Quand la jeune fille rencontre le prince charmant

Avant de commencer à te raconter comment se passent les préparatifs de notre mariage, je vais d’abord te raconter comment tout a commencé entre Monsieur Patate à Raclette et moi.

Au commencement…

Histoire de la rencontre entre Mlle Caramel Beurre Salé et M. Patate à Raclette

Crédits photo : Photo personnelle

Comme je te l’ai dit dans ma présentation, Monsieur Patate à Raclette et moi nous sommes rencontrés pour la toute première fois à Disneyland Paris. Tu te souviens du weekend où il y a eu l’affaire DSK à New York (oui repère oh combien marquant de l’actualité) ? Mais si, avec Naffissatou Diallo ? Non ? Bon tant pis ! Et bien, c’était ce weekend-là.

Il se trouve que tous les deux nous partageons un très bon ami, le meilleur ami et témoin 1 de M. Patate à Raclette. À l’époque, je sortais d’une rupture très difficile. Huit mois plus tard, bien qu’en couple, je n’avais plus du tout foi en l’amour. Mon ex m’avait littéralement broyé le cœur en mille morceaux, et l’un de mes réconforts était d’aller aussi souvent que possible me changer les esprits dans le parc de la souris (oui, rappelle-toi, je suis fan de Disney). Et devine qui j’embarquais régulièrement avec moi ? Témoin 1 justement.

Monsieur Patate à Raclette, lui, n’était pas retourné dans ce parc depuis une éternité. Et donc témoin 1 a fini par lui proposer de venir passer un weekend avec nous. Pas de souci pour moi, plus on est de fous, plus on rit.

Je vais être honnête avec toi, quand je l’ai vu la première fois, ça n’a pas du tout été le coup de foudre. Loin de là, et vu que j’étais en couple, je ne me suis pas attardée sur ce garçonnet (à l’époque) timide, qui n’osait pas trop parler, et assez banal en soi.

Le weekend s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur et, une fois que nous nous sommes séparés, je ne pensais vraiment pas revoir Monsieur Patate à Raclette un jour.

Histoire de la rencontre entre Mlle Caramel Beurre Salé et M. Patate à Raclette

Crédits photo : Photo personnelle

Mais !

Il y a toujours un “mais” !

Tu vois, mon homme est très gentil et, pour me remercier de ce séjour où je l’ai pratiquement tout le temps ignoré, il m’a envoyé un cadeau : un mug, tout petit, 3 fois rien, avec un de mes personnages Disney préféré dessus. J’ai été touchée, je ne m’y attendais tellement pas (retiens bien cette phrase, tu vas la lire souvent sur mes chroniques) ! J’ai alors demandé, à Témoin 1, son adresse pour aller lui parler… sur MSN (RIP oh toi qui m’aura tant servi), puis sur Skype ! C’est comme ça que nous nous sommes découvert un tas de points communs !

Fin juin, j’ai rompu avec mon copain de l’époque. Je suis partie un mois et demi chez mes parents, confiant mon appart à Temoin 1, ainsi que l’organisation d’une autre virée à Disneyland, mais avec d’autres amis. Évidemment, Monsieur Patate à Raclette fut inclus dans la partie.

Cette virée se fit à mon retour, mi-août. Et c’est à ce moment précis que j’ai commencé à regarder Monsieur Patate à Raclette différemment. Pendant ces trois jours, nous étions six dans les parcs de Marne-la-Vallée mais lui et moi étions souvent côte à côte, très souvent, trop même pour certains. Témoin 1 s’est plaint à un moment qu’on soit tout le temps ensemble (un début de jalousie peut-être ?).

Histoire de la rencontre entre Mlle Caramel Beurre Salé et M. Patate à Raclette

Crédits photo : Photo personnelle

C’était comme si une complicité se créait entre nous. Petit budget d’étudiant oblige, pendant deux nuits, nous avons partagé le même lit. Pas seul : à 3 dans un clic-clac la première, puis à 4 la seconde (imagine un peu le truc). Cette seconde nuit, Monsieur Patate à Raclette avait eu l’excellente idée de se faire un shampoing juste avant d’aller au lit. Le seul problème, c’est que j’ai l’odorat très sensible et j’ai donc moyennement apprécié l’odeur du shampoing de l’hôtel. Pendant toute la nuit, je lui ai répété qu’il sentait le shampoing et, la fatigue aidant, nous avons passé la nuit à rigoler tous les 4 pour tout et n’importe quoi. Quand on se remémore cette nuit, on en rigole encore.

Au moment de se dire au revoir le lendemain (lui devant rejoindre sa Normandie natale, et moi mon Rhône adoré), j’ai versé mes premières larmes de séparation. J’ai pensé que c’était l’émotion de tous les quitter mais, aujourd’hui je dois l’avouer, c’était surtout le quitter lui qui m’avait rendu inconsolable ce jour-là.

Notre premier rendez-vous

Nous avons continué à nous parler sur Skype après ce weekend. Les mois ont passé et, à la faveur d’une excuse d’un passage au Parc pour Halloween, je lui ai proposé de venir le voir à Caen. Une simple visite amicale, qu’il accepta avec enthousiasme. J’ai ainsi réservé (sur un coup de tête) pour un aller le vendredi et un retour le dimanche en fin de matinée. Traverser la France pour voir un garçon ? Jamais je ne m’en serais cru capable !

Je  suis arrivée à Caen en début de nuit, vers 22 heures. J’étais un peu intimidée, mais Monsieur Patate à Raclette l’était encore plus que moi. Je l’ai tellement perturbé qu’il en a oublié d’allumer ses feux en débutant le trajet en voiture. Ça nous a valu un arrêt par la police (le seul et unique auquel il a eu droit d’ailleurs), une frayeur pour Monsieur qui venait tout juste d’avoir son permis et donc se demandait ce qu’il se passait, et un bon fou rire après.

Le weekend fût merveilleux, tellement merveilleux, qu’il se prolongea jusqu’au lundi matin, n’ayant pas pu me résoudre à monter dans le train le dimanche matin. Au programme, balade dans la ville, cinéma, balade sur la plage, rigolade encore et film dans sa chambre.

Histoire de la rencontre entre Mlle Caramel Beurre Salé et M. Patate à Raclette

Crédits photo : Photo personnelle

Ce fut la première fois que nous nous sommes pris la main, tels deux ados timides, en s’effleurant avec crainte du rejet de l’autre. Ce fut aussi la première fois que j’ai eu envie de l’embrasser, dans son sommeil.

Tu l’auras deviné, la séparation du lundi matin fut douloureuse pour tous les deux. Le mal était déjà fait. Dès que nous nous sommes séparés ce matin-là, je n’ai pas pu m’empêcher de lui exprimer à quel point j’aurais préféré rester avec lui. À ma surprise, ce sentiment était réciproque. Nous étions le 30 octobre, le jour où j’ai su que j’étais tombée amoureuse d’un normand.

À partir de cette date, nous avons alors doublé nos communications que ce soit par SMS ou via Skype. Nous nous parlions tous les soirs, sans exception, avec l’obsession de se revoir à un moment.

Et finalement…

Et, il a finalement trouvé un stage à Versailles, où il venait du mercredi soir au dimanche matin. Faire Lyon-Versailles, c’est quand même bien plus simple que faire Lyon-Caen. Lassée des textos, j’ai fini par craquer en lui disant que je voulais bien voir où il habitait à Versailles. Ni une ni deux, début décembre, en reprenant l’excuse du passage à Disney pour la saison de Noël (je t’entends d’ici dire que je passe ma vie là-bas), me voilà à Versailles, dans la petite chambre que loue celui qui, quelques heures plus tard, deviendra Monsieur mon futur mari.

Dans le RER qui me menait de Disney à Versailles, je suis passée par tous les stades. Plus le train se rapprochait de Versailles, plus mon cœur battait vite. J’avais peur et, en même temps, tellement hâte de le revoir. Quand je suis sortie, il était là, il me souriait, et moi, je ne voyais plus que lui. Il m’a emmené dans son modeste pied-à-terre, où nous allions partager un tout petit lit une place (l’option de gonfler le matelas gonflable n’ayant pas été retenue). Après un petit repas rapide fait par mes soins, nous nous sommes allongés l’un à coté de l’autre comme on le pouvait. Nous avons discuté, longtemps, longtemps, très longtemps. Je le sentais hésitant, n’osant pas. On jouait avec nos mains. Et, finalement, je lui ai demandé de fermer les yeux et j’ai posé délicatement un baiser sur ses lèvres… avant de m’enfuir comme une voleuse aux toilettes, histoire de reprendre mon souffle.

Oui, dans notre couple, j’ai fait le premier pas. Mais c’est le seul où j’ai pris l’initiative. À mon retour, je me suis recouchée près de lui, en silence. Il a passé son bras autour de mon cou, m’a rapproché encore plus de son torse, et m’a posé un bisous sur le front. Il était un peu plus de minuit. Il m’a alors enlacé et nous nous sommes endormis, jusqu’au petit matin où il m’a demandé timidement mais très officiellement d’être sa copine.

Et voici l’une de nos toutes premières photos de couple. Tu le sens le bonheur sur nos visages ?

Histoire de la rencontre entre Mlle Caramel Beurre Salé et M. Patate à Raclette

Crédits photo : Photo personnelle

Depuis ce jour, nous ne nous sommes plus quittés. Nous avons été maintes fois séparés par la distance, que ce soit pour ses études (Lyon-Versailles-Caen) ou les miennes (Lyon-Aberdeen). Mais jamais notre amour n’a faiblit.

C’était il y a un peu moins de cinq ans déjà et voilà la raison pour laquelle nous avons tenu à avoir décembre comme mois de mariage.

Et toi, comment as-tu rencontré ton futur mari ? As-tu eu le coup de foudre ? As-tu osé faire le premier pas ? Raconte !

Enregistrer


Crédits photo : Petit Mariage entre Amis

Pssst ! Tu as vu la nouveauté de Petit Mariage entre Amis ? Ce sont les “Petits Tattoos” ! Nous sommes totalement conquises chez Mademoiselle Dentelle : c’est une chouette idée à retenir pour une animation originale le jour J ! Regarde vite par ici !



8 commentaires sur “Quand la jeune fille rencontre le prince charmant”

  • Oh quel joli début d’histoire! Toute cette douceur, cette hésitation, je suis toute émue devant mon ordinateur!
    Bon j’avoue que tu mets plus les pieds en une année que je ne les mettrai de toute ma vie à Disney 😉 Mais il semblerait que ça vous ai tout particulièrement réussi!

    • Ahah, oui, mais c’est parce qu’on a des pass annuels , donc ça revient bien moins cher.
      J’y allais très souvent avant, maintenant on s’est bien calmé quand même, on y va “que” 2 ou 3 fois par an.

  • C’est vraiment une jolie histoire et bien racontée en plus, on a envie de lire la suite. Vous êtes super mignons tous les deux.

    • Merci :). C’est souvent qu’on nous dit qu’on est “mignon”, et à chaque fois, ça nous gêne lol (timidité quand tu nous tiens).

  • Trop touchant <3 ! Vous êtes mimi tout plein ! Moi aussi je connais Disney par coeur 😉 Alors j'imagine bien la féérie qui vous entourait… ^^

  • Coucou!! Je ne pensais pas te retrouver ici (bien qu’il me semble que tu en avais évoqué l’idée à un moment ou à un autre…). C’est sympa de lire votre rencontre et je vais pouvoir suivre ici aussi vos préparatifs!! Ah au fait, je suis la future mariée de Walt Disney World sur un célèbre forum de fans Disney 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *