Où l’on ressasse les problèmes du jour du mariage…

Après un mariage, le genre de chose qu’on entend, c’est généralement de l’ordre du « c’était merveilleux ! ». La mariée reparle de cette journée avec les yeux qui brillent, une larme d’émotion au coin de l’œil et un sourire béat. On évoque « le petit nuage », le « concentré d’amour », et on répète que « c’était encore mieux que tout ce que j’imaginais ! ».

mariée heureuse

Crédits photo (creative commons) : Beth Olson Creative

Sauf que… Sauf que, parfois, l’évocation du mariage ne provoque pas un sourire jusqu’aux oreilles, mais plutôt une petite grimace qu’on essaye de dissimuler.

Pendant un moment, j’ai fait cette petite grimace, moi aussi.

Déprime post-mariage ?

C’est loin maintenant. Mais j’ai eu quelque chose qui s’apparentait effectivement complètement au wedding blues, pendant 2 semaines après le mariage.

À ce sujet, je pensais que le wedding blues, c’était forcément l’effet « c’était tellement formidable, nous avons été entourés de tant d’amour, c’était la plus belle journée de ma vie… OUINNNNNNN, je veux revivre encore et encore et encore le jour du mariage ! ».
Le tout bien sûr agrémenté de reniflantes et larmoyantes séances de contemplation des 14.957 photos et vidéos de piètre qualité, fournies par les invités. Puis, le cas échéant, celles du photographe et le travail du vidéaste.
Et, enfin, un blues encore augmenté par un « plus rien à faire », après une année de DIY et de recherches. Hop, soudain, on voit encore plein de belles choses, mais… il n’y a plus de mariage dans lequel les mettre en œuvre !

En fait, ça peut être ça, bien sûr. Mais pour ma part, c’était plutôt l’inverse. Quelques phrases de déjà-mariées à l’air dépité, qui me paraissaient bien superficielles avant, ont alors pris tout leur sens.

S’appesantir sur tous les défauts de la journée. Ressasser tous les couacs, les trucs qui ne se sont pas, mais alors pas du tout, passés comme prévu.

Les petites choses pas bien importantes, comme l’arbre à vœux à peine rempli (une dizaine de feuillets). Ou bien le candy bar où, pour ainsi dire, personne n’a rien emporté. Entre autres.

Mais, surtout, les « gros trucs ». Comprendre ceux où j’ai pleuré ou failli pleurer. Et pas de joie.

  • Le retard à la marie. Et le fait, du coup, de n’avoir pas pu profiter de ce moment, pourtant déjà émouvant en étant pressés, où l’on découvre tous les gens qui sont là pour nous !
  • Mon papa parti en douce dans l’après-midi, parce que malade. Quand je m’en suis aperçue, j’ai fondu en larmes. (Finalement, il est revenu le soir. Mais ça, je ne pouvais pas le deviner !)
  • L’erreur des parents qui embarquent la baby-sitter pour surveiller leur bébé, dans une chambre du domaine. Après un moment à me stresser, l’affaire a été résolue. En occupant mon mari pendant une demi-heure, le temps de parler aux parents puis d’aller déplacer le lit du bébé dans une pièce à côté… Et bon, disons que ce n’est pas trop là qu’on attend le marié, le jour de son mariage.

Être déçue de ne pas avoir ressenti à un moment cette émotion débordante de joie, cette euphorie du « je suis mariée ! ». (Si-si, j’ai été heureuse de me dire que nous étions mariés. Et émue de nos mots d’amour. Mais rien à voir avec ce sentiment de guimauve à paillettes dont on nous parle tout le temps.)

Oublier… un peu.

Et puis, j’ai fini par en parler à Monsieur Lutin. Il m’a rassuré, comme lui seul sait le faire. On a reçu une vidéo d’un invité. Puis les photos des photographes.

De voir notre mariage « vu de l’extérieur », ça m’a aidé à passer au-dessus de ces petits souvenirs pas-si-chouettes, et à passer à autre chose : « en fait, quand même, globalement, ça allait. C’était un joli et agréable mariage ».

Pendant un moment, je suis alors passée à une seconde étape. J’ai oublié les petits trucs sans grande importance. Mais je pensais encore parfois avec amertume, furtivement, à ces choses qui m’avaient (presque ou carrément) fait pleurer, qui étaient un peu venues gâcher la journée.

Tout en me disant que c’était malgré tout un beau mariage, l’un n’empêchant pas l’autre. Mais sans clamer que « il y a eu des imprévus, mais cela n’a en rien entaché le merveilleux de notre journée pleine d’amour ».

câlin mariés

Crédits photo (creative commons) : Varin Tsai

Passer à autre chose…

Après quelques mois à fureter sur de multiples blogs mariages, déjà avant le mariage, j’avais fini par me concentrer principalement sur deux « points mariage » : un forum et le blog de Mlle Dentelle.

Finalement, c’étaient les seuls endroits qui répondaient à mes besoins et envies : du partage, parler de choses joyeuses et d’autres plus tristes, voir comment se passe la recherche de prestataires… Et des histoires de robes, des histoires de déco, des photos de mariage. Le tout mêlé judicieusement, sans qu’il n’y ait trop de l’un ou trop de l’autre.

Désormais, je me suis éloignée du forum, presque sans m’en apercevoir. Quant à Mademoiselle Dentelle… Plus doucement, mais sûrement, je m’éloigne aussi… Je viendrais sans doute pendant encore longtemps jeter un œil aux histoires des unes et des autres, mais la lectrice assidue que j’étais est désormais bien loin !

Je vois toujours passer de belles images de décorations de mariage sur Pinterest. Quand une idée me botte, je la ré-épingle soigneusement dans un dossier « fêtes ». Ça servira peut-être, pour un anniversaire spécial, pour un renouvellement de vœux, ou que sais-je d’autre ! (Et puis je vois aussi passer tout plein de petits détails, qui iraient super bien dans une déco de maison, et que je garde donc d’autant plus précieusement, sur d’autres tableaux !)

Je n’ai plus tellement envie de parler tout le temps de mon mariage en long, en large et en travers. Je répond aux éventuelles questions, tantôt de façon évasive, tantôt plus en détail, quand je suis d’humeur !

Et ce reste de déprime alors ?

Devoir raconter mon mariage ici même m’a permis de constater l’amertume que je gardais encore, vis-à-vis de ces gros couacs dont je parlais en amont. C’était important de m’en apercevoir, plutôt que de jouer à « oui c’était super, il y a eu quelques petits soucis mais rien de grave », tandis que les larmes montaient dès qu’il s’agissait de parler plus en détail de ces fameux « petits soucis ».

J’ai donc pu en parler à d’autres personnes. Et là, enfin, magie : la vapeur s’est échappée… Et j’ai alors pu me concentrer sur l’émotion du mariage. Avoir les yeux humides en relisant nos vœux. En repensant à l’émotion du « on est mariés ! » que j’ai ressenti à la mairie. Sourire d’avoir réuni toutes ces personnes importantes pour nous.

Les moments qui étaient restés amers sont alors vraiment devenus « des petits aléas de la journée ». Et rien de plus.

Depuis, je suis sereine sur cette journée, j’ai pris du recul, beaucoup de recul. Et le seul regret que j’ai finalement, c’est celui-là : j’aimerais pouvoir me marier à nouveau, en ayant le recul que j’ai aujourd’hui.

Et toi ? Tu trouves étranges ces remarques amères de jeunes mariées qui évoquent leur propre mariage ? Tu comprends un peu mieux ce qui peut se passer ? Tu as des astuces pour profiter du jour J, sans que les problèmes ne prennent des allures de montagnes ? Viens me dire !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



18 commentaires sur “Où l’on ressasse les problèmes du jour du mariage…”

  • Hello!
    Ben moi avec la catastrophe de ma photographe, qui m’avait déjà fait pleurer en me posant des lapins plusieurs fois pour la séance engagement, j’ai eu aussi ma dose d’imprévus…. Mais par contre après je repensais au mariage les yeux humides en pensant aux voeux de mon mari quand même!!! Le seul truc c’est que cette histoire de photographe a continué. On a eu des soucis pour notre day after, pour la livraison des travaux…. Ce qui ne m’a pas aidée à passer à autre chose! Ca a duré 3 mois. Mais j’arrivais bien à penser au mariage sans me morfondre uniquement là-dessus. Et il y a eu d’autres couacs: mes cousins arrivés en retard, ma cousine ayant dérangé mes parents déjà épuisés, mes collègues squattant le vin d’honneur (ça m’a rendue hystérique)… Mais je n’ai jamais QUE repensé à cela en fait.
    Je n’ai pas eu le wedding blues « classique » non plus, au contraire! Je suis hyper heureuse d’être mariée et je chéris ce souvenir. Des fois je me dis que j’aimerais revivre autant de magie et d’émotion, mais je me dis alors que si c’était possible, l’unicité d’un tel moment disparaîtrait, le rendant moins magique et moins émouvant.
    J’adore aller aux mariages des autres (déjà 3 à notre actif et bientôt 4 en tant que jeunes mariés), je ne compare pas, je me dis « oh regarde ils ont fait ça c’est génial! » et pas « oh mince on aurait dû faire ça ». Je profite en tant qu’invitée!

    En tout cas tant mieux si à présent tout va mieux et surtout que vous ayez pu en parler entre vous 🙂

  • Je te comprends très bien Madame Lutine! Je crois qu’on est nombreuses à avoir des regrets dans une certaine mesure qui peuvent venir gâcher la fête. Et pas forcément sur les mêmes choses d’une mariée à l’autre! Il y’en a ça va être la déco mal installée parce que pas eu assez de temps, d’autres le planning qui s’est mal goupillé, d’autres encore la petite remarque assassine de tata Gertrude sur le parvis de la mairie…

    Moi ça a été les (rares!) pétages de plombs qui ont eu lieu pendant et après le mariage dans mon entourage (je dénombre 3 victimes directes, à l’échelle d’un mariage ça n’est rien), et pourtant je fais partie de ces mariées un peu énervantes qui ont trouvé leur jour J absolument parfait! (Vraiment, j’ai regardé la vidéo du mariage l’autre jour -oui, encore! -, et je me suis dit que je n’aurais pas pu être plus heureuse que ce jour là!). Et malgré tout, j’ai passé de longues semaines après le mariage à me dire que j’aurais préféré que bidule ou unetelle fasse un effort, et à me demander ce que j’aurais pu faire pour empêcher ces comportements…

    Comme tu le dis si bien, il est important de mettre des mots sur ce qui ne va pas, c’est la seule façon d’aller de l’avant. Sinon on ressasse, on rumine, et la petite boule d’amertume grossit et devient une grosse boule envahissante…
    Mon truc à moi, c’est d’essayer de comprendre coute que coute pourquoi tel événement s’est produit; ça n’est jamais très facile mais une fois que j’ai réussi à faire ça, j’arrive à laisser filer!

    Je suis contente en tout cas que tu aies réussi à franchir cette étape, parce que ce que j’ai vu ou lu de votre mariage m’avait l’air magnifique! 🙂

  • qu’est ce que je te comprends. j’ai eu 15 jours pareil de pseudo wedding blues.
    des regrets , des pensées sur on aurait du faire ça…. ou ça….
    mais maintenant c’est passé.
    mais il est vrai qu’apres le jour J j’ai eu le sentiment de ne pas avoir été passé à l’eglise , tellement le curé à fait bourde sur bourde.
    en ayant le retour des invités je me rends compte que eux n’y ont rien vu.
    mais nous nous l’avons pas tres bien vecu.
    mais comme tu le dis le reste n’est que bonheur, il faut se focaliser sur les +++ de cette journée. et là la balance s’inverse, car il y a eu plein de merveilleux moments.

  • Je comprends parfaitement ton témoignage, comme toi, le mois qui a suivi je ne pensais qu’au seul couac du mariage : le DJ vraiment mauvais qui fait que la soirée s’est terminée à 3h alors qu’on voulait faire la fête jusqu’au bout de la nuit. J’avais beaucoup de mal à faire abstraction de ça alors que le reste de la journée s’est merveilleusement bien déroulé.
    J’arrive maintenant à aller de l’avant et à repenser à tous les merveilleux moments de cette journée mais ça m’a pris un peu de temps !

  • un article qui fait du bien on se sent moins seul 🙂
    en effet on se laisse envahir par des détails que l’on ne cesse de ruminer (dés fois j’en rêve même!!) !ils faut donc laisser le temps, pour prendre du recul!

  • Super article qui fait du bien… moi mon wedding blues a duré 1 mois 1/2 et je cherche toujours ce que je pourrais faire pour m’occuper l’esprit…

    Les couacs mon dieu qu’est ce qu’ils me hantent… ça a commencer par un retard d’1 heure pour les photos de couple et témoins, Madame le maire qui oublie l’échange des alliances et qui nous dit qu’on peut partir ouais youpiii 🙁 , les enfants qui se servent dans les dragées pour les invités du vin d’honneur car les serveuses n’ont pas surveiller donc pétage de plombs en plein vin d’honneur et les parents en ont pris pour leur grade (quand on est invité on surveille ces gosses moi la mienne je l’ai toujours à l’œil)…, le retard d’1 heure au restaurant, l’entrée des mariés loupé car le mec du restaurant n’a rien compris et il a envoyé mes invités dans le jardin pour boire l’apéritif et l’ouverture de bal car il s’est trompé de playlist…

    Mes invités n’ont pas remarqués ces couacs et pourtant il y en avait.. ils ont trouvés la journée et la soirée merveilleuse…

    ah oui et le pire c’est le lendemain… plus de la moitié des invités qui avant dit qui serait la ne sont pas venu alors que nous avions prévu pour 50 personnes notre brunch j’étais heureuse…

    donc tous ces petits détails m’empêche de passer a autre chose surtout quand on passe 2 ans a tout programme, préparer, organiser…

  • Merci pour ton article Madame Lutine ! Moi aussi je m’attendais à être une mariée ultra heureuse qui avait vécu le plus beau jour de sa vie. D’ailleurs c’est ce que la plupart des mariées disent, comme s’il y avait un tabou à parler des regrets qu’on peut avoir de ce jour-là.
    Je peux dire que j’ai été très heureuse ce jour-là, et ce bonheur a duré quelques jours après. Mais en y repensant, je me rends compte que je vis comme toi une forme de wedding blues où je repense à tous les couacs.
    La pluie qui a jeté une ambiance tristounette sur cette journée (c’est probablement moi mais le mauvais temps joue vraiment sur mon moral), et le fait que beaucoup de photos n’ont pas été prises avec certaines personnes parce qu’on était tous réfugiés à l’intérieur.
    Et puis la cérémonie à la mairie qui a été horrible, même si je prétends que ça n’a rien gâché, j’en garde un souvenir amer. (D’ailleurs j’ai beaucoup de mal à finir cet article qui est pourtant prêt depuis des semaines !)
    Bref, je rumine tout ça et dès que j’essaye d’en parler j’ai l’impression d’agacer mon entourage qui a trouvé le mariage très bien. J’avoue que j’espère encore trouver le moyen de dépasser tout ça…

  • Bonjour,

    Je ressens des sentiments très similaires aux tiens et à ceux de Madame Doré.
    Je m’en veux un peu car globalement mon mariage s’est très bien passé. Mais c’est mon caractère d’avoir des regrets et j’en ai. Comme Madame Doré je crois agacer mon entourage quand je parle de regrets alors que beaucoup se sont énormément donné pour nous. L’ambiance était au plus haut. Mais je ne peux m’empêcher de penser que s’il avait fait un peu plus beau et chaud, ça aurait été plus sympa et surtout je regrette bcp de ne pas avoir plus de photos de nos invités. Notre photographe a fait de suberbes photos de nous, très artistiques mais je ne réalisais pas que j aurais aimé avoir des photos plus classqiues de nous avec mes grands-parents par exemple. je pensais que c’était ringard et auj je regrette !
    je regrette aussi de ne pas avoir ressenti une forte émotion en découvrant mon mari a la cérémonie, je rêvais de ce moment.

    Mais comme vous, je me soigne en relisant les textes (je suis en train de composer un petit livre) et en faisant un beau livre photos. C’est comme si je vivais les émotions en décalé en les revoyant.

  • Tout pareil…
    Mais ce que j’aime bien en lisant ces commentaires, c’est de voir que je ne suis pas la seule déjà-mariée qui continue à suivre les chroniques de Melle Dentelle 😀

  • Merci pour ces réactions, je suis bien contente d’avoir mis les pieds dans le plat et que ça ait parlé à plusieurs mariées qui se trouvent être ou avoir été dans une situation comparable ! 🙂 Ce n’est pas réjouissant, mais c’est toujours rassurant de savoir qu’on n’est pas la seule.

    Bon courage a toutes pour surmonter cette étape difficile ! ♥

    Et sincèrement… Parlez-en ! 😉 Bon, pas à n’importe qui bien sûr, il faut trouver une (des) personne compréhensive, qui ne juge pas, et qui saura écouter, faire preuve d’empathie, tout en vous rappelant les belles choses de cette journée. Mais le dire pour de bon, vraiment, ça fait un bien fou.

  • En tant que pas encore mariée, je te remercie beaucoup pour cet article, ce sera certainement pour moi l’un des plus utiles !
    Ben oui, je crois que j’ai ce caractère là (repenser aux couacs), et donc je me dis que le jour du mariage je devrai me souvenir de prendre du recul, avoir délégué le déroulement de la journée, et me mettre en mode « je profite des gens que j’aime et le reste n’est pas/plus mon problème »

  • c’es un peu triste de lire tout cela de ce qui doit être LE..plus beau jour, moi je me marie en 2014 et stressée de nature j’en pleure déjà de peur de tout imprévu, notamment la question photographe car du à un accident je suis en maladie et donc ça veut dire revenu diminué et mon fiancé lui a perdu sont contrat de remplacement donc vu que l’on a pas assez de revenu pour un photographe car abérent les prix ben j’espère que les invités en feront de belles.
    Alors on se dit à deux que bon il y aura toujours des photos réussies et on sait qu’on a des amis en or et quoi qu’il arrive en imprévu, il y en aura pour gérer la situation. notre + c’est qu’on compte sur eux pour notre journée, j’espère avoir raison donc mon fiancé est quelqu’un de très calme dans les situations même difficiles donc moi je vais me dire que ça va être une belle journée et oui même s’il y a des couac qui vont me faire verser des larmes, le principale c’est que dans ma vie j’ai de la chance d’avoir un mari comme j’ai.
    Je compte aussi faire avant une mise au point avec des réfractère a penser ma soeur, let surtout la grand mère de mon fiancé qui n’est pas chaude mais bon ça reste une minorité alors les filles même si il y a un petit coin triste dans votre coeur vous devez vous dire que ça quand même été votre journée car vous êtes mariées à l’homme que vous aimez et qui va être tout au long de votre vie votre ami, votre confident mais surtout votre 1/2 de coeur pour tout et tout le reste et qu’à 2 on est plus forte.
    bisous les filles

  • Eh bien je crois que personne n’aura connu le « saccage » commis par…. Ma belle-soeur, témoin de mon mari ! Sa soeur adorée, avec laquelle nous nous entendions si bien…!
    Tout a commencé la veille de notre mariage, par le souhait de mon mari de venir me chercher chez nous avec la superbe décapotable que nous avaient prêtés un couple d’amis. Cette magnifique BMW que nous avions laissée dans le garage de cette soeur le jeudi soir… Et dont, à peine repartis, elle s’est empressée de publier la photo sur Facechèvre en faisant croire qu’elle avait gagné au loto.
    Le vendredi, cinglante réflexion l’égard de mon mari, qui venant décorer la voiture, s’est entendu dire que « ça ne se fait pas d’aller toi-même chercher la mariée !! ».
    Heu, pour info, à près de 50 piges, on fait ce qu’on veut non ?

    Le samedi, suite à notre souhait de ne pas figurer sur Facebook (cette personne poste minute par minute tout ce qu’elle fait !!), mon mari lui demande donc de ne poster aucune photo de moi (la mariée). Réponse : « J’en ai rien à f…., c’est MON facebook, je fais ce que je veux !! ».
    Résultat : En arrivant à la mairie, j’ai droit à une bise glaciale… Début d’ambiance..
    Lorsque nous repartons après la cérémonie pour la maison, avant de gagner le restaurant, nous nous arrêtons devant le lieu de travail d’une amie qui a perdu son papa le jeudi (soit 2 jours avant le mariage) afin de l’embrasser. Cortège derrière nous (rien de gênant, une rue assez calme, et c’est sur notre route). Nous embrassons notre amie, en larmes, et repartons. Arrivée à la maison : notre emplacement devant le garage est squatté par la belle-soeur..Dont le compagnon est au volant. Ahuris, nous lui demandons de se garer plus loin. Elle sort de la voiture et nous fait un énorme « Fuck » avec le majeur levé. Je suis sidérée !!! Pas du tout habituée de ce genre de geste dans mon entourage, mes amis ou ma famille, je commence à découvrir le vrai visage de ma belle-soeur. Un vrai rictus de haine sur le visage (les photos en témoignent). Mes parents, mes amis, sont atterrés, et se demandent ce que fait cette personne à notre mariage…

    Petit cocktail dans notre jardin (nous ne sommes qu’une petite vingtaine, c’est un petit mariage). Cette personne se met à l’écart et garde le nez sur son Iphone… Comme d’habitude quoi… Elle poste….(pour info, nous avons découvert que nous étions sur facechèvre dès 17h00…).

    Départ pour le restaurant. Nous arrivons et faisons découvrir la salle aux invités. Une seule et grande table que nous avons décorée avec ma témoin la veille. Se trouvent devant les assiettes, en sus du menu, un mini vase rempli de sable parfumé et portant un mini bouquet, une étiquette avec le nom, et une mini boîte en carton content un porte-clé en forme de note de musique. Plus un ballotin de chocolats fins (pas de dragées, par choix perso, car nous sommes à Pâques).
    Et là, la personne décrète à haute voix que ce plan de table, « c’est du n’importe quoi ! »
    Avec mon mari, nous sommes en bout. Nous avons placé nos parents respectifs, côte à côte, à notre droite et notre gauche, puis, pour que tout le monde puisse discuter, les couples face à face. Ma belle-soeur est donc assise à la gauche de mon papa, et, avec son compagnon, la plus proche de nous.
    Sans trop faire atttention, je sors de la salle et nous commençons le cocktail.
    Et là… Ma belle-soeur se met à l’écart, avec ses parents et son homme. Et rabroue systématiquement la patronne du restaurant, le petit serveur… Jusqu’à son frère, en disant qu’elle ne veut rien boire, rien manger..
    Je ne fais pas trop attention, je trinque avec les invités. Photos dans le jardin…
    Mes invités sentent le malaise s’installer, en entendant les réflexions peu amènes de la personne en question (« qu’ils ne comptent pas sur moi demain, j’ai pas envie de manger, plutôt envie de vomir, etc…).

    Finalement, nous passons à table. Joli petit discours de mon mari. Je prends la parole ensuite, de plus en plus décontenancée par la tête hideuse de méchanceté que me fait ma belle soeur. Bêtement, je remercie tout le monde et LA REMERCIE, elle, de m’avoir donné son avis sur ma robe. Elle me fixe méchamment, tout en réduisant en miettes ce que j’imagine être un kleenex… Elle refuse le premier plat. Se lève et lance à la cantonnade : « Je vais fumer !!! ». Les invités sont sidérés ! Son compagnon, resté à table, se met alors à taper avec les couverts en hurlant : « C’est quoi ce repas dégueulasse ?? Remboursez, remboursez !! ».
    Je suis écoeurée, et tellement surprise que je lui dis juste d’arrêter. Mon mari, lui, l’arrête net d’une réflexion bien sentie.
    Ma belle soeur revient. Toujours la même haine sur le visage..
    Elle refuse le 2° plat. Mon mari se lève alors, lui demande de sortir avec lui, ce qu’elle refuse. Il insiste fermement, mais discrètement.
    Dehors, elle lui répète qu’elle ne veut pas manger, et qu’elle a plutôt envie de vomir !
    Mon mari lui suggère qu’elle serait mieux ailleurs non ? Irritée, elle répond oui. Il lui demande donc de partir… Et de ne pas oublier son compagnon au passage !!!
    Ce qu’elle fait. Le fameux compagnon reçoit un texto, esprit embrumé par l’alcool il se lève et part.
    Soulagement général !!
    Pour moi de courte durée, puisque j’ai à ma droite mon beau-père, un vrai « méchant », qui me glisse : « Elle a raison d’être en colère, ce plan de table il va pas du tout !! ».
    Je le regarde calmement et lui répond : « Ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à se faire rembourser l’entrée ! ».
    Je vous passe les détails de la vidéo que j’avais amoureusement préparée, et dans laquelle j’avais mis des photos de mon mari et de sa soeur, légendées : « Ma soeur, ma complice… ».

    Petite soirée tranquille après, en riant et en discutant avec mes amis, qui s’empressent de me rassurer en disant : « Surtout ne t’inquiète pas, vu le QI de la personne, tu n’y es absolument pour rien !! ».

    Nous dormons à l’hôtel. (Petit sketche la veille également, mon témoin s’est retrouvé sans chambre, car il devait être hébergé chez la soeur en question ! L’hôtel heureusement a pu nous dépanner).

    Petit déjeuner le lendemain en amoureux, pendant que le serveur, que je connais, me remet la boîte dans laquelle il a collecté toute la décoration de la table (petites pierres scintillantes, coeurs etc).
    Je jette un oeil distrait et là…. Je remarque des morceaux de papier déchirés… Intriguée, j’en sors un…
    Je tiens dans mes doigts ce qui reste du marque-place, de la petite boîte cadeau.. Imprimés de notes de musique, la moitié du nom de ma belle-soeur apparaît…
    Ce qu’elle déchirait si consciencieusement devant moi au début du repas, et que j’avais pris pour un kleenex, n’était autre que les éléments de la déco.
    Je dois avouer que là, le coup est rude.. J’en pleurerais…
    A midi, petit repas grillades à la maison, mon fils, mes soeurs, mes témoins, mes parents, la fille de mon mari que j’adore, avec son petit ami… Et des fous-rires énormes jusqu’au soir ! (Je viens d’une famille très gaie heureusement !). Mes beaux-parents ont décliné l’invitation la veille. Tant mieux !!

    Le lundi, nous partons récupérer ma voiture chez ma belle-soeur (mon mari l’avait utilisée pour aller chercher la décapotable le samedi). Il sait que pour moi, c’est terminé, cette personne ne fera plus partie de mon entourage. Il me comprend et me donne raison.
    Arrivés, je descend de sa voiture pendant qu’il va récupérer mes clés. Et là, à ma grande surprise, ma belle-soeur demande, d’un ton colérique : « Et ta femme, elle peut pas venir dire bonjour ????!!! ». Dehors, je n’en reviens pas, je reste bouche bée !
    Mon mari lui répond qu’avec son comportement lors de notre mariage, ma réaction est plutôt normale, et que des excuses seraient la moindre des choses.
    Hurlements de la belle-soeur ! Que ce plan de table c’était n’importe quoi, que c’est MA témoin qui a décidé, etc, etc…. Stupéfaits, nous nous regardons avec mon mari… Nous LA regardons… Et lui disons que c’est NOUS qui avons fait pour le mieux, en mettant les convives face à face car il y avait des personnes seules (nous n’étions qu’une vingtaine, rappelez-vous).

    Re-Hurlements de la belle-soeur… Au secours, j’ai l’impression de voir un remake d’un film d’horreur ! Je secoue la tête en la regardant, je ne dis absolument rien. Je récupère mes clés et démarre. Mon mari est resté 2 minutes de plus pour lui asséner quelques vérités (ses parents étaient présents…). Histoire de famille (elle a été fâchée avec eux durant de longues années et n’a renoué que depuis quelques mois).

    Mon mari me rejoint, et me dit qu’il a lâché quelque chose qu’il avait sur le coeur depuis de très longues années (secret de famille qui a bouffé sa vie). Il sourit et me dit : « Pour la première fois de ma vie, je me sens libéré ! J’ai crevé l’abcès, que ça fait du bien !!! ».

    A ce jour, presque un mois après notre mariage, nous n’avons jamais plus eu de nouvelles. Ni de ses parents, ni de sa soeur (mon mari lui a renvoyé son chèque, déchiré).

    Et la vie continue !! Je ne ressasse pas, même si je sais que rien ne pourra effacer ce saccage.
    Il est prévu une fête à l’automne avec tous nos copains, nos amis, environ une centaine de personnes, pour fêter notre union.

    Et je vous assure, les filles, que je serai vigilante ce jour-là !! Je vais peut-être embaucher des videurs non, qu’en pensez-vous ? Rires… On ne sait jamais !!!

    Je vous souhaite en tout cas, à toutes, le plus joli des mariages !!! Et si par hasard, un « clone » de ma « belle-soeur » (enfin, « moche-soeur » plutôt) se trouve à votre mariage…
    Prenez une grande inspiration, et ECLATEZ DE RIRE en la regardant bien en face !!! Vous aurez les rides du soleil au coin des yeux sur les photos, et ce sera VOUS la plus belle de la journée !!!

    Je vous embrasse toutes, en vous souhaitant énormément de bonheur !!!

    • si jamais vous repassez par la! quel courage. Je ne suis pas de nature violente mais je crois que la déco aurait fait un vol sur sa tête de harpie!!!!

      J’espère que la deuxième fête s’est bien passée!

  • wouah j’aurais pu écrire cet article ! Moi aussi j’ai du mal à faire l’impasse sur tous les imprévus de la journée qui ont fait passer le mariage en mode avance rapide ! Ça fait du bien de voir que je ne suis pas la seule

  • je suis encore sur les petite couacs 3 semaine après mon mariage mais certains dirait ton mon plus agacer que ému comme la tante qui rentre chez toi pour aller au toilettes alors que tu es en train de faire ta sorti du domicile GRR

  • Très intéressant ton témoignage parce que… je vis un peu la même chose! Trois semaines après, pas de wedding-blues, pas de sensation de vide, pas de nostalgie, au contraire même. Je suis heureuse que ce jour si attendu soit enfin passé. C’est bizarre non? J’aurais jamais cru! Et pourtant, j’ai une sorte de soulagement heureux, on a plein de positif à repenser, il est enfin mon époux, nous avons entre nous cet engagement précieux, c’est un tel privilège pour moi! Nous avons eu des preuves d’amour sans arrêt… Et, je l’avoue, oui, contente que les préparatifs soient enfin finis. J’ai adoré organiser pourtant. Mais ça fait du bien. Bizarrement, je me sens délivrée d’un stress énorme, la question « est-ce que tout va bien se passer? » plus besoin de se demander, c’est passé, il y a eu des couacs à la pelle, mais c’est fait, plus besoin de se poser la question.
    Et là, justement, le seul « point noir » c’est qu’il y a une foule de trucs, où je me dis que ça s’est pas très bien passé, ou qu’on aurait dû faire mieux: la wedding planner débordée qui n’a pas réussi à gérer, le repas qui a trainé en longueur, les dessert qu’on aurait dû présenter autrement, l’église qui n’était pas assez fleurie, le vin d’honneur qu’on aurait dû faire à un autre endroit, le bâton de rouge à lèvres que j’ai oublié (oui j’ai des priorités qui cassent des barreaux de chaises) …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *