Ce que le mariage représente pour moi

Je me suis rendu compte en lisant les différents commentaires des demandes en mariage de Mademoiselle Chihuahua, de Mademoiselle Presque Relax et de la mienne que la vision du mariage, et surtout de son importance, variait complètement en fonction des personnes, et que j’étais loin d’être la seule pour qui c’était une « corde sensible »…

Comme il est parfois difficile de parler de ça, ou du moins de réussir à s’exprimer, je vais te raconter mon ressenti et mes conclusions : on ne sait jamais, ça t’aidera peut-être toi aussi ! Mais attention, il s’agit de MON ressenti à moi, sans aucun jugement de valeur.

La période d’avant les fiançailles : illogique !

Quand nous nous sommes mis ensemble, je me souviens que Monsieur Stór avait dit que le mariage, ce n’était pas pour lui. Moi qui avais toujours voulu me marier, comment te dire…

Sauf que tu vois, si moi je m’en souviens très bien, quand je le ressors à Monsieur Stór, j’ai droit à un haussement de sourcils interrogatif. Ce qui m’a paru être d’une importance capitale n’a été pour lui que des paroles qui exprimaient son état d’esprit à un instant T et qui ne l’ont absolument pas marqué.

Rien qu’avec ça, on voit qu’il y a un petit souci. J’ai un peu beaucoup fait une fixette dessus. Et sans que je n’arrive à me raisonner, je le ressortais souvent de temps en temps. Idiot, hein ? Surtout que ça dégénérait assez souvent tout de même en crise de larmes pour moi, toute seule comme une grande !

Pourtant, Monsieur Stór m’avait dit que non, il n’était pas opposé au mariage, que ce n’était juste pas une de ses priorités. Je me souviens lui avoir fait des petites crises en mode « tu vas me quitter bla bla bla ». Tout en étant persuadée que c’était parce qu’on n’était pas fiancés qu’il risquait de partir à tout moment.

Autre phrase de Monsieur Stór : « D’abord on fait des enfants, puis on se marie. » Bim, tout mon être, toutes les cellules de mon corps se révoltaient à cette idée.

Quoi, des enfants d’abord ? Mais non ! Ce n’est pas pratique du tout ! Je ne veux pas, t’imagines, qui s’en occupe pendant le mariage ? Et puis ça veut dire ne pas se marier avant qu’ils ne soient un peu grands, et puis comment partir en voyage après ? Non non non ! (Là encore, c’est mon ressenti, ce qui ne m’empêche pas de trouver géniaux les mariages où les enfants des mariés sont là ! Ce n’est juste pas pour moi.)

via GIPHY

En gros, dès que j’abordais la question du mariage (genre : « Quand est-ce que tu envisages ça ? »), c’était presque sûr que la discussion ne me satisferait pas. Je ne saurais pas t’expliquer clairement, mais c’était dans mes tripes que ça se passait, j’avais l’impression qu’une tempête rugissait dans mon ventre. Même s’il m’avait dit que dans un futur relativement proche, on pourrait se marier.

J’ai bien conscience de passer pour une idiote/chieuse/petite fille gâtée (rayer la(les) proposition(s) inutile(s)), mais c’était plus fort que moi, vraiment. J’attendais cette demande au point de prendre toute « occasion » comme un potentiel moment où il ferait sa demande. (Il veut qu’on commande des pizzas ?? C’est un signe !)

Pourquoi est-ce que je n’ai pas pris le taureau par les cornes et demandé moi-même Monsieur Stór en mariage ? Eh bien, parce que j’étais prête, lui non. Franchement, pour moi, il y avait 90% de chances qu’en lui demandant, il refuse. Pas pour me blesser, mais parce qu’il n’était pas en mode mariage : on en parlait assez souvent pour que je le sache.

Le jour où il ferait sa demande, il envisagerait vraiment les choses, et c’était ça que je voulais, pas juste une demande pour me faire plaisir ! (Et puis, son meilleur ami a sauté le pas, ça pouvait lui donner des idées, non ? Du coup, j’étais encore plus attentive… oui, je sais, je suis un boulet…)

Je te résume mes « arguments » de l’époque :

  1. Si on est fiancés, je n’aurai plus peur qu’il me quitte (ahem…) (on est pacsés pourtant…).
  2. Plus vite on se marie, plus vite on fait des enfants, car ce n’est pas possible dans l’autre sens… On risque d’attendre longtemps partis comme ça…
  3. Je veux être la plus belle, donc me marier avant d’être trop « vieille » : je sais comment je suis aujourd’hui, mais pas comment je vais évoluer demain (sans commentaire).

La demande en mariage : une amélioration ?

Puis vint la demande. À ce moment-là, on pourrait croire que les choses se sont arrangées. Oui et non. Parce qu’en fait, Monsieur Stór m’a fait sa demande, mais sans parler de date. C’était une demande pour me rassurer, surtout, mais pas pour « enclencher » les préparatifs.

Du coup, oui, j’étais fiancée, mais je me suis rendu compte que j’étais toujours très sensible quand je mettais sur le tapis l’histoire de la date : quand est-ce qu’on se marie ? Quoi, dans cinq ans ?? Par contre, je me suis améliorée niveau « peur qu’il me quitte » (c’est déjà ça !)…

Mais j’avais toujours ces deux autres points qui m’embêtaient. J’avais une limite mentale d’âge à environ 30 ans : je voulais me marier avant, parce que je ne voulais pas avoir des enfants trop tard (coucou cercle vicieux).

clock-1274699_960_720

Crédits photo (creative commons) : Monoar

À quel moment ça a changé

Mon comportement n’a changé qu’au moment où les préparatifs ont vraiment commencé, où Monsieur Stór m’a dit : « Bon ok, on se marie en 2017, qu’est-ce que tu as imaginé comme mariage ? » Là, c’est devenu concret : on allait se marier pour de vrai, en 2017.

J’ai alors ressenti un vent de sérénité en moi. Oui oui, de sérénité. J’étais « apaisée ». Cette tempête qui rugissait dans mon ventre n’était plus qu’une petite brise (oui, des fois, je suis poétique…).

Depuis, tout va bien (enfin, je crois), j’essaie de ne pas faire faire d’overdose de mariage à Monsieur Stór, et je crois bien que même lui prend plaisir aux préparatifs par moments, et ne les considère pas comme une corvée !

Réussir à mettre des mots sur mon ressenti : un travail compliqué…

Mais que s’est-il donc passé ? Pourquoi ai-je bien pu réagir comme ça ? Simple caprice ? J’ai toujours dit à Monsieur Stór que je ne savais pas pourquoi je réagissais comme ça, que c’était viscéral, que je n’arrivais même pas à me comprendre moi-même. Et cet hiver, j’ai lu un livre offert par Maman Stór. Il n’avait rien à voir avec le mariage, mais avec l’intimité, et surtout la manière dont les femmes se construisaient.

Quel rapport ? Eh bien, en lisant ce livre, je me suis rendu compte que j’étais une femme sans en être une. J’étais à mi-chemin entre la femme et l’enfant. Je n’étais plus tout à fait une « enfant » (une Mademoiselle), mais pas encore une « femme » (une Madame). Comment élever des enfants quand on se sent soi-même encore enfant ?

C’est à ce moment-là que j’ai réalisé ce que le mariage représentait vraiment pour moi. J’ai pu enfin comprendre que le mariage est en réalité symboliquement pour moi un rite de passage, de l’enfance à l’âge adulte, une sorte d’autorisation à fonder un foyer. En me mariant, je pourrai enfin devenir une femme dans ma tête. Même si bien sûr, je serai toujours la fille de mes parents, ça ne changera rien.

maman

Crédits photo (creative commons) : Mike Baird

Mais je serai avant tout une femme, et pas une « pseudo-femme », qui ne sait pas vraiment où elle se situe, comme je me ressens à présent.

Pourtant, j’ai envie d’avoir des enfants ! Mais la question n’est pas là : j’aurais vraiment du mal à me projeter dans une grossesse, une maternité en n’étant pas mariée. Et je pense que j’en ai besoin pour devenir mère. Attention, tout va bien dans ma vie de couple, je suis épanouie ! Mais il est vrai qu’il y a toujours eu comme un tiraillement en moi par moments, et je sais d’où il vient aujourd’hui.

