Petit intermède dans les préparatifs… mais grand bouleversement !

Tu as dû t’en rendre compte : ça fait un petit moment que je ne suis pas venue te raconter les fantastiques aventures de Bretzel et Cannelé au pays des Mariages. J’en suis désolée.

Depuis quelques mois, M. Cannelé et moi avons vu notre vie bouleversée, chamboulée, remise en question. Quelque chose est arrivé qui a déplacé de façon imperceptible mais définitive les pions sur l’échiquier. Du coup, je te l’avoue, le mariage est passé en deuxième position. Et mes billets ici aussi.

Alors, non, rien de grave. Au contraire. Quelque chose de merveilleux, de splendide, de fragile. De pas vraiment inattendu, car nous avons tout fait pour (et je m’arrête là, avant que ça devienne indécent).

En 2014, M. Cannelé et moi allons nous marier, mais aussi (et surtout) devenir parents.

Nous avons du mal à vraiment le réaliser, mais les faits sont là (la future mère superstitieuse que je suis ne peut s’empêcher d’ajouter “si tout va bien”) : le jour où nous nous dirons oui, je serai enceinte d’un peu plus de six mois.

mariée enceinte et ses demoiselles d'honneur

Crédits photo (creative commons) : Rachel Wilder

Se marier enceinte, quelle idée folle

Je t’avoue que depuis trois mois, je me suis souvent réveillée paniquée, en me disant “mais qu’est-ce qui nous a pris ?!”, déroulant une liste sans fin de questions toutes plus rationnelles les unes que les autres (il y a une pointe de sarcasme dans cette phrase) :

  • et si je suis alitée ?
  • et si je ne peux pas voyager ? (Je dois traverser la France pour me marier…)
  • et si j’accouche prématurément la veille du mariage ? (Si si, j’y ai vraiment pensé.)
  • et si je ressemble à une baleine dans ma robe ?
  • et si je ne peux rien manger parce que je vomis ?
  • et si je m’ennuie parce que je ne peux pas danser ?
  • et si le bébé meurt d’ici là, et que ça plombe l’ambiance ? (Oui, l’optimisme n’est pas ma plus grande caractéristique.)
  • et si je suis tellement fatiguée/lourde que je peux à peine bouger ?
  • et si je grossis des doigts et que mon alliance ne passe pas ? 

Comme tu le vois, j’étais sereine et apaisée (là encore, je sens une pointe de sarcasme). Si tu ajoutes à cela les bouleversements hormonaux dus à la grossesse, et l’appréhension légitime de toute jeune femme qui voit son équilibre physiologique (et psychologique) transformé, ça te donne une bonne idée de l’état dans lequel j’ai traversé ces trois premiers mois.

Heureusement, une fois encore, j’ai pu compter sur la présence solide et incroyablement zen de M. Cannelé. Il a répondu successivement à toutes mes peurs, m’a rappelé que cet enfant était avant tout quelque chose d’incroyablement positif et m’a assuré que même à 6 mois de grossesse, je serai la plus belle mariée du monde à ses yeux. Comme dirait Michel, on dirait que j’avais surtout besoin de quelques mots d’amour

J’avais très peur de la réaction de mes proches. Ma mère, déjà tellement stressée par le mariage, n’allait-elle pas définitivement craquer à l’annonce de ce bouleversement ? N’allions-nous pas entendre des “eh ben, vous étiez pressés !” ou des “vous n’avez pas pu attendre !” à n’en plus finir ? Certaines personnes très traditionnelles de nos familles n’allaient-elles pas nous reprocher ce choix assez peu conventionnel ? Pour te dire, j’étais terrifiée à l’idée de l’annoncer à mes parents, convaincue que j’étais qu’ils allaient nous reprocher cet heureux événement.

Bien sûr, on peut se dire que ce qu’en pensent les catho-tradis de nos familles nous est égal, et qu’on a passé l’âge de demander la permission. Que de toute façon, des blagues reloues, on en aurait quel que soit mon état. Qu’on gèrerait ma mère comme d’habitude, en laissant mon père se débrouiller avec elle. Tout cela est vrai, mais crois-moi, c’est plus facile à dire qu’à faire.

Se marier enceinte : une organisation à revoir

Comme tu t’en doutes, rien de tout ça n’est arrivé. Ma mère n’a pensé à rien d’autre qu’au fait que j’allais devenir mère. Mon père n’est pas allé au-delà du fait qu’il allait enfin être grand-père. Mes grands-parents ont rigolé en disant que, décidément, je ne faisais rien comme tout le monde. Ma belle famille a ressorti les vieux dossiers, déclarant que je ne faisais que “perpétuer la tradition familiale”. Et le grand-père paternel de M. Cannelé, pourtant très attaché au respect des traditions, a même proposé des aménagements “option taille élastique” pour la robe.

En quelques jours, nous avons été submergés sous une vague d’affection, de fierté et de joie incroyable, à laquelle je ne m’attendais vraiment pas.

Bien sûr, quelques “mais tu seras enceinte au mariage !” ont fusé, mais jamais méchamment. Parfois, on voudrait que tout le monde se réjouisse, et ça ne marche pas. Parfois, à l’inverse, on croit que le ciel va nous tomber sur la tête, et on ne reçoit que des félicitations, des bravos et des yeux débordant de joie. Il y a bien eu un ou deux grincheux, mais la vieille tante un peu réac’ ou le beau-frère un peu fermé, qui y attache de l’importance ?

Ma mère est néanmoins très vite retombée sur ses pieds et a enclenché un mode “revoyons rapidement le mariage et changeons ce qui n’est pas  gros-bidon-compatible”. Elle a évoqué le menu à adapter, la possibilité d’instaurer une “sieste de la mariée”. Et l’obligation que nous avions de réserver une chambre à l’hôtel situé à côté du lieu de la soirée, pour que je n’ai aucune route à faire le soir, et que je puisse aller me reposer à tout moment. Pour une fois, j’étais d’accord avec tout ! (Oui, tu as bien lu, moi non plus je n’en reviens pas.)

Nous avons donc enlevé l’entrée au foie gras (“de toute façon, c’était banal” a dit mon père), abandonné notre idée de gîte romantique pour la nuit de noce (en même temps, je pense que je ne rêverai que de dormir) et revu le déroulement de la journée. Finalement, rien de bien bouleversant.

Depuis, je suis beaucoup plus sereine. Le récit du superbe mariage de Mme Gourmande a aussi beaucoup participé à cet apaisement ! Je commence à être pleinement heureuse de ce qui nous arrive.

Je me dis que si je me sens grosse dans ma robe, ce sera pour une bonne raison. Je me dis que j’ai autant de chance d’être alitée que M. Cannelé en a de se casser la jambe en accrochant les lampions la veille du jour J. Je me dis que de toute façon, à l’apéro, on a toujours du mal à vraiment manger…

Surtout, je sais qu’à force de penser au pire, on ne fait jamais rien de bien, et que pour avancer, il faut prendre des risques. Je crois que c’est une des leçons du mariage, non ?

Se marier enceinte : une idée merveilleuse

D’abord, je vais être honnête : pour quelqu’un d’un peu narcissique comme moi, se marier est un bon moment. Être le centre d’intérêt, se faire mitrailler par la photographe, avoir une belle robe… Ça me plait assez comme programme ! Je suis sûre que je ne suis pas la seule dans ce cas, autant avoir le courage de le reconnaître, non ?

Comme je le dis toujours, l’important c’est de ne pas se marier pour ça ! (Et je ne suis pas une starlette capricieuse pour autant, narcissique sûrement, mais égocentrique jamais !) Finalement, c’est même peut-être plus facile de se marier dans cet état d’esprit

Être enceinte, c’est (un peu) pareil. Bien sûr, les gens te font des remarques sur le moindre de tes choix mais, mine de rien, tu vis quelques moments de gloire (toute raison gardée, hein ? On ne parle pas de la victoire de l’Alpe d’Huez non plus !).

Tu as la chaise la plus confortable à table, on te demande si tout va bien à tout moment, l’hôtesse de l’air te laisse t’assoir avant tout le monde car “tu as l’air fatigué” (et c’était vrai, j’étais au bord de l’évanouissement)… Certains choisissent même les menus en fonction de toi (je me sens toujours très mal dans ces cas-là, car j’estime que c’est à moi de m’adapter). On te regarde t’arrondir avec bienveillance et impatience …

Comme pour le mariage, je ne suis pas tombée enceinte pour cela. Mais à côté de toutes les difficultés qu’on peut vivre pendant une grossesse ou pendant les préparatifs d’un mariage, ce sont des petites choses qui font du bien au moral ! Alors, tu imagines, cumuler les deux ?

Avec le temps, j’ai aussi compris que me marier enceinte de mon premier enfant était une évidence incroyable dans ma vie d’adulte. Quoi de mieux, pour signifier l’engagement que nous allons prendre, que ce ventre arrondi ? La responsabilité d’une vie à deux, l’amour qui nous unit, le désir que nous avons d’un engagement durable, la confiance que nous avons l’un envers l’autre, la foi que nous avons en notre capacité à construire quelque chose de réel… Tout ce qui représente pour nous l’essence du mariage sera là, visible et concret.

Se marier, c’est dire oui à un choix incroyable et risqué, merveilleux par son incertitude. Quoiqu’il nous arrive dans l’avenir, aujourd’hui, nous nous sommes choisis. Comme amis, comme compagnons, comme amants, et désormais comme parents de cet enfant. C’est un OUI à tout cela que nous dirons dans trois mois. Rien que d’y penser, plus rien ne me fait peur.

Quand je marcherai vers l’autel, dans ma “robe 2 personnes”, mon ventre aussi visible que mon sourire, je sais que M. Cannelé et moi serons seuls au monde. Mais finalement, pas tout à fait.


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



19 commentaires sur “Petit intermède dans les préparatifs… mais grand bouleversement !”

  • Félicitations pour cette jolie nouvelle !

    Tu m’as beaucoup fait rire avec ton “et si je grossis des doigts et que mon alliance ne passe pas ? ” ^_^
    Alors bon courage pour cette nouvelle organisation, mais si ta famille est à tes cotés, tout va rouler comme il faut (pas comme prévu, mais comme il faut 😉 )

  • Tout d’abord félicitations pour ce double bel évènement! Je me retrouve totalement dans ton sujet! Comme toi j’habite a bordeaux et surtout je me marie en juillet et nous avons appris en mars que j’étais enceinte! Je serais de 5 mois et demi au moment du mariage. Je me suis posé les mêmes questions que toi. Que vont en penser nos proched? Serais je alité? Je ne serais pas trop fatiguée? Et ma robe? Et si il arrive quelque chose au bébé, je ne sais pas si j’aurais l’envie ni la force de maintenir le mariage. Ect… finalement nos proches ont bien reagis et pas de grands changement mise a part la robe qu’il a fallut changer entierement car le modele de depart n’aurait pas convenu a un gros bidou! Je crois que tu as raison il faut relativiser. Ce n’est que du bonheur qui nous attend. Finalement 2014 ce sera une annee doublement merveilleuse! Ta dpa est pour quand?

  • super article – qui m’a mis la larme à l’oeil (les hormones n’aident pas non plus de mon coté, puisque je suis enceinte de 7 mois – de mon coté on s’est mariés il y a un an, mais j’aurais été en parfait état pour en profiter il y a un mois, je te souhaite que ce soit pareil pour toi 🙂 )

  • J’ai ri à la mention de ta robe deux personnes, mais je suis surtout très touchée de voir cette jolie vision des choses que tu as 🙂

  • Que j’aime ta plume et ta façon de présenter les choses !!! TU me donnes envie d’être enceinte pour notre mariage aussi !!!
    C’est vraiment top que vos familles aient dépassé toutes vos attentes et qu’ils continuent à vous soutenir !!!! Il me tarde de te voir rayonnante dans ta robe 2-personnes !!!!!

  • J’adooore la conclusion ! Et une fois encore il s’agit d’un choix très personnel. Ta façon de raconter ton aventure (mariage – grossesse) prouve que ça te correspond totalement et j’en suis ravie. Pour ma part, j’aime l’idée de profiter pleinement de chaque chose, chaque événement et donc je préférerais que notre premier enfant ne soit conçu qu’après le mariage. De plus, je suis bien trop angoissée pour savoir gérer deux événements pareils en même temps. Je crois bien que je passerais des heures à ressasser toutes les difficultés possibles et inimaginables. Dans l’absolu, je suis d’accord avec toi, il faut être positif et croire que tout va bien se passer. Seulement c’est plus facile à dire qu’à faire et même si on n’y croit il faut tout de même prévoir certaines solutions de repli car il y a des impondérables plus probables que d’autres.

  • Bonjour!
    Je me permets de réagir à ton article car je me suis mariée le 10 novembre 2012…enceinte d’un peu plus de 6 mois…; et ça n’a été que du Bonheur!
    Et oui le déferlement d’hormones m’a permis d’être incroyablement zen pour les quelques jours avant et le jour J, alors que j’adore tout contrôler normalement. Le fait d’avoir un gros bidou à multiplier les propositions d’aide, et ça, ça fait trop du bien….
    Autre avantage d’être une 2-en-1 le jour de son mariage, c’est l’ouverture du bal par les mariés… et oui on nous a pardonné nos pas désordonnés puisqu’on était trop miignooons avec notre futur fille entre nous deux!
    Et cerise sur le gâteau (que tu peux déguster sans culpabiliser puisque vous êtes deux à devoir manger) tu seras obligatoirement resplendissante puisque attendant un tout petit bébé, et ça, ça nous donne un charme incroyable!
    En plus vous pourrez être fiers de montrer à votre ptit bout les photos de ses parents et de lui le jour de votre union!

    Bref que du Bonheur!

    ps ; ah oui et petit détail qui a son importance, on t’interdira de porter quoi que ce soit…donc tu pourras regarder tout ce petit monde s’activer sous tes conseils gentiment donnés!

  • Félicitations!
    Bien sûr, toutes tes inquiétudes sont légitimes, mais pour certaines très peu probables. Pour quelques autres, la réponse sera “oui” il est vrai. Oui tu sera grosse dans ta robe… grosse mais belle, puisque tu auras choisi une robe adaptée. Faut pas se leurrer, à 6 mois de grossesse ça se voit.
    Et oui, il est probable que tes doigts aient grossi, à réfléchir donc pour savoir comment gérer. Ne fais pas comme moi, qui ai égaré mon alliance quand j’ai dû l’enlever à ma 3ème grossesse parce que mes doigts avaient enflé.
    Pour tes autres questions: peu probable. Normalement, si tu t’octroies des moments de repos (bonne idée d’avoir un endroit pour ça pour la soirée), à 6 mois de grossesse tu ne devrait pas être trop fatiguée (ni vomir) et tu devrais pouvoir danser sans problème.

  • Felicitation Mademoisemme Bretzel ainsi qu’à Monsieur Cannelé! Je me reconnais tellement dans ta chronique!
    J’ai appris début Mars que nous serions parents (si tout va bien car moi aussi je suis superstitieuse) pour la fin d’année et je serai enceinte d’un peu plus de 4 mois pour notre mariage. Bizarrement, j’envisage les choses beaucoup plus sereinement, et à part les changements relatifs à la robe, aucune prise de tête! Au début, tout comme toi, je me posais énormément de questions; finalement,je me dis que nous vivons la plus belle année de notre vie 🙂 autant en profiter à fond!
    Beaucoup de bonheur à tous les 2 pour les merveilleux moments à venir!

  • Toutes mes félicitations!!! Jaime beaucoup l’idée “taille élastique pour la robe” j’ai bien rigolé. Mnt il faut positiver, tt va bien de passer et tu seras une jolie mariée future maman! Plein de bonheur!!

  • Félicitations , moi je dis on stress c’est pas bon pour le bébé et profite de pourvoir tout délégué ,donne les ordres et fait le chef tu a le droit , tu a tout les droit quantpd tu est enceinte, c’est sûre tu sera grosse mais quand tu est enceinte tu est contente de prendre du poids c’est bizarre quand même. Moi je trouve que d’être enceinte a son mariage sa prouve juste votre amour…

    Pour mon mariage on fait le baptême de mon fils en même temps et oui maman vécu porter le même nom que son fils

  • Moi aussi tu m’as donné envie…
    C’est pas bien du tout !
    En plus, vous avez la même situation que Grumpf, ce qui me pousse à dire que, hein, c’est possible :p
    Des bisous et surtout plein de bonnes choses !

  • Perso, j’aurais préféré me marier à 6 mois qu’à 2. Avant 6 mois (et notamment pendant le mariage), ma grossesse n’a été qu’angoisse et vomi… A 6 mois par contre, on est en plein dans la période “femme enceinte épanouie”, dans la tête et dans le corps, et je pense que ça te fera de merveilleux souvenirs de te marier à ce moment-là ! Par contre, c’est aussi généralement à 6 mois que les gynécos/sages-femmes conseillent de lever le pied, pour éviter l’accouchement prématuré ! Donc prévoie de pouvoir te reposer et d’être beaucoup aidée pour te ménager au maximum ! Bon, j’y vais, j’ai un bébé de cinq jours à nourrir avant que ma poitrine n’explose…

  • Félicitations pour cette belle nouvelle! Et bravo pour ta chronique, superbement écrite 🙂

    J’aurais bien aimé être enceinte pour notre mariage mais la nature en a décidé autrement, finalement on a eu un bébé “voyage de noces” lol!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *