À l’approche du mariage : les deux dernières semaines et la mise en place

Ahhh cette dernière ligne droite avant le jour J, ce marathon stressant où on cherche des instants de repos sans en trouver. Mais que s’est-il passé 15 jours avant que Mademoiselle Sirène devienne Madame Sirène ?

Il faut savoir que jusqu’au 5 juillet, j’étais en stage, avec des horaires à rallonge. Impossible de rentrer chez moi avant 19h30/20h et pendant 3 semaines je n’ai touché à rien (ou presque). Mais, dès que l’heure des congés a sonné, j’étais bien prête à vivre uniquement au rythme du mariage, à organiser à le seconde près et au millimètre près les derniers préparatifs, et surtout à me reposer !!! Les copines chroniqueuses me l’avait dit, il faut se reposer avant pour être en forme pour le mariage. (Spoiler alerte : ça a été un échec.)

planning

Crédits photo : Photo personnelle

Ce qu’il restait à faire 15 jours avant le mariage

  • Finaliser l’ouverture de bal et répéter,
  • Finir le montage de la musique pour l’ouverture de bal et l’envoyer au DJ,
  • Faire les cartons de bienvenue avec les explications pour les hébergements,
  • Trouver ma tenue pour le lendemain de mariage,
  • Aller chez le coiffeur pour une coupe et des mèches effet « retour de plage »,
  • Préparer et envoyer les itinéraires pour (1) aller au château pour ceux qui arrivent le vendredi, (2) aller directement à la mairie pour ceux qui arrivent le samedi, le tout en tenant compte des provenances de chacun,
  • Coudre le liseré bleu marine sur les gants du mariage (gants que j’ai récupérés de maman),
  • Aller chercher le crémant pour le vin d’honneur, les deux tireuses à bières et les fûts pour tout le weekend,
  • Finir les livrets de messe,
  • Faire un dernier point avec chaque prestataire et avec les témoins,
  • Refaire un essai avec la maquilleuse,
  • Faire les listes pour la décoration à installer afin de pouvoir déléguer lors de la mise en place (plan du château en mains),
  • Faire les enveloppes pour payer les prestataires (très pratique, ça permet de les confier à 1 personne de confiance le jour J et de ne plus avoir à s’en préoccuper),
  • Préparer l’appartement, car nous allons avoir beaucoup de passages dans les jours à venir…

Toi aussi tu as la tête qui tourne en voyant la liste qui s’allonge ? Moi qui espérais être sereine, profiter pleinement de mes derniers jours de femme non mariée pour me bichonner, c’est peine perdue !

Avant-dernière semaine : on boucle les derniers préparatifs

La semaine du 8 au 14 juillet, nous avons mis les bouchées doubles. Pendant que je jouais aux reines du shopping pour trouver ma tenue du dimanche, Monsieur Triton allait récupérer les boissons ; quand Monsieur Triton travaillait, je finalisais les sacs invités. Le soir, nous répétions l’ouverture de bal, organisions les logements… et nous n’avons pas compté les heures de sommeil, qui se faisaient rare.

Première mission : shopping

Il me restait deux achats de dernière minute à faire : ma tenue du dimanche et une bougie 3 mèches que nous souhaitions allumer à l’église (je t’en parlerai prochainement). Mais figure-toi que trouver 2 choses, ça peut prendre plusieurs heures. Dans mon cas, ça m’a pris 3 demi-journées à écumer les magasins de la ville et alentours. Parce que bien sûr je n’avais que ça à faire à 10 jours du mariage !!!

Je t’épargne les 5 magasins de décorations pour trouver la bougie (finalement trouvée !!! et en plus elle dégage une douce odeur marine, ce qui n’était pas prévu). Et je passe donc à ma tenue du lendemain.

Je souhaitais profiter des soldes pour acheter la robe blanche repérée chez Morgan (je t’en ai parlé ici), mais au moment de la mettre, j’ai été très déçue. Elle ne m’allait pas du tout, même la plus petite taille était trop grande. Alors je suis passée inlassablement de boutiques en boutiques, pour essayer des robes blanches avec soit de la dentelle soit un dos nu (j’avais mes exigences !). Mais tout était soit trop cheap, soit trop cher, soit trop transparent, soit trop grand… Je n’ai pris qu’une photo, pour envoyer à ma maman, de la robe qui me semblait la mieux. Mais la photo a mis en évidence la transparence de la robe (si si…). En imaginant le rendu au soleil, je l’ai reposée immédiatement.

robe transparente

Crédits photo : Photo personnelle

Ce n’est qu’en fin de semaine que j’ai trouvé une solution : un haut blanc, simple sur l’avant, mais avec un dos en dentelle.

dos

Crédits photo : Photo personnelle

Avec mon short blanc et des chaussures à talons, ça ferait l’affaire (dans les faits, j’avais tellement mal aux pieds le lendemain du mariage que je me suis contentée de chaussures compensées).

Ne fait pas comme moi ! N’attends pas la dernière minute pour trouver ta tenue du lendemain si tu souhaite trouver une jolie robe ou une tenue quelque peu festive. Car honnêtement, c’était très stressant.

Ma tenue était très bien : du blanc et de la dentelle pour rappeler que je suis la mariée, un short et un tee-shirt pour le côté « pas prise de tête du dimanche ». Mais elle n’est pas ce que j’espérais.

Seconde mission : maquillage

Je sais, je ne t’ai pas parlé du premier essai, j’ai tellement de choses à te raconter que j’en oublie la moitié. Mais laisse-moi me rattraper.

Personne de mon entourage ne souhaitait se faire maquiller pour le mariage. Et aucune maquilleuse ne voulait se déplacer aussi loin pour un maquillage simple (je ne voulais pas de forfait avec manucure ou soin du corps/du visage pour la simple et bonne raison que je fais mes ongles moi-même et que j’avais des points Yves Rocher à utiliser pour le reste). Je pensais donc me maquiller seule, avec regret, quand on m’a soufflé de contacter Virginie Olivarez de Sublim’image.

Nous avons fait un premier essai maquillage qui a été concluant, sauf sur un point : le eye liner. Je mets du eye liner tous les jours et il était important pour moi d’en porter le jour J. Être maquillée par une professionnelle devait m’assurer d’avoir un trait net (parce que le faire seule, avec le stress, je me voyais déjà m’y reprendre en 20 fois pour finir avec un trait trop gros). Mais Virginie n’a pas réussi à faire le trait que je voulais lors de l’essai : pas assez régulier, pas assez proche des cils et il ne mettait pas mon œil en valeur. Monsieur Triton lui a même fait remarquer !

Virginie m’a rassurée, en disant que ça serait mieux le jour du mariage… Et les copines chroniqueuses que j’ai retrouvé au restaurant quelques heures après ne voyaient pas les défauts sur lesquels je m’étais focalisée. Finalement, il était peut-être parfait ce maquillage !

essai maquillage

Crédits photo : Photo personnelle


Mais je ruminais, je craignais que le résultat ne soit pas à la hauteur de mes attentes pour le mariage. Je l’aurais vu et revu sur les photos. IMPENSABLE !

J’ai donc appelé Virginie, pour lui expliquer mes inquiétudes. Elle a été super et m’a proposé un second essai, 10 jours avant la date du mariage.
Et c’était quitte ou double, car si aucun essai n’était concluant, je n’avais pas de solution pour mon mariage (au secours !!!).

Nous avons fait deux essais ce jour-là, qu’elle ne m’a pas fait payer. Nous avons pris le temps pour trouver exactement ce qui me plaisait. Et j’étais finalement prête à lui faire confiance. Verdict dans quelques jours…

Troisième mission : remplir les sacs invités

sac invité

Crédits photo : Jean-Marc Duges

Pour nos sacs invités, j’avais trouvé des sacs en papier kraft, unis, que j’ai décoré au feutre posca bleu. Oui, il a fallut faire 100 ancres (vive les pochoirs), écrire 100 fois « bienvenue », et honnêtement, c’était long. Mais c’est la solution la plus économique que nous ayons trouvée.

Nous avons hésité sur le contenu (mettre ou ne pas mettre de cadeau-invité ? mettre ou ne pas mettre des biscuits personnalisés ?). Finalement, nous avons décidé que les cadeaux invités à proprement parlé (des dragées) seraient placés sur les tables du repas. Quant aux sacs, je te révèle leur contenu :

  • Une bouteille d’eau : c’était non négociable. En plein mois de juillet, nous misions sur du soleil et des températures avoisinant les 30°C. On ajoute à ça un long trajet en voiture entre la mairie et le château… il ne s’agirait pas de frôler la déshydratation le jour du mariage. Je n’ai pas eu le temps/le courage de les personnaliser, et pas eu le budget pour acheter de jolis bouteilles. Mais après tout, est-ce grave ?
  • L’invitation à aller consulter le reportage photo du mariage sur le site de notre photographe, avec les identifiants,
  • L’itinéraire pour rejoindre le point de départ du cortège de voiture après la mairie (il est impossible de partir directement du centre-ville dans notre cas),
  • Une grille de mots croisés sur la vie des mariés (merci le générateur de mots croisés en ligne),
  • Les nœuds pour décorer les voitures (que nous avons pris plaisir à nouer avec la maman de Monsieur Triton…. du tulle blanc, du satin bleu, et hop, le tour est joué !),
  • Des éventails avec le déroulé de la journée : nous avons imprimé la time-line du jour J sur du papier canson épais sur lequel nous avons collé des bâtons en bois (ceux qui servent pour les épilations à la cire… je te laisse imaginer la tête de la vendeuse quand Monsieur Triton est parti de la boutique avec plus de 100 bâtons pour cire !!!).
éventail

Crédits photo : Photo personnelle

Tu reconnais le petit liseré de couleur à gauche de l’éventail ? indice : il est dans ma chronique précédente.
Et si tu ne reconnais pas l’ancre au dos, c’est que tu n’as pas été assez attentive 😉

Quatrième mission : prendre soin de soi

Après avoir barré un à un tous les éléments que je t’ai listé plus haut (ou presque), il était temps de prendre soin de nous une dernière fois avant la folle semaine qui se préparait. J’ai pris rendez-vous chez le coiffeur pour une coupe et des mèches effet « retour de plage » ainsi que chez l’esthéticienne pour un soin visage le vendredi.

Et nous avons fini la semaine par un moment de détente à la station thermale, avec un soin du corps. Nous avions un maître mot : ne pas parler du mariage. De quoi finir sur une note relaxante.

Mais déjà il fallait anticiper l’arrivée des premiers invités. Oui, tu lis bien, nous sommes à une semaine du mariage et nous nous apprêtons à accueillir la première vague d’invités ! Et crois-moi, ça n’a pas été de tout repos !!!

Dernière semaine : le compte à rebours commence

En parallèle de nos derniers préparatifs, et tout en accueillant du monde à l’appart, je lançais le compte à rebours sur les réseaux sociaux.

Cette idée a débuté deux mois avant, quand, au détour d’une promenade en bord de mer, je suis tombée sur une ancre :

compte a rebours

Crédits photo : Photo personnelle

Pour le compte à rebours des derniers jours, certaines images étaient moins claires que ça : le haut d’une ancre, un détail du menu en kirigami, l’initiale du traiteur… Bref, tout était bon pour faire grandir l’impatience.

Lundi : dernier jour tous les deux

J’aurais aimé profiter de cette dernière journée à farnienter au soleil. Mais ce ne fut pas le cas.

À 10 heures, nous avions rendez-vous avec le fleuriste pour faire un dernier point sur le programme de la journée et voir avec lui quand il pourra venir livrer les fleurs au château. Nous passons ensuite chez notre caviste pour récupérer la décoration qu’il a accepté de nous prêter :

décoration marine

Crédits photo : Photo personnelle

Et puis très vite nous embrayons sur des choses plus terre à terre : courses, cuisine pour les jours à venir, rangement de l’appartement et un dernier coup de ménage… Car après, cela devra attendre que le mariage soit passé et tous les invités repartis.

Nous répétons une dernière fois notre ouverture de bal et vérifions que le planning des jours à venir est bon pour nous deux.

À 21 heures, je peux enfin me poser pour manger et faire mes ongles… en espérant qu’il n’y ait pas d’accro avant le mariage. (Et scoop : ça a tenu sans soucis, malgré le chargement du camion le jeudi et l’installation de la décoration).

manucure

Crédits photo : Photo personnelle

1 heure du matin, je ne dors toujours pas. La fin de semaine va être difficile !

Mardi

Je dirais que le mardi a marqué un vrai tournant dans la semaine. Les festivités familiales débutaient par la venue de mon père, ma belle-mère (enfin… la femme de mon père, pas la mère de Monsieur Triton hein !), mon demi-frère, ma grand-mère et son mari… C’est l’occasion de montrer à mon père où il doit me retrouver le samedi avant la mairie, de leur donner des précisions pour le mariage, de les mettre au courant de quelques détails. Car jusque-là, mon père n’a pas eu beaucoup d’informations sur l’organisation. Alors nous improvisons une séance de rattrapage.

Après un repas ensemble, ils rentrent à leur gîte. Pour nous, il est temps de prendre quelques heures de repos. Je crois que c’est la nuit la plus longue que j’ai pu faire de la semaine.

Mercredi

Le mercredi, Monsieur Triton avait rendez-vous chez le barbier, devait aller chercher les fûts de bière chez le brasseur et surtout allait récupérer une ancre géante prêtée par un restaurant de la ville (ce fameux restaurant où nous avons mangé pour mon EVJF).

ancre

Crédits photo : Jean-Marc Duges


Quant à moi, il me restait à préparer la sonorisation pour l’église (oui, nous avons dû emmener notre propre matériel), faire la playlist musicale du dimanche, préparer mon discours (ce que je n’ai pas fait), mettre à jour le tableur excel avec le planning du mariage (et l’imprimer pour le donner à ma témoin et à nos mamans) et préparer nos sacs pour la fin de semaine. Car après, nous n’aurions plus le temps de nous poser.

À peine avions nous fini nos tâches respectives, que Mme Scrap et sa fille arrivaient à Nancy. Elles étaient hébergées chez Mlle Palmée jusqu’au vendredi, mais nous avons dîner tous ensemble.

Et le lendemain, nous faisions notre premier trajet au château pour installer la décoration.

Jeudi : installation de la décoration et repas en famille

Dès le matin, nous voilà lancés dans une mission sportive : faire rentrer toute notre décoration (et il y en avait beaucoup), les tireuses à bières et les fûts, les cartons de vin et une partie de nos affaires nécessaires pour le weekend dans deux voitures et un camion.

Quelques sueurs froides plus tard, quelques bleus au jambes évités de justesse, les ongles manucurés protégés par des gants, nous y arrivons !

camion chargé

Crédits photo : Photo personnelle

Combien d’éléments de ma décoration reconnais-tu dans ce chargement ?

Sur la route, le temps que j’appelle mon père pour qu’il vienne nous aider à décharger, Monsieur Triton s’est trompé de sortie sur l’autoroute… Mlle Sirène stressée, par tout ce qui restait à faire, n’a pas pu s’empêcher de râler. Et bah voilà, la journée commence bien !

À notre arrivée, le service de location de matériel par lequel passe notre traiteur est là. Nous en profitons pour faire un tour de la commande : il manque les nappes bleues que nous avions demandé pour la table du livre d’or ! Un coup de fil au traiteur… ça sera réglé d’ici le lendemain, nous n’avons pas de soucis à nous faire. Ouf !

Aidés de Mme Scrap et sa fille, de Monsieur Diable Rouge et sa compagne, ainsi que de Mlle Palmée, nous mettons en place la décoration : intérieur, extérieur… ah, bah non, pas tout l’extérieur ! La pluie s’est invitée au rendez-vous ! Après 15 jours de beau temps, il pleut ! À 2 jours de MON mariage !

Alors que j’essayais de faire tenir in fine une bouée « Bienvenue à bord », Maman Sirène est arrivée, accompagnée de mon beau-père (le compagnon de Maman Sirène… ça va, tu me suis toujours avec ma famille recomposée ?). Le temps de vider leur voiture avec une partie des affaires du weekend (repas du vendredi, boissons, etc.), il fallait quitter le château. Dans quelques minutes, avec l’arrivée de Maman Triton et une partie de la fratrie Triton, nous serons 12 à la maison.

La route du retour m’offrait un dernier instant de calme… enfin non, j’ai passé le temps du trajet à penser à tout ce qu’il faudrait faire le lendemain.
Au moins, la pluie s’était calmée…

Nous profitons de cette dernière soirée chez nous, en petit comité, pour confier nos alliances à Monsieur Diable Rouge, ravi d’être devenu « Seigneur des anneaux d’un weekend ».

a table

Crédits photo : Photo personnelle

Vendredi : installation, craquage et fatigue

Monsieur Triton et moi devions être au château à 10 heures pour faire un point avec le traiteur. Les témoins et Mademoiselle Palmée ont prévu d’arriver en même temps pour avancer la décoration (et à mon avis pour s’éclipser et discuter des surprises qui nous attendaient le lendemain). Nous avons donc confié les clés de l’appartement aux mamans, qui nous retrouveraient plus tard. En partant ce matin-là, nous savions que nous ne rentrions pas chez nous avant le lundi après-midi.

J’ai trouvé cette journée très éprouvante. Je savais ce qu’il restait à faire, mais je ne pouvais pas tout expliquer à tout le monde en même temps. Je voulais d’abord faire le point avec notre traiteur, mais tout le monde nous parlait, nous demandait des informations… enfin… ME demandait, comme si j’étais la seule à tout savoir. Et puis, Monsieur Triton a dû aller chercher le piano pour l’église (on avait demandé à une copine de jouer, mais il fallait faire venir son instrument)… 3 heures sans lui, sans pouvoir lui demander son avis, j’avais hâte qu’il revienne !

J’ai craqué à la pause repas. Alors que je voulais donner des consignes sur tout ce qu’il restait à faire l’après-midi (avant 17 heures, car les premiers invités allaient arriver !), j’ai eu du mal à capter l’attention des personnes présentes. J’ai monté la voix, ma mère m’a jeté un regard comme elle sait le faire pour me dire de laisser tomber (mais heu, à 4 heures de l’arrivée des invités, qui ne s’inquiéterait pas ??!) et on m’a dit que j’étais stressée.

Heureusement, Madame Scrap a compris la situation et a trouvé les mots pour m’apaiser : non je n’étais pas stressée, oui je savais ce qu’il restait à faire, et si tout le monde se remettait au travail nous aurions fini dans les temps.

Afin de remotiver les troupes (et histoire de souffler), nous avons envoyé tout le monde décorer l’église. Nous sommes restés en petit comité pour décorer la salle du repas. Ça parfois du bien, de ne pas avoir plein de personnes à graviter autour de nous.

Monsieur Triton et moi en avons profité pour installer une petite surprise à nos invités.

Il y avait une étagère en fer forgé dans le couloir menant de la salle du repas aux sanitaires. Il paraît qu’elle est souvent utilisée en candy-bar, mais n’étant pas friands de confiseries, et encore moins à l’heure du repas, nous avons décidé de transformer cette étagère en « filet des souvenirs ».

étagère

Crédits photo : Jean-Marc Duges


Nous l’avons décoré d’un filet de pêche bleu, de coquilles Saint-Jaques et coquillages, et nous avons accroché des photos : nous bébés, une photo de nous par an depuis notre rencontre et une photo de nos témoins bébés. (malheureusement, personne n’y a a vraiment prêté attention le jour J).

Allez, je te partage certaines de ces photos… comme tu le remarqueras, la dernière a été prise peu de temps avant le mariage.

1 photo par an

Crédits photo : Photo personnelle

Premiers pas dans l’église

Lorsque nous avons rejoint tout le monde dans l’église, une grande partie de la décoration était installée. Il restait quelques nœuds à installer et les cornets de lavande à remplir.

Nous avions confectionné nos cornets dans du papier calque. Et je te laisse imaginer le nombre de temps que nous avons mis, toute l’année précédant le mariage, à égrainer la lavande !!

cornet lavande

Crédits photo : Jean-Marc Duges

Pour information : de plus en plus de lieux refusent le jeté de riz, car les oiseaux s’en nourrissent, et ça fait gonfler leur estomac. Je pourrais aussi parler de la faim dans le monde et du fait qu’on ne joue pas avec la nourriture… La lavande et les bulles de savon sont, à ma connaissance, les idées les moins polluantes qui existent actuellement. (Par contre, je ne voulais pas de bulles de savon, car j’avais peur que cela ne tache les vêtements… et en soufflant, les invités n’auraient pas pu crier et nous acclamer).

Depuis la veille, tout le monde avait une inquiétude : est-ce que la musique d’entrée est suffisamment longue ? Nous décidons alors de faire une répétition avec les personnes présentes. Ça veut dire qu’elles n’auraient pas la surprise de la musique le lendemain, mais il vaut mieux ça qu’une mariée qui arrive sans musique le jour J. Dès les premières notes, je suis émue… oh làlà !! mais qu’est-ce que ça va être le jour J !!

Arrivée des invités et fatigue

Depuis 15 heures, les invités ont commencé à arriver au compte-goutte. C’est sympa de voir tout le monde arriver. Mais ça nous retarde aussi un peu dans les préparatifs. Je suis ravie d’avoir fait mes cartons de bienvenue, ça me permet de déléguer la distribution des chambres.

Mais si les arrivés arrivent, ça veut dire que la fête va bientôt commencer ! Le château vit ses derniers instants de calme…

À 18 heures, je suis fatiguée. Je m’éclipse dans ma chambre. Le principal de la décoration est faite. Même si j’ai oublié des détails (on en oublie toujours), qu’une partie de la décoration extérieure n’a pas été sortie en raison d’un temps nuageux (nous craignions encore des petites averses)… de toute façon j’ai besoin de repos pour ne pas craquer de fatigue.

Dans 1 heure, tout le monde sera là. Ça ne me laisse pas beaucoup de temps pour me reposer. Alors plutôt qu’une sieste, j’opte pour une douche (pas le temps pour un bain), un message à Madame Framboise, avec qui j’ai beaucoup parlé toute la semaine précédant le mariage, pour lui montrer ma suite.

chambre

Crédits photo : Photo personnelle

salle de bain

Crédits photo : Photo personnelle

Tu comprends mon envie de prendre un bain ?

… Alors que j’espérais profiter des 15 dernières minutes qui me restaient pour faire quelques exercices de relaxation, on frappe à ma porte. Le repos aura été de courte durée, je suis déjà demandée et tout le monde est arrivé.

parc Boucq

Crédits photo : Photo personnelle

Et toi, comment as-tu pu te reposer les jours précédents ton mariage ? Avais-tu encore beaucoup de choses à préparer ?



4 commentaires sur “À l’approche du mariage : les deux dernières semaines et la mise en place”

  • Ces 15 jours ont eu l’air vraiment eprouvant et s’apparentent plus à une course de fond qu’à une promenade de santé ! J’espère que ta dernière soiree en tant que Mademoiselle t’aura permis d’un peu souffler. Je sais ce que c’est de devoir courir dans tous les sens pour tout préparer: j’ai même poussé le bouchon jusqu’au matin du mariage. Je ne peux donc que compatir et attendre avec impatience la suite de tes aventures 🙂

    • Effectivement, ce n’était pas de tout repos . J’aimais cette idée d’avoir beaucoup de monde autour de nous, d’être déjà dans une ambiance festive, et il faisait beau la plupart du temps alors ça avait ces côtés positifs.
      Mais pour le coup j’étais épuisée. Et je peux te dire qu’après le mariage j’ai dormi beaucoup ! !!
      C’est terrible d’avoir continué même le matin de ton mariage 😨.
      Tu aurais dû déléguer… mais je sais que c’est difficile.
      La suite est déjà en ligne 😉

  • C’est trop stressant ces deux semaines. Vous avez bien fait de profiter d’un moment de calme pour vous relaxer avant la dernière semaine.
    J’espère que vous avez pu mettre la déco manquante à l’extérieur

    • Ne m’en parle pas, j’étais fatiguée rien qu’à rédigée la chronique.
      La déco extérieure a été en partie mise en place le vendredi.. mais les M géants et les jeux ont été installés en dernière minute à cause du vent.
      Bien loin de l’idée que nous nous faisions… heureusement que nos amis et notre famille se sont occupé de ces points le samedi lors du goûter.

Commente ici !