Le mariage, au final, est fondamental dans la construction de ma personnalité. Je pense qu’on aurait évité beaucoup de larmes de mon côté si j’avais compris ça avant, si j’avais réussi à m’exprimer sur ce sujet.

Ainsi, si je reprends mes trois points précédents à la lumière de ces informations :

  1. Si on est fiancés, je n’aurai plus peur qu’il me quitte = avec le mariage, on tisse les liens d’un nouveau foyer. Même si le divorce existe, ça me donne l’impression que notre couple est plus solide, plus stable. On noue le nœud qui va être la base de notre famille.
  2. Plus vite on se marie, plus vite on fait des enfants, car ce n’est pas possible dans l’autre sens = outre le fait que je trouve que ce n’est pas pratique, de se marier en ayant des enfants, si je ne suis pas mariée, je me sens encore « enfant », je ne peux pas élever moi-même un enfant, ce n’est pas possible, je bloque !
  3. Je veux me marier avant d’être trop « vieille » = je veux me sentir femme à 30 ans.

J’extrapole un peu, hein, mais en vrai, je pense que cette histoire de passage à l’âge « adulte », ce « rite de passage », comme on dit, est déterminant pour moi. Et réussir à mettre des mots sur tout ça m’a vraiment apaisée et permis d’avancer.

J’espère que cette chronique t’apportera aussi des informations, si ce n’est pour toi, au moins pour ton entourage. Et qui sait, elle t’aidera peut-être à trouver des pistes pour mettre des mots sur ce qui se passe en toi !

Et pour toi ? Le mariage est très important ? Sais-tu pourquoi ? L’attente de la demande a-t-elle été insoutenable ? Viens nous dire !


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



39 commentaires sur “Ce que le mariage représente pour moi”

  • Bravo Melle Aran pour cette belle chronique et cette mise à nu. En effet, nous sommes nombreuses, je pense, à vouloir à tout prix passer par l’étape mariage mais sans vraiment savoir en expliquer les raisons profondes. Je pense que cet article pourra aider certaines d’entre nous a se poser les bonnes questions. Merci à toi.

    • Merci beaucoup Mademoiselle Ophrys 🙂
      Si cette chronique peut aider, c’est le principal, même si les réponses ne sont pas les mêmes que les miennes !

  • Merci pour cette très belle chronique! Je suis intéressée à connaître le titre du livre vous ayant permis de réaliser tout ça ? Bonne continuation dans vos préparatifs et au plaisir de vous relire

    • Merci beaucoup Jenny !
      Le livre c’est « Femme désirée, femme désirante » de Danièle Flaumenbaum (très porté « intimité », certaines de ses théories sont discutables, mais elle m’a vraiment fait réfléchir)

  • Moi aussi j’ai trouvé cette chronique super intéressante! Cela donne à réfléchir! Et à se poser les bonnes questions! Et pareil, le titre du livre m’intéresse!

    • Merci !! Si je peux t’aider dans ta réflexion c’est avec plaisir 🙂
      Le livre c’est « Femme désirée, femme désirante » de Danièle Flaumenbaum (très porté « intimité », certaines de ses théories sont discutables, mais elle m’a vraiment fait réfléchir)

  • Je me retrouve un peu dans ton rite de passage à l’âge adulte. Mais dans mon cas c’était inconscient car mon envie de me marier n’a déclanché aucune tempête en moi (peut-être aussi parce que le Grognon était prêt en même temps que moi). Par contre depuis que je suis mariée je ressens vraiment ce lien, ce noeud (comme tu le décris) base de notre foyer, et en effet je me sens « femme ».
    Notre union à définitivement scellé le chapitre de mon adolescence.
    Jolie chronique en tout cas

    • Merci Madame Myrtille !
      Au moins, tu as eu les « points positifs » sans les « négatifs » et c’est pas plus mal 😉
      C’est top de voir que tu ressens ce lien, cette base de foyer !

  • J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton article que je trouve super intéressant ! Je ne faisais pas de fixettes sur le mariage avant la demande de Roméo, mais comme toi, c’est un passage qui m’a aidée à me sentir plus femme, (en revanche je n’y avais pas réfléchi avant, mais je me suis fait la réflexion après) ça ne s’explique pas mais c’est comme ça 🙂

    Merci pour ce très chouette article !

    • Merci Madame Peach !
      C’est intéressant de voir que même sans avoir fait de fixée dessus, tu as aussi ressenti ce côté « passage » !

  • Quelle belle chronique. On sent vraiment l’evolution que tu as eu ainsi que le fait que tu es apaisée maintenant.
    J’ai eu un peu le meme parcours avec M. Patate à raclette, l’histoire du bébé avant le mariage que j’acceptais pas, la barre psychologique d’etre posée avec ma famille avant mes 30 ans.
    Le mariage nous fait tellement grandir!

  • C’est un très joli texte et je me retrouve tellement dans ce que tu dis.

    Mon amoureux m’a demandé en mariage en juillet dernier, nous ne nous marions qu’en 2018 mais je me sens tellement mieux depuis qu’on est engagé l’un et l’autre en vu de la construction de notre famille à deux.

    Je pense que le mariage est une nouvelle vie, une vie de famille a deux (et plus ensuite) vis à vis du monde on est un couple et un foyer. Fondamentalement au quotidien ma vie ne changera pas mais physiologiquement ça change tout.

    • Merci Sylvie 🙂
      Moi aussi je me retrouve dans ce que tu dis, je suis tout à fait d’accord avec toi ! Fondamentalement rien ne changera, c’est psychologique, c’est tout à fait mon ressenti !

  • Merci pour cet article ! Comme je me retrouve dans les phases pré-fiançailles… tes réactions m’aideront peut être à comprendre les miennes ! Je suis aussi intéressée sur le titre du livre si jamais…

    • Si je peux t’aider à trouver des réponses, qui seront peut-être différentes des miennes d’ailleurs, je suis contente 🙂
      Le livre c’est « Femme désirée, femme désirante » de Danièle Flaumenbaum (très porté « intimité », certaines de ses théories sont discutables, mais elle m’a vraiment fait réfléchir)

  • Un rite de passage !! Mais c’est tout à fait ça !!!! 😀 Merci, tu m’as aidée à mettre le doigt dessus ! Je vais peut-être pouvoir revenir sur la période pendant laquelle je finissais presque en larmes dès qu’on abordait la question et expliquer pourquoi ça comptait tellement à mes yeux à mon fiancé !!!

    • Tu n’imagines même pas ce que ça m’a fait de lire ton commentaire ! Rien que pour ça, je suis contente d’être allée au bout de cette chronique (que j’ai failli effacer plus d’une fois) !
      Merci !

  • J’ai souris du début à la fin parce que je me retrouve complètement dans ton évolution.
    Pour tout te dire, j’aurais pu écrire la même chronique à la virgule près 🙂
    Je suis heureuse (et soulagée !) de voir que je n’étais pas la seule à avoir ces craintes et envies 🙂
    Merci pour cette chronique :-*

    • Merci 🙂 Il est vrai que ça aide de savoir qu’on est pas seules, qu’il y a d’autres personnes qui ressentent la même chose…
      C’est aussi pour ça que j’ai écrit cette chronique d’ailleurs !

  • Je suis passée quasiment par les mêmes étapes que celles que tu décris, surtout pendant la période « d’attente » de la demande. La tempête dans le ventre, les mêmes arguments (sauf celui sur la peur qu’il me quitte), etc etc…
    Je trouve tes conclusions assez justes, bien qu’en ce qui me concerne j’aurais eu d’autres choses à ajouter (au niveau de la sensation d’être légitime auprès de la famille, auprès même de certains amis…), et que même maintenant que je suis mariée, je me sens « femme » certes, mais pas encore totalement adulte.
    En tout cas c’est une analyse super pertinente et intéressante, et merci beaucoup de l’avoir partagée avec nous :).

    • Merci Madame Origan !
      Niveau légitimité, pour le coup ça va, je n’ai jamais senti le besoin de me justifier/légitimer ! Mais je comprends parfaitement !
      Est-ce que je me sentirai plus adulte après le mariage…mystère !

  • Je me retrouve beaucoup dans ce que tu as écris. La position vis à vis des enfants, le passage à l’état de « vraie » femme, la peur d’être une vieille mariée… lol.
    Et aussi la peur qu’il me quitte !
    Bon maintenant on est mariés, on envisage pas encore les enfants, mais deux des trois points sont déjà réglés, même si je ne considérerai jamais mon chéri comme acquis ^^

    • Ah et puis maintenant, j’arrive à dire à mes beaux-parents quand je ne suis pas d’accord avec eux, ben oui maintenant je suis légitime et cheffe de ma famille ha ha.

    • Je ne me fais pas d’illusion, je ne le considèrerai jamais comme acquis non plus (et heureusement d’ailleurs)
      J’arrive déjà à dire à mes futurs beaux-parents quand je ne suis pas d’accord…enfin des fois 😉

  • Quel beau texte! j’ai ressenti la même chose que toi et je ne l’ai compris qu’après le mariage. Ca a tout changé pour moi. J’ai trouvé une sérénité que je ne connaissais pas et qui est très bénéfique à ma vie de couple. Et ca a été le déclic de mon envie d’enfant : j’avais un foyer où l’accueillir. Et également, c’est un rite de passage pour ta famille, tes parents. Ça a changé nos relations avec nos parents (en bien heureusement, car ce n’est pas toujours le cas).

    • Merci 🙂
      C’est fou cette sérénité « déclic » ! Je suis très contente de lire ton témoignage, ainsi que la partie sur les parents, qui me conforte dans mon ressenti !
      Ca me fait plaisir de lire ton commentaire !

  • C’est quand même fou que de si nombreuses femmes se retrouvent dans ton commentaire,et qu’autant d’hommes ne ressentent rien de tout ça! Je trouve ça assez dommage -et je ne veux blesser personne avec mon point de vue! – que tu (et bien d’autres) ne puisses pas te sentir femme sans passer par ces conventions. Que de « fille de » il y ait le besoin viscéral (ça passe par les tripes) de devenir « épouse de » pour enfin se reconnaître, enfin se construire. Quel modèle sociétal, quelle éducation nous conduisent à ce cheminement? Ton homme se sentait homme à part entière sans cette cérémonie il me semble. Je suis très heureuse pour ton mariage et tous les mariages en général, mais -à mon sens- cela devrait être une belle envie plutôt qu’un moyen de se sentir à sa place (un rite de passage sous ta plume).

    • C’est possible que cette envie de se marier, et cette vision en tant que rite de passage, soit très conditionnée par la société ! En y réfléchissant, c’est quasi systématique à la fin des histoires de princesses (ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants)…

      Peut-être que des hommes ressentent cela aussi ! Mais vu le nombre de blagues qui présentent le mariage comme un moyen pour la femme de mettre la main sur un homme, je peux comprendre que leur vision soit plus négative que la nôtre de cet événement… Il leur est présenté de façon négative, souvent, finalement.

      Après, ce n’est pas parce qu’on le ressent comme un rite de passage que ça n’est pas une belle envie !! 🙂
      Personnellement, je ne partageais pas toutes les raisons de Mademoiselle Aran de vouloir se marier (peur d’être quittée, envie d’enfants), mais je voyais cette étape comme la prochaine pour notre couple, en toute logique (bien installés, assez jeunes…). Du coup, c’était vraiment frustrant de voir que ce n’était pas si logique que ça pour le Chéri ^^ L’envie était bien là, mais elle est venue plus tôt pour l’un que pour l’autre !

    • Je comprends parfaitement ton point de vue ! Et c’est vrai que c’est « dommage » de devoir passer par le mariage pour se sentir femme. (je ne me sens pas blessée du tout, c’est toujours enrichissant d’avoir des différences, des réflexions comme ce que tu poses dans ton commentaire)
      C’est vrai qu’on peut se poser des questions sur la différence homme/femme. Attention pavé qui n’engage que moi !
      Comme Mademoiselle Bulle, je pense que la société y est pour beaucoup. Par exemple, sur les formulaires, la différence madame/mademoiselle qu’il n’y a pas pour les hommes, pour moi, c’est comme si la société jugeait ton statut marital (attention je sais que maintenant pour les papiers administratifs ce n’est plus le cas), mais pas celui des hommes. En un formulaire pour t’inscrire sur un site de vente de chaussures, ils savent si tu es mariée si tu es une femme, mais on ne pose pas la question aux hommes. Ca change pas mal, surtout quand tu commences à avoir envie de te marier, et qu’à chaque fois ce formulaire te renvoie au fait que tu ne l’es pas. Et puis, franchement, ça les regarde que tu sois mariée ? Quand on parle mariage, qu’on est sur un site mariage, ça ne me choque pas ce sont les termes corrects. Pas quand tu achètes des chaussures.
      Le fait que passé un certain âge, on te juge facilement si tu n’es pas mariée quand tu es une femme est moins vrai si tu es un homme. Mine de rien une « vieille fille » est beaucoup plus péjoratif qu’un « vieux garçon ». Ca n’aide pas à ne pas avoir cette pression. Aujourd’hui, si quelqu’un n’a jamais été marié à 80ans, les gens ont tendance à juger plus sévèrement si c’est une femme, alors que si c’est un homme, il aura réussi à « échapper » à ça.
      Il y a aussi les traditions, avant, tu partais fonder un foyer quand tu te mariais, pas avant, l’homme demandait l’autorisation du père etc. Et en général la femme prend le nom de l’homme, elle quitte son nom de jeune fille pour adopter son nom d’épouse. Mine de rien, entre ça et les films à l’eau de rose, on nous met en tête un peu qu’on est soit « fille de » soit « épouse de » mais pas juste nous (enfin c’est en train de changer !).
      Mon éducation n’a jamais été en mode « il faut se marier à tout prix », c’est vraiment l’environnement, les clichés, la société, les films et dessins animés. Je pense vraiment que les choses sont en train de changer dans le bon sens, qu’il y a moins de pressions sociales etc. Ce sera pour la génération future !
      A côté de ça, soyons franches, même si le mariage est mon rite de passage, j’en ai aussi juste envie, j’aime notre mariage, et je l’apprécie d’autant plus que j’ai compris tout ça !

      • Nous sommes d’accord, la société et ses montagnes de stéréotypes enferment bien les gens/genres et nous tracent un chemin balisé. Le marketing aussi, surtout, c’est tellement pratique après de nous vendre ce qui est censé nous correspondre.
        Pour la différence madame/mademoiselle, je partage aussi ton point de vue, mais libre à toi et à toutes de s’en affranchir! Je me déclare Madame partout depuis des années parce qu’effectivement ça ne regarde personne ce qui se passe dans mon intimité. Vous avez le droit de faire de même sans être mariées, personne ne vous grondera!
        Et pour les films, les dessins, animés, les pubs, les vêtements… à nous de prêter attention pour nos enfant ou les enfants dans notre entourage. Je ne suis pas contre les contes de fées loin de là, mais bien pour éviter de reproduire ces « moules » en série. Être une fille, et puis une femme c’est tellement bien (aujourd’hui et ici hein!), soyons fières de nous!
        Et bon mariage 😉

  • Je pensais ça aussi. Je voulais me marier jeune avant d’avoir des enfants pour être belle et svelte dans ma robe de princesse. Mais voilà, la vie a fait que ce chemin de vie ne s’est pas fait dans ce sens.

    J’ai eu une demande en mariage en 2008 et puis quelques temps plus tard, ne souhaitant jamais arrêter une date, je me fâche et là, il me dit qu’il refuse de se marier, qu’il a fait sa demande pour me faire plaisir et qu’il souhaite avoir les enfants d’abord. Le couple va de plus en plus mal et en 2013, je pars, je reprends ma vie en main.
    Célibataire, sans enfant à 29 ans !

    Aujourd’hui à presque 33 ans, j’ai eu une demande en mariage, la date est presque arrêté, manque plus que les enfants.
    Je regrette juste d’avoir perdu 7 ans de ma vie mais en compensation, j’ai trouvé le prince charmant qu’on attend toute 🙂

  • Hoooo quel joli message. Bravo pour ta mise à nu qui va pouvoir aider beaucoup de lectrices. C’est super de pouvoir mettre des mots sur nos blocages.

  • Merci pour ton article ! Je pense que c’est une question très personnelle et ce n’est pas évident de se mettre à nu ainsi. Je me retrouve un peu dans ce que tu dis mais je pense aussi qu’on se met beaucoup de pression (sans doute à cause de la société aussi) Au delà du madame, ce qui me questionnait le plus c’est sur le changement de nom 🙂 Mais j’ai prévu une chronique pour parler de ça 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *