Un mariage de Noël à l’ancienne, chapitre V : à la conquête de la précieuse, quand la Bride n’est que spectatrice… – Partie 2

La dernière fois, je t’ai laissée sur mes projets d’essayage à Paris. Après avoir bloqué nos agendas respectifs, je retrouve M. Peter Pan et Mlle Merveilleuse pour notre journée robe. C’est la première fois pour eux, et je souhaite sincèrement réussir à me sentir bien cette fois-ci.

J’ai eu le temps de repérer les boutiques susceptibles de proposer les modèles de robes qui me plaisent. Et, je sais que ce n’est pas une bonne stratégie car souvent on craque, même si l’endroit offre des robes merveilleuses un peu hors budget, je veux savoir si ce type me convient.

Une boutique qui peut tout changer

Nous sommes très très enthousiastes à l’idée de partager ce moment, enfin surtout moi. Déjà, il est important de préciser que nous n’avons pas la même vision des robes de mariée. M. Peter Pan aime les robes de princesse, il aime quand ça brille ou que c’est volumineux, Mlle Merveilleuse aime les robes de sirène, les robes élégantes que l’on voit sur les tapis rouges. Alors avec mes images de Tea Length ou de Gatsby, il allait falloir concilier le tout.

Nous nous rendons alors chez Plume. Une boutique parisienne tenue par Julie, une formidable vendeuse qui te fera oublier toutes les Mireilles du monde. Tout d’abord, elle est honnête, elle te dira que oui ça te va ou que non, change de modèle. Bien sûr, c’est une vendeuse, elle a intérêt à vendre, mais si elle voit que ce n’est pas le coup de cœur ou que tu hésites, elle ne te forcera pas la main. Au contraire ! (Oui cet endroit existe et je te le conseille !)

Si tu aimes l’esprit Art Nouveau, un peu cosy avec des robes d’une beauté sans nom, c’est le lieu où tu devrais prendre rendez-vous ! Pas de champagne, mais un accueil formidable qui donne envie d’essayer et de se projeter.

Et puis me voilà plongée dans beaucoup d’émotion, très contradictoires. Mes témoins adorent toutes les robes que j’essaye, mais moi je n’ai pas de coup de cœur. Elles sont superbes, oui, mais la seule que j’aimais vraiment ne m’allait pas si bien, sans parler qu’elle était complètement hors budget.

J’ai l’impression d’être une spectatrice, que ce n’est pas moi qui vais me marier. Je ne sais plus du tout pourquoi je suis ici…C’est très perturbant.

C’était si beau sur le mannequin ! C’était si beau de s’imaginer festoyer comme Gatsby ! Pourtant ce n’est pas pour moi. Je ne veux pas me sentir « trop mariée » mais je ne veux pas me sentir « déguisée ». D’où l’importance des essayages… Ce qui me rassure c’est que toutes les robes ne sont pas inconfortables et trop lourdes comme à la première boutique.

Voici quelques photos de ma séance pleine de bonne humeur malgré tout.

Mes essais de robes chez Plume

Crédits photo : Photos personnelle

Mes essais de robes chez Plume

Crédits photo : Photos personnelle

Mes essais de robes chez Plume

Crédits photo : Photos personnelle

Mes essais de robes chez Plume

Crédits photo : Photos personnelle

Non, tu n’es pas obligée de craquer un PEL pour une robe…

Nous avions décidé de tester deux boutiques pour cette journée. Plume et Elsa Gary. Que l’on s’entende, les modèles d’Elsa Gary, dans la collection bohème, sont très jolis. Mais comme lors de ma première chronique sur le sujet, j’ai eu la terrible impression de passer la même robe pendant une heure.

« Ah ce n’est pas le même modèle ? – Non, bien sûr, regardez là il y a des boutons dans le dos ! – Ah… »

Je suis désolée pour celles qui aiment les robes d’Elsa Gary, à qui je reconnais de beaux modèles, mais j’ai sincèrement eu l’impression, à ce moment-là, que je ne trouverai jamais ma robe de mariée.

Elles étaient soit identiques, soit hors d’atteinte. De quoi mettre le moral à zéro pendant un grand moment !

C’est exactement ce qui est arrivé, et que j’ai tenté de cacher. Je n’avais pas les moyens de m’offrir une robe à 2000€, et les modèles plus accessibles ne me convenaient pas du tout. Sans parler que je n’ai JAMAIS trouvé de robes à manches longues, encore moins de robes courtes à manches longues. UTOPIE !

J’ai passé les semaines suivantes à ne plus regarder de modèles, en me disant que je n’aurais pas ma robe de mariée tout simplement parce que je n’avais pas envie de claquer un PEL. L’univers mariage s’éloignait de moi et M. Wayne ne pouvait rien faire.

D’autant que certains de mes proches ne comprenaient pas pourquoi je ne payais pas une telle somme pour MA journée. Mode culpabilité activé.

Gérer la déception de ses proches

Je n’ai pas choisi de modèles dans ses boutiques et j’ai passé les autres semaines à ne plus vouloir en regarder d’autres. Puis, un après-midi, je passe devant la devanture d’un magasin qui propose des robes de mariée multi-marques (Cymbeline, Pronovios, Lasposas, etc.). Non, je n’irai pas. Maman Wayne est avec moi et insiste vraiment.

C’est un samedi, je n’ai pas rendez-vous, nous sommes à Paris… Mais la vendeuse m’a l’air avenante, je luis explique ce que je recherche, lui donne mes critères…

Et là… c’est le coup de foudre ! Je ne l’ai même pas essayée, mais je la trouve parfaite – enfin presque. Elle me propose de l’essayer maintenant, ce que je fais sans tarder avec ma belle-maman.

C’est sûr, c’est la bonne. Elle ne réunit pas tous mes critères, mais tu sais comment ça se passe ! Et puis elle à un prix très très très abordable.

Je suis très enthousiaste, mais je préfère attendre la venue de Maman O’Hara pour valider. Je reprends rendez-vous pendant la période de Noël.

Je la réessaie, Maman O’Hara a les yeux pleins de larmes – pas des larmes de rire comme pour la première fois ! C’est évident, c’est ma robe, celle qui me va le mieux et que j’aime tant !

Et avec Papa O’Hara, ils me font le plus beau des cadeaux, ils m’offrent ma robe de princesse à moi, rien qu’à moi… Euphorie !

L’annonce aux témoins en est tout autre. Je précise que je les aime profondément, et qu’eux aussi. Leur réaction ne reflète aucune animosité ou aucune rancœur. Mais quand je leur montre ma précieuse, ils sont déçus. Honnêtement, ils auraient préféré quelque chose de plus clinquant, la simplicité de ma robe (ce que j’ai cherché depuis le départ) les déroute. Ils veulent le meilleur pour moi, ils veulent que je sois une vraie princesse, ce que malheureusement, je ne suis plus depuis longtemps.

Pour un mariage, ils s’imaginaient que je pouvais oser un peu d’extravagance, que c’était le moment.

Malheureusement, je ne pense pas que notre mariage soit le jour où tout est permis, surtout si tu ne te sens pas à l’aise dans des robes qui ne te ressemblent pas.

Aujourd’hui, je te rassure, ils ont accepté et me disent que le principal c’est qu’elle me plaise à moi et que je serai fabuleuse quoiqu’il arrive. D’autant qu’il va falloir l’accessoiriser pour l’intégrer à ce fameux thème de Noël à l’ancienne…

Je te montrerai tout ça après le grand jour !

Et toi, comment ont réagi tes proches pour ta robe ? Malgré les obstacles as-tu trouvé ta précieuse ? Raconte !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les « Petits Tattoos » ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



10 commentaires sur “Un mariage de Noël à l’ancienne, chapitre V : à la conquête de la précieuse, quand la Bride n’est que spectatrice… – Partie 2”

  • Bien sûr que « tout est permis »… mais si et seulement si on se sent bien dans un vêtement ! (pour le mariage mais aussi dans la vie de tous les jours d’ailleurs !). Concernant Elsa Gary, ce qui fait son originalité, ce sont ses modèles avec des couleurs et des matières inhabituelles. J’imagine que l’on trouve des choses similaires dans d’autres marques pour les autres modèles. Encore que, la qualité est quand même au-dessus de ce que l’on voit ailleurs il me semble (je trouve que les modèles années 20/30 des autres marques -sans vouloir te vexer- font déguisement).
    Une robe très simple offre la possibilité de l’accessoiriser vraiment de façon personnelle… hâte de voir ça.

  • Wouuuuuuuuuuh, j’adore la seconde ! Trop belle !
    Je te comprends à fond quand tu dis que tu t’es sentie spectatrice… il y avait un sentiment que j’avais aussi, et je n’arrivais pas à mettre de mot dessus, mais je crois que c’est ça ! La sensation étrange que tu assistes à la scène en dehors de ton corps ^^

  • C’est dommage que tes témoins aient été un peu « déçus » de ton choix. Ca a dû un peu t’affecter, mais comme ta robe de mariée doit te correspondre et pas aux autres.
    T’as pu en essayer plein. Mais effectivement, je ne te voyais pas dans une robe princesse :).

  • Ah la réaction des proches : c’est pour cela que j’ai parlé à personne de ma tenue et à quelques jours du mariage (aaaaaah déjà) cela me fait sourire les pronostics sur ma « robe » alors que je n’en ai pas ah ah ah ah !

    C’est bien d’avoir essayé tous les styles et quelle galère pour trouver des manches longues c’est dingue ! Bref, c’est bien d’avoir conservé ta ligne de conduite et ton budget : hâte de voir ça 🙂

  • J’adore la première, avec l’étole et l’accessoire dans les cheveux je trouve ça super joli !
    Je suis impatiente de voir ta tenue finale :).

  • J’adore la 2e! Mais tu le dis très bien, il faut s sentir en phase avec sa robe, si ce n’était pas le cas, tu as bien eu raison d’attendre!

  • Mais oui, les boutiques sans vendeuses Mireille ça existe ! 😀 Dans la première boutique où je suis allée, tout était superbe, mais exactement comme toi, je me sentais spectatrice de mon propre corps, je ne crois pas que j’y ai pris tant de plaisir que ça (bien sûr que c’était bien ! Mais c’était… bizarre ^^), et la vendeuse l’a ressenti, et ne m’a pas du tout poussée alors qu’elle était unanime avec mes 2 autres témoins sur une des robes essayées. Elle m’a dit que sa boutique n’était pas forcément celle qu’il me fallait, et elle avait raison ! Trop bohème, trop tendance, il manquait du romantisme.

    Dans la tête des gens, les robes princesse ou très tapis rouge sont quand même encore largement en tête je remarque. Une de mes témoins était pareille que les tiens, elle adorait ce qui brillait, un peu plus de volume, des trucs plus osés… tout ce qui ne me mettait pas à l’aise 😉

    En revanche, c’est marrant mais dans le style des robes fluides, moi, je trouve qu’il y en a énormément de différentes, je ne les trouve pas du tout pareilles, comme quoi 🙂 après, je ne connais pas ce que fait Elsa Gary !

  • Coupe de coeur pour les deux premières!! En tout cas je suis contente que tu aies trouvé THE ONE, et je suis sûre que tes témoins seront éblouis le jour J quand il y aura « la totale », maquillage, coiffure, accessoires, c’est aussi ça qui fait une belle mariée, et surtout le big sourire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *