Mon mariage hivernal : la semaine avant le mariage, épisode 1- le lundi

Ici Madame Givrée, enfin mariée, enfin posée, à ton service pour raconter les couacs et petits bonheurs de dernière minute. Au programme : tu suivras les pas dans la neige de la famille Givrée, jour après jour, heure après heure.

Commençons par le commencement… Je vais te livrer une partie du journal que j’ai tenu cette semaine-là. Je te conseille d’ailleurs de faire le même, tu verras, il y a un tas de détails qu’on oublie très vite. Deux semaines après le mariage, j’ai relu avec plaisir ces instants de stress ou de joie que j’ai soigneusement consignés, et j’ai ri des détails que j’avais déjà effacés de ma mémoire de poisson rouge.

Lundi 17 décembre

Que c’est difficile, en ce lundi 17 décembre, de se lever pour aller travailler ! Je commence à 8h, comme tous les lundis matin, et je dois me lever à 5h30 pour espérer être à l’heure devant les gnomes, si les trains le veulent bien.

Nous avons passé le weekend à fignoler les derniers détails pour le mariage, et je suis très contente : nous sommes enfin prêts, nous pouvons nous marier ! Ça valait vraiment la peine d’avoir des poches énooormes sous les yeux. Bientôt, nous pourrons partir en voyage de noces sans valises!

La semaine dernière, à la dernière minute, nous avons appris que nous ne pourrions pas louer la vaisselle de notre lieu de réception : 305€ pour 35 personnes, ça fait trop cher pour nous. Heureusement, une recherche rapide (sur un certain coin qui est si bon) nous a permis de trouver une personne qui loue de la vaisselle, pour une somme très raisonnable. Et coup de chance, elle est sur notre route jusqu’à la salle de réception ! Rendez-vous est pris le 21 décembre à 15h15 (Marignan !!! Quoi, ça ne te fait jamais ça quand tu entends 15-15 ?) pour aller chercher tout ça.

Le traiteur est prêt aussi. Jeudi dernier, je me suis rendue compte que j’avais oublié de compter le petit ami d’une amie parmi les invités. J’ai envoyé un mail paniqué au traiteur qui m’a rassurée : il était encore temps d’ajuster le nombre d’invités. Ouf ! Il a failli ne pas avoir à manger, le pauvre.

En ce lundi matin, je traîne un peu les pieds : il fait froid dehors et il pleut. En sortant de ma maison, je bougonne toute seule sur un certain Homme dans ma vie qui, LUI, est en congés, et c’est vraiment trop injuste d’abord. Puisque c’est comme ça, je prends la voiture au lieu de marcher jusqu’à la gare. 6h20, c’est pas une heure pour avoir froid dans les rues sombres de JolieVille.

Sur le quai de la gare, je refais une liste mentale de tout ce que je dois faire cette semaine, qui arrive quand, qui fait quoi. Tout est en ordre, Monsieur Futur-Givré, sous mes directives, gérera les derniers détails de notre quartier général. À côté des flaques d’eau, devant les rails, derrière la ligne jaune “pour ma sécurité”, je m’y vois déjà.

mariés gare

Crédits photo : Great Central Railway

(Tiens, j’ai habité juste à côté de cette gare, en Angleterre…)

La matinée se passe bien, ponctuée d’interventions plus ou moins intéressantes sur la violence à l’école, le respect, les agressions… Justement, quand on aborde la question du respect, mon portable se met à sonner, et je ne sais plus où me mettre.

L’intervenant sourit, les élèves – de la classe que j’appelle affectueusement ma “classe des ânes”, rapport au fait que 11 gamins sur 19 portent un prénom qui finit par -an, “on dit Xâne madame !” – s’esclaffent, et je mets mon portable en silencieux. Je constate au passage que j’ai 6 appels manqués de Madame Delasalle de Réception. Gloups ? Qu’est ce qui peut bien se passer ?  Et si je m’éclipsais, là, en douce ?

Allez Givrée, on serre les dents, on ravale le stress, et on écoute.

Entre midi, mes collègues me taquinent : « Alors, pas trop stressée ? ». Je joue le jeu et ris de bon cœur, mais j’ai hâte qu’on arrête de me poser la question. Pour l’instant, ça va, je ne suis pas stressée.

Seul l’e-mail de Madame DelaSalle de Réception fait monter la tension d’un cran et me chiffonne un peu : si on ne lui loue pas la vaisselle, elle ne nous loue pas les nappes. Et elle trouve que MAINTENANT c’est un bon moment pour me dire ça ?

À 5 jours du mariage, nous n’avons plus de nappes… J’appelle Sir Givré pour lui demander de chercher une solution dans l’après-midi. J’évoque avec une collègue la possibilité d’aller, le lendemain, dans un magasin pas loin du collège acheter 5 nappes blanches. Mais ça m’embête : ce n’est pas prévu dans le budget, je connais mal la ville où je travaille, j’ai peur de me perdre, et cette tuile de dernière minute me contrarie…

En plus, demain, je dois assurer mes cours, récupérer un matelas pneumatique, rencontrer la mère-furieuse-d’une-élève, organiser un goûter avec une classe un peu à part, et faire 1h de détour pour aller chercher ma préciiiiiiieeeeuse, ma joliiiiiie, ma très beeelle, j’ai nommé ma robe de mariée.

D’ailleurs, je prends la voiture jusqu’au collège, rien que pour ne pas m’énerver sous la bannière de Seuneuceufeuh et ses retards/effondrements de terrain/”oups on a oublié de mettre du gazole dans la navette” (c’est du vécu…) (rayez la mention inutile). Et accessoirement, ça serait cool si je pouvais rentrer chez moi avant 21h.

La journée se passe sans heurts, mais un terrible mal de tête pointe le bout de son nez en début d’après-midi, et ne quitte pas la base de mon crâne pour tout le reste de la journée.

Dans le train à 18h, je me sens vraiment mal et essaie de dormir un peu. Mais quand j’arrive dans la JolieVille, la douleur est telle que je tiens à peine debout. Je ne peux pas m’empêcher d’espérer que ce mal de tête passera avec une nuit de sommeil et un peu de patience. Ça serait vraiment trop bête d’être malade pour le mariage.

Crédits photo : Ross Oscar Knight Photography

Quand j’arrive à la maison, j’ai une tête épouvantable : je suis épuisée, j’ai mal à la tête et la nausée. Je m’allonge dans le canapé et Sir Givré se met à côté de moi. Je lui demande d’éteindre la télé. Il coupe le son mais, non, ça ne va pas : j’ai vraiment besoin d’obscurité et de silence.

Je lui dis ma surprise de constater qu’il n’a pas fait à manger, et il se sent obligé de préparer le repas ! H2B (husband to be, comme on dit sur les forums anglophones, futur marié quoi), you rock !

J’essaie de me reposer un peu pendant qu’il s’affaire en cuisine, mais rien à faire, la nausée ne me quitte pas. Je finis par vomir à plusieurs reprises (c’est so glam de vomir devant son fiancé à quelques jours du mariage…). A chaque fois, je vais me recoucher, et dès que ça va mieux j’essaie de me lever, mais rien à faire : dès que je bouge, les nausées reviennent.

L’Homme est très inquiet, et un peu fataliste : il fallait bien que ça arrive à quelques jours du mariage ! Si ce n’était pas ça, c’était la grippe (mais déjà eue la semaine d’avant !), il fallait que j’attrape un truc ! J’essaie de lui expliquer que c’est une migraine, pas un virus, que ça va passer, mais je vois bien qu’il est dubitatif. Il faut dire que je suis incapable de faire un mouvement sans me retrouver la tête par-dessus les toilettes…

L’homme me dit de me mettre à table, mais impossible : la seule pensée de la nourriture me donne envie de vomir. J’essaie tout de même d’avaler quelques bouchées pour ne pas l’inquiéter davantage, mais je le regrette bien vite… À 19h30, je renonce à essayer de manger et je décide d’aller me coucher. Je prends une douche rapide, me mets sous les couettes, et m’endors aussitôt.

Tout ça pour me réveiller à 2h du matin, incapable de refermer l’œil…

Mais je te raconterai la journée du mardi plus tard ! Vais-je réussir à me débarrasser de cette migraine d’ici au mariage ? Le mardi va-t-il être mieux que le lundi ? Vais-je réussir à résoudre mon problème de nappes ? La suite au prochain épisode.

En attendant, dis moi : quels effets le stress et la fatigue ont-ils sur toi ? Est-ce que tu es du genre à somatiser comme moi, ou à te mettre à pleurer/hurler ? As-tu peur d’être foudroyée par tous ces effets juste avant le mariage ? Mais peut-être n’es-tu pas du genre stressée ?



23 commentaires sur “Mon mariage hivernal : la semaine avant le mariage, épisode 1- le lundi”

  • Oh ma pauvre!! Il faut absolument que tu arrives à te détendre…. Je suis une grande stressée comme toi, et j’ai tendance à somatiser aussi. Je pense qu’il faut vraiment que tu fasses quelque chose qui pourrait t’aider à te sentir mieux: une sortie avec des amies? Un massage de chéri? un super fondant au chocolat? Peut importe tant que cela te fait du bien 🙂
    As tu trouvé une solution pour tes nappes? Sinon tu peux peut être contacter e-option qui propose une location de nappes: http://www.options.fr/location-de-produits/location-de-molletons-nappes-et-rubans/nappes-et-serviettes.html

    Je te souhaite plein de courage et surtout de profiter à FOND de ton mariage :))

  • Mais quelle journée !! Le stress t’a à tous les coups apporté la migraine… Ma pauvre, j’espère que c’est passé !
    J’ai hâte de lire la suite en tout cas 🙂

  • Ouh lala.
    je me rends compte que j’ai vraiment bien vécu les quelques jours avant notre mariage qui a eu lieu en mai dernier.
    Perso, le stress me ferait plutôt hurler, puis pleurer de me rendre compte que j’y arrive pas, que je me sens seule alors que chéri est pas loin et disposé à m’aider mais malgré tout, il y a des choses qu’on veut absolument faire soi-même et du coup on se laisse déborder : par le temps, le travail et les émotions.
    J’ai vécu les derniers jours un peu à cran à me réconforter en faisant plein de plannings, de liste et finalement ça m’a bcp aider déjà à ne rien oublier et surtout à déstresser !

    • Ah mais moi aussi j’ai bien vécu les derniers jours, il ne faut pas croire!! Ils ont été bien remplis, j’ai eu beaucoup de choses à faire mais c’est ma façon de vivre les choses, courir partout …

  • aie les migraines avec nausées ça me connait aussi… je vais prévoir de bons médoc au cas où elle resurgirait la veille du mariage cette sournoise.
    déjà que j’en ai fais une en sortant du rendez vous avec nos prestamies serveuses, et pourtant tout a été calé sans soucis en 1h30 dans la bonne humeur, alors j’imagine même pas ce que ce sera à deux jours du mariage …
    vivement la suite de ton récit.

    • Oui, pense à prévoir les médicaments! Ici tout pareil, je fais une migraine à chaque fois que quelque chose me stresse un peu ou me demande un peu trop de concentration. Ajoute à ça le boulot à gérer et tu es sûre que Madame Givrée est out…

  • je veux la suite!!

    abusé pour la nana de la salle qui change ses tarifs subitement et vous loue tout en lot ou rien.

    et alors ces maux de tête/nausées, la plaie. je vous qu’heureusement

    • *qu’heureusement ton petit mari est là pour te soutenir, paske merci les collègues et les prestataires, là…. tu mérites d’écrire tout ça sur “scènes de mariage”!

      • Ah non mes collègues ont été super! C’était vraiment de l’intérêt et de la taquinerie gentillette, aucune malveillance ou aucun désir de me stresser davantage là-dedans… D’ailleurs tu verras dans le reste du récit j’en reparlerai ;). J’ai d’ailleurs une collègue qui m’a été d’une aide précieuse cette semaine-là!

    • Oui j’étais assez dégoûtée pour la personne du château… En fait ce qui m’a embêtée c’est surtout qu’elle ne nous ait pas prévenus avant. A aucun moment elle ne nous a dit qu’elle refuserait de nous louer les nappes si on ne louait pas la vaisselle. Je n’ai pas trouvé ça très réglo, mais bon tout s’est fait par téléphone, aucun écrit donc je suis un peu à blâmer aussi.

  • Pas bête du tout, l’idée de tenir un journal pendant les préparatifs ! C’est trop tard pour moi 😉 mais une riche idée pour les futures mariées. Car évidemment, on ne se souvient pas de tout, et pas forcément de ce qu’on voudrait (ça peut permettre d’orienter les souvenirs vers du positif au lieu de garder uniquement l’impression de stress en mémoire).

    Pour ma part je me suis mise à stresser crescendo pendant tout le dernier mois… et le stress est retombé par magie à 13 h le jour du mariage, laissant la place à un bonheur continu ! Mais les derniers jours, ce n’était pas beau à voir. Je n’ai pas somatisé, mais j’ai bien fait la tronche, par contre (oups).

    Vivement la suite 🙂

    • Piouf, j’étais tellement prise dans mes trucs à moi que je n’ai même pas remarqué que le stress commençait à monter pour toi!

      Effectivement je suis contente d’avoir pensé à tenir un journal. Et d’avoir pris le temps de le rédiger petit à petit malgré la fatigue et la tonne de choses à faire. C’est un document précieux que j’aurai plaisir à relire dans quelques mois / années.

  • Ah la migraine… quel calvaire je compatis. J’espère que cette indésirable ne s’incrustera pas plus longtemps…

    En tout cas très bonne idée le journal de bord.

  • Ohlàlà quelle journée !
    en effet, vraiment pas cool cette migraine ! hâte de lire la suite ! je suis sure que tout allait bien le jour J !
    et pour le nappage… y’a vraiment des gens qui abusent ! c’est le genre de chose que je ne comprendrai jamais !
    j’imagine le stress… OMG !!!

    je valide le journal de bord… extra cette idée !

    bon Mesdemoiselles et Mesdames, arrêtez de donner d’aussi bonnes idées, ça me donne envie de me marier une seconde fois ! 😀

  • C’est ma pire crainte : la migraine juste avant le mariage ! comme ça arrive toujours quand je stresse, je vais devoir me maintenir dans un état de zenitude… Et rassure toi, Monsieur Link est toujours terrorisé quand j’ai une migraine et que je vomis, il me regarde comme si j’étais radioactive 😉

  • Sacrée journée !!!!! de mon côté ça a été. Nous avons fini de préparer la salle le soir vers 21h00, quand je suis rentrée j”étais tellement KO que je me suis endormie comme un bébé. Par contre ma plus grande peur c’était d’attraper un bouton de fièvre (que j’ai d’ailleurs eu 2 semaines avant, ouffffff il n’étais plus là le jour J).
    Je file lire la suite 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *