux, l’émotion me fait tout oublier.

Sir Givré est le premier à se lancer, et son émotion est palpable. Son stress de parler en public est tel que, quand je lui présente la feuille sur laquelle j’ai recopié nos vœux  il la retourne et commence à lire… les miens!!! J’essaie de le lui signaler discrètement, mais rien à faire, il continue. Mon coeur se serre à l’idée de l’interrompre, mais pas le choix : la suite est très personnelle et je tiens à la dire MOI MÊME !

De plus, il ne peut pas décemment dire qu’il est “amoureuse” de moi et qu’il est “fière d’être aux côtés d’un homme comme [lui]”. Je suis obligée de l’interrompre. L’assistance éclate de rire, moi aussi, et, ouf, Sir Givré sourit également… Après un “désolé… c’est l’émotion”, il reprend, avec SON texte à lui cette fois.

J’aurais beaucoup de mal à te décrire le méli-mélo d’émotions qui m’a envahi à ce moment là. Mais l’échange des vœux a été un moment très fort pour nous deux. Mon tour venu, j’essaie de ne pas lire trop vite, mais je sens la boule dans ma gorge menacer d’exploser.

Mon chéri,

Dix ans se sont écoulés depuis que je suis tombée amoureuse de toi. Nous avons appris à nous connaître, à nous apprivoiser, à nous aimer. Il y a eu les premiers rires, les premières conversations, les premiers films regardés ensemble, les premières vacances, et toutes ces premières fois qui forment des souvenirs communs, tout ce qui a bâti notre amour.

Si nous sommes ici aujourd’hui c’est que nous avons décidé d’affirmer devant Dieu, notre famille et nos amis la force du lien qui nous unit depuis toutes ces années. Nous prenons la décision de nous donner l’un à l’autre, totalement et inconditionnellement, d’être soucieux du bonheur l’un de l’autre.

J’ai pris la meilleure décision de ma vie en décidant de partager celle-ci avec toi, et je me sens fière de vivre avec toi.

C’est pourquoi je te promets de t’aimer fidèlement, de te respecter, et de tout faire au quotidien pour faire grandir notre amour. Je souhaite que tu puisses réaliser tes rêves et qu’ils te permettent de t’épanouir près de moi. Je te promets de tout faire pour que notre couple sache être chaque jour plus fort et bien guidé par la lumière de Dieu, pour l’éternité.

Je t’aime.

25

L’échange des alliances effectué, je suis tellement émue que je suis incapable de me charger la prière des mariés, comme il était prévu que nous le fassions. Heureusement, M. Pasteur vient à ma rescousse et s’en charge.

Je peux me rasseoir sur ma chaise, les jambes flageolantes et la boule toujours dans la gorge. Mais pas avant que Sir Givré ne m’aie embrassée et réconfortée avec ce geste si caractéristique…

29

31

Notre dernier chant est lancé, celui pour lequel j’ai dû âprement négocier. Ce chant a une signification toute particulière pour moi qui n’ai reçu aucune éducation religieuse, il était important pour moi de témoigner de ce que j’ai découvert en rencontrant Sir Givré.

Mon amour remplit la Terre entière
Mon amour est plus fort que la vie…
C’est par lui qu’a jailli la lumière, et par lui je te parle aujourd’hui
J’ai versé mon amour dans ton cœur par le doux murmure de mon esprit
Comment résister à sa chaleur, passer à côté de la vraie vie ?
[…]
Si les hommes comprenaient à quel point je les aime, en courant ils viendraient sans questions ni dilemmes.
Si les hommes saisissaient mon amour, ma passion, tous ils m’accueilleraient sans une hésitation.
[…]
Tu es précieux pour moi et je t’aime. J’ai payé pour ta libération. Consenti le sacrifice suprême pour que tu puisses porter mon nom.

Pierre Lachat

La cérémonie finie, les parents de Sir Givré reprennent la parole pour annoncer la suite des événements. Mais toi, tu vas devoir attendre la prochaine fois pour savoir comment s’est passé la suite de la journée !

Toutes photos : Pauline Petit Photographie.

Et toi ? Tu as choisi de te marier religieusement mais hors d’un édifice religieux ? Tu penses apprendre tes vœux par cœur (et réussir à t’en souvenir sous le coup de l’émotion !) ? Ton chéri et toi êtes d’accord sur le sens des chants et musiques ? Raconte !


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



13 commentaires sur “Mon mariage hivernal : la cérémonie religieuse”

  • Très touchant cet article, j’en ai les larmes aux yeux.
    Pour nous ce sera une cérémonie religieuse dans l’Église de mon village natal.
    Pour nos voeux, nous les lirons (conseil du prêtre).
    Nous nous sommes mis d’accord sur les musiques d’entrée, signatures et sortie par contre pas de chant pour le moment car j’avais peur que sans chorale cela fasse bizarre, non ?!?! et certain chant “classique” ne nous correspondent pas.

    Les photos sont pleine d’émotion et je comprends que tu ai eu du mal à reprendre la plume mais j’ai hâte de lire la suite de la journée !!! 😉

    • Salut mademoiselle Speedy!
      Le prêtre qui va officier à ton mariage est de très bon conseil, en effet, plus jamais je ne me demanderai pourquoi les mariés lisent leurs voeux…
      Pour les chants, je pense que ça dépend réellement de l’assistance. Ici, le pasteur a dit aux gens dès le début “n’hésitez pas à chanter” (nous avions préparé des livrets de cérémonie), et les copains de Sir Givré ainsi que sa famille ont chanté au fond de la salle. Finalement, il paraît que ça rendait bien (je ne les ai pas entendus, mais ça ne m’étonne pas puisque j’ai un réel problème de surdité qu’il va bien falloir que je traite très bientôt…).
      La suite arrive…!
      Merci d’avoir commenté!

  • Tes voeux sont extra ordinnaire. J’espère réussir à en écrire d’aussi beau. Tellement profond et sincère… Magique! Merci pour ce moment

    • Salut Miss Zen! Bien sûr que tu y arriveras, puisqu’ils viendront du coeur :).
      Merci pour mes voeux! J’ai mis du temps à m’y mettre mais j’étais contente du résultat…

    • Merci Madame Louli ! Je dois t’avouer que j’ai moi même eu quelques larmes dans les yeux en relisant mon article… 😀

  • Quelle émotions à la lecture de ce récit 🙂
    Un petite question, j’ai découvert pierre Lachat grâce à toi et je trouve ses textes très beaux et vrais mais je ne trouve pas le titre de la chanson dont tu mets les paroles à la fin donc si tu as quelques minutes pour passer par là 😉

    • Bonjour snoki, désolée pour mon délai de réponse, j’ai un peu déserté le blog ces derniers temps. Le titre de la chanson est “Si les Hommes Comprenaient”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *