Page 19 du grimoire : les péripéties de l’installation

Hiiiiiiiiiiii !! Ça y eeeeeeeeest !!! On y eeeeeeeest !!! Je peux enfin commencer à te raconter le mariage en lui-même !!!

J’ai TROP de choses à te raconter, je ne sais même pas par où commencer ! Aaaaaaaahhhh !! Trop d’émotions, trop d’amour, trop de gniiiiiiiiiiii !!!

via GIPHY

Bon, bon, calmons-nous, et prenons les choses dans l’ordre… Je vais commencer par le commencement et te raconter l’installation de la salle !

J-15 : la confiance est à son comble

Ok. Alors. Déjà, pour mettre les choses en place, je dois te dire que 15 jours avant le mariage, nous sommes allées à notre salle pour faire un dernier point avec les propriétaires, solder les comptes et faire l’état des lieux. Tu le sais, la confiance est loin de régner entre nous… donc tu imagines bien que faire l’état des lieux 15 jours avant notre événement nous a bien fait grincer des dents, sachant qu’il y allait avoir au moins 2 mariages entre temps. Bref.

Nous arrivons donc, Miss Witchy, ses parents et moi, sur les lieux. Les propriétaires nous avaient demandé d’apporter nos napperons, le plan de table définitif et la liste des personnes ayant réservé des chambres, que nous avions nous-mêmes attribuées. Miss Witchy leur avait donc préparé un super document récapitulant tout : les tables, les places, les chambres… Bref : un schéma clair, efficace et synthétique.

Nous faisons le point sur les choses dont on avait convenu ces dernières semaines. Et là, les propriétaires… disons qu’ils ont fait l’inverse de nous rassurer. On n’en revenait pas. Je te fais un petit florilège :

  • Nous leur avons rappelé que nous avions fait enlever les vins du menu, puisque le père de ma future femme souhaitait les prendre en charge. La réaction du propriétaire : « Ah ! Et je vous avais dit qu’il y aurait une minoration sur le prix du menu ? Oui ? Je vous avais dit combien déjà ? »… Ah, ok, parce qu’en fait c’est à la tête du client ? Bref. On lui rappelle, il le note et nous dit qu’il va aller rééditer le contrat en fonction.
  • Nous lui rappelons également que nous souhaitions utiliser leurs chaises de jardin pour la cérémonie laïque, dont ils facturent la location. Même discours : « Je vous avais dit combien par chaise déjà ? »… Sans commentaire.
  • Nous leur faisons remarquer que faire un état des lieux 15 jours avant notre événement n’était pas vraiment dans les règles. Leur réponse : « Oh vous savez, c’est histoire de, de toute façon nous encaissons très rarement les chèques de caution. ». Merci, super rassurant.
  • Nous leur donnons le nombre de petits-déjeuners à compter, en précisant qu’il s’agit de ceux de nos invités et des nôtres. Ils notent et ajoutent ce total à la facture. On passe à autre chose. Et 10 minutes plus tard, dans la conversation, ils disent en passant : « De toute façon nous avons pour tradition d’offrir le petit-déjeuner aux mariés le lendemain ». Silence inconfortable… Nous : « Euh mais dans le nombre de petits-déjeuners qu’on vous a donné tout à l’heure, il y a les nôtres. » « Oui. » « Vous venez de dire que vous les offrez aux mariés. » « … » « Donc est-ce qu’il ne faut pas changer le total que vous nous demandez ? » « Ah oui, on va changer. »

Voilà, voilà…

via GIPHY

Bref. On convient de pouvoir installer notre déco la veille du mariage, entre 14 et 19 heures. On laisse nos napperons, notre plan de table et nos chèques (qu’ils n’encaisseront qu’après le mariage) et nous repartons.

J-1 : installation et mauvaises surprises

14 jours plus tard, c’est parti pour l’installation de la salle !

Le père de Miss Witchy avait proposé de venir nous chercher à Paris pour nous emmener jusqu’à notre lieu. Mais le matin-même, en finissant nos cartons, nous réalisons à quel point toute notre déco prend de la place… En dernière minute, nous décidons donc de chercher une location d’utilitaire (t’as vu comme nous sommes organisées !). Heureusement, Miss Witchy a le permis – parce que de mon côté, en bonne feignasse parisienne que je suis, je n’ai même pas mon code…

On découvre le site Ubeeqo, qui met à disposition des véhicules (voitures et utilitaires) à divers endroits, qui peuvent être loués pour des durées plus ou moins longues à des prix compétitifs. Et on trouve une petite camionnette pas très loin de chez nous. Top !! On la réserve pour un créneau allant de 11 à 20 heures.

Une de mes demoiselles d’honneur a gentiment proposé de venir nous aider à installer. Dès son arrivée, nous nous mettons donc en route pour aller chercher la camionnette. On trouve le parking, on trouve le véhicule, nickel ! Mais là, on fait face aux premiers pépins de la journée :

  1. L’état des lieux nous prend un sacré bout de temps : nous sommes arrivées dans le parking à 11 heures, et ça nous a bien pris 20 minutes, surtout qu’un parking souterrain, comme tu le sais, ce n’est pas super éclairé…  
  2. Le véhicule est garé entre un poteau et une voiture et la manœuvre pour le sortir sans l’égratigner s’avère TRÈS compliquée (surtout sans rétroviseur) ; on perd donc encore du temps à essayer de le sortir.
  3. Un voyant orange clignote sur le tableau de bord ; on appelle le service client, qui met bien 10 minutes à répondre. On décrit le voyant et on leur demande ce qu’on doit faire – je ne te cache pas que nous n’étions pas très enjouées à l’idée de conduire un véhicule défectueux… Leur réponse : « Ah non pas de souci, on note, un technicien passera ce soir mais vous pouvez le conduire en attendant ». Bon, ok… On se met en route, mais nous n’en mènons pas large.

Résultat : quand nous sortons du parking, il est midi passé.

Retour à la maison pour charger le coffre. Tout se passe bien, jusqu’à ce qu’on essaie de charger nos fragiles centres de tables, notamment la montgolfière du magicien, et la maison avec les jambes de Nessa qui dépassent… Après une partie de Tetris in real life, nous arrivons enfin à tout caser (dont certaines choses sur nos genoux pour qu’elles ne valdinguent pas dans le coffre) et on se met en route. Il est 13 heures passées. On se dit qu’on peut encore arriver pour 14 heures, tout va bien.

Mais bien sûr, tout ne peut pas être aussi simple : on se retrouve dans des bouchons énormes causés par plusieurs accidents sur la route ! Et pour couronner le tout, le père de Miss Witchy nous appelle : il est déjà sur site et nous apprend que les propriétaires ne comptent finalement plus nous laisser l’accès au lieu jusqu’à 19 heures, mais uniquement jusqu’à 18 heures. SUPER !

Nous finissons par arriver après 15 heures. Ma future va voir les propriétaires pour leur rappeler qu’ils nous avaient dit que nous pourrions installer jusqu’à 19 heures. Leur réponse : « Ah mais vous comprenez, nous sommes invités à dîner. Vous devez absolument quitter les lieux à 18 heures ». Encore une fois, sans commentaire.

via GIPHY

Nous lors de notre interaction avec les propriétaires du lieu.

Il ne nous reste donc que 3 heures pour installer toute la déco dans la salle et dans le barnum extérieur, monter notre arche, y attacher nos fleurs en papier, et placer les 80 chaises pour notre cérémonie.

Nous respirons un grand coup… et nous nous y mettons.

Heureusement, des amis de la famille de Miss Witchy sont là pour nous aider. Pendant qu’on installe la salle (dont nos 40 bougeoirs et nos rouages qui prennent un temps fou à placer sur les tables), ils montent l’arche à l’extérieur.

Voici un petit aperçu de notre déco !

Notre décoration de mariage sur le thème du Magicien d'Oz // Photo : Julie Lilly Marie

Crédits photo : Julie Lilly Marie

Notre décoration de mariage sur le thème du Magicien d'Oz

Crédits photo : Photo personnelle

Notre décoration de mariage sur le thème du Magicien d'Oz // Photo : Julie Lilly Marie

Crédits photo : Julie Lilly Marie

Notre décoration de mariage sur le thème du Magicien d'Oz // Photo : Julie Lilly Marie

Crédits photo : Julie Lilly Marie

Notre décoration de mariage sur le thème du Magicien d'Oz // Photo : Julie Lilly Marie

Crédits photo : Julie Lilly Marie

Notre décoration de mariage sur le thème du Magicien d'Oz // Photo : Julie Lilly Marie

Crédits photo : Julie Lilly Marie

Au moment où nous sortons pour les aider avec l’arche, il est 17 heures, l’heure à laquelle la cérémonie se tiendra le lendemain. Et là, surprise : l’endroit où nous souhaitions l’installer est sous le soleil battant, sans aucune ombre pour protéger nos invités.

Bon… il reste 1 heure : nous devons finir l’arche et trouver un nouvel endroit pour installer les chaises. On fait le tour du jardin, on étudie toutes les options… et on trouve finalement un endroit ombragé qui nous convient. Vu qu’il doit pleuvoir la nuit suivante, nous installerons finalement les chaises que le lendemain. Le propriétaire nous dit qu’il les placera à côté de l’endroit que nous avons choisi pour nous faciliter la tâche. On file donc finir l’arche et monter nos fleurs.

Notre décoration de mariage sur le thème du Magicien d'Oz

Crédits photo : Photo personnelle

Le montage des fleurs sur l’arche !

Et voilà : à 18 heures pétantes, nous avons mal aux doigts, nous avons mal au dos, nous avons des bouts de scotch collés un peu partout, mais tout est fini. SOULAGEMENT !

Avant de partir, nous croisons les propriétaires. Et là, on tombe à nouveau des nues : ils nous disent qu’ils espèrent que nous avons prévu des boissons pour le lendemain avant le début du cocktail, car la météo annonce une forte chaleur et que le cocktail ne sera ouvert qu’à 18 heures. On ne comprend pas : certes, le cocktail sera ouvert à 18 heures, mais peut-on à ce moment-là mettre à disposition des verres et des carafes d’eau ? « Ah non, non, impossible. On peut vous prévoir un buffet de boissons non-alcoolisées si vous le souhaitez. C’est 70 €. » Oui, tu as bien lu. Voilà. Top. Merci. Nous nous sentons piégées, comme si nous n’avions finalement pas le choix. Donc nous acceptons. Trop contentes.

Le retour, ou « Mission: Impossible »

Nous remontons dans notre camionnette et nous repartons vers la maison. Il est 18h30, nous avons 1h30 pour la ramener à bon port sans payer de supplément. À 19h40, nous voilà devant l’adresse de restitution indiquée sur l’app. Oui mais… il n’y a RIEN à cette adresse. Rien du tout. Pas de parking, pas de porte, rien. Sauf un restaurant, et je ne sais pas pour toi, mais selon moi ce n’est pas très bien vu de garer un utilitaire dans un bistrot…  

Nous essayons donc de contacter le service client. Ça sonne, ça sonne, personne ne répond… Pendant plus de 10 minutes. Il nous reste moins de 10 minutes pour rendre le véhicule sans payer de supplément, tu t’imagines la panique ! Quelqu’un décroche ENFIN et, après vérification, nous donne une autre adresse. On finit par y arriver, et, après un créneau improbable (à nouveau entre le poteau et l’autre voiture), nous rendons la camionnette. Il est 19h59. YESSSS !!!

via GIPHY

Ouh là là… j’ai vécu à nouveau cette journée en écrivant cette chronique, j’ai l’impression d’être dans Mission : Impossible ou 24h Chrono !! Sur ce, je te laisse, je vais me faire une petite tisane et me mettre au lit pour digérer ces émotions… Je te retrouve très vite pour te raconter le jour J ! J’AI TROP HÂTE DE TOUT TE DIRE !!! GNIIIIIII !!!

Et toi ? Comment s’est passée ton installation ? As-tu eu de mauvaises surprises ou est-ce que tout est allé comme des roulettes ? Raconte-moi dans les commentaires !



5 commentaires sur “Page 19 du grimoire : les péripéties de l’installation”

  • Mon dieu, à la lire j’ai aussi la petite musique de Mission impossible qui chante dans ma tête, quel stress pour vous ! Les propriétaires devraient changer de métier, ils font juste peur, je comprends que vous ayez été choquées Oo
    Et j’adore toujours tellement votre déco, elle est d’une élégance folle surtout sur tout ce blanc, c’est magnifique ! Vivement la suite 😀

  • Et nous on a trop trop hâte de lire la suite aussi!!!!
    Je suis d’accord, les proprios, franchement.. c’est abusé!!!
    Qu’est ce qu’elle est belle votre déco! J’adore

  • Oh Mon Dieu ces propriétaires aucune fiabilité. Il aurait fallu faire signer avant pour être clair dans les chiffres et les prix noir sur blanc. Les paroles ne valent pas le Gif avec Beyonce est tout à fait la tête que j’aurai fait! En tout cas, bravo pour votre effort ,même on sait qu’il y a toujours une solution. Mais à une future mariée qui demande qu’à vivre dans le minimum de sérénité et confiance dans toutes les démarches ce n’est pas compliqué ,non? En tout cas, merci de nous donner cet exemple pour éviter de rencontrer le même problème de ce genre. Vivement la suite 😉

  • Mais vos proprios, des pépites hein… Mais pas celles qu’on met dans les cookies ! J’hallucine un peu quand même, surtout quand je pense aux nôtres, tellement à l’opposé… En tout cas votre déco est superbe, et qu’est-ce que j’ai hâte de lire la suite, gniiii !

  • Quel bel univers votre déco. Je prends tes chroniques en cours de route, il va falloir que j’aille lire les autres.
    Non mais les proprio, c’est abusés! Nous à l’inverse on était hyper confiants envers le lieu et très bon feeling avec la proprio. Sauf que voilà le jour de l’installation et du mariage à cause de la neige, la proprio m’a fait subir de grosses sueurs froides que franchement j’aurais préféré éviter (pas d’électricité etc…). Après coup on a eu un super mariage mais bon la gestion des impondérables, moyen.

Commente ici !