Mon mariage ludique et romantique : nous avons adoré notre mariage imparfait !

Le titre de mon article te surprend peut-être. Ou pas. Après tout, certaines revendiquent (à raison) leur droit à un mariage imparfait ! J’imagine tout de même que d’autres, comme moi, se sentent partagées entre leur volonté de ne pas trop stresser et l’envie que tout soit conforme à leurs attentes, parfois très élevées.

Pour être franche, je me croyais une bonne candidate pour le wedding-blues. Plusieurs raisons à ça : tout d’abord, j’ai tendance à être perfectionniste dans la vie de tous les jours et je n’aime pas quand les choses ne se passent pas comme je le voudrais. Ensuite, j’ai souvent été victime du petit vague-à-l’âme de fin de soirée ou de retour de vacances, ce moment où tu prends conscience que quelque chose s’achève…

Enfin, il se trouve que je traverse actuellement une période très difficile sur le plan professionnel : dans ces conditions, ce projet de mariage a pris des allures de bouée de sauvetage. Je m’y suis cramponnée pour ne pas perdre pied. J’avais donc un peu peur de ce qui se passerait une fois le jour J passé… Je me voyais déjà ruminer chaque détail de mon mariage et regretter que ça soit déjà fini. J’appréhendais le désœuvrement qui suivrait cette période intense, parce que les soucis liés à mon travail n’allaient pas disparaître, eux.

Tu comprends pourquoi je pensais avoir le profil idéal ? Pourtant, je n’ai pas souffert de wedding-blues. Je dois dire que j’en suis la première étonnée ! Et ce n’est pas parce que tout s’est déroulé exactement comme je le souhaitais, bien au contraire…

Le déroulé de notre mariage (im)parfait…

Tu vas le voir, les couacs n’ont pas manqué :

  • Je t’ai déjà raconté mon horrible veille de mariage… J’ai réussi à peu près tout ce qu’il ne fallait pas : grosse dispute familiale : check ; coucher très très tardif : check ; crise de larmes : check ; ressasser un problème encore sans solution (comme la non-playlist) : check… Pour un mauvais départ, c’est un mauvais départ !
  • Le samedi matin, j’ai été réveillée de bonne heure par la pluie. Et par le mal de tête le plus intense que j’ai jamais connu, nourri je pense de fatigue, de larmes et de tension. Le doliprane a été mon meilleur ami ce jour-là.
  • L’amie qui devait me maquiller est arrivée un peu en retard. Il a fallu ensuite attendre qu’elle s’habille parce que c’était mieux pour les photos. Je ne remercierais jamais assez mon photographe de m’avoir conseillé de prévoir plus de marge quand je lui ai soumis mon planning prévisionnel : alors que, dans l’idée, il devait nous rester laaargement de quoi faire notre séance de photos de couple, avant la mairie…
  •  … il nous est resté, de petit retard en petit retard, et en comptant le trajet pour aller sur le lieu que nous avions prévu, environ quinze minutes. Oui, oui.
  • Le couac que, sur le moment, j’ai eu le plus de mal à digérer : nos invités ont commencé à arriver alors que nous nous apprêtions à partir pour le lieu des photos de couple. Ils nous ont donc vu, de loin, dans nos tenues de mariés, alors que je souhaitais vraiment qu’ils nous découvrent sur le parvis de la mairie. J’ai trouvé maladroit de notre part de partir sous leur nez alors qu’ils venaient d’arriver… Surtout que certains n’avaient pas compris que j’avais prévu une marge de 30 minutes sur notre faire-part et ils attendaient déjà devant la mairie !
  • Pendant ce temps, ma sœur ne pouvait pas prendre le relai pour les accueillir, puisqu’elle cherchait désespérément la boutonnière de Monsieur Glenn. Le futur marié était prêt depuis une heure mais ne s’était pas encore rendu compte qu’elle manquait… Il restait donc 30 minutes à ma pauvre témoin pour retourner la maison de ma mère, au milieu des invités qui s’amassaient dans le salon !
  • Pendant le trajet pour aller de la mairie à la salle, mon père qui menait le cortège a raté le dernier virage. Tout le monde a dû faire demi-tour sur un parking à moitié défoncé. Et là, j’étais contente de n’avoir que trente invités…
  • J’ai marché sur mon jupon dès les photos de couple. Je suis un peu fâchée avec la boutique sur ce coup-là car, en réalité, j’ai marché sur mon jupon à chaque essayage et, à chaque fois, une brave vendeuse s’est accroupie devant moi pour le raccourcir à grands coups de ciseaux. Mais le problème n’a finalement jamais été résolu : j’avais beau le serrer, le monter le plus haut que je pouvais, il est resté trop long car il avait tendance à glisser (il faut croire que je suis trop menue). Et sache que si tu marches sur ton jupon, il est juste impossible de se déplacer normalement… La plupart du temps, j’ai soulevé ma robe pour éviter de m’empêtrer dedans. Pour l’entrée dans la salle de la cérémonie laïque, j’ai soigné ma démarche : je donnais de grands coups de pied dans le jupon pour être sûre qu’il avance avant moi… Et dès que j’ai pu m’éclipser, au début du repas, je me suis réfugiée dans une chambre avec mes deux témoins pour l’accrocher sauvagement avec des épingles à nourrice à l’intérieur de ma robe. Après ça, heureusement, il ne m’a plus gênée (par contre, on a un peu oublié de me rhabiller correctement… je suis restée un bon moment toute délacée avant que ma mère le remarque…) !
  • La playlist n’a finalement jamais été prête. Pendant la cérémonie laïque, j’ai oublié de demander certaines musiques. Pour le repas, on a dû se contenter de la moitié de ce qu’on souhaitait. Pour la soirée dansante, ça a été organisé au petit bonheur la chance et certains n’y ont peut-être pas trouvé leur compte… Mais tant pis : de toute façon, danser, ce n’est pas ce qu’on préfère.
  • Le couac qu’après coup j’ai eu le plus de mal à digérer : je voulais qu’on filme la cérémonie laïque. C’était un moment dont je voulais garder un souvenir plus vivant que les photos. J’avais donc prévu mon appareil photo numérique et un trépied. J’avais tout prévu (la batterie pleine, la mémoire vide)… mais j’avais oublié que la prise de vidéo sur cet appareil se limitait à 10 minutes. Il fallait ensuite relancer la prise. J’ai donc les 10 premières minutes de ma cérémonie laïque sur vidéo, car personne n’était derrière l’appareil pour s’assurer que tout aille bien. Voilà, voilà.
  • Notre vidéo de remerciement, qui devait précéder notre entrée dans la salle, s’est arrêtée au beau milieu avec un superbe écran bleu. L’ordinateur n’avait plus de batterie. Bon, cela dit, ça a été assez vite réglé : on le branche, on redémarre et on recommence… Ce n’était qu’un cafouillage de plus, au fond !
  • Allez, un petit dernier pour la route : au cours du repas, j’ai réussi je ne sais comment à croquer de travers dans ma fourchette. Et à m’ébrécher légèrement deux dents. Oui, tu peux me rebaptiser Madame Lapoisse.

Je crois que j’ai, à peu près, fait le tour…

C’est peut-être un peu bizarre de commencer le récit de mon mariage par la liste de ces couacs. Mais, ce que je tenais à te dire, c’est que même si je suis capable de les citer tous, même si j’en ai eu conscience au cours de la journée… Ce n’était pas si grave. Monsieur Glenn et moi étions sur notre petit nuage. Il y a eu tant d’émotions durant ce jour, nous étions si heureux d’être entourés de nos proches, que tout ceci ne nous a (presque) pas affectés et que nous étions prêts à en rire.

