Quand on court après sa robe de mariée – Partie 3 : le deuxième essayage ou une robe presque “sur mesure” ?

Dans ma chronique précédente, je te racontais mon petit coup de cœur pour une robe, mais aussi mon choix de prendre le temps de réfléchir avant de me décider. J’attends surtout avec impatience mon deuxième essayage dans l’après-midi qui suit : une boutique qui propose la même marque ! Et surtout qui autorise cette fois les photos !!!

Découvrir de nouveaux horizons…

Lors de la prise de rendez-vous, Mireille la Patiente (ce n’était définitivement pas une « vraie » Mireille : absolument adorable et parfaitement à l’écoute !) m’a envoyé un petit questionnaire à remplir en amont afin d’en savoir déjà un peu plus sur mes envies : j’ai trouvé ça très agréable et professionnel, et c’est très consciencieusement que je l’ai complété.

En arrivant au rendez-vous, je lui explique directement que j’ai eu l’occasion d’essayer ma fameuse robe Velasquez le matin même. Elle me propose alors d’essayer des modèles de la maison Bochet, une autre marque que j’avais retenue sur leur site, et de terminer par Velasquez de Lambert Créations, qu’ils ont également en boutique. Parfait ! Let’s go !

De la mousseline…

Direction la cabine d’essayage, et je plonge dans une première robe : Naomy. J’aime le bas en mousseline très fluide : c’est hyper agréable à porter. Par contre, je bloque sur mes épaules. Mais Mireille la Patiente me rassure tout de suite : il existe un modèle très similaire avec de petites manches façon cache-épaules. Parfait !

J’enfile donc dans la foulée cette robe : Nyx ! C’est beaucoup mieux (bon, ce n’était pas catastrophique avant non plus !!). J’adore la dentelle, c’est tellement fin et délicat ! La forme me plaît beaucoup et m’élance tout particulièrement. Bon, le dos en V… je ne suis pas convaincue. La robe est un peu petite. Ajusté, ce type de dos doit être beaucoup plus joli ! Je garde en tête ce modèle qui a déjà quelques bons arguments de son côté !

Crédits photo : Photos personnelles

À gauche, Naomy. Au centre et à droite, Nyx !

Du tulle…

Mireille la Patiente me demande si je veux essayer des robes avec un bas dans une autre matière : le tulle. Allons-y, pourquoi pas !

 [Tu remarqueras que j’ai l’air beaucoup plus volubile et moins fermée par rapport à mon premier rendez-vous. Pourquoi ?

Déjà, je suis moins impressionnée, c’est le deuxième essayage. Le stress du premier m’avait un peu paralysée et je me suis laissée faire assez passivement. Ensuite, ma première Mireille ne m’avait pas mise à l’aise de la même manière, elle décidait de tout et je n’étais pas trop en confiance. Alors que cette Mireille-ci est vraiment à l’écoute et me guide vraiment dans mes essayages en prenant parfaitement en compte mes remarques.

Le bon déroulement des essayages est vraiment lié à l’attitude et à la personnalité de la vendeuse, ainsi qu’à celles de la future mariée : chacune a besoin d’être plus ou moins guidée, et c’est à Mireille de trouver comment tu fonctionnes ! Bon, stop : je referme ici cette grande parenthèse, mais il me semblait important de parler de ce point !]

Je plonge donc dans deux modèles avec une jupe en tulle : Népal et Nelly. J’aime moins le tulle, c’est moins fluide, ça suit moins mes mouvements, et je trouve que ça me grossit un peu. Si je n’aime pas du tout le haut « marcel » de Nelly, j’aime beaucoup plus celui de Népal, très délicat avec une belle découpe en cœur sous la dentelle. Mais à nouveau, le dos en V ne me plaît pas spécialement !

Crédits photo : Photos personnelles

En faisant abstraction de mes têtes de déterrée et/ou de débile… tu peux admirer à gauche, Nelly et à droite, Népal qui, franchement, en revoyant les photos, n’était vraiment pas si mal, en fait !!

Du « semi-sur-mesure » ?

On commence à trouver au fur et à mesure de ces différents essayages les éléments qui me plaisent et ceux qui me plaisent moins. Mireille la Patiente me présente alors une solution qui pourrait bien satisfaire mes envies : prendre Nomade, le modèle très basique de Bochet, une robe en mousseline avec juste un bustier cœur, et y ajouter de la dentelle pour créer le haut que je souhaite !

Je passe donc cette robe toute simple et elle attrape épingles et morceaux de dentelle. Elle en attache dans mon dos, sur mes épaules, sur le décolleté, dézippe un peu le dos pour agrandir l’ouverture : nous arrivons ainsi à esquisser une robe en « semi-sur-mesure ». J’aime beaucoup cette idée : cette robe imaginaire pourrait être sublime !

J’ai quand même du mal à me projeter et j’ai peur de cette création. En effet, la dentelle fixée par des épingles n’est pas celle que je souhaiterais : j’en imagine une beaucoup plus fine et moins grossière. La forme du dos n’est pas très claire. C’est un essai, un “brouillon” seulement, me diras-tu, mais tout ça m’angoisse un peu…

Crédits photo : Photos personnelles

Le modèle Nomade avec les possibles ajustements… mais difficile pour moi de me projeter !

Rééssayer son coup de cœur du matin…

Et surtout, il me tarde de réessayer Velasquez pour voir si mon coup de cœur tient toujours ! Nous arrivons à la fin de l’essayage, Mireille la Patiente me propose donc de la passer. Paillettes, arcs-en-ciel et feux d’artifice dans ma tête ! J’ai le sourire jusqu’au-dessus des oreilles.

Mais au moment de me découvrir dans le miroir… c’est la douche froide ! Mon dieu, ça ne va pas du tout. J’ai l’impression d’être un sac : rien ne me met en valeur ! J’hallucine un peu… Nous hallucinons toutes, d’ailleurs ! Comment est-ce possible que ce matin, c’était tellement magnifique, et que quelques heures plus tard, ce soit aussi décevant ?

Sans doute parce que c’était la seule qui me plaisait bien ce matin et que Mireille la Patiente a bien fait son travail en me faisant découvrir d’autres possibilités ! Donc Velasquez, on oublie, finalement !

Crédits photo : Photos personnelles

Oh la la la, la vieille tête de dépitée qu’elle tire, la Mademoiselle Biche ! On dirait que son coup de cœur s’envole !

Une mariée peut-elle vraiment réussir à supporter cette robe ?

Pour terminer, elle me propose d’essayer quelque chose de complètement différent, juste pour voir ! Je me laisse convaincre et je plonge dans l’ultime robe de cette première journée d’essayages !

Bon, effectivement, c’est vraiment « juste pour voir » : la robe est en dentelle de haut en bas et de bas en haut, il y a beaucoup de strass et la coupe est près du corps, pas tout à fait sirène mais un peu quand même ! Pas du tout mon style !

Cerise sur le gâteau : cette robe m’attaque ! Je me retrouve à faire des petits bonds sur place, parce que quelque chose me pique une fois dans le dos, une fois dans le ventre. Ça fait beaucoup rire Maman Biche, ma Milou et Mesdemoiselles Unicorn et Tchaï : merci pour le soutien, la famille et les témoins !!!

Crédits photo : Photos personnelles

Je te promets que cette robe en avait après moi : elle m’attaquait vicieusement en me piquant de partout !

Prenons le temps de réfléchir !

Une fois libérée de cette dernière robe maléfique, nous faisons un rapide petit bilan avec Mireille la Patiente. La solution que je retiens est celle de la robe Nomade de Bochet avec des ajustements « sur mesure » pour en faire une robe unique à mon goût. Elle me promet de m’envoyer le devis dans les jours qui viennent et se tient à ma disposition si je souhaite revenir pour un deuxième essayage ! Elle ne me brusque pas du tout comme la première Mireille et j’apprécie particulièrement cette attitude.

Dans les semaines suivantes, je prends le temps de mettre les choses à plat et surtout, de regarder et de re-regarder les photos que m’ont envoyées mes témoins. Et j’en viens à la conclusion que cette robe « semi-sur-mesure » me plaît vraiment beaucoup. J’ai reçu entre-temps le devis la concernant et il rentre parfaitement dans le budget (930€ pour un budget maximum de 1000€ : parfait !).

Mais j’ai quand même peur de me lancer dans ce projet sans avoir pu voir un rendu plus proche du final souhaité. Je me pose mille questions : et si ça ne m’allait pas ? Et si c’était vraiment laid ? Et si j’étais déçue ? Et si ça ne plaisait pas à Monsieur Cerf ?

Je choisis donc de ne pas me prononcer immédiatement et pars à la recherche d’une robe ayant le dos décolleté en « goutte » rêvé. Mon but serait d’en trouver une dans les boutiques de ma région, de l’essayer même si le bas ne colle pas et de me concentrer vraiment sur le haut de la robe, afin de voir si cette forme sur une robe finie me va et me plaît réellement.

Bingo : il y a une boutique près de chez moi qui a sur ses portants une robe dont le bas ne me plaît absolument pas, mais dont le haut ressemble plus ou moins à ce qui me fait rêver ! Je prends rendez-vous… et ce récit sera pour la prochaine fois !

Et toi, as-tu fait faire ta robe sur mesure ? As-tu eu des doutes ? Ta Mireille a-t-elle su te mettre à l’aise et en confiance ? Raconte-moi…


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



11 commentaires sur “Quand on court après sa robe de mariée – Partie 3 : le deuxième essayage ou une robe presque “sur mesure” ?”

  • Quelle épopée cette robe 😉 ! J’aime beaucoup la Nyx, mais la nomade te va très bien également, & surtout avec les ajustements !!!

    J’ai vraiment hâte de savoir la suite 😀

    • Une épopée c’est exactement ça ! Et ce n’est pas encore fini… 🙂
      A posteriori, j’aime beaucoup Nyx moi aussi, c’est une de mes préférées !

    • Malheureusement je suis obligée de faire durer le suspens ! La robe ça a été une affaire qui a duré plus de 6 mois, impossible à raconter de façon plus brève 😉 Mais le dénouement approche !

    • Merci Madame Néfertiti ! J’ai eu la chance que les bas qui me plaisaient m’allaient justement, et ça a été l’élément qui revenait sur toutes les robes qui me plaisaient !

  • Raaahh Bochet ! De très beaux modèles à prix relativement raisonnables. La Nyx te met bien en valeur ! Et 100% d’accord avec toi : le contexte et la manière dont le/la veudeur(se) prend en compte ton mode de fonctionnement sont hyper importants.
    Pour ma part, j’ai justement choisi … la Nomade 😉 Avec un boléro à manches 3/4. Dis donc, les prix varient bien d’un revendeur Bochet à un autre… La mienne m’a coûté 1 500€ – ok, à Paris – (et encore, à «prix commercial») et j’ai pourtant eu le pire des Mireille au masculin. A croire que c’est le métier qui les rend agressif…
    Hâte de découvrir ce 3ème essayage et de voir pour laquelle tu as finalement opté <3

    • 1500€… eh ben ! Ca fait une sacré différence effectivement, d’autant plus que pour moi ce n’était pas le prix de base de la robe mais bien la robe + les ajustements ! C’est fou comme ça varie !
      Sans en dire trop, j’ai effectivement choisi une Bochet au final 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *