Un premier bilan après 9 mois de préparatifs intensifs

3 mois !!! Ça y est, nous sommes passés sous le cap des 100 jours… Tu as tout à fait le droit de m’imaginer en train de sautiller bêtement sur place complètement impatiente d’épouser enfin l’homme de ma vie. Nous nous sommes lancés dans les préparatifs il y a 9 mois maintenant et j’ai à la fois l’impression que c’était hier et qu’il s’est passé une éternité. Il est vrai que nous avons déjà bien avancé et que nous sommes très largement dans temps (enfin je l’espère). Allez, un petit bilan ça te tente ?

Bilan

Crédits photo (creative commons) : edar

Au rayon des « check » nous avons donc…

  • des horaires pour nos cérémonies (heureusement !),
  • une salle trouvée plutôt facilement,
  • un traiteur, toutefois un peu plus difficile à débusquer, et un menu testé et approuvé (miam !!),
  • des vins en parfaite adéquation avec notre menu,
  • envoyé save-the-date et faire-part et reçu toutes les réponses pour le dîner (quels bons invités bien disciplinés),
  • nos habits de lumière et quasiment tous nos accessoires,
  • nos alliances et une jolie boîte pour les ranger,
  • une photographe et le fond de notre photobooth,
  • pris rendez-vous chez le coiffeur, une maquilleuse et une date pour un essai combiné le mois prochain,
  • de nombreux DIY (centres de table, décorations de l’église, décorations extérieures, menus…),
  • notre projet de vie pour notre mariage religieux.

Pour nous y retrouver dans nos préparatifs nous avons priorisé, c’est-à-dire que nous avons commencé par nous occuper de ce qui selon nous est indispensable à notre mariage. Dans l’ordre : une date pour nous marier civilement et religieusement (car nous voulions le faire en un seul jour), la salle et le traiteur. Le reste ne serait que du « bonus ». J’ai entamé ma longue liste de DIY avec la même logique. Je ne voulais absolument pas me mettre la pression alors j’ai fait une liste par ordre d’importance : les save the date, les faire-part et les centres de table étaient ce que je voulais à tout prix avoir fait moi-même, et pour le reste : tant mieux s’il y en a plus et ce n’est pas grave si j’en avais assez avec les bricolage. Le fait est que je suis devenue complètement accro aux DIY et qu’à l’heure d’aujourd’hui, il m’est quasiment impossible de regarder la télévision sans m’occuper les mains.

Qui manque encore à l’appel ?

Bien sûr il nous reste 3 petits mois et heureusement nous ne nous ennuierons pas, puisqu’il nous reste encore de nombreuses choses à accomplir, notamment :

  • signer notre contrat de mariage chez le notaire (le rendez-vous est déjà pris),
  • déposer le dossier complet à la mairie (dès que nous aurons signé notre contrat de mariage),
  • quelques DIY comme des centaines de milliers de mètres de fanions ou encore les livrets de cérémonie,
  • déterminer quel type de livre d’or je souhaite (je dis « je » car sur ce genre de choses mon Grognon n’a pas d’avis) et le trouver (ou le faire),
  • finir les derniers cadeaux des invités (un projet qui était relativement ambitieux),
  • mettre au point un recette pour la pièce montée (projet fraîchement entamé),
  • prévoir une animation fil rouge tout au long de la soirée et créer nos différentes playlists,
  • apprendre à danser la valse pour notre première danse (et vue la motivation du Grognon, sur ce coup-là, je sens que ça va passer à la trappe),
  • faire le planning des derniers jours de préparatifs,
  • et surtout rester zen ! « un cercle est un carré, un carré est un cercle, iiihoooom » [extrait du film : un Indien dans la ville] (note mes superbes références filmographiques).

Chill

Crédits photo (creative commons) : Unsplash

Bref, il est vrai que j’ai beaucoup de mal à déléguer, et au stade où nous en sommes je commence tout doucement à distribuer leur tâche aux différents prest’amis qui nous ont offert leur aide, ce qui a le don de faire monter ma tension artérielle en flèche. A défaut d’avoir trouvé comment me diviser physiquement (NDLA : parce que dans ma tête on est déjà plusieurs), je vais devoir apprendre à faire confiance, à relativiser et surtout me faire à l’idée que tout ne sera pas exactement comme dans mon imagination. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’évite en général de donner des indications trop précises, je me dis que si je n’imagine pas, je ne pourrais pas être déçue. Et puis en grande optimiste je devrais plutôt me dire que ce sera encore mieux que dans mon imagination.

Et puis il y a également quelques projets que nous furent déjà contraints d’abandonner, comme par exemple notre plafond de LEDs, finalement beaucoup trop contraignant à installer et complètement hors-budget, ou encore l’espace de jeux extérieur qui ne semblait plus une si bonne idée après prospection des tarifs de locations, et la reconstitution d’un salon des années 30 pour notre photobooth. Mais peut-être que d’ici le grand jour nous aurons trouvé une alternative à nos déconvenues ? (Affaire à suivre !)

Et sinon comment ça se passe dans une tête de Myrtille à M-3 ?

Au cours de ces derniers mois je me suis investie corps et âme dans nos préparatifs. Je me suis surprise à adorer élaborer chaque détail de notre mariage. Entre DIY et organisation, j’ai la sensation d’avoir beaucoup appris, et surtout sur moi-même. À commencer par cette soudaine et inattendue passion pour mon mariage. C’est un peu comme si un rideau était tombé et que je m’autorisais enfin à me rouler à longueur de journée dans ces paillettes que j’ai si longtemps méprisées.

J’ai également l’impression d’avoir beaucoup évolué dans le sens où j’ai appris à affirmer mes choix et à défendre mes opinions (tout en restant diplomate, mais ferme), car en grande pacifiste, j’ai plutôt pour habitude de ne pas trop chercher les conflits, surtout face aux personnes qui comptent pour moi.  Mais globalement, je dois avouer que je n’ai pas eu trop à le faire. Nos parents sont relativement compréhensifs et ne nous empêchent aucunement de construire notre mariage, même si parfois ils ne comprennent pas tous nos mes délires. (Maman Myrtille a d’ailleurs mis longtemps à comprendre que « ça ne fait pas mariage » relevait plus du compliment pour moi, que de la critique).

Enfin, le côté un peu moins sympa concerne les angoisses que ces préparatifs commencent tout doucement à générer : avons-nous prévu assez à manger et à boire ? Avons-nous bien fait de faire une croix sur le DJ ? Notre cérémonie religieuse n’est-elle pas trop tardive/longue ? Ma déco, elle ne fait pas trop cheap ? J’espère que mon poids ne bougera pas pour que ma robe reste parfaitement ajustée… Et je pourrais continuer comme ça encore un bon moment !

Et puis il y a aussi les choses qu’on ne pourra pas changer : la météo, si les fleurs que nous avons plantées vont réussir à pousser, d’ailleurs ce n’est pas très bien parti avec ce trop-plein d’eau et ce trop peu de soleil (ah ! attendez… belle-maman me souffle à l’oreillette que ça y est, les fleurs plantées commencent à pousser !! ouf !),  et puis la météo (ah bon je l’ai déjà dit ?)…

« un cercle est un carré, un carré est un cercle, iiihoooom »…

Et toi ? Où en es-tu dans tes préparatifs à quelques mois de ton mariage ? Laaaaarge ? Ou pas ? As-tu aussi développé des angoisses ? Dis-moi tout !

Après 7 années d’aventures fabuleuses j’ai eu le bonheur de dire oui pour la vie à mon Grognon d'amour en Septembre 2016. C'est la musique qui nous a réunis, et c'est donc tout en musique que nous avons célébré notre mariage dans notre beau vignoble Alsacien. Une jolie fête conviviale surfant légèrement sur la vague rétro-champêtre, plein de DIY et tout nos proches pour partager notre bonheur. Ayant trouvé une tonne d’inspiration grâce à toutes mes ''grandes sœurs'' chroniqueuses c’est avec beaucoup de plaisir que je vais pouvoir à mon tour partager mes trucs et astuces mais aussi mes doutes et questions existentielles.

Commentaires

  • Avatar
    Mademoiselle Peach
    Répondre
    13 juillet 2016

    Ah Mlle Myrtille, j’aime trop cet article ! J’aime beaucoup ta plume aussi 🙂

    Je me sentais très très zen jusque là, et depuis deux semaines, je me suis mis un coup de pression car on est à un mois et demi du mariage maintenant et on galère à trouver du temps en dehors du boulot pour préparer la cérémonie religieuse, pour penser zux musiques que nous demande le DJ pour l’entrée dans la salle, notre première danse, l’arrivée du dessert…. et beaucoup d’autres choses qui, j’ai l’immression, vont passer à la trappe (une première danse autre qu’un slow, par exemple).

    Mais… « un cercle est un carré, un carré. .. » 😉 ca va bien se passer !

  • Avatar
    Mademoiselle Afro
    Répondre
    13 juillet 2016

    Ah Mlle Myrtille demain je suis à J-100 de mon grand jour (tu vois ça m’a fait sortir de mes vacances aaaaah) ! C’est un beau recul que tu prends là, cette sensation d’avoir pu affirmer tes choix, c’est un peu comme une émancipation le mariage ! Tout va bien se passer ne t’inquiète pas, quand on a fini les grandes lignes on s’attaque aux petites …

  • Avatar
    Mademoiselle Miaou
    Répondre
    13 juillet 2016

    J’adore ton article ! Je me reconnais aussi beaucoup dans le fait d’avoir appris sur moi (et mon couple) pendant les préparatifs. Pour ma part c’est surtout dans la diplomatie que j’ai progressé, je sors un peu moins les griffes. Ne t’inquiète pas pour ta robe, moi aussi je passe par cette phase d’angoisse et du coup je me mesure le cuissot avec un mètre de couturière tous les semaines !

  • Avatar
    Madame Ambrym
    Répondre
    14 juillet 2016

    Ce qui est notable à lecture des chroniques c’est que toutes les futures mariées semblent avoir les mêmes angoisses sur les mêmes sujets et que le jour J tout est parfait et que les quelques petits couacs n’ont aucune importance. Cette étude sur un panel représentatif te permet de te détendre en sachant qu’il en sera de même pour toi 😉

  • Avatar
    Mademoiselle Frisette
    Répondre
    17 juillet 2016

    Je me retrouve tellement dans ce que tu écris! hihi moi aussi quand on me dit « ça ne fait pas mariage », je prends ça pour un compliment! à J-pas beaucoup, j’ai des épisodes mi-serein mi-pic de stress! pas le stress du jour J mais le stress de savoir si on va réussir à finir tout ce qu’on a à faire!

Poster une réponse