Oui, tout n’a pas été parfait, tout n’était pas aussi bien préparé que je l’aurais voulu. Si c’était à refaire, je préférerais m’éviter certains tracas et remédier à certains problèmes. Mais… ce qui fait l’essentiel d’un mariage était bien présent. Il n’y a pas eu de ratés sur l’émotion, sur les sentiments. C’est ça qui nous a le plus profondément marqué et qui a fait que nous sommes sortis de cette journée avec le sourire.

Aujourd’hui, bien sûr, je me sens tout de même un peu nostalgique, parce que nous avons vite été de nouveau happés par le quotidien et que cette journée si particulière nous semble déjà bien lointaine. Mais je ne crois pas que je voudrais revivre le jour de mon mariage. J’aurais peur d’en altérer la « pureté » en essayant de l’améliorer. Il était imparfait… et je l’ai trouvé parfait comme ça. Il nous ressemblait, et c’est le principal.

J’espère que ce témoignage te sera utile chère lectrice qui stresse pour tel ou tel détail de l’organisation. Comme tu le vois, on peut accumuler les couacs sans que ça atténue le bonheur d’être enfin mariés. Le jour J, il ne faut pas oublier d’en profiter à fond…

Et toi ? Ton joli jour a subi des cafouillages en tout genre ? Tu as eu du mal à le gérer, ou tu n’y as, au contraire, pas prêté d’attention ? Raconte !

À propos de Freddy Frémond Photographies
Photographe de mariage basé en Seine et Marne, il se déplace sur toute la région parisienne pour immortaliser votre grand jour. Il aime voir du pays et peut donc évidemment vous proposer ses services pour votre événement partout en France et au-delà !
Pour en savoir plus : www.freddyfremond.fr


Tu es sur Instagram ? Ouiiii, nous aussi ! Rejoins-nous !

Abonne-toi au compte Instagram de Mademoiselle Dentelle



19 commentaires sur “Mon mariage ludique et romantique : nous avons adoré notre mariage imparfait !”

  • Tiens, ça me rappelle que ce week-end, j’ai eu droit pour la première fois à “de toute façon, mets-toi bien dans la tête que ça ne se passera pas exactement comme tu l’as imaginé !” … Merci maman !! Je sais qu’elle a raison mais c’est aussi pour ça qu’on ne prévoit pas des choses dans tous les sens. Un photobooth, une animation pendant le cocktail, une déco sobre … Je suis vite stressée et je sais que, si couac il y a, je vais me focaliser dessus !! Faut que je pense à bien déléguer ! J’espère que tu as quand même profité à fond de cette belle journée !

    • Rien ne se passe jamais exactement comme on l’imagine ^^
      Mais oui, je pense que c’est important de bien déléguer. Moi je m’y suis prise trop tard et du coup assez mal pour le faire… J’aurais pu éviter certains couacs (comme celui de la vidéo de la cérémonie laïque) en déléguant mieux.

  • C’est marrant, je pensais aussi avoir droit au wedding blues, étant de nature assez nostalgique, un an à penser qu’à ça… Et bien le dimanche soir suivant notre mariage, j’ai juste poussé un gros “ouf” de soulagement en regardant une bêtise à la télé: plus besoin de s’atteler à une quelconque tâche: j’étais liiiiibre!
    J’ai eu des couacs aussi:mon dj a été remplacé par deux types très gentils mais qui n’ont pas passé tout ce que je voulais, j’avais donné des artistes bien précis et ils ont juste passé les plus gros titres connus… -_-‘ malgré tout la soirée a été musicalement réussie, mais bon, entendre 2 fois la même chanson en 1 h alors que le groupe en est à son 6e album… les boules!
    Les invités qui ne montaient pas à la mairie alors que je voulais que tout le monde soit entré, l’ouverture de bal s’est fait classiquement alors que je voulais le faire entre le fromage et le dessert, un pb de jupon aussi (le cerceau s’est tiré!!! et ca descendait, je marchais sur ma robe, sur toutes mes photos je tiens ma robe -_-)
    Et finalement, ben, d’une les invités n’ont rien remarqué. De deux, j’étais aussi sur mon nuage, j’ai eu le mariage dont j’ai tjs révé avec Lui, l’Homme de ma Vie. Il m’a dit OUI! si ca c’est pas important…
    Et 6 mois après, une de mes copines présentes ce jour là qui me dit: “bon, quand est ce que tu te remaries? c’était trop bien, recommences!” si ca c’est pas du compliment ^^
    .

    • C’est vrai qu’il y a finalement une part de soulagement aussi ^^
      Je te rejoins tout à fait : l’essentiel c’est que les invités ne remarquent rien, que tout le monde passe un bon moment… et surtout qu’on se dise OUI ! 🙂

  • et bah, tout ça? 😀 nous aussi on a eu des cafouillages, des couacs et sur le coup je n’ai rien remarqué j’étais vraiment dans ma petite bulle. Je me souviens juste le soir avant de s’endormir Mr Snow qui me dit : bon ça, c’est fait! c’était bien sympa mais heureux que ca se termine! et c’est vrai, quel bonheur de reprendre ma petite vie paisible à regarder toutes les séries favorites que je n’avais pas touchée depuis 1 an ahhhhhhhh. Pour le wedding blue, personnellement, heureusement qu’on est parti en VDN directement car ça m’a permis de passer à autre chose et justement de ne pas m’appitoyer sur les couacs, sinon j’étais bonne pour y passer! bon c’est pas tout mais maintenant on veut voir la robe!!!!!!

    • Il y a une part de soulagement aussi, après toute cette tension, c’est vrai 🙂

      Je n’ai pas eu besoin du voyage de noces pour ne pas m’appesantir sur les couacs, mais maintenant je suis contente de le voir approcher !

  • Merci pour ce temoignage, je le trouve vraiment sympa et touchant. Ca me rappelle pourquoi on se marie, et comme tu dis, l’emotions doit l’emporter. Depuis le debut de mes preparatifs, je me dis que s’il pleut, c’est PAS GRAVE. Car de toutes facons, on n’y peut rien, du coup, ca ne sert a rien de stresser. Et c’est pareil pour tout le reste. J’espere juste que tout le monde s’amuse. Felicitations en tout cas pour ton superbe mariage imparfait 🙂

    • Merci, ça me fait plaisir 🙂

      Tu as tout à fait raison. C’est une philosophie que j’ai parfois (souvent ?) du mal à appliquer dans la vie de tous les jours, mais je suis contente d’y être parvenue le jour de mon mariage…

  • j’ai bien ris en te lisant bien que ça ne devait pas être drôle tout ce qui t’es arrivée.
    Je ne suis pas encore mariée, je suis en plein préparatif.
    Mais ça me stresse un peu moins après avoir lu ton témoignage.

    • Stéphanie, surtout ne stresse pas. Moi j étais totalement detendue ca ma permis de mieux gérer les couacs et puis ce jour la bizarrement on est dans notre petite bulle rien ne peux gacher le plaisir.:) et on passe vite au dessus pour profiter, apres tout ca passe tellement vite, a quoi ca sert de se cacher la journée.

    • Oh, tu sais, Monsieur Glenn et moi en avons ri aussi ! 🙂 Il n’y a rien eu de dramatique (il n’y a que le couac de la vidéo qui m’a un peu chagrinée)

