Quand la mariée apprivoise sa robe

Ça fait longtemps que je ne t’avais pas parlé de ma robe.

Rappelle-toi, quand je t’ai laissée, je savais que j’allais faire appel à une créatrice, mais je ne pouvais pas te montrer le résultat. Maintenant que le mariage est passé, c’est open bar. Prépare-toi à un tourbillon de photos.

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

Pour mémoire, voici la robe sur laquelle j’ai craqué

Alors d’abord, laisse-moi te remettre un peu dans le contexte. Comme on est déjà début novembre et que je me marie en mai, il ne faut pas traîner. J’ai la chance de pouvoir être un peu flexible sur mon emploi du temps et n’hésite donc pas à prendre mes premiers rendez-vous en semaine. De toute façon, les samedis sont complets.

Je prends donc rendez-vous pour le 24 novembre pour que Cécile puisse prendre toutes mes mesures et commencer la toile. Autant j’étais stressée pour le choix, autant je suis impatiente de voir ma robe. Mais il me faudra attendre encore un peu…

Cécile est top. Très rassurante, super gentille, vraiment c’est un plaisir de me retrouver avec elle dans son petit atelier. Je vais avoir encore quatre à cinq rendez-vous avec elle avant de récupérer ma robe. Comme mon rendez-vous suivant se situera autour de la fin janvier, on plaisante sur les repas de fête. Ouf, j’ai le droit de manger de la raclette du Nouvel An.

Enfin, arrive le mercredi 8 février. Jour de l’essayage de la toile. Pour le coup, comme ma wedding team n’est pas sur Paris, j’irai avec Mlle Origami, trop contente de découvrir l’envers du décor. Ce jour-là, je dois vérifier que le modèle me plaît bien, ajouter éventuellement d’autres modifications et… choisir mes tissus définitifs !

Déjà, la toile est trop belle. Ha ha. Ce n’est pas ma vraie robe, mais c’est déjà devenu ma robe. Sur les conseils de Cécile, on creuse un peu plus le dos, on imagine une ceinture un peu plus large et je décide de partir sur de la mousseline de soie et de la dentelle à motifs pour la vraie robe.

Comme il n’y a pas tant de modifications, elle va directement commencer la robe. À partir de maintenant, les rendez-vous seront plus rapprochés. Et surtout, il faut absolument que je trouve mes chaussures pour la prochaine fois. (Oui, je te raconterai l’histoire de mes chaussures dans une prochaine chronique.)

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

La toile de la robe. Elle est déjà trop belle, non ? Bon d’accord, je ne suis pas objective.

La prochaine date sera le 11 mars. Coup de chance, c’est un samedi et une de mes demoiselles d’honneur, Mlle Belami, est à Paris. Elle peut venir avec moi, je suis super contente.

Pfiou, ce jour-là, je ne suis pas très fraîche, je sors de trois jours d’événement à Lille et je suis arrivée à Paris le matin même. J’ai très envie de dormir mais… je vais essayer ma vraie robe alors je fais bonne figure.

En un mot, même si elle n’est pas finie, j’adore sa légèreté et je commence un peu à m’imaginer. Je n’ai pas encore mes chaussures (je n’ai pas eu le temps d’en trouver qui me conviennent), alors j’ai pris une paire qui fait à peu près la même taille de talon. Mlle Belami aime beaucoup aussi et, comme elle n’est pas très mariage, ça me touche beaucoup.

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

Avant-dernier rendez-vous un mois plus tard. Encore un samedi et cette fois, c’est ma témoin Mlle Montagne qui est à Paris ! On se retrouve aussi avec Mlle Origami pour cet essayage haut en couleurs et en rires. Si bien qu’on finit dans un café pas très loin à manger des glaces en attendant que les garçons nous retrouvent.

Pour cette fois, ce n’est pas une mais DEUX paires de chaussures que j’apporte avec moi. Eh oui ! Je n’ai pas encore tranché entre les deux paires, je ne sais pas laquelle je mettrai au final. (Tu commences à me connaître maintenant…) Heureusement, elles ont la même hauteur.

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

La mariée est fatiguéééée…

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

Et puis et puis… c’est l’heure du dernier rendez-vous.

Cette fois, je suis toute seule. J’ai mes chaussures et Cécile a cousu des petites astuces pour que je puisse relever ma robe si besoin et pour intégrer mon soutien-gorge. Elle me montre aussi le petit ruban qu’elle a réalisé avec le tissu du costume de Monsieur G que je suis allée chercher dans le plus grand secret chez sa couturière. J’avais adoré l’idée de Madame Myrtille d’en faire un ruban et de le nouer autour de mon bouquet.

Je mets la robe. Elle est vraiment belle. Mieux, je trouve qu’elle me va bien. Pour la protéger du chat, je reviendrai la chercher cinq jours avant le jour J. Ce qui permettra même à ma seconde témoin, Mlle Prof, de venir avec moi et de voir ma robe avant le mariage.

Au final, j’ai adoré passer par une créatrice pour la confection de ma robe. Moi qui ne m’étais jamais imaginée en robe de mariée, j’ai pu ainsi avoir le temps de voir la robe se dessiner sur moi et en fonction de ce que j’aimais ou non. Je pense qu’elle me représente maintenant parfaitement et je suis ravie d’avoir rencontré Cécile, que j’ai aussi découverte petit à petit.

Le travail avec la créatrice ne relève pas seulement de la confection de la robe, mais c’est aussi véritablement une belle rencontre humaine. Et c’est, en fait, exactement ce que je souhaitais.

La confection de ma robe bohème sur mesure

Crédits photo : Photo personnelle

Comme j’ai encore quelques chroniques à rédiger avant le récit du jour J, et pour récompenser ta patience, voici une belle photo de ma robe prise par un autre de nos prestas-coups-de-cœur-adorés, notre photographe : Nicolas Grout.

La confection de ma robe bohème sur mesure // Photo : Nicolas Grout

Crédits photo : Nicolas Grout

Et toi ? As-tu confié la réalisation de ta robe à une créatrice ? Comment as-tu vécu chaque étape ? Qu’as-tu ressenti ? Raconte-moi !



12 commentaires sur “Quand la mariée apprivoise sa robe”

  • Qu’elle est belle cette robe !!!!! Délicate, classe, franchement elle te va super bien, j’adore 🙂
    Et les photos du jour J en teasing…. tu nous donnes trop envie là 😉

  • Cécile a aussi été la petite fée qui a su modifier une robe de mariée que j’avais déjà trouvée auparavant. Elle en a fait un véritable petit bijoux!

  • J’adore ta robe, elle est magnifique, j’aurais pu porter exactement la même le jour de mon mariage. J’ai adoré l’expérience de faire faire sa robe sur mesure ce sont de supers souvenirs et vraiment elle ne ressemble qu’à nous.
    PS: Tu es MAGNIFIQUE sur les dernières photos <3

  • Waouh ! Merci pour cette jolie chronique, on voit vraiment la robe se construire au fil de ton récit (et des photooooos 🙂 ) ! Et le résultat est absolument splendide ! Tu rayonnes tellement sur les dernières photos, c’est magique 🙂

  • Hiiiii ! Merci madame Piglou <3 Oui, moi qui étais si indécise et qui avais du mal à m'imaginer en mariée, ça a été le processus parfait pour que je l'accepte. J'étais même impatiente de la porter vers la fin ! 😀

  • Ta robe te va tellement bien! Je suis en train de coudre la mienne pour le mois de juillet, un peu dans le même esprit et du coup, j’avais une petite question: est ce que tu as mis un jupon en dessous?

    Tout le monde me conseille d’en mettre un très souple pour ne pas que la jupe colle aux jambes mais ça me tente moyennement… Alors je viens chercher des témoignages 🙂

    En tout cas, félicitations pour ton mariage, c’est un plaisir d’en suivre les chroniques! Ca me donne confiance dans nos idées qui sont semblables aux vôtres, malgré les remarques de nos proches sur ces choix….

    • Coucou Emilia ! Merci pour ton commentaire. Alors déjà bravo pour coudre ta robe toi-même !
      Je n’ai pas mis de jupon car j’ai adoré la matière (mousseline de soie si je me rappelle bien) directement sur mes jambes (pas de collant non plus mais parce que je supportais très bien mes chaussures que j’ai gardées jusqu’au bout.)
      J’ai essayé un jupon mais j’avais l’impression de rajouter une lourdeur supplémentaire donc pour moi c’était sans jupon non négociable 😀 Le jour J, je n’ai pas eu cette impression de « colle » sur les jambes, c’est sur que la jupe épousait bien les différents mouvements mais elle était très fluide et ne restait pas accrochée.
      Courage pour les remarques de tes proches et bravo pour tes choix. Et n’hésite pas à me demander si tu as besoin d’arguments ! 😉

Leave a Reply to Madame Piglou Cancel reply