      Bref, ne te stresse pas et profite 🙂

  • Aaaa les couacs, un grand moment. De notre cote on aura tout eu aussi:
    – accident de voiture le vendredi matin avant la mairie, de mon frère et ma soeur: résultat mes feux frères ma soeur et mes grand parents ne sont pas venu a la mairie, attendant la depaneuse.
    – appel de la basilique le samedi matin, 4h avant la cérémonie pour nous dire que la sono avait ete changer la veille, pas sur que le cd passe ( on a su 45min avant la cérémonie que c était bon)
    – il a fait un super temps toute la matinée..et a 15h30 a la sortie de la basilique, le deluge. Nous avons du repousser les photo de groupes.
    – disparition des 15 boutonnières hommes ( j avais emmene avec moi celle de mes témoins). Boutonnières retrouvées par ma mère apres la cérémonies, la ou on les avait laisse, en plein milieu de la table…. Bravo les hommes
    – première bouchée au vh, première tache verte sur ma robe ( merci le beurre d escargot)
    – le traiteur avait zape le sucre pour le fromage blanc.
    – pour le retour de noce, j avais prevu la même tenue sue le vendredi: sauf que cheri, a l ouest, a viré ma tenue du sac pensant que je ne la remettrai pas. J’ai du ranger en robe de mariée.
    mais finalement on en rigole 🙂 un superbe mariage presque comme on le souhaitait.

    • Mes deux frères, pardon, faute de frappes. L un de mes frères s occupait de la musique a l entrée. Nous n avons donc pas eu de musique a la mairie. Et ca je m en ss rendu compte le lundi suivant. Ptdr

    • Pas mal, ces couacs ! Bon, l’accident de voiture, ce n’est quand même pas très drôle… Heureusement que ça n’était que matériel, apparemment !
      Et le couac dont on ne se rend compte qu’après coup, on l’a eu aussi ^^ Du genre “ah mais on avait dit qu’on ferait ça… Bon… Tant pis !”
      En tout cas c’est sûr qu’il vaut mieux en rire ! 🙂

  • Je suis désolée de lire tous les couacs que tu as subi. Cependant, je suis contente que tu ne gardes pas trop d’amertume à cause d’eux et que ta journée t’a plu. C’est pour éviter tous ces couacs, ou en tout cas à avoir à les gérer que nous avons pris un wedding planner. Je craignais que si je devais les gérer moins même, ça ne me gâche notre joli jour.

    • Pour ma part, je tenais a tout gerer seule, pour la simple et bonne raison que je suis en train de creer mon agence evenementielle, et pour le coup, je suis rodée! lol

      Apres, j’ai eu la chance d’etre parée a toute epreuve, un problème une solution ( je me suis surprise moi meme! lol).
      Je pense que ce jour la on passe de la bridezilla a wonderwoman ( voir inspecteur gadget). 🙂

      Je pense aussi que j’ai bien geré car pas du tout stréssée. Moi qui d’ordinnaire est une grosse miss poisse angoissée! 🙂

      J’avoue j’ai perdu pied le vendredi matin en apprenant l’accident ( ajouté a la belle mere et un des temoins insuportables), mais etant bien entouré, j’ai soufflé un coup et c’était repartie.
      L’entourage ( famille et des temoins qui gere leur sresse et qui gere tout court) c’est vraiment important ce jour la.

    • C’est vrai que prendre un wedding-planner peut être une solution. Mais bon, au final, nous nous sommes reconnus dans le déroulement de cette journée… même dans les couacs 😉

  • Ca me rassure un peu de lire que tout ne se passe pas toujours comme on l’aurait voulu mais qu’il faut faire avec…Je me suis mariée le 10 mai 2014 et j’ai un grand regret que je gère difficilement. Ma fille de bientôt 4 ans devait nous apporter nos alliances pendant la cérémonie d’engagement…Ce qu’on avait pas prévu c’est qu’elle serait au bord de la crise de nerf dès le début de la cérémonie! Dès qu’on a fait notre entrée et que tous les regards se sont braqués sur nous 3, elle s’est mise à pleurer, impressionnée par les 100 personnes…On a pas réussi à la calmer malgré l’intervention de nos proches.Je m’en veux énormément, j’aurais dû mieux lui expliquer comment cela allait se passer pour qu’elle soit moins impressionnée, peut être faire une mini répétition ou interrompre la cérémonie le temps de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *